Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Heinlex-Rohan

  • Notes du la famille Duval

    La Famille Duval, et une famille bourgeoise de Bois établie à Nantes en 1848, puis à Saint-Nazaire vers 1866, avec Henri Duval, directeur du Gaz, et président de la chambre de commerce de Saint-Nazaire, (le troisième depuis la fondation de celle-ci). On baptisa en son honneur le vapeur Henri-Duval. Il fut propriétaire de Heinleix à la suite d'Alphonse Cézard, que ses fils vendirent au préfet Cassé-Barthe après la Premier-guerre mondiale. (Voyez les articles sur le château de Heinlex.)

     

    I° Denis-Charles Duval, propriétaire domicilié à Blois, époux de Marie-Geneviève-Adélaïde Jeannolle, d'où :

    II° Charles-Jules Duval, né à Rouen le 11 décembre 1811, directeur d'assurances à Nantes en 1848, publia des brochures sur l'« organisation du crédit » et sur l'« impôt unique », marié le 10 décembre 1832 à Blois, avec Louise-Adélaïde Pillotte, née le 8 juillet 1814, fille de Pierre-Louis Pillotte, et de Thérèse-Adélaïde Guéricault, d'où :

    III° Charles-Marie-Henry Duval, né à Blois le 27 juin 1834, décédé en 1905, entrepreneur nantais des usines à gaz des villes de Niort et de Saint-Nazaire, il devient directeur du Gaz de Saint-Nazaire, suite à la création de l'usine à gaz de Saint-Nazaire, suivant un traité passé le 15 mai 1861 entre le maire et lui, pour l'éclairage de la ville, (cette usine employa 6 personnes à ses débuts, elle située à l'emplacement du supermarché de l'avenue de la République, elle échappa aux bombardements et servit de repaire au milieux des ruines pour retracer la rue Jean d'Ust, actuelle avenue de la République, elle fut définitivement fermée et démantelée en 1961), président de la Chambre de commerce de Saint-Nazaire, chevalier de la Légion d'Honneur, il appuya auprès du Préfet la demande d'établissement de la garnison de gendarmes à Saint-Nazaire en 1886 en faisant jouer ses relations avec le Général Boulanger, dont il avait été le condisciple ; proche de Gasnier, le maire de Saint-Nazaire, marchand de bois, il se trouva nommé dans un article d'Aristide Briand publier le 28 janvier 1886 dans le journal nézairien La Démocratie de l'Ouest, il envoya ses témoins,  messieurs Mercier et Biarnais, à Aristide. Un duel à l'épée eut lieu le 31 janvier, durant lequel Briand, qui n'avait alors qu'une vague connaissance de l'escrime, fut légèrement touché. - Epoux de Justine-Elisabeth-Julie-Jeanne Fournier,  (1849-1878), d'où :

    1° Pierre-Henry-Raymond, né à Saint-Nazaire le 6 février 1868, il aurait été imprimeur éditeur à Saint-Nazaire, et aurait publié les premières oeuvres poétiques de Hippolyte-Marie-Alexandre Durand (voyez l'article sur cette famille) ;

    2° Jules-Marie-Emile, (Saint-Nazaire, 3 mars 1872 – Saint-Martin-Vésubie, 18 juillet 1935), compositeur de musique, homme de lettres, et industriel, marié le 5 février 1903 à Paris VIII, avec Marie-Elisabethj Lemonnier, (1873-1959), d'où :

    A° Denyse, (Nantes 10 juin 1907 – Bully 24 novembre 1973), suite à son adoption par Marcel Alfred Philippe à Nice le 23 juin 1960, son patronymique évolua en Duval-Philippe ; mariée le 16 avril 1927 à Nice, avec Jean-Pierre Favareille, (Paris VIII 14 février 1901 – Neuilly-sur-Seine 4 mai 1991), agent de change, graphologue.

     
  • Le château de Heinlex, quatrième partie

    Du préfet Cassé-Barthe à Henri Allanet

     

    La famille Cassé-Barthe

     

    Après juin 1924 Heinleix appartient à Henri-Jean-François Cassé-Barthe, qui a été successivement chef du secrétariat particulier du gouverneur général de l'Indochine, vice-président de France au Tonkin ; commissaire délégué de l'Annam à l'Exposition coloniale de Marseille de 1906 ; sous-préfet d'Espalion ; secrétaire général de l'Allier ; sous-préfet de Grasse ; sous-préfet de Morlaix (près de 4 ans) ; chef adjoint du cabinet du ministre de la Guerre en 1917-1918 sous le ministère Clemenceau ; préfet de l'Aveyron 25 juin 1918 au 16 février 1921, date à laquelle il devient préfet d'Eure-et-Loir jusqu'à sa nomination comme préfet des Côtes-du-Nord le 28 août 1924, poste qu'il occupera jusqu'au 5 février 1926 date à laquelle il fut mis à la disposition du ministre des Affaires étrangères comme délègue français à la commission interalliée chargée du règlement des dommages de guerre en Turquie, mission lui a valu une lettre de félicitations du président de la commune interalliée il officia surtout dans les affaires concernant les établissements religieux français d'Orient. Il fut mis à la retraite sur sa demande et nommé préfet honoraire en 1929, mais dirigea dès lors ,comme chargé de mission, les services du ministre de la Marine marchande. Chevalier de la Légion d'honneur, il fut élevé à la dignité de commandeur en janvier 1930. Depuis combien de temps possédait-il le domaine ? Il est impossible de le dire, exactement, son adresse officielle est dès 1925 son château de Varés à Recoules-Prévinquieres en Avérons, une immense demeure féodale qui fait passer le manoir de Heinlex pour une villa de bord de mer, ce qu'il est peut-être en fait pour monsieur Cassé-Barthe et sa famille, qui l'a acheté avec une partie des meubles laissé par le propriétaire précédent, et qu'il obligera à racheter en sus des terres et des bâtiments quand la municipalité voulut acquérir Heinlex en 1933.



