Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chroniques de Saint-Nazaire - Page 2

  • Poissons d'avril et légendes urbaines de Nazairien

    Si le Vieux-Mole était surnommé avant la Première-guerre-mondiale « la pointe des blagueurs »[1], le 1er avril est l’occasion de faire suite à notre article concernant le surnom de « petite Californie bretonne[2] » et de noyer quelques autres légendes qui courent à Saint-Nazaire et qu’on présente souvent comme des vérités, y compris dans les plaquettes touristiques de la municipalité, ainsi que conformer quelques éléments que les gens disent être faux.

     

    avril, poisson, saint-nazaire, légendes-urbaines

     

    « Saint-Nazaire était un village de pécheurs avant la création du port ».

    FAUX : En premier lieu Saint-Nazaire n’était pas un village, c’était une ville depuis le moyen-âge, c'est-à-dire une agglomération pourvue de fortifications. Et non, sa population n’était pas composée de pécheurs. L’activité principale des habitants du bourg étaient la navigation, comme pilotes de la Loire, et comme marins au long cours. Les femmes de ces marins pratiquaient la fabrication conjointe de chapeaux à l’aide des joncs qu’elles ramassaient dans les dunes. La seconde activité au sein de la ville était le commerce. On y faisait principalement celui du vin, car le vignoble nazairien était réputé et que la ville était dispensée du droit de billot, (impôt sur l’alcool), on y brassait aussi de la bière ; avant la révolution y avait plusieurs auberges et épicerie, et même un perruquier. La campagne nazairienne produisait outre du vin, du froment, qui était la farine la plus recherchée et la plus chère, des châtaignes dont on produisait aussi de la farine, ainsi que le maraichage, et de la production de sel à l’emplacement de ce qui est aujourd’hui le front de mer de Pornichet et sa plage du centre-ville. La pêche en mer était donc une activité minoritaire, au demeurant la population préférait les poissons d’eau douce, se fournissant pour cela dans les nombreux viviers seigneuriaux.

     

    « C’est à partir du 15ème siècle qu’on a un véritable bourg à Saint-Nazaire ».

    FAUX. La ville fortifiée est attestée dès le 14ème siècle. La place de Saint Nazaire appartenait aux vicomtes de Donges. Une partie de la place fut donnée en 1330 Bonabes de Rochefort, fils cadet de Thibaut de Rochefort vicomte de Donges quand il lui constitua la seigneurie de Heinlex. Une autre part avait été donnée à la même époque à la famille de Cleuz, lors de la constitution de la seigneurie de Marcein (élevé en baronnie deux génération après).

    C’est cette place forte qui fut éprouvées par une attaque en 1373 durant laquelle l’église fut incendiée, et que défendit en 1379 Jehan d’Ust contre des navires Castillans.

    Le reste de la place fut finalement donnée à Charles de Couësme à l'occasion de son mariage le 20 mai 1423 avec Marguerite de Rieux, fille de Jean de Rieux, vicomte de Donges, entraînant la constitution de la vicomté de Saint-Nazaire.

     

    « Jehan d’Ust a défendu Saint-Nazaire contre les Espagnols »

    FAUX & VRAI : En 1379 l’Espagne n’existe pas, c’est contre les Castillans qu’il fallut combattre[3]. Cependant la Flotte espagnole revint à Saint-Nazaire en 1655[4].

     

    « La vieille-église était la première église de Saint-Nazaire. »

    FAUX. Ce bâtiment ne fut construit qu’entre 1580 et 1584 à l’emplacement du logis seigneurial des Vicomtes, (nommé château Brutus en raison de la légende qui disait que Brutus de Troie, débarqua à cet endroit pour fonder de la Bretagne). La première église du bourg fortifiée était la chapelle qui fut détruite au moment du creusement de la nouvelle entrée[5]. Elle n’était cependant pas le premier lieu de culte chrétien, initialement la population vivait autour du site aujourd’hui occupé par le Ruban Bleu. On y a trouvé les reste d’une église et des sarcophages de pierre en 1850. Tout ce matériel a disparu dans les bombardements, mais il est possible qu’une partie soit au musée de Saint-Germain-en-Laye.

     

    « Le rocher du Petit-Maroc/Vieux Saint-Nazaire était plus haut. »

    VRAI : Il a été raboté en 1906 quand on a percé la nouvelle entrée et décidé de détruire la chapelle qui s’y trouvait et qu’on a saccagé le site archéologique du cimetière médiéval qui l'entourait

     

    « Les parents d’Aristide Briand possédaient le Grand Café »

    FAUX : Les parents d’Aristide Briand possédaient un magasin de spiritueux à côté du Grand Café, puis ils sont devenus propriétaires du Café Chantant un établissement qui se tenait sur la place des Quatre Z'horloges dans une baraque de bois et qui fut remplacé ensuite par Le Grand Café construire en dur. Les parents de Briand acquirent le Café des Sports rue de Sallé, (il devient ensuite Fantasio). Le Grand café était le lieu de réunion de la droite nazairienne ; Fernand Pelloutier a été un jour agressé par des clients qui étaient en terrasse alors qu'il passait.

     

    « Le dolmen a été déplacé de son emplacement initial. »

    FAUX : le dolmen occupe toujours son emplacement d’origine, la légende vient d’un article de Ouest éclair rédigé dans les années 1930 dans lequel un stagiaire ayant lu de travers une phrase d’Henri Moret pensa qu’on avait déplacé le site. En réalité Moret explique dans son ouvrage qu’il avait connu l’époque où le Dolmen était au milieu d’une prairie du domaine du Bois-Savary, avant l’urbanisation du lieu.

     

    « Pornichet est une partie de Saint-Nazaire. »

    VRAI, mais pas que :  si 1150 hectares de Pornichet correspondent à la part soustraite à Saint-Nazaire, 97 hectares ont été soustraits à Escoublac, part qui compose une grande partie de l'hypercentre. Pornichet est né de la séparation d’avec Saint-Nazaire de la paroisse de Saint-Sébastien et du village de Pornichet, avec son marais salant aujourd’hui remplacé par le centre-ville, et la plage de Sainte-Marguerite, dont le promoteur, Mercier, initiateur de la création de Pornichet, fut ensuite le premier maire de la nouvelle commune. Saint-Nazaire perdit 974 habitants et Escoublac 289 habitants. Cette séparation eut lieu part décret du 9 avril 1900, et agaça beaucoup de Nazairiens qui reprochèrent à Lechat-Boislevé, le maire de Saint-Nazaire de l’époque, d’avoir abandonné à la spéculation de Mercier une partie de la ville. Cela fit que durant plusieurs mois, le courrier adressé à monsieur Lechat à la Mairie de Saint-Nazaire, était renvoyé en direction de Pornichet par les agents de la Poste de Saint-Nazaire ! 

     

    « Il y a le village de l’Épine-Blanche sous l’étang du Bois-Joalland et quand l’eau est basse on voit le clocher. »

    VRAI & FAUX : Il y a bien un village sous la surface de l’étang, mais c’était un hameau du nom de Quelmer, où vivaient quatre familles, auquel il faut associée la ferme des Bélaudais, et une maison avec un atelier de menuiserie construit à un croisement après 1850, et qui reçu le nom d’Épine Blanche en raison des buissons d’aubépine autour. Il n’y avait pas d’église ou de chapelle, ni de tour, cependant à certaine période de sécheresse, on peut voir affleurer le reste du pignon de la ferme médiévale de Quelmer[6].

     

    « Les Allemands ont détruit le vieux Saint-Nazaire. »

    FAUX : Les Allemands ont détruit les maisons qui se trouvaient en bordure du Quai des Marées parce que les habitants avaient aidé les marins Britanniques survivants de l’attaque de la forme Joubert. Le vieux Saint-Nazaire, fut ravagé par les bombes incendiaires britanniques de mars 1943. Les façades des maisons étaient encore debout à la Libération, elles furent rasée, à l’exception d’une maison qui abritait un café et qui existe toujours au  3 rue de la Vieille Église, l’usine élévatoire et le bâtiment du Services maritime. Il était prévu de longue date de détruire la vieille ville ainsi que la gare (qu’on voulait déplacer à Méan), dès avant la guerre, afin de permettre un développement industriel du port. C’est pour cette raison que le centre-ville fut déplacé après-guerre au niveau de la rue Jehan d’Ust, actuelle avenue de La République. Mais le Port ne s’est finalement pas industrialisé comme prévu.

     

    « Le Petit-Maroc se nomme ainsi parce qu’il y avait des pécheurs de Concarneau qui vivaient là. »

    FAUX : Il y avait très peu de pécheurs à Saint-Nazaire, et ceux-ci vivaient ailleurs. Le surnom, apparu vers 1926 dans la presse, et généralisé à partir de 1930 sur décision du Comité de Quartier[7].

     

    « Le quartier de La Havane est le seul à avoir survécu aux bombardements. »

    FAUX : En premier lieu le nom de Havane n’est que celui d’une des rues de ce quartier. Le vrai nom est Quartier du Sable, du nom du domaine féodale sur lequel i a été constitué. Ajoutons aussi que ce quartier occupe en réalité les deux côtés du Jardin des plante, et ne peut être limité aux abords immédiats de la rue de La Havane. Si vous allez à Méan, vous observerez que ce quartier développé au 19ème siècle a conservé ses maisons, de même que le quartier du Bois Savary (autour du Dolmen), mais aussi rue de La Paix, où les bâtiments anciens qui se trouvent entre des bâtiments plus récents le sont parce qu’on a fait le choix de remplacer leurs voisins par des immeubles de rapport.

     

    « Saint-Nazaire a été détruit à 85%. »

    FAUX : elle a été détruite à 72%. Ce sont les chiffres de l’enquête diligentée par le Gouvernement à la Libération. Il fut cependant reconstruit à 85% parce qu’on a fait le choix de raser des bâtiments réparables ou intacts pour agrandir la zone du port, élargir certaines rues, et que certains particuliers préférèrent reconstruire au lieu de réparer[8].

     

    « La plage   du Grand Traict est à Saint-Marc »

    FAUX : la plage du Grand Traict est en réalité ce qu’on nomme à l’office du tourisme « plage du centre-ville ». En fait cette grande plage qui borde la rade est divisée entre les Grand Traict et le Petit Traict, le premier allant de la Pointe de La Villès-Martin aux rochers du Soulevain (là où est érigé le monument du débarquement étasunien de 1917), le second allant desdits rochers à la nouvelle-entrée du port de Saint-Nazaire. La plage nommée « Grand Traict » par l’office du tourisme à Saint-Marc n’avait en réalité pas de nom jusqu’aux années 2000.

     

    « Fernand Guériff fût le premier historien de Saint-Nazaire. » 

    FAUX : Le premier à avoir publié à propos de l’histoire de Saint-Nazaire fut René de Kerviler. En 1907 Gabriel Le Barbier de Pradun publia une plaquette de 39 pages sur l’histoire de la ville, mais très succincte. Le premier véritable recueil historique à propos de la Ville fut publié en 1925 et est l’œuvre (monumentale) de Henry Moret. Fernand Guériff à repris les travaux de Moret, les élagué pour les rendre plus digeste, et a complété sa chronologie jusqu’en 1963.

     

    « La famille Goy venait de Suisse »

    FAUX : les Goy venaient de Saint-Romain dans le département de La Loire, (ancienne province du Forez). Cette légende est venue du fait qu’il y a des Goy dans le canton de Vaux, et parce que quand Mathieu Goy se lança en politique, l’opposition le désigna comme « un étranger fraichement arrivé », (il existe des famille Goy en Auvergne).

     

    « La mairie n’avait pas légalement le droit de laisser tomber en ruine le château de Porcé. »

    FAUX : le Château de Porcé, dont le nom véritable est « Château des Charmilles » a été légué sans qu’il soit mentionné une conservation des bâtiments existants. La mairie a uniquement obligation d’employer le terrain qu’à des buts éducatifs. Les premiers bâtiments détruits du domaine le furent dès 1953.

     

    « Le château de Porcé à appartenu au comte de Montaigu. »

    FAUX : Les Montaigu n’ont jamais été propriétaires de cette demeure, il avait des biens à proximité cependant.

     

    « La villa du Centre de Bonne-Anse a été léguée à la mairie. »

    FAUX : la villa Ker Louis a été achetée par la mairie en 1933[9].

     

     

     

    [1] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/02/10/le-vieux-mole-6127788.html

    [2] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/03/19/saint-nazaire-petite-californie-bretonne-6137164.html

    [3] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/07/03/je.html

    [4] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/08/07/1655-la-flotte-espagnole-croise-dans-l-estuaire.html

    [5] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/02/04/ancien-chapelle-notre-dame-d-esperance.html

    [6] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2015/08/06/saint-nazaire-72-non-85-de-destruction-5667108.html

    [7] http://saint-nazaire.hautetfort.com/petit-maroc/

    [8] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2015/08/06/saint-nazaire-72-non-85-de-destruction-5667108.html

    [9] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2014/03/02/la-villa-ker-louis-a-bonne-anse-5312235.html

  • La spéculation nazairienne durant le Second-Empire

    Dans notre article précédent nous avons effleuré à nouveau le problème de la spéculation des terrains nazairiens au 19ème siècle.

     

    Saint-Nazaire s’est développé en quelques années par la création de son port, apportant richesses aux propriétaires des terrains avoisinant l’anse où l’on le creusa. Dans les abords immédiats les grands propriétaires étaient, en 1850, les frères François-Louis-Marie (1790–1858),  et Joseph-Marie-François (1788-1860), Galliot de Cran avec le domaine du Bois Savary héritage de leur père qui l’avait rachetée au héritiers du marquis de Sesmaison en 1804 ; Aimable-Geneviève Tahier- Kervaret, (1801-1866), héritière par sa mère du Domaine du Parc à L’Eau ; la famille Girard de La Cantrie qui avait acquise le domaine du Prieuré à la Révolution ; la famille de Kermasson de Kerisac propriétaire du domaine du Lin depuis le début du 18ème siècle, par héritage de la famille Martin. Ces familles, et les quelques petits propriétaires du secteur, (concentré sur le secteur de La Ville Halluard), entreprirent une spéculation effrénée de leurs terrains, surexcitée parles hauts prix alloués en 1857 par le jury d'expropriation pour l'établissement de la gare du chemin de fer. Ils demandèrent de 40 à 100 francs du mètre-carré. Cette spéculation s’étendit à un périmètre qui devaient être celui des fortifications initialement projetées, et dont le tracé « côté terre » correspond aux boulevards de ceinture du centre-ville, (Lesseps, Hugo…), ce qui concernait les domaines de Toutes-Aides aux Belliot ; La Ville au Fève à la famille Delange ; La Briandais aux Cornet et David ; et Le Sable dont nous allons parler plus longuement.

     

    La spéculation fut une des premières causes qui paralysa le premier développement de Saint-Nazaire, avec les interruptions imprévues et l’administration de la municipalité par des gens incompétent, c'est-à-dire René Guillouzo[1] devenu maire « sur une méprise » en 1848, et la mauvaise volonté de l’ingénieur Paul Leferme à qui l’on demanda de dessiner les plans de la ville alors qu’il ne voulait que s’occuper du port, estimant que c’était à la Municipalité de gérer les aménagements.

    Une mauvaise communication fit aussi qu’on éleva les premiers immeubles d’habitation à plusieurs centaines de mètres du bassin, alors que les besoins de développement étaient qu’on les édifia dans le voisinage même du port. Il y eut ainsi durant une décennie un no man's land, entre le port et le centre de la nouvelle ville qui se développa suivant au-delà du tracé de la rue de Nantes (aujourd’hui Auriol). Saint-Nazaire, entre 1848 et 1895 était ce que les urbanistes nomment « mitage », c'est-à-dire des bouquets de construction disparates le long de voix tracés dans un périmètre pourtant restreint. Cette urbanisation fut d’autant plus regrettable qu’elle ne s’accompagna pas des structures nécessaires à l’acheminement de l’eau, ni d’égout. Les logements, incommodes, tant pour les ouvriers que pour les bourgeois, ne suivaient au demeurant pas un cahier des charges commun, ce qui fit que des immeubles haussmanniens voisinaient avec des taudis. Grand exemple de ce mitage, le domaine du Bois-Savary ayant été vendus par les héritiers collatéraux du dernier frère Galliot de Cran, il se trouva constitué en une société nommée Salamanca fondée en 1868. On y traça des rues mais les îlots peinèrent à se lotir jusqu’en 1930.

     

    cesard,saint-nazaire,manoir-du-sable

    Saint-Nazaire vers 1865.

    On distingue les tracé des rues et places autour de terrains vides de bâtiment...

     

    La spéculation la plus spectaculaire fut celle entreprise par Alphonse Cézard, et a été soigneusement documentée par René de Kerviler dans son « Histoire du Port de Saint-Nazaire » publiée en 1892.

    Alphonse-Léopold-Nicolas-Louis Cézard, industriel d’origine lorraine, né le 20 février 1831 à Batavia aux Indes-Néerlandaises, (aujourd’hui Java en Indonésie). L’arrivée à Saint-Nazaire en 1857 de ce protestant, ce qui sous le Second-empire était pire qu’être juif, fils d’un armateur et raffineur sucrier, petit-fils d’un boulanger devenu « marchand mercier » grossiste des armées durant la Révolution, dérangea. Il est vrai qu’il se fit bruyamment remarquer par l’acquisition des domaines et manoirs nazairiens de Heinlex-Rohan, de la famille Havard-Duclos, et du Sables, d’Emmanuel Plessix[2]. Faisant raser Heinlex pour le remplacer par le petit château en brique et pierre qu’on voit encore, il ne toucha pas manoir féodale du Sable, heureusement toujours préservé, et plus ancienne habitation nazairienne encore existante, car remontant au début du 15ème siècle[3], mais il prévue de lotir l’ensemble du domaine, dont les dunes qui bordaient le Grand Traict. Il tenta aussi de se faire élire aux législatives de mai-juin 1863. Milliardaire, comme tous les raffineurs de sucre, (Say, Beguin, et Lebaudy), il fonda en juillet 1864 une entreprise Londres, la Saint-Nazaire Company limited, au capital astronomique de 600.000 livres sterling, elle-même actionnaire fondatrice à partir de 1865, de la Société de commerce de France, entreprise maritime au capital de 6 millions de francs, elle-même actionnaire de la Société des Crédit Généraux de Saint-Nazaire au capital de 2 millions de francs, fondée, en 1865 dans le but de lotir le domaine du Sable dont l’administration fut confiée à son frère Louis Cézard, et dont les autres actionnaires étaient le comte de Lopinot, monsieur Lucassen et monsieur Bye Colchester.

    En 1865 Alphonse Cézard, propriétaire de terrains, agissant au travers de ses trois sociétés écrans, proposa à la municipalité la réalisation d’un quartier sur 450.000 m² de terrains, réparties en 84 îlots bâtiments d’habitation étaient de toutes classes, délimité 33 rues, doté de 5 grandes places, d’un parc luxuriant, et de tous les bâtiments nécessaires à la vie de la population et des administrations. Alphonse Cézard proposa en sus de céder gratuitement à la ville tous les terrains nécessaires à l'établissement des voies publiques, places et squares ; d'exécuter à ses frais le perré de protection de la dune et les escaliers de service du quai-boulevard du front de mer (qu’on aurait baptisé Napoléon III) sur 1 km ; de contribuer à la construction de l'église (rappelons qu’il était protestant) ; d'exécuter à ses frais, « dans des délais déterminés, ou à sa convenance dans certains cas », les halles, l'abattoir, la distribution d'eau, les bains et lavoirs, le théâtre, le grand hôtel, la bourse, le tribunal de commerce, le tribunal civil, la sous-préfecture, le collège et la caserne… à charge par la ville de concéder à perpétuité à sa compagnie les terrains appartenant à la commune dans le quartier à créer, le privilège du service de l'eau pour quatre-vingt-dix-neuf ans, l'exploitation des principaux lieux publics pour trente ans ; de faire ou de terminer le plus promptement possible le réseau général des égouts, les travaux d'éclairage ou d'assainissement et d'entretien des rues et voies publiques comprises dans les terrains appartenant à la compagnie ; et enfin d'exempter des droits de douane et d'octroi les matériaux employés dans les constructions nouvelles.

    Mais outre la méfiance que suscitait le personnage, les élus et la préfecture se demandèrent qui voudrait venir acheter des logements sur plan, et venir y vivre. Cézard avait anticipé, par l’intermédiaire de sa Société de commerce de France, il comptait faire de Saint-Nazaire son port principal, et à court terme un port franc pour ses navires, projetant de faire de Saint-Nazaire le grand marché des chargements flottants et comme le grand entrepôt du Sud et du Nord. Cézard avait dans les ports d'Europe ainsi que dans les colonies, de puissantes relations commerciales, et possédait à Java trois maisons de commerce ayant une clientèle maritime d'une centaine de mille tonnes[4]. Les élus applaudirent et signèrent pour accord.

     

    Les dessins du projet furent publiés dans tous les journaux et revues de l’époque, dont Le Monde illustré du 15 avril 1865, dithyrambique sur le devenir du port, s’extasiant du fait que la commune avait atteint en 20 ans 15.000 habitants, (en réalité on avait dépassé les 18.000), mais soulignant cependant que « […] il ne faut pas croire que Saint-Nazaire avec ses quinze mille habitants soit déjà une ville, elle n’en a même pas l’apparence, elle n’est qu’un assemblage de maison avec une église, une mairie et une salle d’asile sans halles, sans marchés, sans théâtres, etc. C'est-à-dire que rien n’existe, tout est à faire. »

     

    alphonse césard, saint-nazaire

    Le projet Césard dans Le Monde Illustré du 15 avril 1865.

     

    On n’avait cependant pas tenu compte que pour la réalisation d’un tel chantier, il eut fallu 50.000 ouvriers, que l’on aurait dû faire campées sous des abris provisoires faute de logements.

    Cent-mille francs furent investis pour l’édification de digues, de chaussées d'empierrement, de trottoirs, d’ouvertures de rues et travaux généraux. Les terrains achetés par les investisseurs pour une somme de 6 à 15 francs étaient cotés dans l'actif de 60 à 120 francs, et l'on établit que la Société des Crédit Généraux, en joignant aux bénéfices réalisés sur les terrains les produits des différents services d'utilité publique, devait recouvrer intégralement son capital dans un bref délai et réaliser un bénéfice de 5 millions en peu d'années.

    Un autre frère d’Alphonse, Nicolas Cézard fut nommé administrateur et président honoraire du conseil d'administration en mai 1865. Louis Cézard démissionna de son poste d'administrateur de la Société des Crédit Généraux de Saint-Nazaire en octobre 1865, cette démission en fut acceptée par le Conseil de l’entreprise que le 30 avril 1866, cependant Alphonse Cézard le remplaça dès octobre, puis donna à son tour sa démission par lettre sa démission le 2 novembre 1865. Léonce Cézard, encore un frère, fut nommé administrateur conjointement avec monsieur Suermondt, le marquis de Vaugiraud, le baron Brenier, et messieurs Ruys, Lefebvre-Duruflé, Leroy de Saint-Arnaud, Roman, et Gossin… et en juillet 1866, la Société des Crédit Généraux de Saint-Nazaire fut déclarée en faillite, avec rapidement celle Société de commerce de France. Le capital annoncé par chacune était purement spéculatif !

    Il y eu un retentissant procès, Alphonse Cézard fut attaqué par ses associés Pilon, Perthuy et Derrien. Alphonse fut défendu par l'avocat nantais Edouard-Auguste Bonamy, et accusa ses anciens associés « de manœuvres frauduleuses dans le but de le ruiner » !

    Mais le montage était si bien fait, que le tribunal déclara nulle la responsabilité de la Société des Crédit Généraux de Saint-Nazaire et d’Alphonse Cézard avec ses frères, envers ses actionnaires le 28 mai 1869. Les petits porteurs d’action en furent pour leurs frais, les Nazairiens à jamais maudissant Alphonse Cézard, et le sable du Grand Traict recouvrit rapidement les trottoirs de l’amorce de boulevard digue qu’on recouvrit finalement par l’actuelle front de mer en 1888. 

    La Société des Crédit Généraux de Saint-Nazaire disparue, ruinant plusieurs actionnaires, sans qu'Alphonse Césard et ses frères, eux aussi impliqués dans la spéculation, furent inquiétés. La Société de commerce de France survécut et resta propriétaire du domaine du Sable. L'affaire fit long feu, car c'est seulement en 1873 que le tribunal de Paris  procéda à la mise en vente, en deux lot, de ensemble du domaine du Sable le 29 mai 1873. La vente fut annoncée dans la presse le 15 mai 1873. le premier lot comportait 4230.551 m² de terrain, soit un peu plus de 42 ha, et le second le manoir avec 8.780 m² de terrain. les frère Bessard du Parc s'en portèrent acquéreurs, il n'arrivèrent pas à lotir eux aussi le domaine, et durent le revendre en 1883 au prince de Béarn qui fit tracé de nouvelles voies, et arriva à vendre certains terrains ou en échanger avec la Commune. Ses héritiers revendirent à Aymé Duquaire, un lyonnais qui paracheva finalement l'entreprise et permis en 1924 à la municipalité de devenir propriétaire du manoir, mais aussi en 1930 des rues du lotissement constitué en société sous le nom de Lotissement du Sable. C'est ce quartier qu'on surnomme « La Havanne », bien que son nom soit Le Sable, et que La Havane n’est que celui de sa plus longue rue. Précisons aussi que ce quartier s’étant en réalité jusqu’à la bordure du Grand Marais, aujourd’hui asséché pour faire place au Parc Paysager, que l’achèvement du lotissement c’est fait en 1934, et que jusqu’à la guerre, les rues de ce vaste quartier n’étaient pas pavées ou revêtues d’asphalte et doté que partiellement d’éclairage. Les habitants se plaignirent en 1937 auprès de la Municipalité de l’état de leur voirie, et c’est finalement durant les opérations de la Reconstruction que s’accomplirent les demandes.

    Alphonse Cézard avait quitté la ville dès 1866 en vendant Heinlex à Henri Duval, le fondateur de l’Usine à Gaz, mais ce n’est qu’en 1883 qu’il arriva à vendre le domaine du Sable à un autre investisseur. Il décéda le 17 février 1892 au château du Touchelais à Savenay, où se trouve aujourd'hui l'hippodrome, après avoir fondé dans cette ville une fromagerie, et avoir marié ses enfants dans les meilleures familles

     

    Toutes ses spéculations firent que les industriels nantais ne vinrent pas s’établir à Saint-Nazaire comme on l’avait espéré, et l’industrie naval ne pu se développer qu’avec l’acquisition des terre-pleins conquis sur l’estuaire par les déblais des bassins à flot, pour une redevance annuelle de 50,000 francs 25 hectares de terrains.

     

    On comprend ainsi pourquoi Auguste Amaury dans son guide touristique Itinéraire de Nantes à Saint-Nazaire, publié par Hachette en 1858, traita Saint-Nazaire de « San Francisco », et de « Petite Californie bretonne », au sens le plus péjoratif que cela sous-entendait à l’époque[5],

     

     

    [1] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/07/05/notes-du-la-famille-guillouzo.html

    [2] À propos d’Heinlex-Rohan : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/06/14/le-chateau-de-heinlex-troisieme-partie.html ; du Sable : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/06/26/la-maison-noble-du-sable-seconde-partie.html

    [3] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/06/26/la-maison-noble-du-sable.html

    [4] Il y possédait aussi 7 plantations.

    [5]  http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/03/19/saint-nazaire-petite-californie-bretonne-6137164.html

  • Saint-Nazaire petite Californie bretonne ?

