Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Transmettre et protéger, un petit geste pour le Vignoble nazairien

Aujourd’hui, un petit poste sourire, un poste sur le petit patrimoine et son sauvetage par action citoyenne qui pourrait paraitre anodine si on ne la regarde pas de près.

 

Il y a quelques jours, dans une parcelle de la Corniche nazairienne qui était autrefois au centre du Vignoble nazairien, vignoble dont nous avons plusieurs fois parlé sur ce blog, et dont la génération née entre 1945 et 1960 a encore le souvenir, ont été déplantés des ceps qui ne pouvaient pas rester sur le lieu, pour être transplantés sur une autre parcelle qui fut autrefois elle aussi une vigne, à Avalix, plutôt que de tout arracher. Ce ne sont que quelques ceps, et combiens d’entre nous en ont arraché dans leur jardin de lotissement pour faire place à une pelouse ou un massif de fleurs ? Trop hélas, car au prétexte d’évolution, nous passons souvent à côté des éléments qui continue à l’enrichissement de notre quotidien et de notre héritage immatériel.

 

Ces ceps déplacés sont de types noah, (raisins blancs), othellos, (raisins rouges), et de sémillon, (raisins blancs). Les deux premiers sont ceux qui ont été replantés sur le vignoble nazairiens après l'invasion du Phylloxéra sur l’Estuaire dans les années 1890.  Le troisième est plus rare dans notre zone parce qu’il s’agit de celui qui servait pour la conception du vin de messe des églises de la Presqu’île. Il y avait autrefois une importante vigne de ce cépage à Saint-Nazaire, La Vigne du Prieuré, située à Porcé, sur les deux parcelles qui sont aujourd’hui séparée par le chemin de Porcé, à l’emplacement de l’école Ferdinand Buisson, et de l’ancien accès au château des Charmilles, terrain en friche dont le devenir est incertains, et dont les élus n’ont toujours pas compris qu’il s’agit ici du seul terrain dont nous connaissons parfaitement l’histoire depuis le don qu’en fit le vicomte Friold de Donges en 1079 au Prieuré Saint-Jean-Baptiste de Saint-Nazaire, et dont nous savons par les fouilles accomplies par Alphonse Pinguet en 1857-1858 qu’il y avait là une exploitation gallo-romaine.

Il a été aussi réalisé des bouturages en prévision de l’avenir et de futures plantations dans le cadre d’un partage de plantes locales, (de jeunes chênes lièges, espèce non originaire de Bretagne mais qui se plait et se reproduit à Saint-Nazaire, ont aussi été transplantés dans le cadre d’un projet de peuplement, ainsi que diverses autres espèces d’arbres et de buissons contribuant à la biodiversité des jardins et taillis).

 

Vignoble, saint-nazaire, porcé, donges, vin, noah, othello, semillon, vin, messe, patrimoine, patrimoines

Quelques-uns des ceps transplantés

 

Pourquoi ce poste sur ce qui pourrait paraitre anodin ? Parce qu’il faut mettre en lumière les bonnes volontés et les belles actions, le sens inné du devoir, mais aussi parce qu’il faut rappeler que le patrimoine ne se limite pas à quelques bâtiments classés, à un paquet de vieux papiers ou à quelques tableaux et collections oubliés sous les moisissures, (même s'ils sont très importants et qu'il y a urgence d’actions de sauvetage). Le patrimoine, surtout dans une ville comme Saint-Nazaire qui ne possède pas de monument important en dehors de son port, et où la politique patrimoniale, parce qu’elle suit la volonté d’élus qui désirent des résultats qui se voient de loin, ne comprend toujours pas l’humain dans ses projets, préfèrent l’inerte vidé de sa substance dans une conception muséale dépassée, alors qu’on ne peut pas faire du patrimoine sans de l’humain et de l’histoire. Ne désespérons pas, l’humanité finit toujours par évoluer, et les décideurs qui stagnes ne restent jamais longtemps en place en notre époque mouvementée ; mais surtout la stagnation et le fourvoiement sont heureusement toujours compensées par l’action de passionnés, en l’occurrence, ici, par des Nazairiens qui aiment leur ville et qui savent agir par bon sens, devenant malgré eux des résistants face au duo ignorance-bêtise. C’est la Société-civile qui a toujours fait avancée les consciences en France, et cela est visible depuis Napoléon III. mais surtout n'oublions pas un élément très important : les institutions n'ont pas vocation à tout sauver ou mettre en lumière, la politique obligeant à des choix au détriment du petit, même quand celle-ci veut bien faire. C'est à vous Nazairiens d'agir et de vous faire entendre !

Le patrimoine est une conception bien encombrante, car elle est synonyme d’identité, ce qui le rend malgré lui politique, mais surtout c’est une chose qu’on regarde comme trop souvent intouchable et à mettre sous vitrine. Or, une ville ne peut être figée dans le temps, nous ne pouvons vivre dans un musée. Cependant, si nous admettons que le patrimoine est de fait l’identité des habitants d’une ville, il faut aussi admettre que cette identité est multiple par la nature de l’Etre humain et multiple dans ses incarnations.

Depuis dix années qu’existe ce blog, nous avons œuvré à répondre aux interrogations des Nazairiens, et à mettre en lumière son histoire, ses personnalités marquantes, et ses patrimoines, de donner une image positive et historiquement juste avant même que les municipalités successives se penchent enfin sur le sujet. Soulignons ici que ce récent intéressement municipale s’est fait grâce à la lucidité et le professionnalisme de fonctionnaires qui aiment Saint-Nazaire et qui ont la volonté de bien faire et de transmettre aux générations futures, qui corrigent par la minutie de leurs travaux les légendes et inexactitudes, en dépit des conflits que cela génèrent malgré eux avec des institutions, municipales ou associatives, qui publient des absurdités qui aux yeux de tous, sauf des rédacteurs des plaquettes ou livres qui n’ont aucun recule ou logique. Heureusement ces publications ne trouvent généralement que peu de preneurs, mais l’on regrettera qu’elles se facent avec l’argent du contribuable nazairiens, et surtout qu’elles finissent par croupir sur des étagères de médiathèque ou de centre de documentations, où on les prendra benoitement un jour pour des ouvrages de référence, au prétexte qu’on y a associé un logo officiel, rendant le Nazairien ironique, c’est-à-dire lucide, comme le démontra Rémy de Gourmont.

 

Écrire un commentaire

Optionnel