     

    La Ville de Saint-Nazaire

     

    François Blanco avait fait voté la création d'une école de pleine air en 1926, la légende veut que l'administration municipale visita dix-huit propriétés dans tout le département avent de porter son choix sur Heinlex que monsieur Cassé-Barthe cherchait à vendre. Le 24 juillet 1933, le Conseil municipale voté l'acquisition du manoir avec son parc avec un étang, d'un surface de 18ha, de sa ferme avec un potager d'1ha, de 3ha labourable et 5ha de pâture, le tout d'un seul tenant, et clos de murs, l'ensemble pour un montant de 650000fr, dont 371000frs était pris en charge par l'Etat à titre d'acquisition et de dépence pour l'aménagement. La vente traina, car monsieur Cassé-Barthe obligea la municipalité à acheter en sus le mobilier provenant des propriétaires précédents. Les négociations trainèrent, et finalement la municipalité céda, elle monsieur Aulnette, le commissaire-priseur propriétaire de la salle des ventes du même nom à Saint-Nazaire, de faire l'estimation qui fut présentée à la séance du conseil municipal du 4 décembre 1933 :

    Au rez-de-chaussée :

    Salon de velours de Gênes (9 pièces) ; tapis Smyrne de 5m50 x 4m50 ; lustre salon cristaux : 4250frs

    Buffet de salle à manger ; table ; six chaises cuir : 1500frs

    Lustre cage d'escalier :150frs

    Au deuxième étage :

    Un lit complet laqué ivoire largeur 1,25 ; un lit complet laqué gris, largeur 1,25 : 800frs

    Trois lit de fer complet, largeur 80 ; un lit de fer sans literie, largeur 80 : 300frs

    Une table à réservoir d'eau : 150frs ;

    Une table bureau, drap gris : 150frs ;

    Un secrétaire : 250fr ;

    Un canapé, deux fauteuils Empire en drap vert ; deux fauteuil et deux chaises (à recouvrir) : 400fr

    Matériel jardin, bancs, tables, fauteuils, chaises : 400fr

    TOTAL : 8400frs.



    Le Conseil accepta... et la vente fut finalement conclue à la fin du mois de décembre 1933. Ce caprice du vendeur provoqua des railleries, et on dit que le maire faisait des dépenses somptuaires en achetant un château !



    Le 6 février 1934 le Conseil vota le projet d'installation de l'école de plein air, qui ouvrit le 5 novembre 1935.

    Sans titre-2.jpg

    Ouest-Eclair du 4 aout 1933

    Sans titre-3.jpg

    Sans titre-4.jpg

     

    Au moment de l'occupation le domaine fut investi par les Allemands qui en firent un centre de repos pour leurs sous-mariniers. Ils édifièrent des baraquements dans le parc.

    A la libération les Américains investirent les lieux, la 25e D.I. Y établit son camp. Heinlex ne fut rendu à la municipalité le 18 septembre 1947 à 16h, avec tout le matériel que les Américains avaient apporté et celui que les Allemand avaient laissé !



    L'hôtel Dieu et la Maternité ayant été totalement rasés, l'ancienne hospice de Gavy avait été transformé en hôpital provisoire, le conseil vota l'établissement à Heinlex du nouvel hôpital qui les premiers temps pris place dans les baraquements de l'armée allemande. C'est grâce Henri Allanet, que ce projet fut possible, l'ensemble de son œuvres et sa vie ont été racontées en 2006 dans le livre de son fils Pierre-Henri Allanet, « Henri Allanet, un citoyen du XXe siècle », aux Editions Pleine Page.

  • Le château de Heinlex, troisième partie

    De Cézard à Duval...

     

    Sans titre-1.jpg

    Photo Galahad L.

    Armes :Parti de gueules et d'azur à trois roses d'or brochant (2 et 1) ; au chef de … chargé d'un voilier de … navigant dans une mer agitée de …

     Cimier : Un dauphin nageant dans une mer. Devise : Post nubila Phœbus (Après la pluie le beau temps).(d'après les armoiries sculptées sur la façade sud du manoir.)

    En 1857 le domaine est acheté par Alphonse-Léopold-Nicolas-Louis Cézard, (Nicolas dans sa famille, Alphonse seulement pour ses affaires, cette double nomination explique que les noms des navires qu'il possédait au port de Saint-Nazaire), armateur et banquier, qui fit raser le manoir féodale et le remplaça par l'actuelle demeure en briques et pierres, avec toit mansardé sous ardoises, ne conservant de celui-ci que le linteau de la grande cheminée sculpté d'un écu et deux médaillons ovales, qui ont été bûchés à la Révolution. Aujourd'hui déposé le long de la façade sud, il servit alors de dossier de banc, mais ce banc a aujourd'hui sa base prise dans le trottoir qui cercle le bâtiment. Alphonse était né à Batavia aux Indes-Néerlandaises, son père, natif de Nancy y avait fait fortune comme armateur et planteur de sucre, devenu milliardaire, il était revenu avec toute sa famille en France afin d'y marier convenablement ses enfants, dépensant pour les doter toute sa fortune, et en faisant des spéculations industrielles. Alphonse Cézard contribua à fonte de la fortune de son père en spéculant dans l'industrie et le commerce au moment de l'ouverture du port de Saint-Nazaire, il fut impliqué dans quelques scandales locaux, et perdit d'importantes sommes que sont père recouvrit, il débuta comme armateur, avec deux navires, le Alphonse Cézard et le Nicolas Cézard, puis il voulu faire de la politique en se présentant pour les législatives de Saint-Nazaire contre le candidat seul et officiel (nous étions sous le Second Empire...) Anselme François Fleury, le 17 mai 1863, il ensuite fut directeur pour la France de la Saint-Nazaire Compagny, une société fondée à Londres en juillet 1864, pour l'établissement d'une nouvelle ville sur les terrains de l'ancien manoir du Sable, et fonda le 15 janvier 1865 la Société des Crédits généraux de Saint-Nazaire, qui, liée aux entreprises de transports et de comptoirs de son père à Batavia, devint la société du Commerce de France, (avec un capital de départ de 10 millions de francs !), laquelle fut mise en faillite en 1866... C'est à cette date qu'il vendit le Heinleix à Henri Duval. Alphonse fut défendu dans sa faillite par l'avocat nantais Edouard-Auguste Bonamy, contre ses associés Pilon, Perthuy et Derrien qu'il accusa de manœuvres frauduleuses dans le but de le ruiner ! Il se retira au château du Touchelais à Savenay, où se trouve aujourd'hui l'hippodrome, où décéda, après avoir fondé dans cette ville une fromagerie. 