    Saint-Nazaire « Petite Californie Bretonne », dans les années 1990 la municipalité Batteux nous rabâcha cette formule tout en plantant des palmiers de Chine anorexiques le long de l’avenue du Général de Gaulle. On nous assura que c’était le surnom de la ville au 19ème siècle. Toutes les huiles de la communication municipale s’en emparèrent, et bientôt les amateurs d’histoire locale en noircirent leurs plaquettes. Pensez donc, cela venait de La Revue des Deux Mondes, on nous donna même la date de 1848, et le nom de l’auteur : « F. Fourcade ». Ajoutez que pour la génération baby-boom tous ce qui vient des USA est forcément bien, c'est culturel, c'est « l'effet Débarquement ». Et comme le monument de celui de 1917 avait été relevé par une association en 1989, (initiative heureuse), c’était continué à surfer sur la dernière vague d’un effet de mode.

     

    californie-bretonne- saint-nazaire

    La Californie c’est la petite Bretagne (crédit photo emoji drapeau breton pour la Bretagne)

     

    Quand on s’attèle à écrire sur un sujet, il faut toujours vérifier les sources, surtout en histoire, et même ainsi, on n'est pas à l'abri d'une erreur.

    En consultant La Revue des Deux Mondes, j’ai trouvé dans la « Chronique de la Quinze » du 14 septembre 1858, un texte de E. Forcade : « Si l'on veut avoir une idée de la façon incohérente et saccadée dont s'élève en quelques mois une ville californienne, on peut aller chercher ce spectacle à Saint-Nazaire, qui était un hameau il y a un an, et qui sera peut-être un de nos grands ports de commerce avant dix années. »

    En premier lieu corrigeons que Saint-Nazaire n’était pas un hameau, mais bien une ville de 3.771 habitants en 1841.

    En second lieu, constatons que E. Forcade, transformé F. Fourcade, n’a pas écrit que Saint-Nazaire est une petite Californie bretonne.

     

    Mais d’où vient cette appellation ? « C’est Fernand Guériff », nous a-t-on répondu. Guériff a bon dos, dès qu’on publie une ânerie sur l’histoire de Saint-Nazaire, on l’accuse en se disant que personne n'ira chercher ses publications pour vérifier, et qu'il n'est plus là pour se défendre !

    En réalité c’est le commentaire du docteur Auguste Amaury Gellusseau, qui sous le pseudonyme d’Auguste Amaury, rédigea un guide à destination des voyageurs en train, Itinéraire de Nantes à Saint-Nazaire, publié par Hachette en 1858[1] :

    « Saint-Nazaire ressemble à San-Francisco. C’est une petite Californie bretonne, la plus mince parcelle de terre vaut un lingot d’or ; le moindre champ, la plus triste falaise devient pour son heureux propriétaire un vaste domaine seigneurial, avec féaux et fidèles. Ici tout se passe comme dans un conte de fée ; rien n’y manque, pas même l’invraisemblance. »

    Comme souvent, quand la citation est entière, elle perd sa magie. Cette description lapidaire fut reprise ensuite en 1867 par Adolphe Joanne dans son guide De Paris à Nantes et à Saint-Nazaire par Orléans, Tours et Angers. Pour autant cette reprise ne fait pas de l’appellation « petite Californie bretonne », une généralité du langage. On ne la trouve pas ensuite employée et jusqu’à ce que la municipalité Batteux en fasse un argument touristique, les Nazairiens n’en savaient rien, ou du moins avaient fait l'effort d'oublier ce qui avait été une insulte contre leur ville !

     

    Il y a quelque mois, durant une exposition organisée par la Mairie, on a pu lire sur les cartels « petite Californie de l’Ouest ».

    Quand on me téléphona entre deux avions pour me faire part de cette histoire, j’eu un rire flaubertien. La Californie est située à l’Ouest dans l’esprit Occidental, et même au « Far Ouest » ; nous sommes face à un pléonasme quand l’interlocuteur nous sort cette phrase absurde. Absurde, mais pas neuve, hélas, déjà en avril 1999 dans la plaquette « Le petite Californie bretonne », publiée conjointe de l’Écomusée et l’Université inter-âges, il y a à la page 21 la formule « Petite Californie de l’Ouest », avec un renvoi en marge donnant pour source « Fourcarde R., la Revue des Deux Mondes 1858 ».

     

    [1] Né à Cholé en 1812, il publia plusieurs Guide, dont consacré à Clisson. Kerviler lui reprochait de ne pas être breton…

  • Et nous traversions le Brivet à dos de chameau…

    Connaissez-vous le Chameau de Méan ? Les vieilles familles de Donges, Trignac et Saint-Nazaire s’en souviennent, et plus encore celles de Méan. Non, vraiment ? Il vécue pourtant longtemps, deux-cents-ans. Oui, à Saint-Nazaire les chameaux vivent vieux s’ils évitent les crocodiles[1]. C’est en raison du bon air de l’Estuaire…

     

    Alors, ce chameau ? Non, il n’est pas un cadeau du sultan Mahomet Bol Ier du Petit-Maroc, il était déjà là bien avant la visite de sa majesté en juillet 1930[2]

    De ce chameau, il en reste la tête et la queue sur les rives du Brivet, coincées entre la quatre-voies, le pont Henri Gautier et la rue de Trignac. Oui, vous y êtes, il s’agit du vieux pont de Méan, qu’on surnommait « Le Chameau », quoique le quadrupède à robe jaune fut en réalité un dromadaire, ce qui provoqua longtemps des divergences entre zoologues méanais.

     

    pont-mean, batillat

    Le pont de Méan, bois d'André-Laurent Batillat, 1934.

     

    Il y a un pont à cet endroit depuis l’antiquité. La voie romaine passait par là. Ce fut durant des siècle un pont de bois qui appartenait à partir de l’époque médiévale au vicomte de Donges, (Méan n’est devenu nazairien qu’au 19ème siècle). Jusqu’à la Révolution il fallait payer un droit de passage, en échange le Vicomte prenait à sa charge l’entretient du pont, ce qui n’était pas toujours fait, ou bien fait… Un jour de foire à Saint-Nazaire en avril 1713, deux bœufs liés ensembles passèrent à travers le tablier. Une banque avec deux pêcheurs passait à ce moment-là sous le pont. L’un des hommes se noya. Le vicomte de Donges, René de Lopriac, marquis d'Assérac, refusa de payer les réparations. Les Méanais ne pouvaient plus passer sans faire un grand détour pour se rendre à Montoir dont ils dépendaient. Méan avait sa propre chapelle depuis le 17ème siècle[3], dédiée à Saint-Joseph, mais le chapellin ne résidait pas sur place, si bien que l’essentielle de la vie paroissiale fut réorientée vers Saint-Nazaire. Entre avril 1713 et novembre 1740, on baptisa les petits Méanais à Saint-Nazaire « en raison de la mauvaise situation du pont de Méan ».

    Les États de Bretagne furent saisis du dossier à la demande du Général de fabrique de Saint-Nazaire en octobre 1738. Le procès-verbal de la séance du 5 octobre justifia la présentation du problème devant la plus haute instance du Duché ainsi : « vu que l’on n’y peut passer sans risquer sa vie, dans l’état qu’il est ».

    Guy-Marie de Lopriac, le nouveau vicomte de Donges, ne voulant plus contribuer à l’entretient ni à la reconstruction du pont, perdit ses droits seigneuriaux, et ce fut l’État breton qui finança la réalisation du nouveau pont. Il fut achevé vers 1745. Trois arches, (largeur de droite à gauche : 13 m 30 ; 11 m 35 ; 11 m 35), celle du centre plus haute, pour permettre la circulation des bateaux, le profil en chevron.

    pont-mean, Saint-Nazaire

     

    Au sommet de l’arche principale, faisant face à l’estuaire, une petite niche surmontée d’une croix contenant une statuette de la Vierge fut taillée.

    pont-mean, Saint-Nazaire

    La niche avec la croix, article du Courrier de Saint-Nazaire du 21 janvier 1939.

     

    L’arche de la rive gauche fut détruite en décembre 1793 à la veille de la bataille de Savenay par les troupes de Canclaux afin d’empêcher le retrait par Saint-Nazaire de l’Armée catholique et royale. Canclaux fit aussi arracher le pavage et la chaussée sur 13 m. Pendant cette opération, il fit traverser ses canons et munitions à bord d’un navire nomme Jean Bart.

    En janvier 1794, sous la direction de l’ingénieur Hervoüet, l’entrepreneur Deniaud reconstruisit l’arche. Cela couta 1.100 livres et les travaux furent achevés le 21 juillet 1794.

     

    En 1929, en raison de l’augmentation de la circulation, du nombre des voitures qui arrivaient en trombe dans le virage en venant de Saint-Nazaire, on se décida pour réaliser une nouvelle voix d’accès avec un pont large et droit, mais le projet fit long feu. En août 1936 on discutait encore. Les devis s'accumulèrent; on songea à réaliser des déviations en logeant la voie ferrée et faisant passer les voitures par le centre ville et le boulevard de l'Océan, ou encore par le boulevard Victor Hugo.  Les montant allaient de 7.200.000 frs à 9.500.000 frs, car il fallait acquérir des terrains en plus de la réalisation de routes nouvelles. On continua d'en discuter si bien, que le 14 juillet 1939, le Tour de France passa sur le pont de Méan toujours en fonction, et en « gravit la bosse ».

    pont-mean, Saint-Nazaire

     

    Le 18 juin 1940, afin de retarder les Allemands, et permettre la sortie d’un autre Jean Bart, cuirassé en construction aux Ateliers et Chantiers de la Loire à Penhoët, les marins dynamitèrent l’arche central du pont. Depuis, il ne reste que la tête et la queue du chameau et on attend toujours le bon vouloir de la Municipalité pour la mise en valeur des ruines et de leurs abords.

     

     

     

    [1] Le crocodile de Sautron : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/03/06/et-le-crocodile-de-sautron-fit-s-echouer-les-navires-sur-le-6133822.html

    [2] Le Sultan du Petit-Maroc : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2018/07/22/le-petit-maroc-histoire-d-un-nom-6067779.html

    [3] La chapellenie avait été fondée par la famille Deniaud pour l’un de ses fils, entré en Religion.

  • Les Protestants de Saint-Nazaire

     

    temple,saint-nazaire,protestant,protestants,jospin,le-berre,sohier

    Décor de la façade de la Fraternité de Saint-Nazaire

     

    La communauté protestante de Saint-Nazaire comporte peu de représentants à Saint-Nazaire, pourtant elle fut très active dans le développement de la ville et du port.

     

    De la réforme à l’abolition de l’Édit de Nantes :

     

    On a prétendu au 19ème siècle qu’il y avait eu un pasteur à Saint-Nazaire en 1563, élément repris et popularisé par Justin Vincent et Eugène Orieux dans « Histoire et géographie de la Loire-Inférieure », publiée en 1895. En réalité, il n’en fut jamais nommé un, en réalité le Synode tenu à La Rocher-Bernard en février 1562 avait prié les pasteurs de Guérande et du Croisic de desservir Saint-Nazaire où la communauté était de quelques âmes dont on ignore les noms, faute de registre. Certes, deux familles seigneuriales nazairiennes, les Le Pennec, seigneurs du Boisjoalland, et les Rohan-Poulduc, seigneur de Heinlex, étaient protestants, et employaient chez eux des protestants, mais ceux-ci vivaient à l’année en leur château escoublacais et manoir guérandais, plutôt qu’en leurs manoirs nazairiens.

    Quant à l’existence d’un registre protestant disparu des archives du Tribunal de Saint-Nazaire en 1920, Charles Nicol a démontré dans son ouvrage « Enfants de Luther et de Calvin », (Ed. de Matignon, 1997), qu’il y a confusion avec le registre de Blain qui se trouva aux archives du Tribunal de Saint-Nazaire par erreur, et que Kerviler identifie comme étant celui de Blain dans ses Bio-Biographies bretonnes.

    Les douze édits restrictifs envers le culte protestant émanant du Conseil du Roi entre 1661 et 1679, rendirent l’appartenance à ce culte très difficile. Une véritable machine de persécutions fut mise en place, réduisant le droit de prêche des pasteurs, nuisant jusqu’à l’ensevelissement des morts, permettant la destruction de temple au profit d’églises, incitant les catholiques à la haine, fermant les yeux sur les exactions des soldats. Beaucoup de protestant se mirent à abjurer leur Foi pour avoir la Paix. Mais l’abjuration était mal vue dans leur ville d’origine, ainsi on vit des protestant faire des centaines de kilomètre pour abjurer, et en refaire encore des centaines pour s’établir comme catholiques dans une paroisse où personne ne les connaissait. Ainsi trouve-t-on dans le registre paroissial de Saint-Nazaire, à la date du 12 décembre 1662 celles d’Antoine Charier, 25 ans, natif « de Saint-Savigné, évêché de Saintes », et de Jan Gourdon, 20 ans, natif « de Moise, évêché de La Rochelle », deux bourgades dont nous n’avons trouvé trace.

    Une troisième abjuration, celle d’Etienne Bonnet, un poitevin, eut lieu le 6 novembre 1681. Mais on ne trouve aucune abjuration de nazairien, et ce même après la révocation de l’Édit de Nantes par l’Édit de Fontainebleau du 17 octobre 1685, alors qu’on trouve dans les registres de Batz et du Croisic des abjurations d’habitants de ces communes.

    En 1687 à Paimboeuf et Saint-Nazaire, trente protestants poitevins et mayennais en fuite sur des navires anglais, (Lindever et Rebecca), furent arrêté sur dénonciation. Les armateurs nantais qui avaient armé ces navires furent mis en prison.

     

    Le retour des protestants à Saint-Nazaire :

     

    C’est le trafic maritime qui ramena le protestantisme à Saint-Nazaire.

    Le 23 novembre 1857 Thoralf August Jacobsen, fils d’un pasteur officiant au port de Kalundborg, 15 ans et demi, matelot de l’Oresund, navire danois, se tua en tombant d’un mât vers 16 h.

    saint-nazaire, protestant

    Acte de décès de Thoralf August Jacobsen

     

    Déclaré en mairie de Saint-Nazaire, c’est sur le registre protestant de Nantes qu’on le retrouve pour son inhumation en cette ville. À l’époque on ne mélangeait en effet pas les morts non-catholiques avec les catholiques. Le protestantisme ne concernant que des marins et des voyageurs étrangers. Cependant en 1858 fut créé un carré protestant à Saint-Nazaire, au cimetière de La Briandais, carré que le maire, René Guilouzo, aussi mauvais administrateur, que mauvais médecin, et exécrable individu, proposa en juin 1859 de constitué en carré « réservé aux dissidents » qu’il proposa de séparer d’un mur des catholiques, et de doter d’une porte séparée. L’idée étaient d’y mettre tous les non catholiques et aussi les suicidés… Déjà en 1855, l’épouse du commissaire de Guérande, madame Deligny, née britannique, avait manqué d’être mise avec les suicidés, et une polémique provoquée par monseigneur Jaquemet, évêque de Nantes, pourfendeur autoproclamé du protestantisme et de ses écoles, avait échauffé les esprits.

    Le premier enterrement protestant nazairien est celui d’Eugénie Borel, âgée de 30 ans, le 12 novembre 1858, et dont on ne sait hélas rien de plus, car le registre de décès de 1858 a été perdu durant la dernière-guerre.

     

    Le premier baptême protestant (connu) ayant eu lieu à Saint-Nazaire fut pratique par le célébré pasteur nantais Jean Sohier de Vermandois, (1809-1874).

    saint-nazaire, protestant

    Acte de naissance de Charles-Henry Göbelbecker

     

    L’enfant, Charles-Henry Göbelbecker, né le 13 juillet 1861, (et déclaré le 14), était fils de Charles-Louis Göbelbecker, brasseur à Saint-Nazaire, originaire de Bavière, et de Christine-Fredericka Seiche[1]. Les parrains furent les nazairiens Amélie Kauffman, (épouse de Jean-Jacques, commis chaudronnier), et Henri Violon, chaudronnier, originaire de Suisse. Ce baptême se fit au domicile des parents. Plusieurs autres eurent lieu dans l’années, et très vite plus de 30 protestants durent répertoriés par le Consistoire de Nantes, qui évalua que le nombre de nazairiens protestants, tous cultes confondus, devaient être d’une centaine. En janvier 1863 les famille Violon, Becker, Bourcard, Camus, Steifel, Smith, Zelling, ainsi que la veuve Lucion, et Jules Bagot, demandèrent l’instante assistance du Consistoire. Aussi, dans sa séance du 19 décembre 1862, le Consistoire décida de louer une pièce où le culte serait célébré une fois par semaine. On loua pour cela deux pièces de son appartement au docteur Guichet, qui officiait à Paimboeuf et intervint durant l’épidémie de fièvre jaune de 1861. Il logeait à Saint-Nazaire au-dessus des bureaux de la Compagnie Général Transatlantique, rue de La Paix.

    Le protestantisme étant toujours mal vu en France durant l’Empire, et étant assimilé aux étrangers, la première célébration du culte le 15 mars 1863 par le pasteur nantais Benjamin Vaurigaud (1818-1883), fit s’exciter les Catholiques. Le sous-préfet de Savenay, Louis-Emmanuel de Chastellux, fit un rapport et dénombra 120 à 130 personne ayant assisté au culte. On a du mal à concevoir autant de gens dans deux pièces d’un appartement, même si cela devait être deux vastes salons. Au demeurant, la municipalité de Saint-Nazaire avait été informée, et le maire, René Guilouzo, s’était vu remettre le 16 mars la somme de 65 francs 59 centimes, issus d’une collecte pour l’ouverture du culte protestant à Saint-Nazaire.

    Ce pendant le nombre de protestants augmenta à Saint-Nazaire, et bénéficia du flux constant de voyageurs et de marins désireux de suivre l’Office.

     

    La construction du temple :

     

    Les protestants nazairiens réclamaient l’édification d’un temps en 1871, espérant être appuyé par le premier adjoint, Ernest Bachelot-Villeneuve[2], un médecin républicain, que Mac-Mahon, président royaliste, releva de ses fonction avec le reste du Conseil en 1874. On commanda des plans à l’architecte nantais Georges Durant-Gasselin (1840-1911)[3], mais l’on manquait d’argent. Aussi, on se décida de louer un local rue du Prieuré, à l’épicier Brerette. Mais en décembre 1876, le loyer commença a être impayé. Brerette trouva la solution en louant le lieu pour des réceptions, sans informer le pasteur Fargues qui avait remplacé le pasteur Vaurigaud. Le mobilier, (chaises, tapis, tables), appartenait à la communauté. Le Pasteur porta plainte auprès du Procureur de La République le 9 mars 1877 pour « violation du temple protestant de Saint-Nazaire ». Il s’était en effet aperçu la veille qu’on y donnait un bal masqué pour célébrer la mi-carême. Les livres des paroissiens, et la robe du Ministre avaient étaient jetés pêlemêle dans un coin. Pire, les musiciens étaient les chantres de la paroisse Saint-Gohard, ce qui ralluma la haine entre les communautés religieuses !  Le procureur, Charles Marion de Procé se déclara incompétent dans la mesure où il n’y avait pas eu signature d’un bail, que les loyers étaient impayés. Brerette dit « ne pas avoir penser à mal ». Le Procureur dissuada le pasteur Fargues d’aller plus loin. Au demeurant il n’y avait pas de représentant autorisés de la communauté protestante à Saint-Nazaire. Il fut alors nommé un comité de trois membres pour servir de lien entre les fidèles et les pasteurs de Nantes, comité augmenté de deux membres en 1880.

    Le culte était alors bimensuel. Les fidèles emmétrèrent le vœu que deux fois par mois un service soit présidé par un laïque, et que une fois par mois il y ait un service en langue anglaise pour les marins et résidents britanniques, dont la communauté était alors importante à Saint-Nazaire.

    On loua une maison à monsieur Pelletier… Mais la location se trouva partagée avec une madame Duau, qui sous-loua à une macrelle ! Ainsi le 22 avril 1881 nouvelle plainte pour violation du Temple, par « des filles publiques » !  S’en fut trop pour les fidèles qui réclamèrent au Consistoire des comptes.

     

    Le secrétaire général de la mairie était l’un d’entre eux, il se nommait Varenne, et sollicitât le Maire d’alors, Auguste Desanges, pour une participation à l’édification d’un temple. Celui-ci ne voulait pas. Varenne pensa contourner lui forcer la main en lui demandant de lui dresser la liste des protestants de la commune, avec pour commentaire « En cas négatif, vous n’aurez qu’à me retourner la présente lettre avec le mot : néant ». La lette fut renvoyée avec un « NEANT » dans la marge…

    Le pasteur Fragues estimait ses paroissiens à « 30 à 50 », « 80 personnes à l’arbre de Noël », et « 12 à 15 élèves assidus à l’école du dimanche » ; Varren lui estimait qu’on pouvait réunir 300 personnes au culte, il est vrai qu’il comptait sur l’évangélisation des ouvrier de Penhoët et Trignac qui fuyait le culte catholique, sans imaginer que les ouvriers tendaient à l’athéisme, et aux chiffres du Consulat britannique de Nantes qui évaluait 4.000 à 7.000 marins transitant par an, susceptibles de suivre le culte. En 1889, le pasteur Lassalle, pasteur itinérant de la Société Centrale d’Évangélisation, qui assurait un culte hebdomadaire jusqu’ne 1894, informa avoir une paroisse de 50 à 60 protestants, dont 25 à 30 suivant le culte régulièrement, et une quinzaine d’enfants à l’école du dimanche.

    Ce fut finalement le banquier et industriel nantais Hyppolite Durant-Gasselin, (1839-1929), frère de l’architecte nommé plus haut, et héritier de la fortune de Thomas Dobrée, qui pris en charge le dossier[4]. Il fit faire l’acquisition d’une parcelle de 345 m² rue de Cran par le Consistoire auprès de monsieur Perthuis pour 6.000 fr. Une somme de 10.000 francs fut réunie pour l’édification du temple. Cette somme était issue de dons divers à hauteur de 6.000 fr (on avait placé des troncs dans les consulats des pays protestants), 3.000 fr collectés, d’un don du gouvernement de 1.000 fr, pour la construction du temple, confiée à nouveau à l’architecte Georges Durant-Gasselin. Celui-ci renvoya les plans du temps qu’il avait dessiné en 1872, avec quelques modifications, qu’il ne factura pas, et écrivit au pasteur Dartigue à Nantes, qu’il se refusait de reprendre le dossier, ayant été profondément découragé par les difficultés administratives que lui faisaient les autorités. La municipalité de Saint-Nazaire ne voulait pas l’édification de ce temple. À cela s’ajouta des difficultés à rassembler le reste de la somme nécessaire pour l’édification. On réduisit finalement la taille du projet pour en faire un lieu de 174 places possible, en serrant les chaises au maximum, et la Mairie valida le projet.

    st_nazaire_plan1899.jpg

     

    La première pierre fut posée le 21 juin 1888, mais l’argent manquait toujours. Comme la spéculation avait toujours cours à Saint-Nazaire, on divisa une partie de la parcelle pour la revendre aux enchères, le 21 avril 1898. La communauté protestante augmentait pourtant, ainsi que le nombre de marins scandinaves et allemands, du fait de l’ouverture en 1891 sur le port de la succursale de la société Hailaust, exportatrice de bois du Nord de l’Europe. Des dons arrivèrent de Philadelphie, d’Allemagne et de Suisse. Un emprunt de 3.000 fr remboursable en cinq annuités fut contracté.

     

    L’inauguration, sous la présidence du pasteur tourangeau Dupin de Saint-André, de Tours, eut lieu le 1er octobre 1898. On nomma le pasteur fut Biau, suppléé par le pasteur Leuba.

    temple-saint-Nazaire.jpg

     

    C’est à cette époque que la Mission Populaire Evangélique, dite « Mission Mac-All », envoya sur la Loire un navire évangélique, le Mystery dont le port d’attache fut Saint-Nazaire.

    Cependant le nombre espéré de 200 fidèles au temple ne fut jamais atteint, et quand il y avait 60 fidèle, les dimensions du temple laissaient peu de possibilité de se mouvoir.

    Les espoirs de Varenne étaient tombés : les Anglicans ne se mélangeaient pas avec les Luthériens et Calvinistes. Ils avaient leurs propres pasteurs qui venaient à bord des navires, et obtinrent du Préfet en 1898 l’édification d’une chapelle « provisoire » pour leur culte. Cette chapelle était en fait une salle du Vice-consulat britannique, où le pasteur Irby, officiait en alternance avec la chapelle de Nantes, les second et quatrième dimanches ; quand à l’évangélisation des ouvriers Trignac et Penhoët, elle fut reçu à coup de sceaux d’eau et hygiénique. On tenta d’explique ce rejet des ouvriers par le fait que les pasteurs étaient issus de la bourgeoisie, mais c’est nier la monté de l’anarchisme et des mouvements dits de gauche.

    Il y eu à la fin du 19ème siècle une baisse du nombre de protestants à Nazaire, l’argent manqua pour entretenir le temple dont la toiture fuyait. La Loi de 1905 n’arrangea pas les finances. La Mission Mac-All intervint pour soutenir la communauté et l’entretien du temple. Elle organisa des réunions d’évangélisation. Mais l’argent manquait toujours, et le Consistoire suprême des postes de pasteur. Le pasteur de la Mission Mac-All, monsieur Corby, proposa de reprendre la direction de la paroisse, mais la Mission Mac-All s’y opposa, et on lui confia finalement une communauté poitevine en mars 1911.

    Le Conseil presbytéral de Nantes fit alors une démarche auprès de la Société Centrale Évangélique, qui désigna en mars 1912 le pasteur Héliodore Jospin[5], (1873-1944), sous les conditions suivantes : que la rentrée des cotisations promises serait aussitôt organisée, que Nantes ferait à la Société Centrale une part dans son budget, que le poste de Saint-Nazaire serait indépendant de Nantes et son territoire bien délimité, et que le pasteur de Saint-Nazaire donnerait à Nantes une prédication par mois.

    pasteur-jospin, saint-nazaire, protestant

    Le pasteur Jospin

     

    Le pasteur Jospin resta en poste jusqu’en 1929. Durant la première-guerre-mondiale, il eut à charge en plus de ses fidèles, les prisonniers allemands qu’on employait comme main d’œuvre, (voir comme esclaves), sur le port. Sa mission ne s’étendit pas aux soldats étasuniens. En effet, les troupes US avaient leurs propres ministres du culte.

    En 1922, Mission Populaire installe à Saint-Nazaire un baraquement démontable nomme « La Semeuse », remplacé par la suite par une construction pierre. C’était un lieu de réunion et d’évangélisation qu’animait le pasteur nantais Henri Garnier. Les Éclaireurs Unionistes agirent aussi de leur côté. Si bien que la communauté protestante augmenta sensiblement par conversions, remplissant le temple le dimanche. Il faut cependant relativiser, le nombre de fidèles régulier est de 60 personnes le dimanche. Louis Campredon, (1863-1928), ingénieur chimiste, fondateur du laboratoire d'analyses métallurgiques de Saint-Nazaire, et de la Ligue antialcoolisme, participe au culte, il y fait figure de personnalité nazairienne de référence, et est un donateur généreux.

    temple,saint-nazaire,protestant,protestants,jospin,le-berre,sohier

    En 1920 un scaphandrier grec décéda asphyxier durant son travail au fond d’une épave de paquebot. On demanda au curé de l’église principale Saint-Nazaire Donatien Joalland, de venir procéder à une cérémonie funèbre, il refusa grossièrement sous prétexte que le mort était orthodoxe. Faute de trouver un pope, on demanda au pasteur Jospin qui accomplit le culte, ce qui provoqua un grand émoi dans la population et renforça la détestation des Catholiques nazairiens envers Joalland qui depuis sa nomination en 1909 avait réussi aussi à dépeupler son église au profit de la paroisse Saint-Gohard. Peu après l’événement, le Vice-Consul de Grèce demanda au pasteur Jospin un Nouveau-Testament, et une famille grecque le baptême pour son enfant.

    Mais en 1929, au départ du pasteur Jospin, le culte n’est assuré qu’une fois tous les quinze jours par le pasteur nantais Brunet.

