Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Henry Duval

  • Notes du la famille Duval

    La Famille Duval, et une famille bourgeoise de Bois établie à Nantes en 1848, puis à Saint-Nazaire vers 1866, avec Henri Duval, directeur du Gaz, et président de la chambre de commerce de Saint-Nazaire, (le troisième depuis la fondation de celle-ci). On baptisa en son honneur le vapeur Henri-Duval. Il fut propriétaire de Heinleix à la suite d'Alphonse Cézard, que ses fils vendirent au préfet Cassé-Barthe après la Premier-guerre mondiale. (Voyez les articles sur le château de Heinlex.)

     

    I° Denis-Charles Duval, propriétaire domicilié à Blois, époux de Marie-Geneviève-Adélaïde Jeannolle, d'où :

    II° Charles-Jules Duval, né à Rouen le 11 décembre 1811, directeur d'assurances à Nantes en 1848, publia des brochures sur l'« organisation du crédit » et sur l'« impôt unique », marié le 10 décembre 1832 à Blois, avec Louise-Adélaïde Pillotte, née le 8 juillet 1814, fille de Pierre-Louis Pillotte, et de Thérèse-Adélaïde Guéricault, d'où :

    III° Charles-Marie-Henry Duval, né à Blois le 27 juin 1834, décédé en 1905, entrepreneur nantais des usines à gaz des villes de Niort et de Saint-Nazaire, il devient directeur du Gaz de Saint-Nazaire, suite à la création de l'usine à gaz de Saint-Nazaire, suivant un traité passé le 15 mai 1861 entre le maire et lui, pour l'éclairage de la ville, (cette usine employa 6 personnes à ses débuts, elle située à l'emplacement du supermarché de l'avenue de la République, elle échappa aux bombardements et servit de repaire au milieux des ruines pour retracer la rue Jean d'Ust, actuelle avenue de la République, elle fut définitivement fermée et démantelée en 1961), président de la Chambre de commerce de Saint-Nazaire, chevalier de la Légion d'Honneur, il appuya auprès du Préfet la demande d'établissement de la garnison de gendarmes à Saint-Nazaire en 1886 en faisant jouer ses relations avec le Général Boulanger, dont il avait été le condisciple ; proche de Gasnier, le maire de Saint-Nazaire, marchand de bois, il se trouva nommé dans un article d'Aristide Briand publier le 28 janvier 1886 dans le journal nézairien La Démocratie de l'Ouest, il envoya ses témoins,  messieurs Mercier et Biarnais, à Aristide. Un duel à l'épée eut lieu le 31 janvier, durant lequel Briand, qui n'avait alors qu'une vague connaissance de l'escrime, fut légèrement touché. - Epoux de Justine-Elisabeth-Julie-Jeanne Fournier,  (1849-1878), d'où :

    1° Pierre-Henry-Raymond, né à Saint-Nazaire le 6 février 1868, il aurait été imprimeur éditeur à Saint-Nazaire, et aurait publié les premières oeuvres poétiques de Hippolyte-Marie-Alexandre Durand (voyez l'article sur cette famille) ;

    2° Jules-Marie-Emile, (Saint-Nazaire, 3 mars 1872 – Saint-Martin-Vésubie, 18 juillet 1935), compositeur de musique, homme de lettres, et industriel, marié le 5 février 1903 à Paris VIII, avec Marie-Elisabethj Lemonnier, (1873-1959), d'où :

    A° Denyse, (Nantes 10 juin 1907 – Bully 24 novembre 1973), suite à son adoption par Marcel Alfred Philippe à Nice le 23 juin 1960, son patronymique évolua en Duval-Philippe ; mariée le 16 avril 1927 à Nice, avec Jean-Pierre Favareille, (Paris VIII 14 février 1901 – Neuilly-sur-Seine 4 mai 1991), agent de change, graphologue.

     
  • Le château de Heinlex, troisième partie

    De Cézard à Duval...

     

    Sans titre-1.jpg

    Photo Galahad L.

    Armes :Parti de gueules et d'azur à trois roses d'or brochant (2 et 1) ; au chef de … chargé d'un voilier de … navigant dans une mer agitée de …

     Cimier : Un dauphin nageant dans une mer. Devise : Post nubila Phœbus (Après la pluie le beau temps).(d'après les armoiries sculptées sur la façade sud du manoir.)