    I° Nicolas-Sigisbert Cézard, né à Nancy le 12 juillet 1797, décédé le 9 février 1891 ; fils d'un boulanger devenu marchand en gros grâce à la Révolution, il devient armateur à Batavia, où il posséda jusqu'à 40 navires qui acheminaient café et sucre sur tous les continents, il acheta deux raffineries de sucre à Launay et Récollets, réunie par la suite sous le nom de "Raffineries Nantaises" dont la cotation en bourse fut un échec obligeant la fermeture en 1864, une mauvaise gestion de ses plantations d'Indonésie, les spéculations hasardeuses de son fils Alphonse à Saint-Nazaire,la dotations de ses autres enfants, dont celle démesurée de sa fille Malvina épouse du fils du Maréchal Molitor, et les caprices de sa seconde épouses, contribuèrent à la dilapidation de l'immense fortune qu'il avait constitué durant toute sa vie ; marié : 1° à Pekalongan (Indonésie) avec Sophie-Adèle-Hélène Petel de Vaugarny, née le 9 août 1809, décédée le 4 novembre 1845 à Nancy, fille de Louis-Auguste-Jean Petel de Vaugarny, écuyer, (originaire de Saint-Malo) et de Sara-Johanna van Poalen ; 2° le 9 juillet 1847 à Nancy avec Malvina-Antoinette Petel de Vaugarnay, (1918-1862), sœur de la précédente, d'où :

    Du premier lit :

    1° Jules-Stanislas-Sigisbert, né à Batavia le 16 juin 1829, décédé ) Meester Cornelis le 24 décembre 1900, marié le 15 avril 1852 à Anthonia-Cornelia Vreede-Bik, d'où postérité ;

    2° Alphonse-Léopold-Nicolas-Louis, qui suit ;

    3° Sophie, (1833-1897), mariée le 1er juin 1854 à Nancy avec Charles-Louis-Albert de Gau de Fregeville ;

    4° Léonce, né le 19 juillet 1834 à Batavia, marié à Nancy, le 7 juillet 1863 à Marie-Elisabeth-Adrienne Jeanpierre ;

    5° Albert, (1836-1907), exploitant d'une raffinerie de Sucre en 1877, établi ensuite à Bône en Algérie ;

    6° Malvina, (1838-1929), épouse de Pierre-Olivier, comte Molitor, secrétaire d'ambassade, fils du maréchal comte Molitor ;

    7° Louis, (1839-1899), ouvrit une sucrerie à Chantenay mais fit faillite en 1883, époux de Berthe Laude, d'où postérité ;

    8° Emmanuel, (1840-1847) ;

    du second lit :

    9° Fernande-Louise-Antoinette, (1851-1929), épouse de Charles Mabille de Poncheville.

    II° Alphonse-Léopold-Nicolas-Louis Cézard, né le 20 février 1831 à Batavia (Java, Indonésie), décédé à Savenay le 17 février 1892 au château du Touchelais ; Armateur et banquier, il acheta les terres et le manoir de Heinlex-Rohan dont il fit reconstruire les bâtiments, et perdit une grande partie de la fortune de son père dans des spéculations à Saint-Nazaire ; marié à Orléans le 22 avril 1854 à Marie-Gabriel Louët de Terrouenne, d'où :

    1° Adrienne-Marie-Hélène, née à Saint-Denis-du-Val le 10 avril 1855, décédé à Fleury-les-Aubrais (45) en 1943 ;

    2° Antoine-Nicolas-Emmanuel, né à Saint-Denis-du-Val le 15 juin 1856, décédé à Orléans le 7 janvier 1918), époux de Berthe Chartie ;

    3° Ferdinand-Nicolas-Jacques, né à Saint-Denis-du-Val le 24 septembre 1857, décédé en 1942 à Triel-sur-Seine (78), marié à Nantes le 30 janvier 1887 avec Lucie-Marie Demange, d'où postérité ;

    4° Marie-Nicolas-Pierre, né à Saint-Denis-du-Val le 19 mai 1862, décédé à Vannes le 19 juillet 1914, époux d'Alice de Miniac ;

    5° Henry-Nicolas-Louis, né à Saint-Denis-du-Val le 21 septembre 1864, décédé le 1er mars 1935, ingénieur des mines, marié à Rochefort-en-Terre (56) avec Noémie Rigaud, (1864-1921), d'où postérité ;

    6° Jeanne-Marie-Marguerite, née à Orléans le 15 janvier 1868, mariée à Orléans le 18 décembre 1890 avec Alphonse-Frédéric-Ernest de Lapanouse.

     

    henri duval,alphonce cézard,heinlex,saint-nazaire,chateau

    le chateau au temps d'Alphonse Cézard, coll. archives municipales

     

    Famille Duval

     

    Henri Duval acheta Heinleix à Alphonse Cézard en 1866 alors en faillite. Originaire de Blois, sont père s'était établi à Nantes en 1848 où il était directeur d'assurances. Henri Duval avait des fonctions importantes à Saint-Nazaire, il était directeur du Gaz, et président de la chambre de commerce (le troisième depuis la fondation de celle-ci). On baptisa en son honneur le vapeur Henri-Duval. Ses fils vendirent la propriété au prefet Cassé-Barthe après la Premier-guerre mondiale.