     

    La vente du temple à à la Mission Mac-All :

     

    Société Centrale Évangélique vendit le temple pour la somme de 60.000 fr à la Mission Mac-All en 1931. Le Pasteur Maurice Le Berre fut alors nommé à Saint-Nazaire.

    En vendant le temple de Saint-Nazaire, la Société Centrale conserva son ancienne annexe de La Baule, avec la charge des protestants en résidence du canton de Guérande, elle construisit ainsi avec l’argent de la vente de Saint-Nazaire, le temple de La Baule, et en 1932, grâce au caprice de deux industriels de mosellans, elle se vit offrir un autre temple à Saint-Brévin-L’Océan. Ces temples n’étaient ouverts que l’été, le culte étant assuré par des pasteurs à qui on offrait la location d’une maison pour eux et leur famille durant les vacances.

     

    Guerre et Paix :

     

    Le pasteur Le Berre fut mobilisé en 1939. Rendu à son ministère nazairien en 1941. En février et mars 1943 la ville est écrasée sous les bombes et la population évacuée. La toiture du temple en flamme s’effondre, ne laissant que les murs.

    temple, saint-nazaire, protestant

     

    Replié à La Baule, le Pasteur Le Berre visitait chaque jours les fidèles dispersés dans la Poche, alternant l’office sainte entre La Baule et Saint-Brévin.

    À la Libération la Mission Mac-All remplaça le pasteur Le Verre par Albert Trubert, un baraquement pour loger la Fraternité de Saint-Nazaire est construit.

    temple,saint-nazaire,protestant,protestants,jospin,le-berre,sohier

     

    Durant les années de la Reconstruction, il y eu un rapprochement œcuménique entre protestants et catholiques nazairiens. La venue des États-Unis de « quakers », surnom donné aux fidèles de la Société religieuse des Amis, une dissidence de l’Église anglicane, durant les années de la reconstruction n’est pas à négliger dans ce rapprochement.  Ceux-ci avaient créer « le foyer des Amis » où des machines à laver et à coudre étaient mises à disposition de la population. Ils repartirent à la fin des années 1960 et ont beaucoup marqué les nazairiens.

     

    À la Libération la Mission Mac-All préféra utiliser l’argent des indemnités de guerre pour construire La Fraternité de la Mission Populaire de Saint-Nazaire, plutôt que de restaurer le temple, pourtant réparable, et qui finira détruit par les pelleteuses du Déblaiement. La Fraternité, située au 1 rue de l’Ile de France, fut inaugurée en 1955. Elle accomplie des actions à destination des plus fragiles : accueil café du matin, cours de français aux migrants, vestiaire social, aide administrative et numérique, cours d’informatique, de couture, moments festifs, activités culturelles, braderie-brocante.

     

    Depuis se sont établies à Saint-Nazaire une représentation de l’Église Protestante Baptiste Libre dont l’église couverte de bois se trouve à La Vecquerie, et une maison de l’Église Chrétienne Évangélique rue d’Ypres.

     

     

     

     

    [1] Ils furent contraints, avec les autres Bavarois et « allemands » de Saint-Nazaire, à fuir en 1870, ce qui fit disparaitre la dernière brasserie fabriquant à Saint-Nazaire. On faisait de la bière en notre ville depuis le 17e siècle, mais la Révolution avait durant plusieurs décennies stoppé cette industrie.

    [2] Ernest-Charles-Amédée Bachelot-Villeneuve, né à Pré-en-Pail le 6 juin 1840, reçu docteur en médecine à Paris le 8 août 1866, docteur en médecine à Saint-Nazaire à partir de 1868, marié à Vannes le 30 janvier 1872 avec Emilie-Rose Bachelot, Bachelot, née le 15 septembre 1852 à Piriac, fille de Vincent-Marie Bachelot et de Marie-Caroline Krieger, d'où :

    1° Rémond-Viencent-Amédé, (Saint-Nazaire 27 janvier 1873 – Saint-Nazaire 26 juillet 1873) ;

    2° Madeleine-Eugénie-Thérèse, née à Saint-Nazaire le 4 aout 1876, mariée en cette même ville le 18 mai 1903 avec Alphonse van Bredenbeck de Châteaubriant, écrivain lauréat du prix Goncourt en 1912, qui se compromis dans le nazisme.

    La famille Bachelot-Villeneuve doit la seconde partie de son patronyme à la possession d’une ferme nommé Villeneuve à Piriac-sur-Mer. Certain de ses membres étaient connus comme Bachelot de Villeneuve, ou de Villeneuve-Bachelot. ), Le 27 février 1845 sous le seul nom de Bachelot, le frère du docteur, l’avocat Alphonse-Gustave Bachelot, dit Bachelot-Villeneuve, tenta de faire rectifier son état civil, ce que le tribunal civil de Saint-Nazaire rejeta au motif que la terre de Villeneuve n'était pas une terre noble et que la volonté de l'auteur ancien du patronyme n'était pas suffisamment établie, jugement fut confirmé par la cour d'appel le 29 août 1881. les armes des Bachelot-Villeneuve sont : D'azur au chevron d'or, accompagné en chef de deux étoiles rangées du même, et en pointe d'un croissant d'argent.

    [3] Il était fils de l’architecte du passage Pommeraye.

    [4] Il est aussi le fondateur de l’École de commerce der Nantes.

    [5] Parent éloigné de l’ancien première ministre Lionel Jospin.

  • Et le crocodile de Sautron fit s’échouer les navires sur le Grand Traict

    Quand j’étais à Beyrouth, on me racontait, que Jerdis, ou Khordr, selon si mon interlocuteur était chrétien ou musulman, et que je savais être George de Lydda, avait, pour délivrer une princesse, tué un dragon près d’un puits de la baie, et que l’on voyait les descendants de la bête traverser les jardins de Rabieh.

    Des reptiles androphages qui hantent les points d’eaux et les marais, il y en a partout. En Provence la Tarasque vivait dans les marais de Tarascon, un dragon hantait ceux de Niort, des vouivres grouillent en Franche-Comté, Saint Lyphard, dans son village au nord, trancha la tête d'un serpent géant qui dévorait les pucelles… Mais moi, Nazairien, j’ai la chance d’avoir le Crocodile de Sautron, qui longtemps fit s’échouer les navires jusqu’à ce qu’on se décidât un jour à placer des barreaux de fers devant la bouche de l’Écumière, cours d’eau rendu souterrain par l’expansion de la ville, cachette de l’énorme bête. Eh quoi ? Yallah ! L’entre vaut bien les Grottes de Sarba, et la rade de Saint-Nazaire la baie de Saint-Georges ! Et puis, au Liban on ne contredit jamais les légendes, le proverbe arabe ne dit-il pas " L kizib Milh l rjel " (الكذب ملح الرجال) : " le mensonge est le sel de l’homme " ?

    Si Saint-Georges est probablement l’image de la chrétienté sauvant les Beyrouthins du culte du dieu Echmoun, éphèbe entouré de serpents, et les petits dragons qui courent les jardins sont des iguanes échappés des chez un particulier, qu’en est-il du Crocodile nazairien de mon enfance vivant sur la plage du Grand Traict ?

    Longtemps j’ai cherché l’origine de cette légende. Est-ce en lien avec Saint Lyphard qui tua un énorme serpent qu'on dit être ensuite dragon ? Une bannière sarrasine rapportée des croisades par un vicomte comme la guivre halissante des Visconti ? Ah non, le récit n’était pas si vieux d’après ce que j’avais pu trouver dans la bibliothèque familiale.

    Je me creusais la tête : était-ce un vrai crocodile rapporté tout petit par un marin et qui devenu grand fut lâché dans le petit marais de Sautron ? Ou un autre échappé de la roulotte d'un montreur de reptiles venu exposer ses bêtes pour la kermesse de Villès-Martin en août 1884 et dont Aristide Briand fit mention dans un article écrit pour la Démocratie de l'Ouest ? Une bête empaillée dans le bureau d’un capitaine au long-cours ? On me parla d’une prénommée Hélène. Hélène ? Celle de Troie ? Cela aurait donc été finalement une légende très ancienne ? Je fouillais les Chroniques d'Alain Bouchart à la recherche de Brutus qui débarqua à Saint-Nazaire au retour de cette longue guerre et y fonda le Royaume de Bretagne. Mais rien ne disait qu’Hélène lui avait donné un crocodile.

    Non, rien de tout cela… le crocodile, venait de Norvège, et Hélène était Helena, au plus exactement l’Helena, un trois-mâts inscrit au port de Christina transportant du bois pour messieurs Hailaust négociants en bois du Nord.

    Le 8 décembre 1872, pris dans la tempête l’Helena se fracassa sur les rochers de la Villès Martin, et vint s’échouer devant les villas de Sautron, entre la pointe et la baie d’Écumière. Heureusement l’équipage, composé de huit hommes, avait été sauvé à Bonne Anse par le canot de Saint-Marc.

    Monsieur Vauvert, le représentant des assurances maritimes à Nantes, demanda à monsieur J.-P. Aubré, courtier maritime, de procéder à la vente aux enchères de l’épave. On la démembra, mais l’ossature de la coque, prise dans la vase, resta sur place. On était alors en pleine période d’étude des fossiles, les revues que les familles lisaient le soir étaient illustrées de gravures figurant des crocodiles gigantesques s’en prenant à des dinosaures marins…

     

    ancien-dessin-reprc3a9sentant-un-ichtyosaure-et-un-plc3a9siosaure.jpg

    Un ichtyosaure (genre de crocodile) et un plésiosaure

     

    Alors aux enfants qui demandaient ce qu’étaient ces grandes côtelettes surgissant de la vase, les parents dirent que c’était les reste d’un crocodile antédiluvien… 

     

     

     

    D’autres navires se sont échoués sur le Grand Traict, Il y eu le trois-mâts Vigo en mars 1886, devant la préfecture, échoué volontairement en réalité, dans le but de le démonter par la Société d’Entreprise de Sauvetage des Galions.

     

     

     

    En 1888 le pyroscaphe Le Rapide[1], lancé en 1828, qui transportait normalement les voyageurs entre Nantes et Saint-Nazaire, mais qui poussait l’été jusqu’à Noirmoutier, fini sur la plage.

     

    Le 28 mai 1915, devant le Casino, le paquebot La Champagne revenant de Colon avec 980 passagers, s’échoua après avoir percuté un autre navire. Les marins de Saint-Nazaire disaient qu’il portait malheur ce bateau-là, depuis son lancement 1886 il avait été percuté plusieurs fois. Il s’enlisa tout le temps de la guerre, et ne fut démantelé qu’une fois la Paix revenue.

     

    922_001.jpg

    930_001.jpg

    917_001.jpg

    215_001.jpg

     

     

    Et puis il y eut le pétrolier Pass-of-Ballater, parti de Nantes le 6 janvier 1939 au soir, il s’échoua face au monument aux morts le provoquant le grand étonnement des nazairiens qui vinrent tous le voir le lendemain, samedi 7 janvier. Jaugeant 810 tonneaux, long de 61 m, large de 10 m, un creux de 4 m 60, son équipage était de 19 hommes. Il avait pourtant, arrivé à Saint-Nazaire, pris à son bord le pilote qui devait lui faire passer les Charpentiers. Mais une fausse manœuvre le fit prendre à tribord en direction du plateau de la rade. Un autre pilote fut dépêché, il décida l’échouage. Heureusement il était vide, on n’eut pas de marée-noire, et les dégâts étaient minimes. Une soudure électrique par les Chantiers de La Loire mandatés par l’armateur lui permit de repartir au soir du 7 janvier vers Cardiff, remorqué par l’Hœudic.

     

    c0e33e07e42f4d3967d684acd3bc6c4e.jpg

    petrolier-4.jpg

     

     

    [1] Lire à son propos : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/02/10/le-vieux-mole-6127788.html

     

  • Les Loges et temples maçonniques de Saint-Nazaire

    La première loge maçonnique de Saint-Nazaire se nommait L’Etoile des deux mondes. Elle fut constituée par des Nazairiens en novembre 1864 membre de la loge Mars et les Arts, de Nantes.

    Ces fondateurs étaient Jules Duval[1], directeur d’assurance, qui en fait le premier vénérable ; Gustave Boucard, négociant ; Alphonse Durand, négociant ; Foulon, de la compagnie des paquebots transatlantiques ; les frère Ernest et Francis Goy[2], capitaines, fils d’un ancien maire de Saint-Nazaire ;  Gaston Huette, dessinateur[3] ; Joys, marchand de matériaux ; Pierre-Pertieoz Loupy, médecin sur les paquebots de la Compagnie Générale Transatlantique, chevalier de la Légion d’Honneur[4] ; Pottier, mécanicien[5] ; et Evariste Quirouard, courtier maritime[6]. Ils furent rejoints par d’autres nazairiens membres de la loge nantaise Paix et Union : Philippe-Marie Brohan, peintre vitrier[7] ; Jacques-François Daguenet, horloger[8] ; Ficher, travaillant pour la Compagnie Général Transatlantiques ; Hoquet, propriétaire ; Louis-Napoléon Pierre dit Dumas, maître serrurier, hospitalier ; Ferdinand Perdriel, entrepreneur[9] ; Émile-Louis-Marie Rio, loueur de voitures[10] ; et Subra, négociant à Saint-Nazaire.

     

    Les frères ainsi réunis restèrent un temps, attachés à leurs loges nantaises, jusqu’à ce que le Grand Orient leur accordât Constitution. Et c’est finalement le 19 octobre 1865 qu’ils inaugurèrent leur temple situé rue de La Paix, sous les auspices de la loge Mars et les Arts. Ils étaient alors au nombre de 25 membres. En ce temps là les loges avaient une activité publique, elles organisaient des galas, des fêtes de bienfaisance, et étaient jumelé avec des clubs mondains. C’était le cas de celle de Saint-Nazaire dont le temps était accouplé à un Cercle où les hommes venaient jouer au billard, aux cartes, lire la presse, en sirotant fine et café, tous les jours et jusqu’à minuit. La Tenue avait lieu tous les mercredis.

    En 1866 le vénéralat fut confier à Monnier, Boulanger rue de l'Artillerie, qui devint conseiller municipal. Le nombre de frères était de 62 en 1867. La guerre de 1870 les dispersa. Le Cercle fut transformé en hôpital de 25 lits, une mauvaise gestion endetta la Loge. Le vénéralat fut confié à A. Pinguet, l’architecte des Pont et chaussées collaborateur de Leferme, à qui Alcide Bord commanda les plan du lotissement de Porcé, et de son château.

     

    En 1874 le Sous-préfet de Saint-Nazaire, Balleidier, trouva les agissements politiques des frères gênants : les Francs-Maçons étaient réputés pour être des athées, ce qui émouvait les politiques alors en pleine crise de catholicités et de retours sur le trône d’Henri V, le petit-fils de Charles X, exilé en Autriche sous le nom de comte de Chambord[11]. Il est vrai que Pinguet, le vénérable de la loge de Saint-Nazaire, dans une lettre adressée le 7 aout 1871 au Journal la Vérité de Lausanne, appela à une union internationale des Frères en se détachant de la géopolitique, et surtout des religions, estimant qu’elles nuisaient à la Paix des peuples, et avait proposé une ouverture de ses travaux aux profanes (c'est-à-dire aux non-initiés mais intéressé à l’être).

    Le préfet demanda une liste des francs-maçons nazairiens, elle fut bien courte, en dehors de l’ancien vénérable Monnier, il repéra : Rio, le loueur de voiture déjà cité ; Camus, chaudronnier ; Couet, pâtissier ; Couëtoux, marchand de confections ; Denigot, relieur ; Ecary, menuisier ; Feuchard, président du Comité républicain ; Guillermite, cafetier ; Lebrun, artiste ; Leroy, maître d’hôtel ; Martin, marchand de toiles ; Texier, cordonnier ; Eugène Vincent, commerçant en grain ; Violon, chaudronnier ; Charles Vonce, charcutier ; Voyer, capitaine des Pompiers. Il fut donc oublié Pinguet, le vénérable d’alors, ; Vaché, son orateur ; Sorin, Sallebert et Pierre, qui en étaient officiers.

    À la fin de l’année 1874, la loge de Saint-Nazaire fut mise en sommeil.

     

    Obligé de poursuivre leurs travaux à Nantes, l’idée de récréer une loge nazairienne fut mise au débat en 1885. Une société provisoire fut fondée en 1886 sous le nom de Trait d’Union. Le Grand Orient accorda le 2 mars 1887 Constitution. La Loge se composait de 30 membres :  15 maçons, et 15 profanes, dont Aristide Briand, qui fit cependant son initiation à Nantes alors qu'il devait la faire initialement à Saint-Nazaire le 1er juillet 1887. Le 30 mai sous la présidence du vénérable de la Loge Paix et Union, assisté d’une délégation de 20 membres des loges Paix et Union et Libre Conscience, Adolphe Boulin, chef de matériel aux Ateliers et Chantiers de La Loire, fut installé vénérable. Le temple se trouvait alors au 45 rue de paris, au premier étage, à l'angle de la rue des Caboteurs ; il fut meublé grâce à la générosité des Frères de la loge Libre Conscience, et fut inauguré le 10 juillet 1887 par le pasteur Desmons, vice-président du Conseil de l’Ordre du Grand Orient. Il y eu la veille une fête organisé à destination des Nazairiens en la salle des fêtes du Grand-Hôtel, présidée par le maire Fernand Gasnier, et qui regroupa plus de 500 personnes. Ce fuent finalement 34 membres qui ouvrir les premiers travaux : Boulin ; Daguet, 1er surveillant ; Ponsin, 2ème surveillant ; Francis Goy, orateur ; Arhtur Hongniard, dessinateur, secrétaire ; Danais, expert ; Goupil, trésorier ; P. Dumas ; Paulin Calimaque (1829-1903) maître charpentier devenu entrepreneur, candidat malheureux aux municipales de mai 1888, maître de cérémonie ; Vergne, couvreur ; Deslins ; Renouf ; Chameroy ; Dumoulin ; Chenu ; Léon Bauduin ; Nolau ; Giraudet ; Bergman ; Charvet ; Wallet ; Houisse ; Gérard ; Bomal ; Choisnel ; Pierre Gouault ; Lemarié ; Riché ; Martineuq ; Galigné ; Bredoux ; Gaborit ; Callo ; Poulard.

     

    Les relation avec les Nazairiens n'étaient pas toujours simple. Le 9 novembre 1892 les Francs-maçons de Saint-Nazaire se plaignirent au Grand-Orient : « Les maçons sont en buttes aux aménités des journaux cléricaux et les syndicats ouvriers nous voient d’un mauvais œil. Quand aux républicains, ni de près ni de loin, ils ne veulent de contacts avec nous. L’administration est contre nous. Nos rangs s’éclaircissent chaque jour. »

    Le 13 juillet 1897, dans une autre lettre adressée au Grand-Orient : «  La Respectable Loge Le Trait d’Union, avprès avoir délibéré, reconnaissant que la présence des Abbés André, vicaire de Saint-Gohard de Saint-Nazaire et Texier, desservant de la paroisse Saint-Gohard est funeste à la République en raison de la grande influence qu’exercent ces deux prêtres sur les directeurs des Forges de Trignac, Chantiers de la Loire et la Compagnie Transatlantique, influence dont ils usent et abusent pour éliminer des Chantiers tous les ouvriers désignés ou simplement soupçonnés d’être libres-penseurs ou seulement républicains. […] demandons instamment au frère Brisson, président du Conseil et ministre des Cultes, d’exiger de Monseigneur l’évêque de Nantes, le déplacement du desservent Texier et du vicaire André. »

     

    Le 10 février 1919 les francs-maçons étasuniens cantonnés à Saint-Nazaire organisèrent une cérémonie avant leur départ dans le nouveau temple du trait d'Union installé rue de Villès-Martin. Les Maçons nazairiens offrirent alors un drapeaux tricolore chargé d'inscriptions commémoratives à leurs frères étasuniens. Ce drapeau fut après la Seconde-guerre-mondiale remis à la Loge de Saint-Nazaire.

     

    Les vénérables se succédèrent :

    Boulin de 1887 à 1889 ; Arthur Hongmiard, de 1890  à 1896, (avec un intermède en 1891 assuré par Louis-Napoléon Pierre dit Dumas)  ; Emile Lenevé, dessinateur, de 1897 à 1898, élu au bout de trois tours, avec 4 voix car seulement 9 votants, il fut en conflit permanent avec son prédécesseur, entraînant la mise à l’écart des frères de troisième grade, ce qui incita une partie des membre à demander la mise en sommeil de la Loge en 1898 ; Louis-Napoléon Pierre dit Dumas en janvier 1899, provisoirement suite au refus du Grand-Orient de le reconnaître élu vénérable, (l'Atelier comportait alors 23 membres) ; Louis Dumas, entrepreneur, 1899 à 1900 ; Constant Perron, agent général d'assurance, (maître en octobre 1897), en 1901 ; Louis Pinard, maître d’hôtel navigateur de 1902 à 1904 ; François Gamichon de 1905 à 1910 ; Merlhe de 1911 à 1919 ; Céléstin Godard, professeur, de 1919 à 1925 ; Brachet, de 1925 à 1926…

     

    En mai 1925, Henri Gautier, initier à la loge de Saint-Nazaire le 21 juillet 1905, entra au Conseil municipal. le nouveau maire, François Blancho, fut initié en juillet 1925.

    En 1935 la Loge organisa la colonie de vacance La Clarté pour les enfants de maçons qui séjournait dans les locaux du collège Aristide Briand.

     

    Avec l’invasion allemand et les lois du régime de Pétain, les francs-maçons se cachèrent, mais nombre furent dénoncés entre août 1941 et septembre 1942. Parmi ceux du Trait d'Union, ce fut le cas de : Bernard Escurat, Instituteur retraité, (initié à Nantes paix et union) conseiller municipale à Saint-Nazaire, qui fut déclaré démissionnaire d’office de ses fonctions le 16 octobre 1941 par Pierre Pucheu le ministre de l'Intérieur du Gouvernement de Vichy ; Célestin-marie Godard, professeur d’anglais à l’école Deshoullères, ancien vénérable de la Loge ; William-René Clavier, agent d’affaire ; Maxime-Louis Gamichon, capitaine des pompiers et rentier ; Antoine-Hippolyte Le Gat, officier mécanicien navigateur ;  Henri-Albert Liegeois, receveur de 3e classe ; Georges Lamarre, commissaire de bord du paquebot Pérou de la Compagnie Général Transatlantique ; Francis Montfort, pharmacien ; Lucien-René Jaffre, professeur à l’École pratique ; Félix-Edmond-Léonce Cazalets, professeur de mécanique et électricité à l’École pratique ; Alexandre Patrice, comptable ; Georges-Joseph Houssay, archiviste économe de la mairie ; Adrien Sebon, professeur à l’école Michelet ; Léon-Eugène-Jacques Charrier, commis des postes et télégraphes ; Berynot professeur au collège ; Albert-Philippe Garnier, commissaire de police à Saint-Marc ; André-Henri Allaire, commissaire des douanes du Cadre de l’A.O.F .A. fut déclaré ayant souscrit une fausse déclaration 3 juillet 1942 ; William-René Clairer, fondé de pouvoir en cabinet d’affaires ; Charles Michel, garagiste rue de la Gare ; Edgar-Ludovic Pigeaud, ingénieur direction des Travaux maritime, (initié à Nantes) ; Gaston-Paul Le Berre, déclaré comme ayant fait fausse déclaration 27 février 1943, directeur d’école à Saint-Brévin. A cette liste il faut ajouter : Auguste-Émile-Marie Guyonnet, directeur de l’école Victor-Hugo, membre de la loge Réveil vendéen, (grand-Orient) ; et Sanchot, professeur d’anglais au collège Aristide Briand à SN, de la loge La solidarité Nantaise (Grande Loge de France). Ainsi que des initié du Trait d'Union partis dans d'autres villes : Edouard-Charles-Jacques Régnier, commissaire de Police à Lorient, auparavant commissaire à Saint-Nazaire, passé à la loge Nature et Philanthropie de Lorient ; et Francis Le Bris, inspecteur primaire à Calais initié passé à la Loge Indépendance et progrès de Calais.

    Le temple fut fermé, puis bientôt pillé et endommagé par les bombes. Avec l’élargissement de la rue de Villès-Martin, les restes du temps furent rasés, et l’on se décida à en construire un nouveau, plus petit, sous la forme d’une maison individuelle avec jardin, dans l’îlot urbain à l’arrière de l’emplacement du temps initial au 20 de la rue François Rude. Sa construction nécessita la sollicitation des frères dispersé par les bombardements et les persécutions. Ce fut son vénérable, Henri Allanet, économe de l’hôpital de Saint-Nazaire, à qui l’on doit le maintien durant la guerre des structures médicales de Saint-Nazaire, le rétablissement d’un hôpital à Saint-Nazaire à la Libération, et la reconstruction de l’hôpital de Saint-Nazaire, qui lança une souscription pour la reconstruction du temple. Les Frères, après avoir logé leurs réunions à la Libération à l'Hotel Familly de La Baule, (locaux occupées par la marie de Saint-Nazaire), puis dans la maison d'un frère réfugié à Pornichet en juillet 1946, la maison d'un autre à la Baule, puis l'arrière-salle d'un cafetier nazairien, se réunissaient alors provisoirement au 68 de la rue de Pornichet, (maison toujours existante), avant de ce décider à accepter le prêt de locaux à Nantes jusqu'en 1954.

     

    letr7498624_n.jpg

    Lettre de Henri Allanet, remerciement un frère donateur de 1000 fr

    à la souscription lancée pour la reconstruction du Temple en juillet 1953.

     

    La première pierre du nouveau Temple fut posée le 26 avril 1953, et il fut inauguré le 27 juin 1954, sous la présidence de Fracis Viaud, (né à Montoir), Grand Maître du Grand Orient de France. S'il est modeste, petit même, comme le bâtiment qui l’abrite, et réalisé avec des matériaux simples ; que la qualité de réalisation et l’aspect du mobilier surprend par comparaison à d’autres Loges, soulignons que Henri Allianet sollicita pour le décor du parvis du temple et sa voute, le peintre nazairien Emile Guillaume[12], ancien membre du Groupe Artistique de Saint-Nazaire puis du Groupe de Indépendants et associé à l’Unvaniezh ar Seiz Breur, qui fut aussi professeur aux Beaux-Arts de Saint-Nazaire après-guerre. Ces peintures furent visibles du publique durant les journées du Patrimoine de 2017.

    loge-saint-nazaire 

    Fresques du parvis

     

    temple-maconnique-saint-nazaire-le-temple-maconnique.jpg

    Le Temple

     

    saint-nazaire-francmac1.jpg

    Un tablier maçonnique de la collection de la Loge de Saint-Nazaire.

     

    Ajoutons qu'en 1930 il y eu la tentative de créer à Saint-Nazaire un loge d’obédience mixte  du Droit Humain. Cela ne se concrétisa pas. Il fallut attendre que la nazairienne Madeleine Bernier, (initiée en 1935 au Trait d'Union, pourtant strictement masculin, à la demande du vénérable de la Loge nantaise du Droit Humain), fit aboutir ce projet en 1966. Nommée Loge des Deux Mondes, l'allumage officiel de ses feux eut lieu le 15 octobre 1967.

     

    Le 12 novembre 1993, la Loge Sel et Tourbe, dépendant de la Grande Loge Nationale Française, alluma ses feux avec une vingtaine de frères.

     

    Le 5 février 1992, ce fut la loge La Navicula, rattachée à la Grande Loge Féminine de France qui alluma ses feux à Saint-Nazaire, avec une vingtaine de sœurs.

     

    [1] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/08/01/notes-du-la-famille-duval.html

    [2] http://saint-nazaire.hautetfort.com/famille-goy/

    [3] Né à Nantes le 13 août 1847, il habitait au 4 rue Villes-Martin à Saint-Nazaire. Il s’y maria le 23 avril 1881 avec Marie Louise Querreaux, fille d’un pilote lamaneur.