    En 1857 le domaine est acheté par Alphonse-Léopold-Nicolas-Louis Cézard, (Nicolas dans sa famille, Alphonse seulement pour ses affaires, cette double nomination explique que les noms des navires qu'il possédait au port de Saint-Nazaire), armateur et banquier, qui fit raser le manoir féodale et le remplaça par l'actuelle demeure en briques et pierres, avec toit mansardé sous ardoises, ne conservant de celui-ci que le linteau de la grande cheminée sculpté d'un écu et deux médaillons ovales, qui ont été bûchés à la Révolution. Aujourd'hui déposé le long de la façade sud, il servit alors de dossier de banc, mais ce banc a aujourd'hui sa base prise dans le trottoir qui cercle le bâtiment. Alphonse était né à Batavia aux Indes-Néerlandaises, son père, natif de Nancy y avait fait fortune comme armateur et planteur de sucre, devenu milliardaire, il était revenu avec toute sa famille en France afin d'y marier convenablement ses enfants, dépensant pour les doter toute sa fortune, et en faisant des spéculations industrielles. Alphonse Cézard contribua à fonte de la fortune de son père en spéculant dans l'industrie et le commerce au moment de l'ouverture du port de Saint-Nazaire, il fut impliqué dans quelques scandales locaux, et perdit d'importantes sommes que sont père recouvrit, il débuta comme armateur, avec deux navires, le Alphonse Cézard et le Nicolas Cézard, puis il voulu faire de la politique en se présentant pour les législatives de Saint-Nazaire contre le candidat seul et officiel (nous étions sous le Second Empire...) Anselme François Fleury, le 17 mai 1863, il ensuite fut directeur pour la France de la Saint-Nazaire Compagny, une société fondée à Londres en juillet 1864, pour l'établissement d'une nouvelle ville sur les terrains de l'ancien manoir du Sable, et fonda le 15 janvier 1865 la Société des Crédits généraux de Saint-Nazaire, qui, liée aux entreprises de transports et de comptoirs de son père à Batavia, devint la société du Commerce de France, (avec un capital de départ de 10 millions de francs !), laquelle fut mise en faillite en 1866... C'est à cette date qu'il vendit le Heinleix à Henri Duval. Alphonse fut défendu dans sa faillite par l'avocat nantais Edouard-Auguste Bonamy, contre ses associés Pilon, Perthuy et Derrien qu'il accusa de manœuvres frauduleuses dans le but de le ruiner ! Il se retira au château du Touchelais à Savenay, où se trouve aujourd'hui l'hippodrome, où décéda, après avoir fondé dans cette ville une fromagerie. 

    I° Nicolas-Sigisbert Cézard, né à Nancy le 12 juillet 1797, décédé le 9 février 1891 ; fils d'un boulanger devenu marchand en gros grâce à la Révolution, il devient armateur à Batavia, où il posséda jusqu'à 40 navires qui acheminaient café et sucre sur tous les continents, il acheta deux raffineries de sucre à Launay et Récollets, réunie par la suite sous le nom de "Raffineries Nantaises" dont la cotation en bourse fut un échec obligeant la fermeture en 1864, une mauvaise gestion de ses plantations d'Indonésie, les spéculations hasardeuses de son fils Alphonse à Saint-Nazaire,la dotations de ses autres enfants, dont celle démesurée de sa fille Malvina épouse du fils du Maréchal Molitor, et les caprices de sa seconde épouses, contribuèrent à la dilapidation de l'immense fortune qu'il avait constitué durant toute sa vie ; marié : 1° à Pekalongan (Indonésie) avec Sophie-Adèle-Hélène Petel de Vaugarny, née le 9 août 1809, décédée le 4 novembre 1845 à Nancy, fille de Louis-Auguste-Jean Petel de Vaugarny, écuyer, (originaire de Saint-Malo) et de Sara-Johanna van Poalen ; 2° le 9 juillet 1847 à Nancy avec Malvina-Antoinette Petel de Vaugarnay, (1918-1862), sœur de la précédente, d'où :

    Du premier lit :

    1° Jules-Stanislas-Sigisbert, né à Batavia le 16 juin 1829, décédé ) Meester Cornelis le 24 décembre 1900, marié le 15 avril 1852 à Anthonia-Cornelia Vreede-Bik, d'où postérité ;

    2° Alphonse-Léopold-Nicolas-Louis, qui suit ;

    3° Sophie, (1833-1897), mariée le 1er juin 1854 à Nancy avec Charles-Louis-Albert de Gau de Fregeville ;

    4° Léonce, né le 19 juillet 1834 à Batavia, marié à Nancy, le 7 juillet 1863 à Marie-Elisabeth-Adrienne Jeanpierre ;

    5° Albert, (1836-1907), exploitant d'une raffinerie de Sucre en 1877, établi ensuite à Bône en Algérie ;

    6° Malvina, (1838-1929), épouse de Pierre-Olivier, comte Molitor, secrétaire d'ambassade, fils du maréchal comte Molitor ;

    7° Louis, (1839-1899), ouvrit une sucrerie à Chantenay mais fit faillite en 1883, époux de Berthe Laude, d'où postérité ;

    8° Emmanuel, (1840-1847) ;

    du second lit :

    9° Fernande-Louise-Antoinette, (1851-1929), épouse de Charles Mabille de Poncheville.