     

    I° Charles-Marie-Henry Duval, né à Blois le 27 juin 1834, décédé en 1905, entrepreneur nantais des usines à gaz des villes de Niort et de Saint-Nazaire, il devient directeur du Gaz de Saint-Nazaire, suite à la création de l'usine à gaz de Saint-Nazaire, suivant un traité passé le 15 mai 1861 entre le maire et lui, pour l'éclairage de la ville, (cette usine employa 6 personnes à ses débuts, elle située à l'emplacement du supermarché de l'avenue de la République), elle échappa aux bombardements et servit de repaire au milieu des ruines pour retracer la rue Jean d'Ust, actuelle avenue de la République, elle fut définitivement fermée et démantelée en 1961), président de la chambre de commerce de Saint-Nazaire, chevalier de la Légion d'Honneur, il appuya auprès du Préfet la demande d'établissement de la garnison de gendarmes à Saint-Nazaire en 1886, faisant jouer ses relations avec le Général Boulanger, dont il avait été le condisciple ; époux de Justine-Elisabeth-Julie-Jeanne Fournier,  (1849-1878), d'où :

    1° Pierre-Henry-Raymond, né à Saint-Nazaire le 6 février 1868, il fut éditeur imprimeur à Saint-Nazaire ;

    2° Jules-Marie-Emile, (Saint-Nazaire, 3 mars 1872 – Saint-Martin-Vésubie, 18 juillet 1935), compositeur de musique, homme de lettres, et industriel, marié le 5 février 1903 à Paris VIII, avec Marie-Elisabethe Lemonnier, (1873-1959), d'où une fille.

     

    henri duval,alphonce cézard,heinlex,saint-nazaire,chateau

    Coll. O. M. de S. L.

    Vers 1910, (on voit le long de la plus petite façade, sous les fleurs, l'ancien linteau de cheminée du manoir féodal, réemployé comme dossier de banc)

     

    Le château, sa ferme et les 20ha de terres furent proposés à la vente par petite annonce publiée dans le journal « Le Gaulois », le mercredi 4 juin 1924.

     

    Sans titre-1.jpg

  • Le château de Heinlex, deuxième partie

    De la famille Buard à la Révolution, l'affaire Caradeuc.

     

    Sans titre-1.jpg

     

     

    Écu sculpté dans l'église Saint-Nazaire, photo Saint Loup.

     

     

    Armes : De gueules au hibou d'argent. (écu de cette famille est sculpté sur l'une des voûtes de l'église Saint-Nazaire)

     

    I° Zacharie-Gabriel Buard, notaire royal à Guérande de 1730 à 1789, membre de la confrérie Saint-Nicolas de Guérande en 1732, acheta la seigneurie de Heinlex en 1749, reçu en gratification des Etats de Bretagne une bourse de cents jetons en 1788, (A.D. d'I.-et-V., C, 3053), père de :

    1° Marie-Françoise, née à Guérande en 1734, dame de Heinlex, dont nous allons parler après.

    2°Marie-Gabriel, née à Guérande en 1743, fut la bienfaitrice de l'hôpital de Guérande en 1817, légua par testament du 21 mai 1819 sa maison (actuellement 5 place du Vieux Marcher) afin qu'elle servit de presbytère à la cure de l'église paroissiale de Saint-Aubin à charge pour le cure de " célébrer deux messes par mois à perpétuité à la mémoire de la donatrice et pour le repos de l'âme de ses parents ", et décéda en cette ville le 16 août 1822.

      