    [4] Né le 9 septembre 1834 à Saint Denis de la Réunion, décédé le 7 octobre 1899 à Saint-Renan ; il épousa à Saint-Nazaire le 10 décembre 1870 Maria Augustine Brochard, native du Morbihan, qui lui avait déjà donné deux fils hors mariage à Saint-Nazaire dès 1867, mais qu’il reconnue à chaque fois pour siens. Après la naissance d’un troisième fils à Saint-Nazaire, le couple parti en Nouvelle-Calédonie en 1874, où naquit un quatrième fils. Établis finalement à Saint-Renan en 1885, ils y eurent une fille.

    [5] Il habitait rue du Bois-Savary.

    [6] Né le 30 août 1831 à Paimboeuf, décédé le 18 juillet 1909 à Saint-Nazaire ; marié le 1er septembre 1864 à Nantes avec Marie Amélie Pusterle de Cidrac, (1841-1893).

    [7] Né le 1er septembre 1812 à Paimboeuf, décédé le 25 mars 1887 à Saint-Nazaire, époux de Thérèse-Rosalie Juguin.

    [8] Né le 14 mai 1827 à Saint-Calais, marié le 22 novembre 1879 à Saint-Nazaire avec Marie Prudence Lefeuvre, sage-femme.

    [9] Membre d’une famille d’architectes nantais, il était domicilié alors à l’hôtel de La Croix-Verte à Saint-Nazaire, situé derrière la batterie du Port.

    [10] Né à Guérande en 1828, où il avait débuté son activité, son fils Émile-Louis-Marie repris son entreprise après sa mort.

    [11] Rappelons ici que l’historien nazairien Gustave Bord, anti-maçon acharné, ancien représentant du comte de Chambord en Bretagne, sera persuadé que le comte de Chambord était mort d’avoir ingurgité de la poudre de diamant incorporée dans sa nourriture par une main guidée par un complot maçonnique ! (voir : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/06/13/le-chateau-de-porce-a-saint-nazaire-premiere-partie.html )

    [12] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2018/07/30/le-groupe-artistique-de-saint-nazaire-et-le-groupe-de-indepe-6069504.html

  • L'Eglise paroissiale Saint-Nazaire

    Nous avons dans notre article précédent consacré à la «  vieille église », (http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/02/05/la-vieille-eglise-6126779.html), comment on ce décida à déplacer l’église principale de la Ville en 1882.

     

    eglise saint nazaire

    En 1882, le Conseil de fabrique, dont étaient membres l’abbé Henri Soulas, René de Kerviler, maître Galibourg[1], et différents autres notables de la ville, (messieurs Aubré, Chenantais, Marcel Lucas, Péneau, Aoustin, Gustin-Stoll, David, et Bernard), avaient pour projet une église monumentale, triomphe de la Foi catholique, digne d’une cité qu’ils espéraient devenir l’un des ports les plus importants de France pour les siècles avenir, ou au moins le plus important de Bretagne.

    Le projet fut confié à l’architecte diocésain Mainguy, qui avait succédé en 1884 à Eugène-Pierre Boismen.  Il laissa ses fonctions en 1889 à Pierre Coquillard qui assura le début de la construction, et laissa à son tour sa place et l’édifice inachevé en 1895 à monsieur Yvernogeau.

    Mainguy vendit les plans d’un édifice monumental, ayant l’aspect d’une église angevine de style gothique tardif, en granite de Batz, de Clis, de Nantes, et tuffeau de Saint-Savinien et de Chauvigny, avec une nef d’une longueur de 56 m, sur 19 de large, au transept de 31 m sur 9 m de large, le tous sous des voutes culminants à 31 m de haut. Si la longueur correspond à la moitié moyenne d’une cathédrale, sa hauteur sous voute lui vaudra d’être qualifié cinquante ans plus tard par le Chanoine Gouy d’avoir des « proportions de cathédrale », en effet, Notre-Dame de Paris à 33 m de hauteur sous voute, et Saint-Pierre-et-Saint-Pau de Nantes 37,5 m. Encore aujourd’hui, avec sa toiture vertigineuse, l’église Saint-Nazaire reste l’édifice le plus haut du centre-ville, et l’on ne peut que rester songeur quand on sait que le clocher prévu devait avoir une flèche culminant à 70 m de haut, soit 1 m de plus que les tours de Notre-Dame de Paris !

    Contrairement à une légende locale persistante, le projet a bien été dessiné pour être édifié à l’emplacement actuel de l’église. Cette légende d’une église prévue ailleurs a deux origines :

    1° Le projet d’urbanisation jamais réalisé du domaine du Sable en 1865 par le spéculateur Alphonse-Léopold-Nicolas-Louis Cézard à travers sa société londonienne[2] ;

    2° l’opposition provisoire de la municipalité à voir un monument aussi grand si prêt de l’Hôtel de Ville qui se trouvait alors à deux rues de là du côté du port, et qui n’était finalement qu’un petit hôtel particulier exigu, et qui entraina la quête d’autre terrains avant de revenir au choix premier.

     

    Le terrain sur lequel est construit l’église appartenait à François-Maurice de Brégeot[3], fondateur de la briqueterie à la Ville-au-Fève. Le terrain avait été acquis pour spéculation mais n’avait jamais trouvé acheteur. Il était devenu une verrue urbain bordée de palissade, dépotoir, lieu de défection, et occupé par quelques baraquements par des ouvriers qui n’arrivaient pas se loger.

    Face au refus du Conseil municipale, le Conseil de fabrique envisagea alors d’investir la Place Marceau, ce qui fit protester la Paroisse Saint-Gohard[4] qui occupait l’espace depuis 1874 avec une église provisoire, qui subsista jusqu’au bombardements.

    On songea alors à un terrain près du bassin, propriété de la Compagnie des chemins de fer d’Orléans, qui refusa de vendre. Un terrain fut proposé par la famille Dubigeon à proximité de la Sous-préfecture, (la rue de Nantes, actuelle Vincent Auriol, ne débouchait alors pas jusqu’à la rade), mais le prix demandé était prohibitif.

    Le Conseil municipal finit par accepter le choix du terrain François-Maurice de Brégeot, l’abbé Soulas s’empressa de l’acheter en son nom et avec ses fonds personnels, pour la somme de 60.000 francs, et après une enquête d’utilité publique, un décret autorisant l’édification fut signé par le président Jules Grévy le 28 juin 1887. L’adjudication des travaux fut donnée le 25 août 1887 à l’entrepreneur Nantais Martin, qui laissa sa place en 1890 à Nolais. Les premiers sondages s’effectuèrent le 14 février 1888, les travaux de fondation débutèrent le 13 mars, et la première pierre, que l’on peut voir, marquée de trois croix, à la base du premier pilier gauche du chœur, fut bénite par le 15 mai par monseigneur Le Coq. Celui-ci inaugural le 28 juillet 1891, jour de la Saint-Nazaire, l’édifice quoiqu’inachevé, durant une cérémonie fastueuse. Notons ici que pour que le parvis puisse faire face à l’avenue, on orienta l’église sur un axe Nord-Sud, et non Ouest-Est.

    La première tranche de travaux couta 221.916,30 francs. La construction de l’église était estimée à un coût de 600.000 francs pour sa nef, 200.000 francs pour son clocher jamais réalisé. L’État avait offert 300.000 francs.

    On construisit à titre de clocher provisoire une sorte de tourelle en bois, disparue durant la seconde-guerre.

    La non réalisation du clocher entraîna celle de la tribune d’orgue, mais aussi la réalisation des sculptures des pierres de parement du porche.

    La décoration était tout aussi monumentales, déjà des verrières immenses, réalisées par les vitraillistes Clamens, Meignen et Bordereau, d’Angers, qui représentait les saints de la paroisse et dans certains cas leur anciens lieu de cultes déjà détruit à l’époque, et dont on a malheureusement aucun dessin, mais aussi toute une série d’armoiries à la mémoire des anciens seigneurs nazairiens, des familles donatrices. L’église était en effet une profusion de décors héraldique dont subsiste uniquement les éléments sculptés : les écus des seigneurs qui tenaient les seigneuries de la paroisse à la Révolution, sculptées sur les clefs de voûtes des bas-côtés, alternés avec des écus au nom des frairies. La clef de voûte du cœur reproduite les armes du duché de Bretagne, avec couronne et collier des ordres du l’Hermine et de l’Épis de Blé, elles sont accompagnées de celles de Saint-Nazaire, et du pape Léon XIII. Dans la nef et transepts on trouve les écus d’évêques nantais : Le Coq, de Hercé, (qui avait complété la relique de la Vraie Croix de Saint-Nazaire en 1844[5]) Jacquemont, et Fournier, (qui avait l’habitude de passer ses vacances à Gavy[6]).0

     

    eglise saint nazaire

    eglise saint nazaire

     

    eglise saint nazaire

    eglise saint nazaire

     

    Les principaux membres du conseil de fabrique, (Galibourg, Kervilers), avec l’abbé Soulas et monseigneur Laborde, évêque de Blois né à Saint-Nazaire[7], eurent l’honneur d’avoir leur visage sculpté sur les chapiteaux de certains piliers. Toutes ces sculptures furent réalisées par messieurs Perraud et Barré.

    Le monumentale chemin de croix en plâtre, est l’œuvre de monsieur Bouriché, d’Anger. On avait aussi sollicité le sculpteur nazairien Alfred Caravanniez[8] pour trois statues, Saint Nazaire, Saint Yves, et Françoise d’Amboise[9], qui avait possédé le château de La Motte-Allemand à Saint-Nazaire[10].

     

    L’église a deux sacristies, l’une d’entre elles devait servir de musée et contenir les objets anciens provenant des anciens lieux de cultes détruits ou désaffectés. Ce ne fut qu’un espace de stockage jamais ouvert au public, où on relégua entre autres le maître autel en bois polychrome de l’ancienne église.

    Luxe suprême, on éclaira les lieux à l’électricité ! Mais l’argent manqua, on n’acheva pas tous les vitraux, alors on se contenta de pavés de bois pour couvrir le sol, d’orgues, certes Cavaillé-Coll, mais au clavier incomplet posé dans une chapelle latérale, et en dehors d’un maître autel en cathédrale de style néogothique commun à toutes les églises de l’époque, le chœur ne reçut aucun meuble.

     

    Le 30 novembre 1906 eut lieu, dans le cadre de la Loi de 1905 séparant l’Église de l’État, on procéda à l’inventaire de l’église. La porte est fur forcée à coup de hache par un pompier. L’abbé Soulas, très malade, se fit transporter sur les lieux, et fit valoir que l’église était bâtie sur son terrain, et qu’il en était de fait le propriétaire. On détermina cependant que l’église contenait des objets de culte appartenant à la municipalité, issu de l’ancienne église et chapelles nazairiennes.

     

    À la mort de l’abbé Soulas le 24 mai 1909, l’église fut léguée au Diocèse. C’est donc l’une des rares église construite avant la Loi de 1905 à appartenir à un diocèse.

    L’abbé Soulas eu le privilège d’être enterré dans le transept ouest.

    Il fut remplacé par Donatien Joalland, qui resté en fonction jusqu’à sa mort en 1936 qui ne pratiqua à aucuns travaux, et entassa l’argent des fidèles qui ne comprenaient pas pourquoi il se refusait à meubler le chœur ou à faire restaurer l’orgue, toujours incomplet, qui meuglait quand l’organiste tapait de toutes ses forces sur le pédalier cassé, pour en sortir un son. Au demeurant, il réussit aussi à dépeupler son église au profit de la paroisse Saint-Gohard, et s'illustra en en 1920 refusant d'une façon grossière de procéder à une cérémonie funèbre pour un scaphandrier grec mort asphyxié durant son travail, sous prétexte qu'il était orthodoxe. Faute de trouver un pope, on demanda au pasteur Jospin qui accomplit le culte, ce qui provoqua un grand émoi dans la population et renforça la détestation des Catholiques nazairiens envers Joalland.

     

    Son remplaçant, le chanoine Henri Gouy, fut autrement. Son premier prêche le 19 juillet 1936, fut l’annonce d’un véritable programme de reforme et de projet de travaux. Pour connaitre la vie de ce personnage truculent, on se rapportera à la biographie qui lui fut consacrée en 1946 par Maurice Chaignon. Né en 1888 à Saint-Lumine-de-Coutais, il était issu d’une famille de chouans, et ses parents faisaient figure de nobles locaux malgré leur roture, dans leur village, aux yeux des habitants. Il avait hérité d’eux un gout du luxe et de l’apparat dont bénéficia l’église Saint-Nazaire. Il avait aussi la particularité d’être ami depuis le séminaire avec le chanoine Crespel, curé de Saint-Gohard.

     

    eglise saint nazaire, gouy

    le chanoine Gouy

    Découvrant que son prédécesseur avait laissé une somme coquette en caisse, le chanoine Gouy entreprise de déplacer l’orgue derrière le maître autel et le fait complètement restaurer et compléter. Il commanda aussi des stalles, des sièges et tabourets, en chêne de la Sarthe aux ébénistes de La Mellinet, paroisse dont il avait été vicaire. Ces meubles, qui se trouvent encore dans le chœur, furent livrés en avril 1938.

    Le chanoine Gouy réussi à faire revenir à lui les paroissiens de sa paroisse,et bénéficia du fait que la rue de Villès-Martin était devenue à partir de 1900, la rue où résidaient les personnes les plus riches de la ville, et celles des grands hôtels. Il trouva de nombreux et généreux mécènes pour financer ces autres travaux de décoration. Il fit ainsi restaurer le maître autel de l'ancienne église et les statues qui en provenaient, et qui dormaient jusque là dans la seconde sacristie.

    Il commanda aussi une série de confessionnaux aux mêmes ébénistes qui avaient réalisé les stalles, dont les grilles furent dessinées par Gabriel Loire, (1904-1996). Cet artiste beauceron, surtout connu pour ses vitraux, dont on trouve nombre d’exemplaires en Presqu’île, et notamment en l’église de l’Immaculée à Saint-Nazaire, fut aussi chargé de réaliser les dessins des grilles du chœur, ornement majestueux qui marqua l’esprit des Nazairiens avant la seconde-guerre, tant elles étaient esthétiques. Elles avaient été forgées par une entreprise angevine.

    Si l’on en trouve parfois une carte postale réalisée à Saint-Nazaire durant la guerre à la demande du chanoine Gouy, nous vous livrons ici deux photographies issues des archives de Gabriel Loire, et dont son fils a eu la gentillesse de nous faire copie.

     

     

    St Nazaire (1).JPG

     

    eglise saint nazaire

     

    Outre ces grilles, le Chanoine commanda aussi deux candélabres électrifiés, (en fait des lampadaires), dotés de trois globes chacun, qui ornèrent de chaque côté le chœur depuis les trois marches. Le Chanoine se plaignait en effet qu’en hiver il n’y voyait pas suffisamment clair.

    En janvier 1940 une rupture d’anévrisme le rendit hémiplégique. Il perdit l’usage de la moitié de son visage, et le prive de la parole. A force d’exercices et de volonté, il arriva dès février à reparler.

    Alors que la guerre faisait rage, le Chanoine Gouy, entre prêches et visites en ville pour le réconfort de la population, songeait activement à la décoration de son église et la réalisation de fonds baptismaux pour la chapelle de l’Hôpital. Il en résulte une amusante correspondance avec Gabriel Loire qui s’échelonnent entre 1941 et début 1943.

    En premier lieu, cette correspondance nous apprend le projet d’une peinture qui aurait dû être réalisée sur une toile par Gabriel Loire, consacrée à un miracle de Saint-Nazaire, qui aurait dû être maroufler sur la voûte du chœur, (en forme d’ogive, et haute de 2m81), dont le financement était assuré par « un jeune donateur » (la maquette de cette peinture est hélas perdue). Il est aussi question dans une lettre du 26 janvier d’un accident arrivé à l’un des précieux candélabres : un chien étaient entré dans l’église, en avait renversé, brisant l’un globe de verre. Le chanoine en était catastrophé et consacra plusieurs lettres à demandé à ce qu’on lui fasse parvenir des globes de remplacement, insistant sur l’emballage, et les détails de livraison, avec une maniaquerie qui fait sourire. Avec beaucoup de calme et de patience, Gabriel Loire lui répondait et le rassurait.

     

    eglise saint nazaire

    une lettre du chanoine Gouy

     

    Une lettre du 23 mai 1942 relate l’état d’esprit des Nazairiens après les bombardement Britanniques d’avril et du 9 mai :

    « Nous avons eu plusieurs bombardements sérieux qui ont fait pal mal de victimes et beaucoup de dégâts. Les Anglais se comportent comme des bandits, ils jettent leurs bombes n’importe où et n’importe comment. Nous connaissons depuis longtemps la nuit sans sommeil, au fond d’une cave. »

    En effet, les chanoines Crespel et Gouy dormaient dans la cave du presbytère Saint-Nazaire. Les vitraux de l’église avaient presque tous été soufflés, mais le chanoine reconnaissait avoir eu de la chance car aucune bombe ne l’avait atteinte.

    Si l’on se fit à ces seuls courriers, on pourrait croire le chanoine bien futile. En réalité il accourait après chaque bombardement au secours des blessés, distribuait les sacrements aux mourants au milieu des flammes, des explosions, et des cadavres qu’on hissait sur des camions, sans distinction avec ceux encore vivants, mais dont on savait qu’ils ne survivraient pas à leurs blessures, et qui étaient terrorisés à l’idée d’être peut-être mis encore contient dans une fosse.

     

     Le 16 février 1943 une bombe détruisit la sacristie. Il fallut évacuer la cure le 25, et l’ensemble du clergé nazairien se retrouva logé à la maison de la Providence à Saint-Marc[11]. Le mobilier du chœur, le maître autel en bois doré de l'ancienne église, les statues, les albâtres, furent évacués à Nantes, chez les Oblates, avec le reliquaire de Vraie Croix.

    Le 28 février le centre-ville était « un fleuve de feu ». Le 1er mai le transept est fut touché par une bombe. Un morceau s’en décrocha en un seul bloque et tomba net à côté de l’église.

    eglise saint nazaire

    Paul Bellaudeau, mai 1943

     

     

    À partir de là les bombes ne l’épargnent plus, même si elle est évitée par les avions qui les lâchent car elle reste le seul signe de repaire au milieu des décombres de la cité.

    À fin de se chauffer dans la base-sous-marine, les Allemands arrachèrent les pavés de bois.

     

    À la Libération, l’église Saint-Nazaire était avec la Base les deux seuls bâtiment dominants la ville réduite à des tas de pierres.

     

    Le Chanoine Gouy était décédé à Saint-Marc le 5 juillet 1943. La restauration de l’église, évaluée à 46 millions de francs, débuta en 1951, sous la direction de l’architecte Similien Ganachaud, (qui réalisa le nouveau monument aux Morts). Durant le déblaiement, on vola les grilles du chœur dessinées par Gabriel Loire. Le transept est fut reconstruit de juin 1953 à août 1955.

     

    Centre-046-Eglise-de-St-NAZAIRE-1945.jpg

     

    Propriété du Diocèse, elle échappa à la destruction et fut rétablie à l’identique. On modifia uniquement la façade en improvisant son étrange clocher de bois couvert d’ardoises, au-dessus du portail. Et l’on fit le choix de doter l’édifice de vitaux abstraits, dessinés par le nazairien René-Yves Creston, et réalisés par l’atelier Razin de Nantes. Le mobilier fut rapatrié, mais les deux candélabres commandés par le chanoine Gouy, et surtout la relique de la Vraie-Croix n’ont jamais été restitués.

     

    [1]  Kerviler : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/07/24/rene-de-kerviler.html

    Galibourg : http://saint-nazaire.hautetfort.com/maitre-galibourg/

    [2] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/06/26/la-maison-noble-du-sable-seconde-partie.html

    [3] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/07/26/notes-sur-la-famille-de-bregeot.html

    [4] Paroisse fondée par décret du 23 décembre 1873.

    [5] Voir à son propos : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/02/05/la-vieille-eglise-6126779.html

    [6] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2016/11/25/domaine-de-port-gavy-5879135.html

    [7] http://saint-nazaire.hautetfort.com/famille-laborde/

    [8] http://saint-nazaire.hautetfort.com/alfred-caravanniez/

    [9] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/06/30/1468-francoise-d-amboise-devient-dame-de-la-motte-allemand.html

    [10] http://saint-nazaire.hautetfort.com/apps/search?s=la+motte-allemand&search-submit-box-search-70400=OK

    [11] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2013/04/08/la-providence-a-saint-marc.html

  • Le Vieux-Môle

    Saint-Nazaire était doté depuis les temps anciens d’un havre d’échouage, le portereau, ou plage du petit Traict, situé le long des murailles Nord, dans l’anse vaseuse que formait la Loire au pied du logis seigneurial, remplacé à partir de 1580 par une église (connue à la fin du 19e sous le nom de vieille église). Ce havre s’étendait jusqu’au rocher de Penhoët, (y avait des blocs de pierre posés sur la rive avec des anneaux plus en amont), et était nommé « Anse de la Ville Halluard ». Les navires calant plus de 4 m venaient s’y échouer quand la Loire charriait des glaçons. Ce portereau avait de l’importance, le duc Jean V considérait Saint-Nazaire comme la principale « yssue » de Bretagne, de même qu’Henri IV et Louis XIII, la Compagnie néerlandaise des Indes orientales avait songé un temps y établir un comptoir, proposant le financement de la construction d'une digue submersible qui aurait rendue navigable la Loire jusqu'à Nantes même à mare-basse, à la condition que l'on lui attribua le port de Saint-Nazaire en franchise. L’Intendant de Bretagne dans son Arrêt du 3 avril 1714, jugeait que « Saint-Nazaire est un port de mer recommandable pour [le] commerce [du vin par mer et Loire] », cela s’explique par le fait que Saint-Nazaire, outre sa situation et son vignoble[1], était dispensée du droit de billot[2], mais aussi par le fait que la route menant à Nantes depuis l’estuaire et la presqu’île était une ancienne voie romaine en mauvais état et longue à suivre, et qu’il était plus pratique pour les habitants de Guérandes, du Croisic, et de Paimboeuf, de se rendre à Saint-Nazaire pour y embarquer à bord de navires remontants la Loire. On accédait au portereau par des marches depuis la Place de l’église. Il y avait une sorte de digue qui le protégeait, faire de grosses pierres posées sur les rochers, on en pouvait accéder en barque qu’aux flos ou à la fin de l’èbe entre cette digue et les navires dans l’estuaire. Il y avait à proximité un petit chantier de radoubage.

     

     

    vieux-mole, saint-nazaire, portereau, port

    Charles Beilvaire, le portereau en 1832, aquarelle d’après une autre plus ancienne,

    publié dans Le Courrier de Saint-Nazaire du 4 janvier 1936

     

    Jean-Baptiste Ogée, dans son Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, en 1778, estima qu’il fallait construire « un môle de 150 toises » pour l’embarquement des voyageurs de Paimboeuf et Guérande.

    Le 20 mars 1795 un « rapport des pilotes à l’administration maritime » avait émis le vœu que « pour la sureté et la facilité de la navigation, il soit fait une soit fait une jetée qui commencera depuis la cale jusqu’aux derniers rochers, avec une arche dans l’un de ses points pour faciliter le passage des chaloupes ».

    On ne fit jamais suite à leur demande.

    En 1802 il fut projeté un arsenal maritime par les ingénieurs Goury et Groleau, qui resta en carton.

    Les 9, 10 et 11 août 1808 Napoléon Ier descendit la Loire depuis Nantes jusqu’à Saint-Nazaire, dans le but d’établir un port profond ne dépendant pas des marées, et des chantiers navals. L’architecte nantais Mathurin Curcy lui proposa les plans d’un projet à construire à Saint-Nazaire qu’il avait mis au point avec son frère, et qui comprenait l’élévation d’un grand môle et le creusement d'un canal au niveau de l'isthme, ce qui préfigurait la Nouvelle-entrée du port actuel. Si Napoléon s’enthousiasma pour celui-ci, le Ministère ne saisit les Pont-et-Chaussées pour une étude que le 26 mars 1812 ! Ce furent les ingénieurs Sganzin et Prony qui furent chargés d’entreprendre une étude minutieuse du fleuve, dans laquelle il ressortit : « le seul point où un grand établissement pût être construit était Saint-Nazaire ».

    Le 23 juin 1822 un pyroscaphe, bateau à vapeur et roue à aube, assura le transport journalier des voyageurs entre Saint-Nazaire et Nantes. Ce bateau avait été lancé par le chantier Guibert de Nantes, et baptisé « Loire » , il appartenait aux consuls étasuniens Fenwick et Strobel. Il fut l’année suivante concurrencé par « Le Courrier », autre pyroscaphe appartenant aux armateurs nantais Tranchevent, Gaillard et Vince. Le Courrier partait de Nantes à 7 h et arrivait à Saint-Nazaire entre 11 h et midi en fonction du temps, et repartit à 14h pour arriver à Nantes à 18 ou 19 h. Cette mécanisation du transport fluviale obligea a municipalité nazairienne à réagir. La construction fut mise à l’ordre du jour du Conseil par le maire Charles Blanchard les 12 octobre 1822 et 28 septembre 1823. En s’appuyant sur les difficultés d’accès au port et à l’avantage qui en résulteraient de l’édification d’un môle :

    « Considérant :

    1e que Saint-Nazaire, placé sur un rocher fort élevé, est environné d’autres rochers beaucoup moins hauts, mais qui le rendent pour ainsi dire inabordable ; que la rade qui se trouve au Nord-Est de ce lieu contient presque toujours un grand nombre de forts bâtiments qui y restent ancrée sur le mouillage excellent, sans craindre de toucher, même à la basse mer des plus forte marées ; que ces bâtiments, soit qu’ils entre en rivière ou qu’il soient sur leur départ, ont besoin de se ravitailler, ce qu’ils font avec leurs embarcations, mais avec grandes difficultés ;

    2e Que Saint-Nazaire est le lieu d’embarquement des habitant des villes et bourgs du Croisic, de Guérande, du Pouliguen, de Piriac, de Mesquer, et autres qui se rendent à Nantes ;

    Le Conseil Municipal est d’avis unanime :

    1e Qu’il est de la plus grande nécessité qu’un môle, long d’environ 400 mètres et d’une hauteur convenable au-dessus des plus grandes marées, soit construit depuis l’extrémité des rochers qui s’avancent de l’Est, Sud-Est de Saint-Nazaire jusqu’à la rue qui descend au rivage ; qu’il résulterait de l’édification de ce môle ou chaussée de très grand avantages ; qu’en outre les pilotes pourraient toujours à ce moyen, tenir leurs chaloupes à flot et se trouver par conséquent à même de porter, quelque heure de marée que ce soit, les secours ou assistances dont les navires qui entrent en rivière on toujours besoin ;

    2e Que dans l’endroit appelé le Courceau, on face une arche, dont la largeur doit être proportionnée à la quantité d’eau qui est susceptible de passer à cet endroit – cette eau dont le cours sera très rapide, entrainera avec elle toutes les vases qui, sans cette arche, s’accumuleraient dans le port et qui dans peu d’années finiraient par le combler entièrement ;

    3e Que pour la sûreté des bâtiments, il sera nécessaire de construire à l’extrémité du susdit môle une petite tour élevée de quelques mètres, au sommet de laquelle on pourrait mettre, au moins pendant les six mois d’hier, un fanal. »

     

    Le 11 mars 1827 un avis favorable du conseil municipal fut donné pour le plan de l’ingénieur Plantier des ponts et chaussées.

    Le projet comprenait un môle avec un fanal tour dressée sur le musoir de la jetée, reçu l’approbation du directeur général des Ponts et Chaussées le 25 octobre 1827. Une grande jetée de 185 m 45 de longueur à son extrémité, percée à 73 m de sa racine par une voute de 8 m de long d’ouverture e 8 m 5 de rayon.