    II° Alphonse-Léopold-Nicolas-Louis Cézard, né le 20 février 1831 à Batavia (Java, Indonésie), décédé à Savenay le 17 février 1892 au château du Touchelais ; Armateur et banquier, il acheta les terres et le manoir de Heinlex-Rohan dont il fit reconstruire les bâtiments, et perdit une grande partie de la fortune de son père dans des spéculations à Saint-Nazaire ; marié à Orléans le 22 avril 1854 à Marie-Gabriel Louët de Terrouenne, d'où :

    1° Adrienne-Marie-Hélène, née à Saint-Denis-du-Val le 10 avril 1855, décédé à Fleury-les-Aubrais (45) en 1943 ;

    2° Antoine-Nicolas-Emmanuel, né à Saint-Denis-du-Val le 15 juin 1856, décédé à Orléans le 7 janvier 1918), époux de Berthe Chartie ;

    3° Ferdinand-Nicolas-Jacques, né à Saint-Denis-du-Val le 24 septembre 1857, décédé en 1942 à Triel-sur-Seine (78), marié à Nantes le 30 janvier 1887 avec Lucie-Marie Demange, d'où postérité ;

    4° Marie-Nicolas-Pierre, né à Saint-Denis-du-Val le 19 mai 1862, décédé à Vannes le 19 juillet 1914, époux d'Alice de Miniac ;

    5° Henry-Nicolas-Louis, né à Saint-Denis-du-Val le 21 septembre 1864, décédé le 1er mars 1935, ingénieur des mines, marié à Rochefort-en-Terre (56) avec Noémie Rigaud, (1864-1921), d'où postérité ;

    6° Jeanne-Marie-Marguerite, née à Orléans le 15 janvier 1868, mariée à Orléans le 18 décembre 1890 avec Alphonse-Frédéric-Ernest de Lapanouse.

     

    henri duval,alphonce cézard,heinlex,saint-nazaire,chateau

    le chateau au temps d'Alphonse Cézard, coll. archives municipales

     

    Famille Duval

     

    Henri Duval acheta Heinleix à Alphonse Cézard en 1866 alors en faillite. Originaire de Blois, sont père s'était établi à Nantes en 1848 où il était directeur d'assurances. Henri Duval avait des fonctions importantes à Saint-Nazaire, il était directeur du Gaz, et président de la chambre de commerce (le troisième depuis la fondation de celle-ci). On baptisa en son honneur le vapeur Henri-Duval. Ses fils vendirent la propriété au prefet Cassé-Barthe après la Premier-guerre mondiale.

     

    I° Charles-Marie-Henry Duval, né à Blois le 27 juin 1834, décédé en 1905, entrepreneur nantais des usines à gaz des villes de Niort et de Saint-Nazaire, il devient directeur du Gaz de Saint-Nazaire, suite à la création de l'usine à gaz de Saint-Nazaire, suivant un traité passé le 15 mai 1861 entre le maire et lui, pour l'éclairage de la ville, (cette usine employa 6 personnes à ses débuts, elle située à l'emplacement du supermarché de l'avenue de la République), elle échappa aux bombardements et servit de repaire au milieu des ruines pour retracer la rue Jean d'Ust, actuelle avenue de la République, elle fut définitivement fermée et démantelée en 1961), président de la chambre de commerce de Saint-Nazaire, chevalier de la Légion d'Honneur, il appuya auprès du Préfet la demande d'établissement de la garnison de gendarmes à Saint-Nazaire en 1886, faisant jouer ses relations avec le Général Boulanger, dont il avait été le condisciple ; époux de Justine-Elisabeth-Julie-Jeanne Fournier,  (1849-1878), d'où :

    1° Pierre-Henry-Raymond, né à Saint-Nazaire le 6 février 1868, il fut éditeur imprimeur à Saint-Nazaire ;

    2° Jules-Marie-Emile, (Saint-Nazaire, 3 mars 1872 – Saint-Martin-Vésubie, 18 juillet 1935), compositeur de musique, homme de lettres, et industriel, marié le 5 février 1903 à Paris VIII, avec Marie-Elisabethe Lemonnier, (1873-1959), d'où une fille.

     

    henri duval,alphonce cézard,heinlex,saint-nazaire,chateau

    Coll. O. M. de S. L.

    Vers 1910, (on voit le long de la plus petite façade, sous les fleurs, l'ancien linteau de cheminée du manoir féodal, réemployé comme dossier de banc)

     

    Le château, sa ferme et les 20ha de terres furent proposés à la vente par petite annonce publiée dans le journal « Le Gaulois », le mercredi 4 juin 1924.

     

    Sans titre-1.jpg