    En 1793, Marie-Françoise Buard, 55ans, dame de Heinlex, vit au manoir avec la demoiselle Marie Bellinger, native du Croisic et âgée de 50ans (1). Elles sont dénoncées pour avoir donner asile à des prêtres réfractaires, entre autres à un abbé Jalin, ex-desservant de la chapelle Saint-Joseph de Méans. Le poste militaire de Ville-es-Martin reçut l'ordre d'opérer une perquisition à l'improviste et la nuit. Le citoyen Perrin, sergent du 5° bataillon de la Manche, 8° compagnie, fut chargé de commander l'expédition. Le 20 novembre 1793 (30 brumaire, an II), sur les neuf heures du soir, le sergent Perrin, accompagné de 4 fusiliers et d'un guide se rend à Henleix, cernent la maison, visitent le jardin et l'intérieur du logis, mais ne trouve rien, le Sergent Perrin rapporte que " les deux demoiselles lui ont paru tremblantes et pâles et lui ont offert des rafraîchissements au commencement et à la fin des perquisitions ". Elles lui ont demandé " s'il avait beaucoup d'hommes à investir la maison, à quoi le dit citoyen a répondu qu'il en avait trente. " Le sergent rassemble ses hommes et dit à haute voix : " Il est inutile que nous fassions d'autres perquisitions ; Il paraît que nous avons été mal informés ". Ils quittèrent le Henleix, en présentant leurs excuses à ces dames, et reprirent le chemin de Ville-ès-Martin. Ce n'était qu'une feinte. Le sergent s'assure une escouade de seize hommes et, à onze heures et demie, on repart pour le Henleix où ils arrivent vers minuit. Huit hommes et le guide sont postés de distance en distance autour du bois avec le reste de ses volontaires, le sergent Perrin frappe à la porte de la maison. A travers une fissure, il voit les deux demoiselles qui viennent à pas lents leur ouvrir et disent avec plus d'assurance que la première fois qu'ils pouvaient faire chez elles toutes les perquisitions ce qui fut fait effectivement ; on trouva sur l'escalier du milieu un sac blanc contenant des livres et bréviaires à l'usage des ecclésiastiques. Le sergent s'adressant aux demoiselles : " où sont les deux hommes qu'on a vus la première fois ainsi qu'une des domestiques ? " Au même instant, on entend un coup de fusil du côté du jardin ; c'est une sentinelle qui a tiré sur un homme qui se sauvait. Celui-ci, poursuivi, se jette dans un fossé plein d'eau ; le guide l'atteint et lui pose sa baïonnette sur l'estomac ; un des soldats le tient enjoué par derrière. Le malheureux, qui se débattait, écarte l'arme qu'il saisit à pleine main et entraîne son agresseur dans la mare. Les soldats arrivent, l'homme est pris et ramené dans la maison. Il est trempé, souillé de boue et glacé. Il se promène autour de la table pour essayer de se réchauffer. Il reproche aux volontaires leur inhumanité : on ne fusille pas, dit-il, des personnes qui ne font aucune résistance. Dans la matinée, on s'achemine vers Saint-Nazaire, où le juge de paix doit interroger le prisonnier- Celui- ci refuse de répondre, sous prétexte que le manque de nourriture et de sommeil ne lui permettent pas de subir les fatigues d'un interrogatoire. Il conteste toutefois avoir dit sérieusement au sergent qu'il venait de Noirmoutiers. Il ne l'a dit que pour " plaisanterie ". Sur-ce, le juge de paix lance un mandat d'amener contre les demoiselles du Henleix et dit qu'elles soient conduites, avec l'inconnu. Le juge de paix venait de clore son procès- verbal, lorsque les citoyennes Augustine Jamette, de Montoire, Elisabeth Glaud, Elisabeth Pierre et Julienne Le Breton, de Saint-Nazaire entrent dans l'auditoire et déclarent qu'elles reconnaissent le détenu pour être le citoyen Jalin ancien chapelain de Méans, paroisse de Montoire. Sommé de déclarer la vérité, le prisonnier répond que d'après des témoignages aussi multipliés et aussi fournis il lui serait inutile de contester et qu'il se voyait obligé d'y souscrire. Le lendemain (2 frimaire, an II), le prétendu Jalin est transféré à Savenay et enfermé dans la prison. Deux jours après (4 frimaire), il est interrogé par le citoyen Gourlay, commissaire délégué pour l'administration du département. Le prisonnier répète qu'il est François Jalin âgé d'environ 50 ans, ci-devant desservant de la chapelle de Méans, sans domicile fixe depuis environ 16 mois. Il ignore les motifs de son arrestation il a vécu en se cachant chez des particuliers auxquels il taisait son nom, notamment dans les paroisses de Marzan, Billiers, Arzal, Camoel, Escoublac, Saint-Nazaire. Il ne connaît pas les deux femmes chez lesquelles il a été arrêté, On lui demande d'où lui proviennent les onze louis de 4 francs en or et les 18 livres en argent trouvés sur lui ainsi que les deux montres d'or dont une à répétition. Il répond que ces effets proviennent de ses revenus et de ses épargnes. Le 5 frimaire, le prisonnier fut conduit, sous escorte, à Nantes et incarcéré dans la prison du Bouffay. Le 8 frimaire an II, huit jours par conséquent après son arrestation au Henleix, le prétendu prêtre Jalin comparaissait devant le tribunal révolutionnaire, sous la présidence de Philippes Tronjoly, assisté des juges : Normand, Le Peley, Lecoq et Le Davert-Gondet, accusateur public. (Séance de l'après-midi). Interrogé, le prévenu change de système. Il déclare qu'il n'a jamais été prêtre et qu'il n'est pas Jalin, l'ex-chapelain de Méans. Les quatre témoins, qui prétendent l'avoir reconnu, se sont trompés. Il se nomme François Pervoche, sans demeure fixe depuis un an, natif de Valenciennes. Il a perdu ses papiers à Paris, où il est demeuré huit mois. Il est sorti de Paris, il y a quatre mois et demi, muni d'un passeport que lui a procuré un ami... On fait venir des témoins de Montoir, dont le maire, Alexandre Clemenceau, âgé de 62ans et son petit fils qui a 11ans ! Tous le reconnaissent comme étant Jalin. L'accusé proteste de nouveau qu'il y a erreur et qu'il n'est pas le prêtre Jalin. Malgré ses dénégations, l'accusateur public, le citoyen Gondet, prononce son réquisitoire et conclut à une condamnation à mort contre le prêtre Jalin. Les juges allaient aux voix et déjà trois d'entre eux avaient successivement opiné pour la mort. Quant à ce moment-là l'accusé se lève et, interpellant le président Tronjoly, qu'il a connu à Rennes, et le juge Le Peley, ancien sénéchal de Guérande, qu'il connaît également, les somme d'attester qu'il est Michel-François Thomas de Caradeuc, de la Roche-Bernard, ancien juge criminel de Quimper, et membre de la Cour Supérieure provisoire de Bretagne ! Aussitôt, sans désemparer, l'accusateur Gondet se désiste de son accusation contre le prétendu prêtre Jalin, et s'empresse de fulminer un nouveau réquisitoire contre Thomas de Caradeuc " conspirateur royaliste, ayant commandé les brigands à l'attaque de Guérandc et du Croisic. " Les juges remirent la continuation de l'affaire à l'après-midi du lendemain (séance du 9 frimaire, an II), on allait établir l'identité de l'accusé et statuer sur inculpation. Huit témoins déclarent qu'il était bien Michel-François Thomas de Caradeuc. Le 9 frimaire, an II (29 novembre 1793) au matin Michel-François Thomas de Caradeuc se procure une feuille de papier et écrit une lettre à sa femme, lettre qui ne fut jamais transmise, dans laquelle il raconte son procès, et où il informe sa femme qu'il a laissé, chez les demoiselles qui l'ont cachée, son épée et différents effets personnels, mais surtout une somme de 2400 francs sous la forme de 88 louis en or, et 11 en argent, la priant de donné la monnaie d'argent, d'une valeur de 288 francs aux demoiselles pour payement de sa pension, et de ne garder pour elle que l'or, d'une valeur de 2112 francs. Il précise que l'argent est enterré dans le jardin : " A droite, en sortant de la maison, suivre l'allée qui conduit à l'allée qui donne contre les étangs, qui mène aux abeilles, au commencement du carré d'artichauts, vis-à-vis deux pommiers ou poiriers formant la pointe du dit carré d'artichauts, le plus près de la maison au bord de l'allée du dit jardin, dite la plus près des étangs. le tout est dans un pot de terre, qui n'est pas enfoncé à un pied et demi. Ainsi en fouillant, en longeant le buis sur la partie même de cette allée, on ne doit pas avoir de peine à trouver ce dont il s'agit. C'est dès le commencement de cette allée, auprès des plates bandes de fleuri, qui règnent et conduisent de la maison à cette allée”. Dans l'après midi il est condamné à mort. Il écrit alors une seconde lettre à son épouse :