    L’adjudication des travaux fut accordée au profit de l’entreprisse Perredeau le 19 decembre 1827 au prix de 2444.410 francs et 19 centimes.

     

    En 1828 la Compagnie « Les Riverains de La Loire », replaça les deux compagnies de transport en pyroscaphe. Son navire fut nommé « Le Rapide » et filait à 10 Noeux, ce qui faisait chavirer à son passage les petites barques. Balzac dans son roman « Béatrix », paru en 1829, se plaignit de l’absence de débarcadère entre le vapeur et le rivage.

    (Notons ici que le bac à vapeur depuis Mindin et Saint-Nazaire ne fut établit qu’en 1863 par monsieur Bergmann.)

     

    vieux-môle,saint-nazaire,patrimoine,port,porteau, pyroscaphe

     

    La construction fut longue, il fallut apporter les pierres à l'aide de chars à bœufs qui défoncèrent la chaussée menant à Saint-Nazaire, et la rue principale du bourg, ce qui provoqua des protestations et des frais supplémentaires.

    L’ingénieur Lemierre succéda à Plantier, et présenta le 22 mai 1831 une modification en proposant la construction d’une cale latérale en amont du mole d’abri, à partir de la culée droite de la voûte de chasse, et celle d'une pente d'accès au portereau pouvant permettre l'embarquement des animaux, dont l’ajout fit s’élever les frais à 320.000 francs. 

     

    vieux-môle,saint-nazaire,patrimoine,port,porteau

    vieux-môle,saint-nazaire,patrimoine,port,porteau

    Plans du Môle par les Ponts-et-chaussées en 1835

     

    Longue de 111 m et large de 6 m, élargi à 8 à son extrémité, avec une plateforme située à 8 m 45 au-dessus de la laisse de la basse-mer pour porter le phare, et accessible aux voitures, le Vieux-Môle fut achevés à la fin de l’année 1835. Le 1er janvier 1836 un feu blanc à occultation régulière, d’ne puissance lumineuse de 25 becs Carcels et d’une portée de 10 milles, brilla à 15 m 40 au sommet du fanal du môle pour la première fois.

    vieux-mole, saint-nazaire, portereau, port

    Charles Beilvaire, dessin publié dans Le Courrier de Saint-Nazaire du 22 janvier 1939

     

    vieux-môle,saint-nazaire,patrimoine,port,porteau

     On pratiquait le carénage sur le traict à son abri, le patron gréeur était monsieur Moreau, dont le fils a produit plusieurs dessins, aquarelles et peintures du vieux Saint-Nazaire.

     

    vieux-môle,saint-nazaire,patrimoine,port,porteau

    Embarquement des vaches

     

     

    Le jour de Noël 1856 on inaugura par une grande fête le bassin à flot du port voulu par Napoléon III. Le Môle perdit son rôle principal, ne devenant que la jetée d’un feu de position. Le portereau disparut sous l’élévation des fortifications faites de monticule de terre (Saint Nazaire aurait dû être fortifiée), puis par les nouvelles parois du bassin. Le Vieux-Môle avec la création des quais du port, et plus encore par la construction du Quai des Marées (Jetée Ouest de la Nouvelle-Entrée), perdit environs 25 m de longueur depuis la terre, rendant inutile l’arche à désenvaser du portereau.

    Utilisé comme place publique, on s’y réunissait pour discuter et observer les entrée et sorties du port par la Vielle-Entrée. Avec une longue vue on pouvait observer jusqu’au-delà de la Barre des Charpentiers les voilures.  Les pécheurs à la ligne y passaient leurs journées, les jeunes gens leurs soirées d’été en rêvant de devenir marins. Le Vieux-Môle pris le surnom de « Pointe des blagueurs », car les marins s’y réunissait et racontaient leurs voyages de façon un peu fantastique. Il en reste le souvenir de deux vieux marins qui avaient voyagé sur le même navire, qui racontaient de la même manière les mêmes histoires de voyage, les mêmes détails sur l’équipage et la même tempête qu’ils avaient essuyés en plein océan, mais qui se traitaient mutuellement de menteur en disant ne s’être jamais vu à bord… Cela dura des années, amusant la ville qui s’attendait à une bagarre, et cela devint un énorme gag quand un vieil officier de marine fit escale à Saint-Nazaire, et reconnaissant les deux marins démêla l’affaire : ils avaient navigué sur le même navire, avec le même équipage, dans les mêmes mers et rivages, mais… à un an d’intervalle ! Ils ne s’étayent pas aperçu de ce détail en raison du fait que durant ces deux voyages dans la même mer, les navires avaient essuyé un typhon…

     

    Le phare fut remplacé le 31 décembre 1904 la tourelle préexistante qui culminait sur une plateforme qui fut arasée.

    vieux-mole, saint-nazaire, portereau, port

    Avec le nouveau phare en 1905

     

    vieux-mole, saint-nazaire, portereau, port

     

    Le parapet nord du Môle fut détruit par le raz-de-marée du 9 janvier 1924

     

    Dans les années 1930 la fréquentation du Môle était réduite, on avait vidé de presque tous les commerces le quartier, et il ne restait que des habitations modestes et des hangars. Cela devint même un endroit dangereux le soir, des agressions eurent lieu, on osait plus sortir à la nuit tomber vider son pot de chambre sur les rochers, (il n’y avait pas d’égout, ni de fosse, ni même d’eau courante dans le Vieux-Nazaire avant sa destruction). On ne s'y rendait plus que certains dimanches ensoleiller. La destruction de la Vieille-ville l'isola totalement.

     

    vieux-môle,saint-nazaire,patrimoine,port,porteau

    la lentille du phare en 1936

     

    [1] Carte du vignoble nazairien : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2015/11/25/carte-du-vignoble-nazairien-5722067.html 

    [2] À propos de la dispense du droit de billot : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/07/09/saint-nazaire-pays-de-vignobles-dispense-du-droit-de-billot.html 

  • La " Vieille-église "

    vieille-église, saint-nazaire

    La « Vieille-église », dessin de Paul Bellaudeau publié dans Le Courrier de Saint-Nazaire du 2 mai 1931.

     

    vieille-église, saint-nazaire

    La Vieille-église en 1830, dessin de Charles Beilvaire d’après un tableau disparu, publié dans Le Courrier de Saint-Nazaire du 7 octobre 1933.

     

    152_001.jpg

     

    Nous l’avons expliqué dans notre article précédent, les Nazairiens obtinrent du vicomte, Charles d’Avaugour, de transformer les restes manoir fortifié féodale ruiné durant la Guerre de Cent ans en église. Cela fut entrepris entre 1580 et 1584, date à laquelle le culte est officiellement pratiqué dans ce nouveau lieu consacré.

     

    L’emplacement de cette église, et donc de l’ancien manoir féodal des Vicomtes de Saint-Nazaire, se situait à proximité du portereau et de l’estuaire, proche de là où est aujourd’hui le Vieux Môle.

     

    vieille-église, saint-nazaire

     

    Emplacement de la vieille-église et donc du logis féodal des vicomte de Saint-Nazaire

     

    Cette église reprenait des éléments de murailles déjà élevé, on relatait encore au milieu du 18ème siècle l’existence d’anciennes marches saillantes dans une encoignure extérieure du mur Nord, à côté de la porte de la chapelle du Rosaire, et dont on devinait encore l’emplacement au moment de la destruction en 1896. Cette chapelle du Rosaire, latéral à la nef, et contiguë au chœur était la partie où le vicomte et les autres seigneurs de la paroisse avaient leurs bancs, et où ils étaient inhumés, ce qui explique l’existence d’une entrée particulière. Les autres restes du manoir féodal avaient disparu des aveux depuis 1673, ce qui laisse supposer qu’on les avait finalement arasés. En effet, un nouveau cimetière s’était constitué autour de l’église, et fut bientôt délimité par des murs.

    Outre l’autel du Rosaire, il existait quatre autres autels dans le style de la Contre-réforme, dédié à la Vierge et à saint Nazaire, encadrant un autel principal, et un cinquième situé dans une seconde chapelle latérale, consacré à la Vraie Croix. La paroisse possédait en effet une relique constituée de deux lamelles du bois de la croix que les Empereurs latins de Constantinople disaient avoir été celle du Christ, et qu’ils avaient gagé auprès de la république de Venise, et rachetée par Saint Louis, qu’il émietta en présent à ses vaisseaux, alliés, et amis. Les deux lamelles étaient collées en tau sur un morceau de parchemin rangé dans un reliquaire. La présence de Saint-relique faisait que nombre de pèlerins venaient à Saint-Nazaire pour l'Exaltation de la Croix chaque 14 septembre, elle était suivit le lendemain par une grande foire. Le droit de la manipuler, et de récolter l'argent des dons dans le tronc quil lui était associé entraîna des querelles. En 1709 on du saisir le Présidial de Nantes à ce propos. Il fut alors interdit au recteur de Saint-Nazaire « de se mêler directement ou indirectement des deniers et de la boyste de la précieuse Vraye Croix  », mais n'ayant que faire de la décision du Présidial, le recteur avait fait réalisé une copie de la clef du tronc, ce dont se lamenta le conseil de la Paroisse dans le compte rendu de son assemblée générale du 3 novembre 1709. Cette relique était enchâssée dans un reliquaire d'argent sculpté.

    Le style des autels cités était celui de la contre-réforme, en bois sculpté, peint et doré. On en conserve qu’un seul élément, le retable avec tabernacle qui se trouve sur l’autel du cœur de l’église Saint-Nazaire actuelle.

    La nef centrale de l’église, avaient la particularité d’avoir en sa première partie, et sous le clocher, des colonnes de bois qui étaient en réalité six anciens mats offerts par des marins. Ils supportaient un plafond plat en lambris, que J. Desmars disait être« ignoble ». Un jubé de bois réalisé en 1682 par Pierre Hayard, artisan nazairien, séparai la nef du chœur. Les arcades, mettant en communication les chapelles et le chœur, étaient en plein-cintre et fort larges, de sorte qu’on apercevait sur une seule ligne les cinq autels de face. la nef dans sa partie haute et les chapelles latérales avaient des plafonds à voûte de bois. Plusieurs peintures sur toile décoraient le sanctuaire, celle de l’autel du rosaire avait été réalisée en 1657 par un peintre nantais, Jean Le Coutz, un baptême du Christ avait été peint en 1780 pour orner les fonds baptismaux, par l’atelier des peintre Collet, père et fils, et avait couté la somme astronomique de 300 francs au conseil de fabrique. On leur trouva tous les défauts au 19ème siècle, et elles furent mises au rebut quand on détruisit l’église.

     

    saint-nazaire- vieille-eglise

    Plan de l’église dressé par Henri Moret, et ici repris par Fernand Gueriff dans "le Vieux Saint-Nazaire ", éditions Jean-Marie Pierre.

     

    Du décor on a aussi conservé en statue de bois polychrome, un ange gardien doré qui devait être un ornement de l’autel principal, une stature dite de Notre-Dame du Bon Port, la Vierge de douleur et Saint-Jean priant, œuvres du 15ème siècle, anciens ornements d’une poutre de gloire, qui provenaient de la première église, dite « chapelle Notre-Dame d’Espérance » au 19ème siècle, ainsi que deux reliefs en albâtre anglais, La Jérusalem céleste et Le Couronnement de la Vierge,  acquisitions courantes par les marins bretons durant les ventes qui eurent lieu en Angleterre à la suite de la Réforme. L’ensemble des boiseries étaient donc colorés, dorés, c’était un décor riche même si les éléments étaient de qualité variable.

    Le clocher était surmonté d’une croix de fer qui surmontait une girouette de cuivre doré en forme de main, nommée par les Nazairiens « main du bon accueil ». Conservée dans les collections municipales, elle mesure 43 cm de long sur 38 cm de large,pour une épaisseur de 3 mm. La tradition était que quand les couvreurs œuvraient sur le toit de l’église, ceux-ci décrochaient la main, et la baladaient ensuite dans la ville, en la présentant à chaque maison. Les gens donnaient alors quelques pièces qui servaient à payer le redorage.

    vieille-église, saint-nazaire

    La croix du clocher fut détruite par la foudre le dimanche 16 janvier 1739 durant la messe, au moment de l’élévation. L’orage arracha la majeure partie de ardoises de l’église, et y eu plusieurs blessés qui décédèrent des brûlures. On remplaça la croix[1] et refit le toit, mais l’ouragan de 1751 causa de nouveaux dommages.

    Le clocher comportait plusieurs cloches, trois d'entre-elles nous sont connues : la première d'un poids de 900 livres, fut baptisée le 13 décembre 1734 « Françoise », elle eut pour marraine Perrine de Carné, vicomtesse de Saint-Nazaire et baronne puis baronne de Marcein, épouse de Joseph du Boisbaudry, comte de Langan, et pour parrain Jacques Le Pennec, seigneur du Bois-Joalland ; la seconde, dite la Grosse Cloche, avait un poids de 1065 livres, fut baptisée en 1767 et eut pour parrain René-Jean Bonin, comte de La Villebouquais, co-vicomte de Saint-Nazaire, et pour marraine la co-vicomtesse Louise-Françoise Raoul de La Guibourgère, épousede  Jean-Baptiste-Elis Camus de Pontcarré, seigneur de Viarmes ; la troisième, d'un poids de 200 livres, fut baptisée le 5 juin 1778 « Jeanne-Marie », en hommage à l'une des filles d'Alain-Jacques-René Bonin de La Villebouquais, elle remplaçait une précédente tombée du clocher dans la nef en ayant transpercé le plafond lambrissé en juillet 1772.

     

     

    En 1792 le curé Constitutionnel de Saint-Nazaire, nouvellement nommé, Yves Guinoys, voulu prendre pour son usage l'argent déposé dans le tronc de la Vraie-Croix, faisant valoir la sentence du Présidial de Nantes de 1709 qui en attribuait le contenu à la seule paroisse, il fut arrêté par les Gendarmes et mis en prison à Guérande. Le tribunal du district l’acquitta, jugeant qu'il ne pouvait pas savoir.

     

     

    En 1794 le culte catholique fut interdit, l'église fermée, et la direction du District de Guérande exigea qu’on lui fasse parvenir tous les objets d’art et précieux ayant servi au culte. Le maire, Jean-François Allançon, pris la décision d’envoyer le reliquaire d’argent, mais conserva chez lui la relique. Il la concevra plusieurs années, et alors que le culte catholique n’était plus autorisé en France, il dressait chez lui chaque 14 septembre un autel dans sa maison, et réunissait secrètement les notables de la ville pour une messe. Craignant des problèmes avec les gendarmes, il finit par la remettre au chapelain de Marsain, l’abbé Rouaud, qui avait refusé de s’assermenter, et s’était caché durant toute la période révolutionnaire. Quand l’église fut rendue au culte en avril 1802, il fallu attendre la fin des tractation entre Napoléon et le Pape pour que puisse être nommé au débit de l'année 1803 Jean Crossay, ancien curé du Croisic, comme curé de Saint-Nazaire. La relique de la Vraie-Croix  fut alors restituée et retrouva son autel.

     

    Le 19 janvier 1820, le maire, Julien Maurice Tahier de Kervaret, demanda au préfet d’envoyer un ingénieur vérifier le cloché qui était en mauvais état et dont il craignait qu’il ne tombe un jour de grand vent.

     

    En 1844, l’évêque, monseigneur de Hercé, fit dont d'une troisième lamelle issue de la Vraie Croix. On l'ajouta à la relique nazairienne en transformant le tau en croix latine. La relique mesurait environ 2 cm de hauteur et de largeur.

     

    eglise saint nazaire

     

    En 1867 un poids de l’horloge placée dans le clocher tomba, perça le plancher, et atterrie dans la nef alors qu’on célébrait la messe.

    Vers 1880 le suisse, dit le Grand Blancho, fit tomber en pleine messe une pille de chaises, provoquant la frayeurs des paroissiens à qui l'on répétait depuis presque quinze-ans que le clocher leur tomberait sur la tête !

    Ce fut prétexte pour dire qu’il fallait une nouvelle église. On se mis à dire qu’elle était aussi laide et sans intérêt patrimonial. En réalité l’église était condamnée par les agrandissements du port, et en 1882 on lança activement le projet d'un autre lieu de culte.

    On entreprit ainsi la construction de l’église Saint-Nazaire actuelle, où la messe fut célébrée à partir de juillet 1891, mais ce ne fut qu’en 1895 que la désacralisation de la « Vieille-église » fut prononcée. La destruction eu lieu en 1896. Il fallut employer la dynamite, preuve qu’elle était bien plus solide que ce qu’on avait raconté pour justifier sa destruction. L'église contenait de nombreuses tombes de notables (plusieurs capitaines et sénéchaux seigneuriaux), et d'anciens seigneurs de la paroisse. Dans la crypte de la chapelle du Rosaire, la chapelle seigneuriale réservée à la noblesse, il fut trouvé une urne de plomb contenant le cœur de Perrine de Carnée, vicomtesse de Saint-Mazaire et baronne de Marcein, décédée le 16 février 1754, épouse de Joseph du Boisbaudry,comte de Langan. Elle fut remise à la famille de Carné qui le fit placé dans son enfeu de Saint-Aubain de Guérande. Les ossements des anciens seigneurs connurent la fosse commune au Cimetière de Toutes-Aides, tout comme les ossements issu du curage du cimetière qui fut effectué jusqu'à atteindre la roche. Huit convois par chariot transportèrent les restes à Toutes-Aides. Dans les gravats on trouva des monnaies dont nous avons déjà parlé ici : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2015/10/18/des-pieces-chinoises-dans-le-cimetiere-5702134.html

     

     

    vieille-église, saint-nazaire

    Démolition de la vieille église par Paul Bellaudeau

     

    [1] Cela fut réalisé par le serrurier du Pouliguen, Jean Lamarre, qui fut payer 45 livres.

  • Ancien chapelle Notre-Dame d’Espérance

     

    Si le nom de Notre-Dame d’Espérance est celui de la paroisse de Pertuischaud et de son église circulaire, bel exemple de construction religieuse des années 1950, il fut auparavant celui d’une chapelle située dans le Vieux Saint-Nazaire, au point le plus élevé du rocher, rasée en 1906, là où se dresse aujourd’hui le quartier du Petit-Maroc[1], .

     

    Remontant le temps, jusqu’au début du Moyen-âge. Il ne nous est pas possible d’affirmer si cette chapelle était l’église dont parle Grégoire de Tour à propos de la légende du Baudrier d’or, même si c’est la théorie de Desmars à laquelle s’opposait maître Galibourg[2] qui voulait que la ville se situait à l’origine au lieu-dit « la Vieille-Ville », nom qui pourrait en réalité désigner l’emplacement d’un bourg antique. Faute de documentation, et plus encore de fouilles archéologiques, matière encore balbutiante quand on urbanisa à la fin du 19ème siècle, nous nous bornerons à dire que le bâtiment désigné au 19ème siècle sous le nom de « Chapelle Notre-Dame d’Espérance », était initialement l’église de la ville médiévale de Saint-Nazaire.

    Dominant l’agglomération, ce long bâtiment à une seule nef sous une toiture à plafond voûté de bois, doté un temps d’un clocheton en façade, était orienté vers l’Est, comme le voulait la tradition. Cette église offrait l’aspect simple de ses consœurs bretonnes, et donc architecturalement très proche de la chapelle de Penchâteau au Pouliguen. Comme elle, elle comportait une porte principale à deux ventaux face au chœur, et une petite porte latérale au milieu du mur sud dans le gout de la seconde moitié du 14ème siècle. Si l’éclairage se faisait par les baies du chœur.

    Sa situation au sommet du rocher de Saint-Nazaire, tout comme son orientation, rendait la construction vulnérable aux vents et tempêtes. L’église fut aussi incendiée durant la guerre de Cent-ans, déclarée en ruine en 1373. Les archives du Vatican, que les pères G. de Lesquen et Guillaume Mollat, chapelains de Saint-Louis-des-Français à Rome, avaient consulté pour la rédaction de leur livre « Mesures fiscales exercées en Bretagne par les Papes d'Avignon à l'époque du Grand Schisme d'Occident », publié en 1903 par A. Picard, révèlent que la Papauté d'Avignon, accordât des indulgences aux fidèles qui voulussent bien concourir aux frais de réparation. La Bulle papale précise : « Désirant donc que l'église paroissiale de Saint-Nazaire, au diocèse de Nantes, dont les constructions, ont par suite des longues guerres qui dirent encore, été détruite et réduites à rien ainsi qu'il nous l'a été affirmé, soit réparée et fréquentée avec les honneurs habituels. »

    L'église ne fut reconstruite que partiellement ; on recula le chœur de plusieurs mètres. C'était une maçonnerie à trois pans, avec deux baies en arc et un mur central sans ouverture devant lequel fut placé un retable. Les deux sculpture qui sont dans l'actuel chœur de l'actuelle église Saint-Nazaire, à savoir la « Vierge de douleur » et « Saint-Jean priant », que l'on date du 15ème siècle et qui devaient être des ornements d'une poutre de gloire, proviennent de cet ancien lieu de culte.

    Les dommages réguliers dus aux tempêtes poussèrent les habitants à solliciter en 1580 leur seigneur, Charles d’Avaugour, à obtenir l’autorisation de transformée les ruines de l’ancien logis seigneuriale, détruit durant la guerre de Cent-ans, en église et d'en remployer les pierres. En 1584 l’église usuelle de la paroisse était définitivement fixée sur la place au bord de la Loire, ce sera le bâtiment nommé « Vieille-église » au moment de la construction du Port, (nous lui consacrerons un article).

    Cependant l’église initiale, au sommet du rocher, resta pour Rome la seule église principale de la paroisse, si bien que quand en 1660 Jean de Carné acquit la vicomté de Saint-Nazaire, il fit modifier le portail d’entrée de celle-ci en ajoutant de chaque côté son écu dans un quadrilobe, car c’était encore le siège de la paroisse où il avait le pas sur les autres seigneurs locaux.

     

    Armes de la famille de Carné :

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche, carne

    D’or à deux fasces de gueules.

    Dans les premières années du 18ème siècle, les Gardes côtes édifièrent un corps de garde au bord des flots, sur le bas du cimetière, au sud de la chapelle.  Durant le creusement des fondations de ce nouveau bâtiment, il fut découvert « plusieurs cadavres qui avaient sept pieds de haut, et dont quelques-uns avaient encore des casques[3] », ce qui fait des sépultures de 1 m 80 à 1 m 90 de long.

     

    Sur le cadastre seigneurial du 18ème siècle, dit par Fernand Guériff « plan Goinard », (du nom de son découvreur en 1980), on lit la mention « Grande chapelle, autrefois grande église de Saint-Nazaire ».

     

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche

    Ce plan nous renseigne aussi sur le recul du chœur en précisant l’emplacement des ruines de l’ancien, et délimite « Le grand cimetière ».

     

    La chapelle fut employée jusqu’en 1749 comme chapelle mortuaire, quoique le cimetière qui l’entourait fut désaffecté au profit du nouveau constitué autour de l’église le long de la Loire.

    1749 fut donc la date de sa désaffection comme que lieu de culte ; une tempête avait une nouvelle fois endommagé sa toiture, qui fut sommairement réparée par les militaires qui en firent un magasin. Restitué à la paroisse, le clergé y établit l’école.

     

    À la Révolution la chapelle devint la propriété de la commune, l’enseignement de l’école fut confié à des laïcs, puis déplacée. Le cimetière en parti vendu par lots remployés comme jardins potagers, la plus grande part revenant à l'Armée pour l'usage de son fort, (une simple batterie). La grande chapelle tomba peu à peu en ruine et servant au stockage militaire jusqu’au retour des Bourbon. Le 10 juillet 1816, le maire, Julien Maurice Tahier de Kervaret, la proposa à la location pour la somme de 150 fr annuel à la Préfecture pour y établir les écuries et magasin de la caserne de Gendarmerie établie dans son ancien presbytère, resté lui propriété de la paroisse. Le Préfet écart la proposition. Le 9 octobre suivant, l'ingénieur Cruci venu à Saint-Nazaire pour chercher où établir un lazaret pour les équipages et bâtiments qui seraient mis en quarantaine avec un lieu de stockage des marchandises, jeta ses vues sur la chapelle. Le Maire s’insurgea auprès du Préfet en argumentant que le projet pouvait compromettre la santé de la ville, car les maisons étaient à 70 ou 80 pas, et séparée uniquement par un petit mur.

    Le 25 juillet 1829, le Conseil municipal refusa de rendre la chapelle l'utilisation pour le culte que revendiquait le Conseil de fabrique. La Mairie argumenta que la chapelle était un bien communal. Le 8 juin 1829 il y eu une seconde demande de restitution au culte qui fut elle aussi refusée. 

    Le rétablissement du culte dans la chapelle ne fut autorisé qu'à l'avènement du Second-Empire, et avec l'idée que le développement du port et de la ville entraîneraient le besoin d'un autre lieu ouvert pour le recueillement des fidèles. On entreprit alors de lui rendre sa fonction primitive, mais ce n’est qu’en 1860 qu’une restauration, dans le goût troubadour, en modifia la façade, la dotant d’un œil de bœuf bordé de rinceaux qui se rêvait rosace, et d’un clocheton qui ne reçut jamais de cloche ! On préféra poser devant l’arc de celui-ci, le 27 novembre 1860, une colonne néo-gothique supportant une Vierge à l’Enfant en fonte, oeuvre du sculpteur Fourchon, de Nantes, d’après un dessin de l’abbé Rousteau. Cette jolie statue - oeuvre du sculpteur Fourchon, de Nantes, d’après un dessin de l’abbé Rousteau.

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche

     

    Enfin, on fit établir de larges baient à fronton triangulaire dépassant la pente du toit, toutes sur le même modèle, trois à chaque flanc. Le résultat était laid et le lieu, rebaptisé Notre-Dame d’Espérance, servit peu au culte. A l’intérieur on réalisa une voûte en plâtre peinte en bleu avec des étoiles or, on plaça des statues de saints en plâtre plâtres, un Chemin de Croix de gravures, et de maigres bancs. Quelques ex-votos de marbre furent fixés aux murs blancs, ainsi que quelques maquettes de navires pendues au plafond. L’autel était une don de la famille de Villiers de Heloup, (qui possédait une propriété face à l'océan à l'emplacement de l'actuelle Place Franklin Roosevelt).

     

    ancien-chapelle,notre-dame-d-espérance,saint-nazaire,jardin-des-plante,porche

    intérieur de la chapelle

     

    Peu de messes y furent célébrées. On se contentât d’y faire le catéchisme et en 1896 elle fut à nouveau désaffectée et employée comme magasin pour les sacs de ciment du port.

     

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche

    La chapelle en 1872, dessin d’après photographie originale, par Charles Beilvaire, le Courrier de Saint-Nazaire du 20 août 1932.

     

    Le percement de la Nouvelle-entrée entraîna sa destruction. La chapelle n’était pourtant pas dans l’axe du percement, mais il faut décider de raboter le haut du rocher. Outre la destruction du lieu de culte, ce nivellement du sommet du Vieux-Saint-Nazaire entraîna le curage de l’ancien cimetière en août et juillet 1906. On trouva des sarcophages en granites qui furent estimé antérieurs au 11ème siècle, l’entrée d’une crypte, une fosse contenant les ossements entremêlés de chaux des victimes de la peste de 1501, (que certains prirent au début pour les victimes de Carrier), des cercueils en châtaigner dont les clous à tête biseautée remontaient avant le 17ème siècle, un autre cercueil contenait des restes datant du règne de Louis XIV d’un homme dont les dentelles, les étoffes, et les souliers étaient dans un bon état de conservation, et qui tenait en ses main un chapelet d’ivoire. Maître Galibourg, ainsi que messieurs Luc Totain et G. Billard, vinrent observer les découvertes[4]. Mais rien en fut conservé. Les objets archéologiques ou monnayables furent partagés, dispersés. Les ossements furent mis dans des charrettes recouvertes de draps mortuaires, et conduit par le clergé à la fosse du cimetière de La Briandais, le 23 août 1906.

    De la chapelle furent conservés la statue de fonte de la Vierge à l’Enfant avec sa colonne placée sur la façade de l’église Saint-Nazaire actuelle ; les deux porches, transportés au jardin des plantes, le plus grand posé dans un massif de roses, le plus petit employé comme porte d’accès dans l’avenue Ferdinand de Lesseps. Ce dernier fut détruit durant la guerre, où peut-être volé durant le déblaiement, les souvenirs divergent.

     

    ancien-chapelle,notre-dame-d-espérance,saint-nazaire,jardin-des-plante,porcheancien-chapelle,notre-dame-d-espérance,saint-nazaire,jardin-des-plante,porche

     

    [1] Concernant le nom Petit-Maroc, voyez notre article : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2018/07/22/le-petit-maroc-histoire-d-un-nom-6067779.html

    [2] A propos de maitre Galibourg : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/11/02/maitre-alexandre-galibourg.html

    [3] Jean-François Le Boyer : « Notices sur le département de la Loire-Inférieure », 1824.

    [4] Lire à ce propos l’article de L’Ouest Éclair 6 février 1931, page 6.

  • Léon Guillet, un académicien nazairien

    On trouve parfois dans la presse nazairienne de l’entre-deux-guerres la mention de l’académicien Léon Guillet, membre l’Académie des sciences, notamment lors de remis de prix au Collège Saint-Louis, comme ici en juillet 1933 :

     

    Léon Guillet, académicien, saint-nazaire

    Le Courrier de Saint-Nazaire, 22 juillet 1933

     

     

    Madame Nicole Chezeau lui a consacré une longue biographie et bibliographie en 1994, consultable ici : https://www.persee.fr/doc/inrp_0298-5632_1994_ant_19_1_8458

     

    Nous nous bornerons à ajouter à cet excellent travail les éléments suivants :

    Léon-Alexandre Guillet est né le 11 juillet 1873[1] au 6 de la rue de Ville-es-Martin[2] à Saint-Nazaire. Il était le septième enfant, (sur une fratrie de 8), de Pierre-Joseph Guillet, avoué licencié (en droit), âgé de 45 ans, et d’Elisabeth-Jeanne Chauveau, âgé de 38 ans. Il y avait 15 ans de différence lui et son frère aîné. Il épousa civilement[3] le 21 juillet 1898 à Paris Marie-Béatrice-Hedwige Soullier, (1871-1953), dont il eut :

    1° Béatrix, (1900-1994), épouse de Jean Cournot, (1895-1993), d’où postérité ;

    2° Léon-Pierre, (1908-1991), ingénieur métallurgiste, époux de Paule Terrien, (1909-2009), d’où postérité dont l’écrivain Christian Guillet, (°1934).

    Il décéda le 9 mai 1946 en son domicile du 30 avenue de Villiers à Paris. Son acte de décès le mentionne comme : « Grand officier de la légion d’honneur, directeur honoraire de l’École Centrale, membre de l’Institut ».

     

     

    [1] Déclaré le 12.

    [2] Actuelle avenue Général de Gaulle.

    [3] Nous ignorons la date de son mariage religieux.

  • L'Allée du château à Saint-Marc

    Il nous a été demandé : « Pourquoi à Saint-Marc l'Allée du château se trouve si loin du château ? »

     

    Cette allée se trouve sur la pointe qui domine la plage à l'Est, et celle-ci se nomme « colline du château » ou « butte du château ».

    Léon Maître, (1840-1926), dans son « Guérande et la contrée guérandaise » édité par Grimaud à Nantes en 1894, explique :

    « Sur la pointe de Saint-Marc on voyait encore, il n'y a pas 50 ans d'énormes fortifications qui font penser aux terrasses que César édifia contre les oppidia des Vénêtes. Les lieu a conservé au cadastre le nom de Château, il est assez élevé pour servir de point d'observation. Les cultivateurs y on ramassé une monnaie romaine qui est dans la collection Kervilier ; leur charrue soulève des pierres taillées et des briques à rebords. »

    C'est donc le souvenir de castrum antique qui a donné son nom au lieu. On ne sait pas plus son sujet que ce que Léon Maître a écrit, car l'endroit c'est urbanisé dès la fin du 19e siècle et il n'y a pas eu de fouilles officielles. Notons aussi que la section au nord de la Colline du Château se nomme « île du Château ». A Saint-Nazaire et dans tout le pays de Guérande, on appelle « île » une grande réunion de pièces de terre entourées de chemins ou de fossés de drainage.

     

    Il n'y a donc aucun lien avec l'Allée du Château et la grande villa dite « château de Saint-Marc », dont nous avions parlé il y a quelques années : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/07/25/le-chateau-de-saint-marc.html

     

    Enfin, voici la chanson «  La Butte du Château », hymne de Saint-Marc, publiée dans Le Courrier de Saint-Nazaire, le 9 février 1929 :

    chateau,saint-marc,saint-nazaire

  • Du casino de Saint Nazaire au Collège Saint-Louis, 2ème partie

    En 1922, monseigneur Eugène Le Fer de La Motte, (1867-1935), évêque de Nantes[1], fit acquisition des bâtiments, annexes et terrains de l’ancien casino des Mille Colonnes et y fonda le collège Saint-Louis à l’usage exclusif des garçons[2].

     

    Il fit faire des rénovations au bâtiment du Casino, supprimant au passage l’horloge en façade, transformant la grande salle devint le réfectoire, le théâtre une chapelle, et procéda à des agrandissements. Il obtint par ailleurs de la Municipalité que seule le chemin vicinal n°15, (actuelle rue André Le Nôtre), soit prolongé à travers la propriété, vers l’océan depuis l’avenue de Plaisance (actuelle avenue François Mitterrand).

     

     

    casino, collège-saint-louis, saint-nazaire

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

     

    L’établissement ouvrit en octobre 1924. L’enseignement allait des classes enfantines jusqu’à celle de philosophie et de mathématique, et conduisait aux baccalauréats A, A’, B. 

    Les élèves devaient tous être catholiques.

     

    En mars 1925 une tempête arracha une partie du revêtement de la digue du boulevard. Il y eu une première réparation, mais d'autres tempêtes arrachèrent le revêtement de pierre.

     

    En 1932 monseigneur Le Fer de La Motte décida l’édification d’un nouveau bâtiment, (nommé actuellement bâtiment Atlantique). Il en commanda les plans à l’architecte nantais René Ménard[3], (1876-1958), Mémorial de Sainte-Anne-d'Auray à la mémoire des 240 000 Bretons morts pour la France.

    On obtint d'abord de la municipalité le renforcement de la digue du remblai dont les grande marées et tempêtes arrachaient régulièrement le revêtement. la grande marrée de mars 1930 avait entrainé un effondrement du boulevard Albert Ier.

    casino,saint-nazaire,collège-saint-louis

    Effondrement du boulevard Albert Ier en mars 1930

    (Le Courrier de Saint-Nazaire 22 mars 1930)

     

    Cette la section de mur fut reconstruite en béton armé par l'entreprise nazairienne Chabot, et achevé en janvier 1933.

    casino,saint-nazaire,collège-saint-louis

    (Le Courrier de Saint-Nazaire 31 décembre 1932)

     

    Les travaux de construction de la nouvelle aille débutèrent en décembre 1932.

     casino,saint-nazaire,collège-saint-louis

    Le chantier en décembre 1932.

    (Le Courrier de Saint-Nazaire 31 décembre 1932)

    le fer 18 mars 33.jpg

    Visite du chantier par monseigneur Le Fer de La Motte le 13 mars 1933

    (Le Courrier de Saint-Nazaire 18 mars 1933)

     

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

     

     

     Il fut présenté achever, le 25 septembre 1933 à la presse, et ouvert à la rentrée du 1er octobre 1933.

     

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

    Monseigneur Le Fer de La Motte le 25 septembre 1933 sur le toit du nouveau bâtiment, (le Courrier de Saint-Nazaire 30 septembre 1933)

     

    À un angle de ce bâtiment fut placée une statue en béton armé à l’effigie de Saint-Louis, œuvre de Maxime Real del Sarte[4], (1888-1954), posée sur une console sculptée par Alexandre Desmarchix, (1874-1962), aux armes de monseigneur Le Fer de La Motte, (Écartelé : aux 1 & 4, échiqueté d'or et de gueules (Le Fer) ; au 2, de gueules au vaisseau équipé d'or, habillé d'hermine, voguant sur une mer de sinople mouvant de la pointe et ondée d'argent, au chef aussi d'hermine (Nantes) ; au 3, d'argent de chef de gueules, (Avaugour), avec chapeaux et lambrequins, crosse, cri de guerre « Jhesus Maria », et devise  « Pour vos âmes ». Real del Sarte réalisa en fait uniquement une maquette qui fut reproduite par un jeune artiste finistérien, Baron, qui assura la mise en place de l'oeuvre. haute de 4 m 20, elle se compose de trois parties qui pèsent chacune 1 tonne.

     

    casino,saint-nazaire,collège-saint-louis

    Le Courrier de Saint-Nazaire, 18 novembre 1933

    casino,saint-nazaire,collège-saint-louis

    Le montage de la statue, photographie publiée dans La courrier de Saint-Nazaire du 11 novembre 1933.

     

    L'oeuvre fut inaugurée le 8 novembre 1933[5].

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

    La statue dans son état original et dans celui de 2015

    (seconde photo © Fondation du Patrimoine)

     

    Ce nouvel immeuble, équipé du chauffage central, contenait des salles de classes, un dortoir au dernier étage, et un « escalier d’honneur », aux marches en iroko.

     

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

    700_001.jpg

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

    Vues aérienne prise en 1933

     

    Le terrain à l'arrière, malgré l'aménagement d'une cour entre les bâtiments, resta un terrain vague. Au moment de l'achèvement du bâtiment de 1933, un ouvrier avait demandé à monseigneur le Fer de La Motte ce qu'il comptait en faire, l’Évêque avait répondu qu'il prévoyait d'y « organiser les prochains jeux olympiques ». En réalité s'il était projeté d'agrandir le collège en y ajoutant d'autres bâtiments, les caisses étaient vides pour plusieurs années.

     

    Le Collège Saint-Louis fut durant l’entre-deux-guerres un lieu important de la communication de l’évêché de Nantes. On y invita de nombreuses personnalités catholiques et royalistes, comme l’académicien Henry Bordeaux venu à Saint-Nazaire pour faire une conférence en janvier 1935.

     

    En 1938 les élèves reçurent à la rentrée un carnet de cartes postales du collège, et un carnet comprenant des extraits du règlements, ainsi que les tarifs de pension.

     

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

     

    Cliquer pour agrandir les textes

    20190112_091746.jpg

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

    20190112_091806.jpg

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

     

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

    Couverts d'un demi-pensionnaire de 1925, portant initiales de l'élève et chiffre de l’économat

     

    L’établissement, qui jusque-là avait échappé aux réquisitions de l’occupant[6], ferma le 18 novembre 1942 en raison de l’évacuation des élèves de toutes les écoles nazairiennes ordonnée par la municipalité. Investi par les troupes allemandes, celle-ci édifièrent blockhaus de 1 500 m2, à l’angle des rues André le Nôtre et de Pornichet, (dont la destruction ne fut entreprise qu’en juillet 2018 et nécessita plus de 5 mois de travail).

     

    Le Collège réouvrit en octobre 1945 dans les locaux de l’hôtel des Edelweiss, au 127 avenue de Paris à La Baule. En 1951, bénéficiant des indemnités de dommages de guerre, l'évêché fit détruire les restes des bâtiments du Casino et des bains turcs dont il ne restait que les fondations et des morceaux de façades pour faire place à un nouvelle immeuble copié sur celui construit en 1933, avec une aile en retour, et l’ajout d’une conciergerie entre les deux. Ce n’est qu’en 1953 qu’il retrouva ses locaux nazairiens. Le bâtiment de 1933 fut agrandi d'une aile en 1957.

     

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

    © éditions Gaby

     

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

    © éditions Gaby

    On distingue le petit bois du colège hélas coupé pour faire place à de nouveau bâtiments.

     

    Durant la Reconstruction, il y eu dans la cour des préfabriqués pour loger des Nazairiens dont les maisons avaient été détruites.

     

    Du casino des Mille Colonnes il ne resta que les grilles et murés d’enceinte, si celles-ci disparurent dans les années 80, l’observateur peux encore voir dans les reprises de maçonnerie du muré les traces de l’ancien casino et des bains turcs.

    casino, saint-nazaire, collège-saint-louis

    © éditions Gaby

     

     

    [1] Évêque de Nantes du 28 mai 1914 au 8 juillet 1935, date de sa démission pour raison de santé ; évêque émérite de Nantes et in partibus d'Ionopolis du 8 juillet 1935 à sa mort le 20 juillet 1936.

    [2] Très phallocrate, il avait poussé jusqu’à interdire en 1928 la présence simultanée d'acteurs de sexe opposé, dans les représentations théâtrales organisées par ses paroissiens, contraignant au travestissement des hommes en femmes !

    [3] On lui doit la restauration et l’agrandissement de plusieurs châteaux et manoirs dans le département, mais aussi la réalisation d‘églises, et du mémorial de Sainte-Anne-d'Auray.

    [4] Catholique enflammé et royaliste militant, il plaida avec Henry Bordeaux en 1952 la grâce médicale de Charles Maurras après du président Auriol.

    [5] Cette statue, fortement érodée, fait l’objet depuis 2015 d’un appel aux dons pour son remplacement, car sa restauration s’avère impossible : https://www.fondation-patrimoine.org/les-projets/statue-saint-louis-du-college-lycee-saint-louis-a-saint-nazaire ; seul la console à pour l’instant été restaurée en juin 2017.

    [6] Les écoles de Méan et la cantine des écoles située dans le bâtiment des halles avaient été requestionnées à l’arrivée des troupes allemandes.

  • Du casino de Saint Nazaire au Collège Saint-Louis, 1ère partie

     

    À la fin du 19e siècle, Saint-Nazaire n’était pas uniquement un port d’où l’on partait vers les Antilles et l’Amérique Centrale, c’était aussi une station balnéaire. On y prenait les bains de mer à La Villès-Martin, à Porcé, à Saint-Marc, à Sainte-Marguerite et Pornichet (Pornichet n’est devenu une commune qu’en 1905) et aussi au Grand-Traict, que l’on désigne aujourd’hui comme « plage du centre-ville »

    Sur cette plage du Grand-Traict,  qui n’était pas encore envasée à cause des brises lames de la Nouvelle-entrée, il y avait un établissement nommé d’après celui de son propriétaire : « Les Bains Jaguin ». Le boulevard Albert Ier n’existait pas encore ; le boulevard de l’Océan, (qui devint Wilson en 1925), stoppait à l’angle de l’avenue de Lesseps et du bois de pins planté pour fixer les dunes, et qui  ne deviendra qu’à partir de 1887 le Jardin des Plantes. On était alors à l’extérieur de la ville, le quartier du Sable (avenue de La Havane) commençait à être loti, il ne le fut véritablement qu’au milieu des années 1930.

     

    Les Bains Jaguin était un baraquement de bois tout en longueur, contenant une salle de café, avec à chaque bout un vestiaire par sexe. Une fois changé, on allait, sous la surveillance d’un maitre-nageur, prendre son bain en suivant une ligne de corde fixée à des poteaux plantés dans l’eau, ou en s’y immergeant depuis un ponton qui s’aboutissait par quelques marches descendantes dans les flots.

     

    En 1896 la municipalité décida de prolonger le Boulevard de l’Océan. Désireuse de développer le caractère balnéaire de la commune, elle entraîna la destruction des Bains Jaguin, et permit la création d’un casino qu'on baptisa l’établissement de jeux : « Grand Casino des Mille Colonnes ».

    casino, saint-nazaire

    Le projet de 1896 était aussi ambitieux que son nom l'indiquait. Sur le vaste quadrilatère qui correspond aujourd’hui au Collège Saint-Louis, mais aussi au Skatepark et au lotissement contigu, jusqu’à la rue Severine, devaient s’élever un casino avec salle de spectacle et restaurant, un bain turc, un hôtel, une plage privée avec des cabines, des écuries et remises pour les chevaux et un service d’automobiles qui aurait dû faire les taxis jusqu’au Croisic, le tout dans un vaste jardin agrémenté.

    casino, saint-nazaire

    Une voiture taxi devant le casino

     

    La ville créa aussi une ligne d’omnibus Gare-Villès-Martin avec un arrêt devant le complexe.

     casino, saint-nazaire

    L'omnibus devant le casino

     

    casino, saint-nazaire

    Le bâtiment des bains turcs

     

    Monsieur F. Grailhes, initiateur du projet, et propriétaire en propre du casino, avait pour le reste trouvé plusieurs associées, dont Maxim Audoin (1858-1925), le directeur du journal Le Goéland, qui devait diriger la partie voiturage.

    L’entreprise, malgré la diffusion de nombreux articles élogieux dans la presse, ne vit réaliser que le casino avec sale de café et restaurant, la salle de théâtre, le bain turc, les écuries, dans le prolongement du casino, et la plage privée avec ses cabines, qui était reliée au casino par un souterrain aujourd’hui bouché mais dont l’entrée est encore visible dans les maçonneries du remblai. Cette plage, munie de cabines telle qu’on peut encore en voir sur l’île du Lido à Venise, fut anéantie par un mini raz-de-marée en août 1904, et jamais rétablie.

    casino saint-nazaire

    La plage du casino avec ses cabines

     

     Le jardin ne fut jamais réalisé, et l'ensemble donnait à l'arrière sur un terrain vague accidenté de dunes et d'herbes.

     

     

    Le casino se composait au premier étage d’une salle centrale où était le café, donnant sur la colonnade.  En entrant, à gauche était la salle du restaurant, et gauche une salle dite « salon des petits-chevaux », du nom de la machine de jeu de hasard placée comme une roulette en bout de table, qui se composaient de figurines de chevaux avec jockeys, fixés sur des rails dans une imitation d’hippodrome, et qui tournaient sous les paris grâce à un mécanisme actionné par le croupier. Ce jeu rassemblait des paris à 5 ou 30 centimes, et était le seul jeu de casino autorisé, aux femmes, (ou du moins toléré), par la circulaire du 13 novembre 1886.

    Le jeu, principalement le baccara, se faisait dans la grande salle de l’aile à droite de l’entrée. On y jouait sous la surveillance d’un commissaire, et une tenue élégante y était de rigueur. Les femmes pouvaient entrée dans cette salle si elle était accompagnée d’un homme, mais il leur était interdit de parier, ni même de tenir les cartes de leur époux.

    À l’arrière se trouvait la salle de théâtre, qui servait à la fois pour des spectacles, des concerts, mais aussi pour des conférences, (Jean Charcot en fit une en 1903), et même les remises de prix des écoles.

     

    prix-001.jpg

    Sortie d'une distribution de prix des écoles

     

    Quoique certaines célébrités de la chanson et de la musique de l’époque soient venues s’y produire, et qu’il fut situé aux abords immédiats de l’agglomération, le casino ne fut jamais totalement rentable, (le premier casino de La Baule, aujourd’hui sur le territoire de Pornichet, ouvert en 1882 avait lui-même été contraint de cesser ses activités en 1887). En 1904, F. Grailhes vendit l’établissement moribond. Il était aussi pris dans le scandale d’un meurtre commis en 1903 par un habitué de son établissement, un dénommé Largeteau, jour compulsif, ancien employer des contributions, chassé de l’administration pour malversations, avec qui il entretenait des liens d’amitié. Largeteau fut accusé d’avoir tué la veuve Deceroit, née Marie Houstin, une rentière de la Haute-Saône, âgée de 43 ans, en vacances à La Baule. Connue sous le nom de « Crime du Grand-Marais », car c’est dans ce lieu nazairien que l’on découvrit, coincé sous un trépied qui devait le maintenir immergé, le corps de la malheureuse, cette affaire secoua profondément la ville, et provoqua toutes sorte de rumeurs et de lettres de dénonciation. Largeteau fut acquitté faute de preuves, mais le mal avait été fait et la rumeur resta persistante surtout après la découverte une fois le jugement rendu des valises de la veuve Deceroit maculée de sang, envoyée en consigne à Paris depuis Saint-Nazaire. Or à l’époque on ne rejugeait pas les affaires criminelles.

    Une campagne de presse annonça en 1904 le changement de propriétaire avec promesses de nouveau jeux et spectacles.

     

    Le lundi 23 septembre 1907, à l’occasion des festivités données pour l’inauguration de la nouvelle entrée, le déjeuner officiel du premier jour fut organisé au casino par la mairie et la préfecture. En grande pompes y vinrent y assister : Aristide Briand, alors ministre de l’Intérieur, Gaston Thomson, ministre de la Marine, et Louis Barthou ministre des Travaux publics[1], différents officiels, plusieurs invités appartenant à l’élite municipale, et d’autres personnes désignées non sans ironie par Henry Moret, comme « des souscripteurs qui avaient réussi à se procurer des cartes [2]». Au dessert le maire, Baptiste-Auguste Lechat, puis Aristide Briand, prononcèrent discours.

     

    casino, saint-nazaire, nouvelle-entrée-1907

     

    Le 10 juillet 1910 un autre banquet officiel eut lieu au casino en présence d’Albert Sarrault, sous-secrétaire d’État à la guerre, venu inauguré le monument aux morts de 1870.

     casino, saint-nazaire

     

    L’établissement finit par fermer à la fin de l’année 1911, et se dégrada rapidement sous l’effet des tempêtes et de l’air marin. Les repas officiels furent alors donnés au Grand Hôtel, et cela jusqu’aux bombardements.

     

    L’armée requestionna en 1914 les lieux. Transformé en caserne, puis, un temps en hôpital militaire.

     

    casino, saint-nazaire

    casino, saint-nazaire

    Au temps de l'occupation militaire française

     

    Sur le vaste terrain de l’établissement et ses abords, les autorités françaises avait établi le dépôt pour les chevaux et les mules que firent débarquer les troupes Britanniques depuis l'Argentine et le Canada. En avril 1917, les troupes étasuniennes prirent possession des lieux avec leurs propres chevaux et mulets. Au total, sur le terrain du casino de Saint-Nazaire, ce furent 160.000 chevaux et 68.727 mulets qui transitèrent.

    casino,saint-nazaire,collège-saint-louis

    Débarquement d'un cheval des troupes anglaises sur le port.

     

    Quand les troupes étasuniennes partirent, en 1920, le bâtiment était dans un état lamentable. Les portes avaient presque toutes disparues. L'ancien casino devint un squatte pour tous les sans-logis de l’agglomération.

     

    En 1922, monseigneur Le Fer de La Motte, évêque de Nantes, fit acquisition du complexe et y fonda le collège Saint-Louis. (À suivre…)

     

    [1] Louis Bathrou décéda en 1934 à Marseille, victime d’un terroriste qui visait le roi de Yougoslavie. Il fut le patient régulier du docteur Raffegeau, médecin qui soignait les états dépressifs, qui légat aux Nazairiens le château des Charmilles à Porcé.

    [2] Henry Moret, « Histoire de la ville de Saint-Nazaire ».

  • Alfred Caravanniez

    Souvent cité comme célébrité née à Saint-Nazaire par les historiens locaux, sans plus de détail, Alfred Caravanniez est à la fois un inconnu des Nazairiens mais aussi des historiens de l’art qui en redécouvrent l’œuvre que depuis quelques années.

    Nous n’établirons pas ici un catalogue de ses oeuvres, mais à travers le récit de sa vie, nous en citerons quelques unes dans cet essai biographique de situer une partie de sa production artistique en donnant des repères temporels.

     

     

    Alfred-Adolph Caravanniez est né le 7 octobre 1855 à Saint-Nazaire au domicile de son père, Léon Caravanniez, âgé de 33 ans, plongeur, et d'Angélique Monnet, 36 ans, demeurant à Saint- Florent-le-Viel, de passage à Saint-Nazaire. Sa naissance fut déclarée le 9 octobre ; l’acte mentionne que sa mère était " sa ménagère '', ce qui signifie concubine, et que son père adoptait l'enfant qu’il déclarait, démarche ordinaire pour les couples non mariés.

    Les parents d’Alfred ne se marièrent jamais, et Léon, probablement natif de l’Anjou, disparu rapidement, laissant l’enfant et sa mère à Saint-Nazaire, occupant la maison louée par Alfred. C’était une étrange masure dans laquelle on pénétrait en passant par le grenier, et dont le jardin et qui s’enfonçait dans le sol, éclairée par une cour étroite un niveau plus bas. La disposition s’explique par le fait que la maison se trouvait initialement à flanc du rocher de la vieille-ville, du côté de ce qui est aujourd’hui le grand-bassin du port. La réalisation des quais avait enterré la maison. Elle disparue à la création de la nouvelle entrée.

     

    caravanniez,saint-nazaire,sculpteur,statue

    La toiture qui dépasse à gauche est la maison natale d'Alfred Caravanniez (photo d'avant 1897)

     

    Angélique y avait ouvert un cabaret, mais elle but plus qu’elle ne vendit, si bien qu’elle devient chiffonnière, arpentant les rues et fouillant les boites à ordures et la décharge du trou à David, une excavation située en amont de la rue d’Anjou, servant initialement à drainer les eaux de pluie au moment de la construction du port, devenu dépotoir pour les navires de commerce et les paquebots. Il arrivait que le personnel des paquebots y jetât au milieu des restes un couvert en argent ou une pièce de service en porcelaine. Le trou était fouillé par les plus pauvres, surtout des enfants, au risque de leur vie. L’odeur était tellement pestilentielle, et la présence des mouettes et des pigeons telle, qu’on surnommait la zone : " le guano ".

    Angélique, que l’alcool et la misère faisait perdre tout bon sens, était surnommée " la Mère Toupet ". Elle fit connaitre à son fils la honte et la violence de l’alcool. Un jour, n’y pouvant plus, Alfred s'enfuisit à l'âge de 11 ans en s'engageant comme mousse. Au contact des marins il apprit à sculpter dans des visages dans le bois au couteau et se montra rapidement très doué. Le capitaine du navire sur lequel il était embarqué lui conseilla de suivre des cours aux beaux-arts et l'incita à rentrer à Saint-Nazaire.

    Il revint à Saint-Nazaire à 17 ans quand il revint à Saint-Nazaire et se rendit à Paris en 1872. On ignore de quoi il vécut, probablement il épuisa le pécule qu’il s’était constitué en travaillant en mer. Il fut rapidement remarqué par le sculpteur Aimé Millet dont il avait reproduit la tête de la vénus du Capitole. Cependant, faute de moyens financiers, il retourna à Saint-Nazaire en 1878, où il loua une serre à la sortie de la ville, prêt du Dolmen, pour en faire son atelier et son lieu de vie. Durant l'hiver 1877-1878 madame Alcide Bord, née Marie-Joséphine Sazerat, recherchait un sculpteur pour réaliser des bustes de ses trois enfants. Elle avait entendu qu’un jeune sculpteur revenu de Paris, dont on ventait les modelages. Elle se rendit chez Alfred, et le trouva entièrement nu devant un miroir. Alfred Caravanniez était si pauvre, qui ne pouvant s’offrir un modèle, il réalisait alors les corps de ses sculptures en se basant sur son reflet. La serre n’était pas chauffée, et Alfred grelottait les mains dans l’argile, (une autre version dit que c'est Gustave qui le découvrit ainsi, mais c'est bien en réalité sa mère).