     

    29 novembre, 9 heures du soir,  Mon sort est décidé, demain je n'existerai plus des personnes de confiance ont généreusement contracté l'engagement religieux de vous faire parvenir mes lettres, par sentiment d'humanité et d'intérêt à ma situation. Je joins ici mes boucles de jarretières à pierres, avec mon agrafe de col et un louis d'or. On m'a ôté mes deux montres et onze louis d'or et 18 en argent, que vous réclameriez inutilement. Priez Dieu pour moi.  Je me confie dans sa miséricorde. Je meurs pour mon Dieu et pour mon roy. Jetez-vous entre les mains de la Providence. Dieu seul doit être votre seul consolateur; rappelez moi à la tendresse de mes enfants. Je les recommande à la vôtre continuez à les élever chrétiennement. Adieu, ma tendre amie, sous peu d'instants, je ne serai plus. Je serai réuni, avec tant d'autres victimes, au père céleste. Je vous embrasse de tout mon cœur. Le courage ne me manque pas. Je vois la mort de sang froid. Je vais désormais m'occuper de Dieu seul, qui ne désavoue pas les instants que mon attachement pour vous lui a dérobés :   Adieu ! Votre époux.  Thomas de Caradeuc. 

     

    Le 30 novembre 1793 Michel-François Thomas de Caradeuc fut guillotine place Bouffer à Nantes. Ses lettres et derniers biens ne sont jamais parvenues à la pauvre femme laissée veuve avec quatre enfants, depuis un mois, elle était elle-même incarcérée à Vannes comme suspecte, avec plusieurs de ses parents de la Roche-Bernard. Les courriers furent remis au Directoire de Nantes qui ordonna au district de Savenay de récupérer l'argent, Un commissaire et le commandant Bedel furent chargés de l'expédition dans le jardin du Henleix, ils trouvèrent le trésor à l'endroit indiqué, mais rapportèrent qu'il se trouvait " 24 livres de moins... "

     

    Les femmes qui avaient identifié Michel-François Thomas de Caradeuc comme étant le père Jalin, furent conduite à Nantes, Les juges statuèrent :

     

    " Considérant qu'il est très possible que les quatre accusées se soient trompées, en assurant sur la foi du serment que la personne de Thomas dit Caradeuc était celle de Jalain, prêtre desservant la chapelle de Méans, en la commune de Montoir, puisqu'il est vrai que différents particuliers sont tombés dans la même erreur, attendu la parfaite ressemblance entre Thomas dit Caradeuc et Jalain ;  En conséquence les acquitte de l'accusation portée contre eux et ordonne qu'ils soient sur le champ mis en liberté. " 

    Il n'en fut pas de même pour les demoiselles Buard et Bellinger... Au bout de six semaines de détention, le 17 nivôse an II (6 janvier 1794) le tribunal rendit pour jugement :

    " Déclare et reconnaît pour constant que Marie Bellinger et Marie Buard ont retiré chez elles Thomas Caradeuc, chef de brigands, condamné à la peine de mort .... qu'elles lui fournissaient la pension alimentaire ; que c'est dans Ie jardin que Thomas Caradeuc avait enfoui en terre de l'or, de l'argent et effets, lui appartenant ; que leur liaison avec un pareil homme, aussi ennemi de la République, les fait considérer comme personne dont l'incivisme serait très préjudiciable à la chose publique, si plus longtemps elles continuaient à habiter le sol de la liberté ; Les a déclarées atteintes et convaincues des dits faits et conformément à la loi du 7 juin dernier, les a condamnées à la peine de la déportation à vif, et a déclaré leurs biens confisqués. "

     

    Confisqué par le Directoire, le domaine fut vendu aux enchères et fut acheté par un monsieur Havard qui le transmit à son fils et sa fille (connus sous le nom de Havard-Duclos). Ceux-ci vendirent la propriété en 1857 à Alphonse Cézard.
     
     

    chateau,heinlex,caradeuc,révolution,chouan

    Cadastre de 1829, A.D. 44

     

     
    (1) elle était la fille d'Ollivier Bellinger, et d'Aimée Maillard, (de la famille du poète  Aimée B., fille de feu B. et d'Aimée Maillard (de la famille du poète Desforges-Maillard), elle était venue vivre à Heinlex avec sa soeur Aimée, qui y décéda le 27 mai 1791 (cf. Registres paroissiaux de Saint-Nazaire et René de Kerviler " Répertoire général de bio-bibliographie bretonne" 1899).
     
  • le château de Heinlex, première partie

    Heinlex, Heinlex-Rohan, Grand-Heinleix, Heinlex-Pommeraye ?