    Madame Bord, '' émue par cette vision '', (Alfred était très beau jeune), et mère de garçons qui avaient le même âge que lui, décida de lui fit immédiatement une commande. Elle persuada son mari de faire pression sur le Conseil municipal afin qu'une bourse lui soit attribuée pour qu'il fit des études aux Beaux-Arts à Paris. Il reçut ainsi 1.200 frs de la part de la municipalité par décision du Conseil du 24 mai 1878. Le Conseil Général de Loire Inférieure lui versa lui aussi une bourse. Il fut reçu le premier au concours de place à l'école des Beaux-Arts où son professeur est Jules Cavenier, et où il se lia avec Stanislas Biron dont il fit un médaillon en 1882.

    La famille Bord le prit sous sa protection, d’autant que le décès de Louis Bord, en septembre 1879, dont il avait presque le même âge, avait laissé ses parents dans une peine immense. Alfred fut pour ainsi dire adopté, et introduit dans leur cercle de relations. C’est grâce à eux qu’il reçut la commande en 1880 des portraits en médaillons de terre-cuite des enfants de José-Maria-Fernandez Quiros, consul d'Espagne à Saint-Nazaire.

    Gustave Bord finança la réalisation de tirages en terre-cuite à échelle réduite de l’œuvre originale, il lui commanda de « Cathelineau jurant de défendre sa foi en 1793 », dont le plâtre fut présenté au Salon de 1881 et lui permis de recevoir une médaille de troisième classe. Le plâtre fut offert au Collège Aristide Briand de Saint-Nazaire, et disparu durant l’occupation. L’œuvre représentait le général contre révolutionnaire en soldat vendéen, adossé à un calvaire brisé, la croix à ses pieds, la main droite tendu en serment. Exposée prêt du bureau du proviseur, la main gauche avait été brisée avant juin 1929.

    On lui connait de cette époque les œuvres suivantes : " Mon petit ami Henri Biron ", médaillon terre cuite 1882 ; le buste terre cuite de François Soubigou, sénateur du Finistère en 1883 ; un bas-relief en marbre destiné au cimetière de Coutances en 1884, et toujours la même année la statue d’Anne de Bretagne, en pierre, 1m87 de haut, acquise par l’État qui en fit don en 1897 au musée de Saint-Brieuc.

    Gustave introduisit Alfred auprès de ses relations politiques du milieu royaliste, ce qui permit d'avoir de multiples commandes, " Le général de Charrette à Palay " statue en terre-cuite en 1885, commandé par Adémar de Lusignan, et toujours la même année une représentation en terre-cuite de saint Ignace de Loyola. Gustave Bord le présenta Louise-Charlotte-Marie de Bourbon de Vierson (1809-1891), fille illégitime du duc de Berry, demi-sœur du comte de Chambord, veuve du Général baron de Charrette. Elle favorisa son installation en 1888 à Saint-Servan, où il eut un atelier en plus de celui qu’il avait à Paris. Elle fut par ailleurs la marraine de l'une de ses filles. Par la suite il s’établit à Saint-Suiliac.

    En 1888 il exposa au Salon les maquettes des statues qui lui avait été commandées pour le Monument au comte de Chambord, à Sainte-Anne d’Auray. Le monument, dessiné par l’architecte Édouard Deperthes, fut érigé à la demande de Société de Saint-Henri, une association royaliste fondée par Athanase de Charrette, baron de La Contrie. Alfred Caravanniez réalisa les statues monumentales du comte de Chambord en tenue de sacre un genou à terre, placée au sommet d’un piédestal, avec Jehanne d'Arc devant, Sainte Geneviève à l'arrière, Du Guesclin et Bayard à gauche. L’ensemble fut coulé chez Barbedienne. Des tirages en taille 64 et 66 cm des deux chevaliers et de Jehanne furent vendus en grand nombre aux amateurs. La critique se déchaina contre Alfred dès l’exposition au Salon.

    En 1890 on lui fit commande d’une statue de la Vierge destinée à être érigée sur le rocher de la Vierge de Bizeux, au milieu de la Rance entre Saint Servant et Dinard. Un premier plâtre fut posé au sommet du rocher, puis en 1891 le préfet d'Ille et Vilaine autorisa qu’on la remplace par un tirage, en fonte de fer recouverte d'une couche argentée de nickel, fondue dans les Ateliers Durenne. Elle fut exposée au salon de 1896, puis érigée le 24 octobre 1897. Elle est haute de 3 mètres.

    La ville de Dinan avait songé lui commander une statue de Du Guesclin en 1891, mais ce fut finalement Emmanuel Frémiet qui fut retenu en 1900.

    Si le milieu royaliste permis à Alfred d'avoir d'importantes commandes, son carnet commença à se vider dès 1891, car il était considéré comme trop politisé. René de Kerviler dans ses biographie bretonnes, dit à son propos : '' s'est fait une spécialité de la sculpture royaliste et religieuse ". Alfred avait dit publiquement que reconnaissant envers Dieu de ses succès, il jurait de ne jamais « traiter que des sujets inspirés par la foi ». Cette étiquette et ce serment lui furent par la suite défavorables. Au demeurant Kervilez ne lui pardonna jamais de ne pas avoir livré trois statues qu’il lui avait commandé en 1891 au nom du Conseil de fabrique, pour l’église Saint-Nazaire : Saint Nazaire, Saint Yves, et Françoise d’Amboise.

     

    Les œuvres qui furent commandées à Alfred après 1891 étaient des généralement des médaillons pour des particulier ou des bustes, comme celui de Charles Rouxin, (1814-1891) maire de Saint-Malo, pour orner son tombeau. En 1894 il reçut la commande du ministère des Beaux-Arts d’un buste en marbre du poète Auguste Brizeux, donné au musée de Nantes.

     

    alfred caravanniez

    Alfred Caravanniez avec son épouse et deux de ses filles en 1900.

     

    Le 10 juillet 1902, il fut reversé par une voiture à la sortie du Salon. Le conducteur continua sans s'arrêter, le laissant grièvement blessé, avec trois cotes brisées.

    Les deux dernières commandes importantes qu’il reçut, furent le bronze monumental à l’effigie de Surcouf inauguré le 6 juillet 1903 à Saint-Malo, coulée elle aussi par Barbedienne, et pour laquelle Alfred avait reçu pour elle la médaille 3e classe au Salon des Artistes Français de 1903, et la décoration du monument funéraire de Robert Planquette en 1904. Planquetet devait à l’origine poser pour Caravanniez, mais celui-ci prétexta n’avoir jamais le temps, si bien qu’il ne réalisa qu’un médaillon, qui fut tiré en bronze pour le monument.

    Il faut préciser qu'il était devenu alcoolique comme sa mère, et que d’après Alexandre Bernard, le directeur du Courrier de Saint-Nazaire, il agaçait profondément ses interlocuteurs en " parlant couramment de son génie ". Alfred ne savait pas garder ses élèves, se fâchait avec ses commanditaires, s’épuisait en procès pour la moindre chose, dont un très long contre la Société des Artistes dont il ne vit jamais l’aboutissement, et honorait de moins en moins ses commandes. Par ailleurs, il ne sut pas prendre le tournant de l'Art-nouveau. Au fur et à mesure des années, il déménagea plusieurs fois par an, ayant à chaque fois des ateliers et des logements plus petits que les précédents. Il avait aussi onze enfants, qu’il terrorisait dans ses crises d’ivrognerie, et son épouse, qu’il battait, peinait à les nourrir.

    Il tenta d'obtenir plusieurs commandes d'états, mais se vit toujours écarté. Il exposa au Salon des Artistes Français en 1904 " La pensée " et " L'étude ", et en 1905 un bronze " Plaisir champêtre ". Gustave Bord, qui était alors en pleine ruine, força la municipalité de Saint-Nazaire à accepter dans le cadre des fêtes de l’inauguration de la nouvelle entrée les 21, 22, et 23 septembre 1907, un grand plâtre, désignée comme " maquette de la statue La Glorification du Travail ", qui fut placée à titre de décoration provisoire à côté du pont des Frégates. L’œuvre représentait une femme, dans les canons de l’époque, revêtue d’une sorte de tunique d’où s’échappait un sein traité à la Michel-Ange, un bras tendu tenant une couronne de lauriers, et s’appuyant de l’autre sur un écu aux armes de la ville. 

    Caravanniez

    Maquette de la statue La Glorification du Travail, septembre 1907, (Coll David Silvestre).

     

    Cette statue n'avait pas l'énergie ni le fini des antérieures. Elle fut accueillie tièdement par la population, et les bigot nazairens habituels lui reprochèrent ce sein qu’ils ne voulaient voir. On la relégua aux réserves du musée qui fut inauguré le 4 mars 1908, et qui comprenait dans ses collections exposées le plâtre original de la statue de Surcouf de Saint-Malo, mais aussi des modelages en terre cuite, et quelques bronzes de taille moyenne. L'ensemble disparu dans les bombardement, car les caisses du musées ne furent pas évacuée à temps.

     

    Alfred se retrouva au début de la Première-Guerre-Mondiale dans un pavillon de Montrouge situé au fond d’une impasse, où il survit péniblement avec sa femme et ses plus jeunes enfants. Un jugement du Tribunal de Senlis, en date du 28 novembre 1916, lui permit de recevoir le paiement des travaux de restauration de sculptures exécutés pour la propriété de madame veuve Napoléon Doyen, l’une des nombreuses personnes avec qui il était en conflit.

    Il décéda dans le plus grand dénuement à Paris le 30 aout 1917. Sa veuve poursuivit ses procès, qui furent presque tous classés sans suite, dont celui contre les Artiste Français, qui perdura jusqu’en 1929 !

     

    Les communes de Saint-Malo et de Saint-Suiliac ont baptisée chacune une rue à son nom. Il n'existe aucune plaque à Saint-Nazaire.

     

     

    Les aînés des enfants d’Alfred Caravanniez firent carrières dans la mode et la vente de soieries. L’une de ses filles, Irène, née à Paris en 1901, fut une chapelière réputée travaillant en collaboration avec les grandes maisons de couture parisiennes. Fiancée à Alain Saboureau, un étudiant en médecine, elle partie avec lui en mer à bord d’un canoë pliable en caoutchouc rouge à deux places, muni d’une voile, depuis le port de Monaco le 19 août 1931, à destination de la Corse. Les marins et pêcheurs du port de la Principauté les déconseillèrent de se lancer dans une telle expédition. Mais Irène était sûr d’elle, elle était une très bonne nageuse. Hélas, la Méditerranée n’est pas l’Atlantique, et un hydravion retrouva le 25 août le canoë à la dérive en pleine mer au large des côtes italiennes, proche de La Spezia, avec à assise à l’arrière Irène décédée. Alain Saboureau était introuvable. Sur l’instant il courut la rumeur qu’elle avait été assassinée d’un tir de révolver, ce qui provoqua des spéculations de la part de sa famille, au grand agacement de la famille Saboureau qui demanda qu’on attende les résultats de l’autopsie. Par ailleurs Irène avait emporté avec elle le passeport de sa sœur Marinette, ce qui créa quelques problèmes supplémentaires au début de l’enquête. En réalité Irène n’avait aucune blessure ; elle était décédée de faim et de déshydratation. On supposa que son fiancé avait tenté de rejoindre la côte à la nage, ou s’était volontairement jeté à la mer pour lui permettre de survivre avec les rations qu’ils avaient emporté. Le corps d’Alain ne fut jamais retrouvé.

       

  • Port Gavy ou l'école des infirmières

    Connu actuellement comme " l’École des infirmières ", Port Gavy fut à l'origine une propriété comportant une villa et ses dépendances dans un vaste parc.

     

    gav11.jpg

    La villa de Port Gavy en septembre 1919, (coll. personnelle)

     

     

    Située sur la Grande île des Gavids, à un emplacement où il n'y avait aucune construction, la propriété fut bâtie durant le Second Empire, probablement vers 1855 à la même période que le château des Charmilles à Porcé, pour William-Felix Le Besque, (1802 - 8 décembre 1877 à Nantes), capitaine de navire, et son épouse Delphine-Aimée Lefebvre, native de Saint-Florent-le-Vieil, couple domicilié à Nantes.

    Destinée a l'usage de demeure de vacances, la villa fut construite sur cave, avec au-dessus un entresol avec une cuisine carrelée munie d'un monte plat, et une salle à manger pour les domestiques ; un rez-de-chaussé avec salle à manger lambrissée et plafonnée d'acajou, grand salon, et dans la tour un boudoir rond. Au 1er étage trois grandes chambres de maître avec chacune leur cabinet de toilette. Celle qui occupait la tour était dite de Monseigneur Fournier, en référence à Félix Fournier, (1803-1877), évêque du diocèse de Nantes de 1870 à sa mort en 1877, qui passait chaque été quelques semaines à Port-Gavy, car il était ami d'enfance de William-Felix Le Besque. Sa chambre était décorée de peintures qui représentaient en médaillon les bustes des Apôtres et des premiers disciples, avec au-dessus de chaque médaillon, en lettres gothiques dorées, un versé du credo. Les fenêtres étaient dotées de vitraux évoquant des moments de la vie d’Anne de Bretagne, et de François Ier. Au second étage étaient les quartiers des domestiques, avec un accès au grenier et au troisième niveau de la tour, ainsi qu'à la terrasse qui la somme, d'où l'on peut voir de la rade de Saint-Nazaire à la pointe Saint Gildas, et le clocher de l'Immaculée.

    Le domaine était d'une surface de 10ha, le long de 400m de côte, il y avait notamment 3ha de vignes situées à l'emplacement des bâtiments de l'université, qui donnaient encore en 1929 cents barriques de vins rosé dont la qualité était louée par ceux qui l'avaient goûté. Un verger et une prairie, un bois de chênes verts, sapins, et lauriers, une pelouse dégagée en direction de la Villès-Martin, bordée de rosiers, de camélias, et d'une allée de palmiers. Encore aujourd'hui, on pénétré en direction de l'ancienne villa par un portail du 19e siècle peint en vert, via une allée autrefois bordée de houx. Il y avait aussi une chouette de granite près de la grille, référence  aux Chouans pour les familles royalistes.

     

    Au décès de William-Felix Le Besque, son fils Georges-William, né à Nantes le 25 avril 1844, hérita d'une fortune suffisamment confortable pour ne jamais avoir à travailler, et du domaine où décida de résider toute l'année. A l'âge de 36ans, il rencontra Eliza Chavril, âgée de 19ans, orpheline placée sous la tutelle d'un lointain parent, Yves Martin, propriétaire domicilié à Saint-Nazaire. Eliza Chavril naquit le 12 mai 1864 à La Motte dans les Côtes-d'Armor. Sa mère, Marie Anne Le Maire, décéda à La Motte le 5 mai 1875, et son père, Louis Chavril, décéda à Saint-Nazaire le 10 juin 1880. Afin de se marier, Eliza obtint l’autorisation de son conseil de famille, par délibérations du 20 juillet 1883, validées par le juge de Paix du Canton de Saint-Nazaire. Le couple s'unit à la mairie de Saint-Nazaire le 20 août 1883. Si les témoins de Georges-William étaient ses cousins germains Lefebvre venus de Saint-Florent, Eliza eut quant à elle Victor Delaris, le vérificateur des douanes de Saint-Nazaire, cousin par alliance, et Charles Marion de Procé, procureur de la République, désigné comme son ami dans l'acte.

     

    En 1929, la ville de Saint-Nazaire, désireuse de construire un hospice pour ses vieillards, qui se trouvait rue du Traict, tenu par les Filles de la sagesse, congrégation de religieuses hospitalières, se porta acquéreur auprès des héritiers Le Besque, du domaine de Gavy pour la somme de 800.000 frs avec son ameublement et le matériel agricole. La maison était alors relativement défrichée : les marches du perron étaient disjointes, semé d'herbe, les rampes de bois des balcons auxquels s’accrochaient des rosiers, de la glycine et de la vigne vierge, étaient branlantes. La chapelle et les bâtiments de la ferme qui la complétaient, nécessitaient des travaux. Les Nazairiens trouvèrent aussi que déplacer les vieillards à 6km du centre, dans une partie de la commune mal desservie par une ligne de bus, n'était pas une bonne idée, même si tous s'accordaient sur la beauté de l'endroit. Au demeurant, la propriété n'avaient ni gaz, ni électricité. 

    port gavy, ecole d'infirmiere

    La propriété au moment de son achat dans un reportage du Courrier de Saint-Nazaire publié le 07/12/1929.

     

     

    centre chirurgical gavy - la chapelle.jpg

    Intérieur de la chapelle en 1939. (Carte Postale éditions Rosy.)

     

     

    Plusieurs projets furent discutés, le premier, dit " projet A " consistait à l'ajout d'une aile à la villa, le second, " projet B ,  prévoyait de construire en plus un vaste complexe de bâtiments construits en paravent face à la côte.

     

    Sans titre-2.jpg

    projet A, (réalisé). (Archives départementales).

    Sans titre-1.jpg

    Projet B, (Archives départementales).

    1 = villa ; 2 = aile réalisée.

     

    Ce fut le projet A qui fut réalisé, par l'ajout à la villa une aile pour les patients. L'entresol de la villa fut adapté aux services, et les niveaux supérieurs devinrent le logement du directeur. Le balcon en bois découpé de la tour fut remplacé par un balcon en ciment avec escalier ; la fenêtre du troisième étage de la tour fut retaillée en ogive, et l’ensemble fut enduit de ciment peint en blanc. Il est à noter que jusqu'à la guerre, le logement servait uniquement durant les périodes d'été, comme résidence secondaire de l'économe de l'hopital... En effet, Gavy étant à 4km du centre ville, et 3km de Saint-Marc, et l’absence d'un ligne de bus régulière, firent que son utilisation comme logement à l'année ne convenait pas à une famille.

    Ce n’est que le 30 avril 1939 que l’inauguration eut lieu.

     

     

    709_001.jpg

    Les bâtiments en 1939, (Carte Postale éditions Rosy).

     

    Occupé par les Allemands durant la guerre, puis par les troupes française, les bâtiments furent restitués en septembre 1945 à la municipalité. Après une remise en état des lieux, effectuées par 180 prisonniers allemands, Henri Allanet, ancien économe devenu directeur, à qui l'on doit entre autre la reconstruction de l'hôpital de saint-Nazaire, y installa l'ensemble du service chirurgicale de la ville, toujours en collaboration avec les Filles de la sagesse. C'est sœur Gustave, (née Anne-Marie Barreteau), qui en assura la gestion. Trois chirurgiens y officiaient : Jagot, Gentin, et Delouche.

    Henry Allanet emménagea dans l'apparentement de fonction avec sa famille, au grand dam de son épouse qui se plaignait de l'isolement géographique du site (Cf. " Henri Allanet, un citoyen du XXe siècle ", de Pierre H. Allanet). Ils y restèrent jusqu'à la construction de leur maison square des Acacias, actuellement square Henri Allanet.

    En janvier 1947, le Centre chirurgicale de Gavy était équipé de 90 lits. En décembre de cette année, la ministre de la Santé, Germaine Poinso-Chapuis, vint visiter les installations hospitalières de Saint-Nazaire. 

    En 1951 il comportait 100 lits.

    778_001.jpg

    Salle des malade du centre Chirurgicale en 1939. (Carte Postale éditions Rosy.)

     

    A la suite de la construction d'un nouvelle hôpital, inauguré en 1960, le Centre chirurgical fut déplacé, et Gavy devient un institut de formation en soins infirmiers en 1961 après de nouveaux travaux de transformation. L’inauguration eut lieu en septembre 1962 et l'enseignement débuta avec 30 élèves en formation de 3 ans.

     

    (Remerciements particuliers à monsieur S. Paquet pour le complément d'informations.)

     

     

  • Le quartier de Plaisance

     Si vous vous promenez rues Honoré de Mirabeau et Frederic Mistral, vous découvrirez des maisons de style art-déco. Ces maisons sont les survivantes d’un projet urbanistique ayant pour but de loger les familles ouvrières de Saint-Nazaire.

     

    Le lieu d’édification du quartier de Plaisance est l’emplacement des terrains occupés par le Camp N°1 des troupes des États Unis d’Amérique dans le cadre de l’aide armée et matérielle que ce pays apporta à la France en 1917.

    Ce camp était doté de préfabriqués en bois entre lesquels furent tracés des voies goudronnées.

     

    camp-N°1, américains, 1917, saint-nazaire

    Le Camp N°1

     

    Après le départ des Etasuniens en 1922, l’ancien camp, dont on avait démonté les préfabriqués, devint un terrain vague sillonné de routes goudronnées.

     

    Il fut décidé d’y édifier une cité afin de pallier le manque de logements pour les ouvriers de Penhoët et remédier à l’existence des taudis (le mot bidonville n’existait pas encore).

    Le chantier fut entrepris entre 1926 et 1930 autour des voies déjà existantes, ce qui explique que certaines rues ne débouchent pas directement sur les avenues qui bordent les îlots.

    Ce projet fit qu’on projeta la création d’une avenue à travers le Grand Marais (actuel Parc Paysager). Cette avenue, qui devait relier le nouveau quartier à l’avenue de Lesseps, fut nommée avenue de Plaisance, et est actuellement l’avenue François Mitterrand.

    Bien sûr on s’étonna de choisir un endroit aussi éloigné des chantiers, mais la Municipalité n’avait pas la possibilité de lotir décemment à Penhoët, et le choix de Plaisance permettait d’offrir aux familles ouvrières l’électricité, et surtout l’eau courante, un lux dans la Saint-Nazaire d’avant la reconstruction.

    Au demeurant, à l’époque on était au milieu des champs et des prairies, et l’on pouvait voir jusqu’au clocher de l’Immaculée et au château d’Heinlex !

    La construction débuta en 1927 avec six premières constructions où furent loger onze familles.

    Les logements, construits en pierre, au toit en tuiles (presque tous remplacées depuis par de l’ardoise), étaient constitués de quatre pièces et dotés d’une cave et doté de jardinets. Les premiers bâtiments étaient tous identiques. On décida pour éviter une monotonie dépriment que les constructions suivantes seraient d’une autre architecture. Quatre nouveaux bâtiments destinés à six familles furent livrés en 1928. Une troisième tranche de construction eu lieu en 1929 afin d'atteindre le nombre de 31 logements.

    On permit aux familles qui le désirez, d’acquérir ces maisons sous des conditions avantageuses, et l’on proposa des terrains à lotir à la vente à des prix avantageux. L’Abri familiale fut aussi intéressé au projet.

     Enfin, on y créa l’École Jules Ferry, dont les locaux abritèrent le cinéma Cameo.

     

    ecole-jules-ferry, saint-nazaire, cinema-cameo, plaisance

    Le cinéma Cameo, derrière l'école Jules Ferry, carte postale Rosy.

     

    Plaisance à beaucoup changé depuis l’installation des premières familles en 1927, c’est en 2018 un quartier en mutation, mais au hasard des promenades, vous pourrez y découvrir quelques constructions intéressantes.

  • Le Groupe Artistique de Saint-Nazaire et le Groupe de Indépendants

    La création du Groupe Artistique :

     

    En 1904 et 1905, le peintre Beilvaire Charles (1861-1943)[1], aidé financièrement par Gustave Bord[2], organisa deux expositions regroupant les œuvres d’artistes nazairiens. Malheureusement le succès fut mitigé, et la ruine du mécène de ces expositions laissa les artistes sans possibilité.

     

    En 1912 Victor Lamoureux[3], directeur de la caisse d'épargne et de prévoyance de Saint-Nazaire, qui s'adonnait en amateur à la sculpture en réalisant des modelages, décida de réunir des collectionneurs de ses relations afin de créer une société artistique regroupant artistes et amateurs d’art, et qui aurait pour but de promouvoir les créateurs locaux en les sortant de leurs ateliers. Il poussa l’idée avec la création d’une école de beaux-arts.

     

    Le Groupe Artistique de Saint-Nazaire fut ainsi fondé en 1913 par Victor Lamoureux, avec le concours de monsieur Pied, de Jacques Dommée[4], et du docteur Meloche[5].

     

    La Première-guerre-mondiale mis en sommeil le Groupe artistique, et il fallut attendre 1919 pour que celui-ci reprenne son activité, toujours sous l’impulsion de ses fondateurs, et avec l’aide du journaliste Pierre Norange[6] qui combattit l’opposition que souleva la réouverture des cours d’art. En récompense il devint le secrétaire de l’association. Le comité central du Groupe, composé de 15 membres renouvelables part tiers chaque année, était présidé par le docteur Méloche, suppléé par Victor Lamoureux, et Louis Joubert, (président de la chambre de commerce de Saint-Nazaire, remplacé par Louis Brichaux en 1938), choisit de placer les activités d’enseignement de l’école qu’il fonda sous la direction du peintre impressionniste Georges Eveillard[7], qui donna des cours de dessin et de peinture, et qui fut rejoint par messieurs Chartier et Périgo.

    Ce fut un rapide succès, le groupe organisa sa première exposition en 1919, avec un succès d’estime, mais sa seconde exposition qui débuta le 31 janvier 1920 dans la salle de la Fraternité 1 boulevard de l’Océan attira beaucoup de visiteurs et d’acheteurs. Ouverte avec une conférence, l’exposition perdura jusqu’au 22 février. L’exposition n’était pas réservée aux seuls sociétaires du groupe, on pouvait, moyennant 3 frs, y participer. Chaque artiste pouvait exposer 5 œuvres. Les deux murs du passage qui conduisait de la rue à la salle d'exposition, à l'éclairage zénithal, qu'on divisait avec des panneaux de bois, furent réservés à deux peintres que le groupe voulait mettre à l'honneur, et qui avaient la possibilité d'exposer chacun 20 à 30 tableaux. L’exposition était réservée aux peintures, sculptures, dessins, aquarelles, pastels, miniatures, gravures, lithographies, travaux d’architectures, arts-décoratifs, céramiques, vitraux, dentelles, bijoux, arts-appliquées. La restriction d’admission se faisait aux peintures, aquarelles et dessins non encadrés, ainsi que les copies, sauf celles qui reproduisaient une œuvre originale par procédé d'une technique différente. Le groupe se chargeait de vendre les œuvres exposées moyennant 15% de commission, comme le font les galeristes. L’exposition fut renouvelée chaque année jusqu’en 1940. Par ailleurs, le Groupe Artistique conclu un contrat avec la Galerie Mignon-Massart à Nantes pour la promotion de ses artistes les plus talentueux.

    Le groupe organisa aussi régulièrement des conférences.

     

    Le 13 novembre 1924 l’inspecteur des Beaux-Arts fut délégué par le Ministère pour présider la distribution des prix remis aux élèves en présence d’un adjoint au maire, du secrétaire de la sous-préfecture, de l’inspecteur primaire et des membres du comité central du Groupe Artistique, alors sous la présidence du docteur Meloche. On considéra dès lors au Ministère que le Groupe Artistique était suffisamment important pour bénéficier à chaque remise de prix la présence de l’inspecteur des Beaux-Arts.

     

    En 1926 le Groupe Artistique réunissait 500 sociétaires. La marie municipalisa alors son école, et concevra Georges Eveillard à sa direction.

     

    779_001.jpg

    L'exposition de 1929

     

    En 1929 fut fondée la Foire commerciale de Saint-Nazaire[8], on réserva chaque année un stand au Groupe Artistique qui y participa sans pouvoir concourir aux prix et récompenses.

    À partir de juillet 1929 le Groupe organisa des visites de musées dans le département en affrétant un autocar. Les frais de transport et le déjeuner étaient offerts par le Groupe à ses sociétaires. La première fut sous la forme d’une récompense accordé à chaque meilleur élèves de chaque école, publiques et privées, de Saint-Nazaire, soit 26 enfants qui purent se rendre au Château de Nantes. Cette visite récompense devint annuelle et par la suite fixée au 21 juin. Pour nombre de ces enfants cette visite était alors la première fois qu’ils allaient à Nantes.

     

    En 1933, avec l’aide des Réseaux de Chemins de Fer Français, le Groupe Artistique organisa une exposition itinérante des œuvres de ses sociétaires.

     

    L’exposition du 27 janvier au 27 février 1934 fut réalisée dans un état de tensions. Le Groupe Artistique de Saint-Nazaire était en perte de vitesse, et qualifié par certains de ses sociétaires de « réunion de vieilles barbes ». Il est vrai que le Comité central était toujours composé de ses fondateurs réélus chaque année, qui avaient tous un âge avancé, et regardaient avec un certain mépris les styles nouveaux s’éloignant du figuratif et de l’impressionnisme convenu, et qu’ils estimaient comme des phénomènes de mode qui passeraient. Georges Eveillard ne voyait pas les choses ainsi, et tentait de pousser le Comité central à plus d’ouverture. Rares étaient les artistes professionnels nazairiens et du canton à ne pas être sociétaires, mais ceux de l’Unvaniezh ar Seiz Breur, (les peintres René Yves Creston et Suzanne Candré-Creston, l’architecte André Batillat, etc.), étaient mis de côté, considérés comme des décorateurs, leur innovation artistique déconcertait ces messieurs. Émile Guillaume avait eu plus de chance auprès du Comité central. Assimilable au symbolisme et au néo-bretonnisme, avec des personnages aux teints rouges, ressemblant à des pantins plus ou moins désarticulés. Il était pourtant à la mode, mais outre que son style déconcertait ces messieurs du Comité central, il était perçu comme un peintre décorateurs car il exerçait ce travail dans des studios de cinémas, et qu’il ne refusait pas les commandes que lui faisaient les commerçants ou les particuliers désireux d’une fresque sur leurs murs[9]. Au demeurant il avait le tors de vivre à La Baule. Cependant cette année-là, le Comité fit le choix de donner une place importante aux œuvres d’Émile Guillaume qui eut tout un mur pour lui. On accorda la même largesse aux œuvres de Ferdinand du Puigaudeau mort quatre ans plus tôt, et dont la vente des œuvres devait se faire au profit de sa famille qu’il avait laissé démuni. Mais le jour même de l’exposition l’Ouest éclair dans la colonne précédent celle consacrée à l’exposition du Groupe Artistique publia que l’idée d’une exposition de photographie était dans l’air du temps, et s’étonnait que la Groupe Artistique ait écarté cet art. La révolte grondait parmi les sociétaires, car outre le rejet de certains styles ou de certains médiums d’expression artistique, il y avait aussi une censure concernant les nus. Pourtant il y avait des cours de dessin anatomique, mais dans l’esprit du Comité Central, le nu était forcément pornographique, et la peur d’avoir les protestations des biens pensants avait même relégué les nus académiques d’Eveillard pourtant bien innocents.

     

    27janvier1934.jpg

    L'Ouest éclair 27 janvier 1934,

    (cliquer pour agrandir)

     

    groupe-artistique,saint-nazaire,groupe-indépendants,auffray alexandre,beilvaire charles,bouillon gaston,alexis-de-broca alexis,chaney-lester,colle-michel-auguste-colle,gauffriaud-Émile,gauthier-stany,gautier-Émile,georges-eveillard,gorrin-ulysse,jacquier-marcel,lacouloumère-hélène,lemasson-paul,paul-guyot- ferdinand-du-puigaudeau,simon-Émile,peintre,rené-yves-creston,l’unvaniezh-ar-seiz-breur,suzanne-candré-creston,andré-batillat,michel-brun,pierre-wagner,edmond-bertreux,Émile-guillaume,berthe-riboulleau-margotton,marthe-danard-puig,georgette-nivert,félix-lorioux,zinnias,yvonne-caro

    Le courrier de Saint-Nazaire 24 février 1934

     

    En avril-mai 1934 le Groupe ouvrit une exposition commune de dessin avec les des écoles d’Art de Brest, Orléans, Nantes, Angers, Tours, Le Mans, Rennes et Laval, en présence de monsieur Bayard, inspecteur général des Beaux-Arts. René Geoffroy, le critique artistique de L’Ouest éclair, commenta que le niveau était plus élevé dans les écoles de Rennes, Angers et Nantes, et nota que le cubisme était dans les travaux exposés en minorité.

    L’exposition commune fut couplée d’une seconde sous forme de concours réservée aux dessins de Nazairiens de moins de 15 ans, organisée par l’Université Populaire sur la supervision de George Eveillard qui cherchait à renouveler le groupe. Il y eu 560 participants sur la thématique : « Ce que je vois par ma fenêtre ». Un tri garda 300 dessins qui furent exposés le dimanche 29 avril 1930 et 10 gagnants furent désignés. Le succès fut tel que le concours devint annuel.

     

    30-avril1934.jpg

    L'exposition concours des dessins des moins de 15 ans,

    L'Ouest éclair 30 avril 1934.

     

    La réunion du Comité centrale qui suivit, avec la remise des prix, furent réalisés devant une assistante clairsemée. L'actif du Groupe Artistique avait atteint 16.346 frs, contre 17.115 frs, l'année précédente. Les sociétaires étaient passé de 472 à 464 en un an, ce nombre continua de chuter les années suivantes.

     

    Pourtant l'exposition du 27 janvier au 24 février 1935 se fit avec le concours du peintre Paul Chabas, président des Artistes Français, et André Dauchez, président de la Société Nationale des Beaux-Arts. Plusieurs artistes Nazairiens qui avaient été médaillés au Salon des Artistes Français : Yvonne Carro, qui peignait des paysages, mais dont la réputation est surtout basée sur ses tableaux de fleurs, et Alice Carissandre, qui peignaient elle aussi des fleurs ; les poste impressionnistes Michel Collé, Émile Simon, Alexis de Broca, (grand-père du réalisateur Philippe de Broca), et d’autres au Salon du Société Nationale des Beaux-Arts, dont Hélène Lacoulomère, (qui vivait en Vendée).

    Aux côtés des sociétaires du Groupe Artistiques ont exposa 50 tableaux provenant du Salon des Artistes Français, dont : Marie-Louise Lustremant, Gabrielle Henriette Rieunier-Rouzaud, Maurice Joron, Jean Vincent-Darasse, Gaston Galey, Robert Genicot, Fernand Maillaud, Cesar Mammes, Jules Merle, Henri Barnoin, (qui devint sociétaire, mais décéda l’année suivante), ainsi que le graveur Jacques Derrey, le sculpteur Roger Favin, et Luc Lanel créateur de mobilier et d'objet de décoration en métal émaillé qui travailla pour les Chantiers.

    Le Normandie était alors en réalisation, et pour l’occasion on exposa des maquettes de ses décors, ainsi que des projets pour d’autres paquebots, dont Ville d’Alger.

    Le Groupe Artistique acheta 20 œuvres qui furent reparties au tirage entre les visiteurs qui avaient acquis le catalogue illustré de l’exposition.

     

    Le groupe des indépendants :

     

    L'exposition du Groupe Artistique de 1936 fut un four. On sentait que toutes l’énergie dont pouvaient faire preuve les organisateurs et les soutiens extérieur dont ils pouvaient bénéficier avait été épuisée par l'exposition de 1935, et ceux malgré une volonté de renouveler l'effet en faisant venir quelques personnes du Salon d’Automne dont le président se demanda ce qu’il faisait là le jour du vernissage où André Astoul, portraitiste vendéen, fut invité d’honneur. Il y eu des différents entre le Comité Central et René-Yves Creston, proue des artistes de style contemporain. Le bateau coulait inexorablement et le nombre des sociétaires toujours à la baisse.

     

    Il existait à Nantes un Salon des Indépendants, qui longtemps n’exposa que des refusés des beaux-Arts de Nantes, et dont les œuvres étaient de mauvaise qualité. En 1935, ce Salon des Indépendants nantais commença à regrouper quelques artistes dont le talent était indéniable, mais qui n’étaient finalement pas à leur place et n’y participaient qu’en raison de mésententes avec les Beaux-Arts de Nantes. C’est alors que René Yves Creston et André Batillat, lassés d’être déconsidérés par le Groupe Artistique de Saint-Nazaire, décidèrent de créer à Saint-Nazaire un Salon des Indépendants. Ils débauchèrent sans mal les peintres Pierre Wagner, (1897-1943), ancien élève d'Emile Simon et qui était aussi sociétaire des groupes des Indépendants de Bordeaux et Bourges, et Edmond Bertreux, (1911-1991), mais attirèrent aussi à eux des nazairiens mécontents du Groupe Artistique : Michel Brun (qui avait tenté sa chance aux indépendants de Nantes), Émile Guillaume, Berthe Riboulleau-Margotton, une miniaturiste et illustratriste spécialisée dans le genre néo-médiéval, Marthe Danard Puig connue essentiellement pour ses bouquets de fleurs, et surtout Georgette Nivert, (1900-1960) peintre de nus féminin sensuels et de couples saphiques[10]. Batillat et Creston eurent l’idée d’ouvrir leur groupe aux photographes. Créé en février 1936, ce nouveau groupe se finança au début avec une tombola, et avec les fonds avancés par René-Yves Creston et André Batillat, qui logeait chez lui, 18 rue Villebois Mareuil[11], le bureau de ce nouveau groupe, et avec l’aide de l’agence Havas de Saint-Nazaire.

     

    La première exposition eu lieu durant la foire commerciale de Saint-Nazaire, du 25 au 30 mai 1936. Affichant un panneau « fondé en 1936 », (l'enregistrement ne fut déposé cependant que le 13 juin), le Groupe des Indépendants avait disposé quelques œuvres de ses sociétaires, et Émile Guillaume faisait des démonstrations de dessin, tout en proposant des cours gratuits aux visiteurs. Batillat fit la réclame de son groupe en organisant un concours réservé aux amateur « Le meilleur croquis de la Foire Commerciale », avec pour jury les membre du bureau de la Foire et du Groupe des Indépendants, et de ses professeurs.

    Le Groupe Artistique, qui participait aussi à la Foire, qui était sous le pavillon de l’alimentation, semblait bien poussiéreux avec son exposition d’un portrait réalisé par un inconnu de Victor Lamoureux, et les dessins d’enfants sous le thème des fables de La Fontaine.

     

    guillaume1.jpg

    Emile Guillaume à la Foire de Saint-Nazaire,

    L'Ouest éclair 27 mai 1936.

     

    La première exposition organisée par les Indépendant eut lieu le weekend du 30 et 31 mai 1936 au cercle du Club d’aviation populaire et des Officiers républicains, 7 rue de Villès-Martin 1936, qui fut aussi le siège du bureau du Groupe. Devant le succès de cette exposition, le Cercle proposa de prêter ses locaux pour l’année suivante. Mais les Seiz Breurs avaient été sollicités en 1935 pour réaliser le pavillon de Bretagne à L'Exposition universelle de 1937[12]. Cela impressionna tant la municipalité de Saint-Nazaire, que le maire, François Blancho, proposa pour l’exposition du Groupe des Indépendant la salle des Halles, un vaste espace que la mairie avait destinée à y déplacer le musée, située rue du Bois Savary. Cela n’alla pas sans créer des tensions avec le Groupe Artistique qui y avait fait son exposition annuelle.

    En effet, ayant quitté les locaux du boulevard de l’Océan, le 6 février 1937, la 19e exposition du groupe Artistique eut lieu dans la salle des halles, une vaste pièce qui se trouvaient à l’étage des halles, et en avait la même surface. L’exposition avait réunie 600 œuvres, elle eut lieu sous le patronage de François Blanche, sous-secrétaire d'État, du Sous-Préfet de Saint-Nazaire et sous la présidence effective de M. Leroy, préfet de la Loire-Inférieure. Un déjeuner payant, (19 frs), fut organisé au Grand Hôtel et réservés aux personnalités de la ville et du département, les membres honoraires, les sociétaires et les artistes participants. La aussi l’événement fut rendu annuel.

    Pour ménager le Comité central du Groupe Artistique, François Blancho proposa aux Indépendants un autre lieu d’exposition… le vieux Musée municipal ! On s’étrangla devant ce choix du maire qui consacrait des artistes qui avaient été refusés ou mal traités jusque-là, mais il n’était pas possible de protester. Les Indépendants de Saint-Nazaire exposèrent ainsi au Musée les 29 mai au 30 juin 1937. René Geoffroy, le critique artistique de L’Ouest éclair, fut dithyrambique, mais avoua aussi dans son article 4 juin 1937, qu’il était l’ami et le cousin de René Yves Creston…

     

    30-11-1937.jpg

    Le Comité central le jour du déjeuner donné pour le 25e anivarsaire de la fondation du Groupe Artistique,

    L'Ouest éclair du 30 novembre 1937.

     

    La paix avec les Indépendants :

     

    La 20e expolition du Groupe Artistique, eu lieu du 30 janvier au 27 février 1938. Elle regroupa les œuvres des artistes locaux, d’un choix d’artistes quelques autres régions françaises et de quelques parisiens, qui travaillent en collaboration avec les fabricants de tapisseries d'art d'Aubusson. Les ateliers envoyèrent pour l’occasion des tapisseries et du mobilier contemporains et anciens, dont des œuvres du 16e siècles, 17e et 18e siècles qui éblouirent les visiteurs.

    Parmi les invités officiels pour le vernissage et le déjeuner, il y eut André Batillat et René-Yves Creston. L’Exposition universelle de 1937 leur avait donné une importance auprès des autorités.

     

    René-Yves Creston participa à la 21e exposition en 1938, exposition qui pour la première fois fut réellement novatrice, et fut placée sous le haut patronage du Ministère de l'Éducation Nationale, subventionné par le département de la Loire-Inférieure, la Ville et la Chambre de Commerce de Saint-Nazaire. Le Salon des indépendants disparu dans cette réconciliation, échange de bons procédés et réalité économiques obligeant.

    Cette année-là, l’adhésion des sociétaires fut fixée à 20 frs par an. 

     

    La fin du Groupe Artistique :

     

    Il n’y eu pas d’exposition en janvier 1939 en raison d’un problème financier.

     

    La 22e exposition de 1940 fut retardée et n’ouvrit que le 25 février, avec 500 tableaux malgré la mobilisation de certains artistes. Elle se déroula dans une sale de l’école Jean Jaurès, boulevard Victor Hugo.

     

    Après avoir obtenu une subvention municipale de 1.000 frs, la 23e exposition se déroula avant la date classique, du 1er décembre 1940 au 22 décembre 1940 au Syndicat d’Initiative 4 rue de l’Océan. On lui avait accordé une semaine de prolongement devant le succès qu’elle suscita. Il est vrai qu’à ce moment-là il y avait peu de distractions à Saint-Nazaire. Il avait eu une semaine de prolongement. Parmi les peintres exposés citons, venue de Stenay en Meuse, Germaine Lantoine-Neveux, (1892-1978) exposa des portraits, Berthe Riboulleau-Margotton et Émile Guillaume revenus au bercail. Celui-ci fut, avec Ulysse Gorrin, (1884-1965), éreinté par la critique de René Geoffroy.

    L’exposition s’acheva avec un tirage au sort de numéro d’acheteurs de l’exposition précédentes, de catalogue d’exposition acheté, et de cartes de sociétaire, qui gagnèrent des aquarelles et des tableaux des têtes de pont du Groupe, mais aussi une toile de Puigaudeau.

     

    Le 24 mai 1941 dernier concours des enfants. La guerre fit son œuvre, et le groupe disparu dans les ruines de la ville. Mais l'école d'enseignement d'art plastique, fondée en 1919, et municipalisée en 1926, fut rétablie. Emile Guillaume y fut professeur, (il enseigna aussi à l'Ecole Normale de Savenay).

     

    Le Groupe Artistique de Saint-Nazaire : une école ?

     

    Peut-on parler d’une école nazairienne ? Nous pensons que oui, en ce qui concerne la peinture.

     

    Si l’on excepte les membres de l’Unvaniezh ar Seiz Breur, qui forme une école particulière et clairement identifiée, et bien sûr Émile Guillaume qui est inclassable, ainsi que Georgette Nivert aux nus sensuels et sexuels, et Félix Lorioux (1872-1964), illustrateur et dessinateur de bande dessinée qui participa à la dernière exposition de 1940 mais dont on ne peut affirmer qu’il fut sociétaire, on s’aperçoit qu’il y a une cohérence des œuvres des peintres membre du Groupe Artistique de Saint-Nazaire pour ceux qui nous sont aujourd’hui connu.

     

    Nous avons pu établir à la lecture des articles de presse et des rares catalogues d’exposition qui nous sont parvenus une liste de nom de peintres qui sont aujourd’hui reconnus par les marchands d’arts comme des peintre de tallent :

     

    Auffray Alexandre (1869-1942)[13] ;

    Beilvaire Charles (1861-1943)[14] ;

    Bouillon Gaston (1881-1958) ;

    Broca Alexis (de) (1868-1948), médaille d'argent Salon des artistes français 1922 ;

    Brun Michel ;

    Carro Yvonne(-Antoinette), (1895-1946), membre de l'Union des Femmes Peintres et Sculpteurs, sociétaire des Artistes Français, mention honorable au Salon des artiste français 1928 et médaille d'argent 1933, surtout connue pour ses fleurs, que pour ses intérieurs et paysages, ou ses illustrations, (elle signait parfois Carro-Boulard) ;

    Chaney Lester Joseph (1907-1998), né hongrois, après avoir vécu à Saint-Nazaire, il s’exila aux USA devant l’avancée allemande et y obtint la nationalité ;

    Collé Michel-Auguste (1872-1949) ;

    Cylkow Louis (1877-1934) ;

    Deboute Maurice-Pierre (s'éloigna en peignant des paysages d'Ile de France) ;

    Eveillard Georges (1879-1965) ;

    Evein Claude-René-Pierre ;

    Gauffriaud Émile (1877-1957) ;

    Gauthier Stany (Joseph dit) (1883-1969) ; 

    Gautier Émile (1920-2013) ;

    Gorrin Ulysse (1884-1965), médaille d'argent du Salon des artistes français 1936, prix Corot et médaille d'or 1949 ;

    Guyot Paul (1906-1960), (il fut aussi romancier) ;

    Jacquier Marcel (1877-1957) ;

    Labittes Eugène Léon (1858-1937) ;

    Lacouloumère Hélène ;

    Lemasson Paul (1897 1971) ;

    Lusseau Georges (1897-1989) ;

    Massonneau Madeleine, (1901- ...) ;

    Maxence Jean (1901-1962), médaille d'argent Salon des artistes français 1920, médaille d'or 1925 et prix Madagascar ;

    Puigaudeau Ferdinand (du) (1864-1930), issu de l'école de Pont-Aven ;

    Simon Émile (1890-1976), mention honorable Salon des artistes français, médaille d'argent 1934, médaille d'or 1935 ;

     

    Ces peintres, dont la liste est non exhaustive, (le Groupe artistique ayant eu jusqu’à 500 sociétaires, et cumula le même chiffre en nombre de tableaux exposés), ont en commun d’avoir peint à l’huile et à l’aquarelle des marines du port de Saint-Nazaire, des côtes d’Amour et de Jade, de l’estuaire et de la Loire maritime, des marais salants, de la Grande Brière, des environs paysage de Guérande, Saint-Nazaire et Pornic, et des scènes bretonnes de la Loire Atlantique, dans le style postimpressionniste de l’entre-deux-guerres, sur une période allant de 1919 à 1941.

     

    On peut aussi pousser la thèse d'une école nazairienne à une école parallèle consacrée à la présentation florale dont nous citerons :

    Carissandre Alice, médaille d'argent au Salon des artiste français, médaille d'argent au Salon (des Beaux-Arts) 1934 ;

    Carro Yvonne,déjà nommée plus haut ;

    Danard-Puig Marthe.

     

     

     

    [1] Cf : L’Ouest éclair du 30 novembre 1934. Pour sa biographie, voir notre article : http://saint-nazaire.hautetfort.com/charles-beilvaire/

    [2] A propos de Gustave Bord voir : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/06/13/le-chateau-de-porce-a-saint-nazaire-premiere-partie.html

    [3] Marcel-Pierre-Victor-Alexandre Lamoureux, né à Saint-Nazaire le 2 février 1893 (déclaré le lendemain), il était le fils d’un couple de tailleurs pour homme, Victor Lamoureux et Marguerite Janvin, dont la boutique, ouverte en 1855, existe toujours à Saint-Nazaire, quoiqu’elle ait changé de nom en devenant « Territoire des hommes ». La fondation par lui du Groupe artistique de Saint-Nazaire le fit nommer officier de l’instruction publique le 1er février 1930 pour services rendus aux arts. Le 12 février 1931 il reçue la médaille d’argent de la Prévoyance sociale. Il habitait rue Henri Gautier, puis à partir de 1938 rue Charles Brunellière.

    [4] Jacque Dommée devient l’archiviste du Groupe, il fut rejoint par son fils, Claude Dommée, architecte, qui fut nommé trésorier adjoint.

    [5] Le docteur Pierre-Ernest Méloche, (1860-1946), inhumé au cimetière de La Briandais, était ancien interne des hôpitaux de Nantes, il avait son cabinet 24 rue Henri Gautier à Saint-Nazaire. Il fut la risée de la ville et de la profession à la suite d’une erreur de diagnostic : le 18 mars 1896 le juge d’instruction de Saint-Nazaire convoqua le docteur Meloche pour examiner une prévenue, la veuve Billy, arrêtée sous l'inculpation d'infanticide. La femme nia l’accusation, et affirma être toujours enceinte. Le docteur Méloche se déplaça, examina, et dit que la femme avait déjà accouchée. Deux jours plus tard, la veuve Billy accoucha en prison d'un enfant de cinq mois qui ne vécut que quelques minutes. Elle porta plainte conte le médecin, et lui réclama 1.000 frs de dédommagement, (la consultation qui avait coutée 6 frs au Tribunal de Saint-Nazaire). Le tribunal de Saint-Nazaire condamna le docteur Meloche le 26 février 1897. Il fit appel, et, chose surprenante, gagna en appel à Rennes le 2 juin 1898. Son honneur étant lavé, il reprit sa place à Saint-Nazaire, et la ville fit comme si rien ne s’était passée, tout en ricanant dans son dos. Appuyé par ses confrères, et ses relations politiques et maçonniques, il fut promu en 1911 médecin chef du comité de la Crois Rouge de Saint-Nazaire, puis dirigel’Œuvre Antituberculeuse de Saint-Nazaire, et fut nommé président du syndicat des médecins de Saint-Nazaire le 28 septembre 1930.

    [6] Journaliste militant socialiste, de son vrai nom Georges Pierre, né le 25 avril 1871 à Bléneau, décédé le 9 février 1958 à Saint-Nazaire.

    [7] Georges-Alexandre Eveillard, né à Nantes le 2 juillet 1879, marié à Nantes le 11 mai 1817 à Augustine Louise-Marie Carrière, décédé à Nantes le 25 février 1965. Sa peinture, d’inspiration postimpressionniste, représente essentiellement des marines et paysage bretonnant de l’estuaire de la Loire et quelques scènes de genre. A la suite du débarquement des troupes des États Unis d’Amérique à Saint-Nazaire en 1917, il réalisa de nombreuses aquarelles de celles-ci.

    [8] Elle eut d’abord le nom de Foire Exposition.

    [9] Membre de la Loge Le Trait d’Union, Emile Guillaume réalisa les décors de la nouvelle loge à la demande de son vénérable, Henri Allanet, chirurgien et directeur de l’Hôpital de Saint-Nazaire. Il ilustra aussi des cartes postales avec des scènes bretonnes, dont une série ayant pour thème les côtes de la province. Ajoutons qu'Emile Guillaume était né à Paris dans une famille originaire de Questembert, et dont la grand-mère maternelle vivait au Pouliguen, s'était établi à La Baule en 1928.

    [10] À la fin de sa vie elle se consacra à des représentations d’enfants.

    [11] Par la suite il se fit construire une maison sur ses plans 82 rue Jean Macé.

    [12] Ce fut sous l’impulsion de Joseph Stany-Gauthier, conservateur du musée des beaux-arts de Nantes, que le comité de l’Exposition Universel choisit les Seiz Breur. Le secrétariat général pour la réalisation de ce pavillon étant attribué à René-Yves Creston.

    [13] Voir notre article : http://saint-nazaire.hautetfort.com/alexandre-affray/

    [14] Voir notre article : http://saint-nazaire.hautetfort.com/charles-beilvaire/

    Lien permanent Catégories : Alexandre Affray, Artistes nazairiens, Charles Beilvaire, Groupe Artistique, Groupe des indépendants, Seiz Breur 0 commentaire
  • Auffray, juge au tribunal civil de Saint-Nazaire

     Auffray : Famille bourgeoise originaire de Lamballe.

     

    Sans titre-1.jpg

     De sinople à trois besants d'argent posés en barre, à la bordure d'argent chargée de huit mouchetures d'hermine de sable. (cf. Armorial général de 1696, cachets, et Frotier de La Messelière.)

     

     

    I° Paul-Louis Auffray, né à Lamballe le 14 septembre 1848, sous-lieutenant de mobilisés des Côtes-du-Nord en 1870, titulaire de la médaille de 1870-1871, demeurant à Lamballe en 1925 ; marié à Pontivy le 8 janvier 1878 à Cécile-Berthe Cravin, fille de Pierre Cravin, greffier en chef du tribunal civil de Pontivy, et de Marie-Grâcieuse Labordette, d'où :

    1° Pierre-Alfred-Marie, né à Lamballe le 23 avril 1880, docteur en médecine de la Faculté de Paris, médecin à Morlaix en 1905, mobilisé à l'ambulance 4/14 pendant la première guerre mondiale, puis médecin chef de l'hôpital Luxembourg, à Vesoul (Haute-Saône) jusqu'à sa démobilisation, propriétaire-éleveur au manoir de Kerminizy, en Saint-Tugdual, en 1925 ; marié à Lorient le 11 novembre 1909, avec Amélie-Françoise-Gertrude Marchai, fille de Maurice Marchai, ingénieur en chef de la marine, puis directeur des Chantiers de l'Atlantique, à Saint-Nazaire, chevalier de la Légion d'honneur, et de Marie Jan de La Gillardais ;

    2° Joseph-Marie, né à Lamballe le 17 mars 1883, licencié en droit et avocat stagiaire à Rennes en 1906, docteur en droit en 1907, avocat du barreau de Saint-Brieuc, membre du Conseil de l'Ordre de 1912 à 1914, mobilisé de 1914 à 1918, magistrat en 1919, juge au tribunal civil de Saint-Nazaire en 1920, juge d'instruction à Ploërmel, depuis le 19 janvier 1921, procureur de la République à Ploërmel en 1925 ; titulaire de la médaille interalliée de la Grande Guerre et de la médaille des Y. M. C. A. Franco-Américains ;

    3° Joseph, né à Lamballe le 2 juillet 1886, mobilisé de 1914 à 1918, titulaire de la médaille interalliée de la Grande Guerre et de la médaille des Y. M. C. A. Franco-Américains ;

    4° Louis-Joseph-Marie, né à Lamballe le 6 juin 1890, licencié en droit en 1912, avocat stagiaire à Rennes, mobilisé simple soldat au front, bien que reçu avec la note 18/20 au concours d'admission à l'Ecole de l'Intendance de Vincennes, blessé 3 fois, avec cinq citations, dont : du 1" juin 1918, à l'ordre de l'armée ; du 20 juin 1918, à l'ordre du corps d'armée n° 373. Décoré de la Croix de Guerre avec une palme, 2 étoiles d'or et une de bronze, proposé deux fois pour la Légion d'honneur par le colonel du 41e d'infanterie ; après l'armistice du n novembre 1918, substitut au Conseil de guerre de la Xe armée, à Mayence (Rhénanie); lieutenant de réserve au 41e d'infanterie et avoué près le tribunal civil de Pontivy depuis 1920, chevalier de la Légion d'honneur en juin 1920; marié à Saint-Michel de Saint-Brieuc, le 15 avril 1920, Anne-Félicité Lemée, fille de Mathurin Lemée, négociant, et d'Aline Roussin.