     

    La seigneurie d'Heinlex fut constituée 1330 à partir d'une part de la vicomté de Donges en faveur de Bonabes de Rochefort, fils cadet de Thibaut de Rochefort, lui-même ceignit sa seigneurie en deux domaines distincts se partageant l'autorité seigneuriale, le premier, pris siège au manoir originel et se trouva par la suite désigné sous le nom de Heinlex-Rohan, le second, fut constitué autour d'un nouveau manoir situé de l'autre côté de la voie qui coupait en deux la seigneurie initiale, à cinq cents mètres de distance et pris le nom de Heinlex-Pommeraye. Et se trouva elle-même scindée en deux domaines, la seigneurie proprement dite, et le manoir dit connu sous le nom de Grand-Heinlex...

     

    Si en 2011 il reste des traces concrètes du manoir de Heinlex-Rohan, (murs du parcs, étang), quoique fortement transformé par Alphonse Cézard et l'établissement des bâtiments de l'hôpital réalisé grâce à l'acharnement de Henri Allanet au sortir de la guerre, il ne reste rien du manoir de Heinlex-Pommeraye, déclaré comme masure sur prairie de 3ha en 1829, avec une marre dallée à proximité, (ancien vivier ou bassin d'agrément ?), la « masure » fut par la suite rasée pour faire place à la ferme Morantin, qui disparue à son tour pour faire place à l'IUT.

     

    Il est difficile de reconstituer l'histoire de Heinlex, car les titres féodaux furent incendiés au pied de l'Arbre de la Liberté le 20 décembre 1793 par Julien Fourage, ancien procureur de la seigneurie. Si l'histoire de Heinlex-Rohan avant la Révolution a été reconstituée grâce aux aveux et dénombrements de la vicomté de Saint-Nazaire, et aux généalogies des familles qui s'y sont succédées, celle de Heinlex-Pommeraye est encore nébuleuse à certaines périodes. Il existe aussi des sources « perturbatrices », en raison de l'existence d'une seigneurie de Heinlex au territoire de Blain, d'autres près de Vitré et de Carentoir.

     

     

    Seigneurie de Heinlex, dite plus tard de Heinlex-Rohan : des Rochefort-Donges aux Rohan-Poulduc

     

    Famille de Rochefort de Donges

     

     

    saint-nazaire,heinlex,rohan-poulduc,rochefort-dongesArmes : Vairé d'or et d'azur.

     

    I° Guillaume de Rochefort, vicomte de Donges, fils de Thibaut de Rochefort, seigneur de Châteauneuf-en-Saint-Malo, et d'Emma de Donges, vicomtesse héritière, né vers 1230, époux de Marquise de Chateaubriand, dame de Saint-Mars, fille de Geoffroy de Chateaubriand, chevalier, et de Sibylle de La Guerche, dame du Lion d'Anger, d'où :

     

    II° Thibaut de Rochefort, vicomte de Donges, (vers 1260 - † après 1327),époux d'Anne de Neuville, dame de Grez, fille d'Emery de Neuville, seigneur de Grez, et d'Ysabeau d'Iré, dame de La Cornuaille, d'où :

    1° Alix, dite aussi Aliette, dame d'Assérac, épouse d'Olivier II de Rohan ;

    2° Thibaud II, vicomte de Donges ;

    3° Guillaume, seigneur de Rochefort-en-Terre et de Châteauneuf-en-Saint-Malo ;

    4° Bonabes, qui suit ;

    5° Marguerite, épouse d'Yvon XI de La Jaille.

     

    III° Bonabes de Rochefort, seigneur de Heinlex, né vers 1295, époux de Marie d'Ancenis, fille de Geoffroy-Guillaume d'Ancenis, seigneur d'Esnade, et d'Isabeau de Brienne, dame d'Aire, veuve de Renaud de Montrelais, seigneur de Chateau-Thébaud, (d'où deux filles héritières de Château-Thébaud) ; d'où :

    1° Guy, qui suit ;

    2° Bonabes, évêques de Nantes, le 17 juillet 1338, décédé en 1398 ;

    3° Jean, dit Jean de Heinlex ou de Henlée, lieutenant de Jean d'Ust durant la défense de Saint-Nazaire, au profit de qui fut détaché une métairie qui prise par la suite le nom de Heinlex-Pommeraye, fit montre de noblesse le 28 aout 1421 parmi les quarante-six écuyers de l'hôtel et compagnie de monseigneur Richard de Bretagne, chevalier banneret (voyez chapitre Heinlex-Pommeraye).

     

    IV° Guy de Rochefort, seigneur de Heinlex, époux de Jeanne Chesnel, puis de Bonne de Saint-Gilles,, d'où du second lit :

    1° Guillaume qui suit ;

    2° Bonnabe, dit de Henlée, fit montre de noblesse le 28 aout 1421 parmi les quarante-six écuyers de l'hôtel et compagnie de monseigneur Richard de Bretagne, chevalier banneret.

     

    V° Guillaume de Rochefort, seigneur de Heinlex, né vers 1380, mort vers 1447, époux de Jeanne de Bruc, d'où :

     

    IV° Gillette de Rochefort, née vers 1430, décédée le 21 août 1510, inhumée à l’abbaye de Blanche-Couronne, dame de Henleix à Saint-Nazaire, mariée le 19 octobre 1498 avec Jean 1er de Rohan, chevalier, seigneur du Gué de l'Isle, écuyer et chambellan des ducs Pierre II et Arthur III de Bretagne, rendit aveu en 1478 à Catherine de Rohan, dame d'Albret et vicomtesse de Tartas, capitaine de Concarneau, né vers 1425, décédé en 1493, d'où postérité, (voyez généalogie de Rohan degré IV qui suit) ; elle testa le 21 aout 1510 au manoir de Heinlex, en présence de Jehan Jégo, souscuré de l'église de Saint-Nazaire, de Guillaume Le Feuvre, prétre et notaire en la cour de l'Officialité de Guerande, et de Pierre Mayet, notaire et pasteur de Saint-Nazaire.

     

    Famille de Rohan-Poulduc, (Extrait de la généalogie de cette famille à partir de la possession de Heinlex)

     

     


    saint-nazaire,chateau,heinlex,rohan-poulduc,rochefort-dongesArmes : De gueules à neuf macles d'or, 3, 3 et 3.

     

     

    IV°Jean 1er de Rohan, chevalier, chevalier, seigneur du Gué de l'Isle, écuyer et chambellan des ducs Pierre II et Arthur III de Bretagne, rendit aveu en 1478 à Catherine de Rohan, chevalier, dame d'Albret et vicomtesse de Tartas, capitaine de Concarneau, né vers 1425, décédé en 1493, marié en 1453 à Gillette de Rochefort, dame de Procop, née vers 1430, décédée le 21 août 1510, inhumée à l’abbaye de Blanche-Couronne, dame de Henleix à Saint-Nazaire, fille de Guillaume de Rochefort, seigneur du manoir d’Henleix, et de Bonne de Saint-Gilles, d’où :

    1° François, seigneur du Pornic et du Gué de l'Isle, marié 1° à Jacquette de Peillac, dame de Peillac ; 2° Adelise de Juch ; d'où :

    A° Jean, seigneur de Gue-de-l'Isle, mort avant juin 1504 ;
    B° Cyprienne, dame de Gue-de-l'Isle, morte en 1554, épouse de Francois de La Feillee, vicomte de Plehedel, mort en 1538 ;
    C° Vincente, dame de Peillac, épouse de Maurice de Plusquellac, seigneur de Bruillac.

    2° Jean, qui suit ;

     

    V° Jean II de Rohan, chevalier, seigneur de Trégalet et de Heinlex suite aux volontés testataires de sa mère rédigées le 21 août 1510 ; décédé en 1517 ; lieutenant d'une compagnie de 50 hommes d'armes sous le commandement du Maréchal de Rieux, capitaine de la ville de Dinan, (il dissipa la plupart de ses biens et sa descendance eut bien du mal à tenir son rang), épousa en première noce le 19 octobre 1498 Guillemette de Malor, dame de Desmellen et de Marzein, décédée en 1507, fille de Jacques de Malor, seigneur de Marzein, et d’Anne Auger ; en seconde noce Françoise Laurens, fille d’Olivier Laurens, seigneur de Launay, et de Jeanne Thomelin, veuve d’Yves Loret, seigneur du Poulduc, d’où :

    du premier lit :

    1° Gilette, dame de Desmellen et de Marcein, épousa le 6 janvier 1511, mariage organisé en 1506 par Anne de Bretagne qui éleva la seigneurie de Marcein au rang de baronnie, Marc-Pierre de Carné, chevalier, seigneur de Marcein du chef de sa première femme, devenu baron de Marcein par lettres de la duchesse Anne, gouverneur de Brest, né vers 1494, décédé le 15 juin 1553 à Brest, seigneur de la Boire, la Salle, la Larnière, la Touche-Carné, Prassay, le Castiller et Quéhélec, le tout en Sérent, recensé lors de la réformation de 1536, capitaine général de l'arrière-ban de Vannes en 1535, gouverneur de Guérande le 25 août 1536, gouverneur de Brest, député de Etats de Bretagne vers le Roi de France en 1538, grand Panetier de la reine Claude de France, chambellan du Roi de France François Ier, chanson du Grand Dauphin François, futur Roi de France, grand veneur de Bretagne et Grand maître des Eaux, Bois et Forêts de Bretagne, par lettres du 30 octobre 1548, données par Henri II, roi de France, après le décès de Louis du Perreau, d’où postérité (voyez généalogie de Carné barons de Marcein, vicomte de Saint-Nazaire) ;

    du second lit :

    2° Tristant, qui suit ;

    3° Ponceau, marié en 1514 à Madeleine Boissot ;

    4° Jeanne, mariée le 15 août 1526 à Pierre Ermar, seigneur de Coëtdolo

    5° Sulpice.

     

    VI° Tristant de Rohan, chevalier, seigneur de Heinlex et de Poulduc, décédé en 1561, resta sans bien par la dissipation de ses père et mère ; marié en 1523 à Adelice ou Alix de Bréhant, d’où :

    1° Jean ;

    2° Yves ;

    3° Louis, qui suit ;

    4° Isabeau ;

    5° Françoise ;

    6° Catherine ;

    7° Jeanne.

     

    VII° Louis de Rohan, chevalier, seigneur du Poulduc, et de Heinlex mort en 1584, marié en 1577 à Michelle de L'Hospital, fille de Michelle de l'Hopital, seigneurs de La Rouardais, et de Jeanne Cadio, d'où :

    1° Jérôme, qui suit ;

    2° Samsonne, épouse de Francois Josset, seigneur de Kerfredoux.

     

    VIII° Jérôme de Rohan, chevalier, seigneur du Poulduc et de Heinlexmarié en 1610 à Julienne Le Metayer, fille de Grégoire Le Métayer, sieur de Kerbalot, d'où :

    1° Isaac, qui suit ;

    2° Anne, mariée en 1638 à Jean de Coetlagat, seigneur de Clegrio.

     

    IX° Isaac de Rohan, chevalier, comte du Poulduc et de Heinlex, inhumé le 8 janvier 1678 en l'église des Jacobins de Guérande ; sans fortune, il était un gentilhomme en sabots qui vivait à Guérande, ses cousins Rohan-Chabot et Rohan-Soubise lui intentèrent un procès en bâtardise, il eut alors un soulèvement général dans toute la Bretagne en sa faveur ; marié en 1638 à Aliénor de Kerpoisson, dame de Kercabus à Guérande, baptisée à Saint-André des Eaux le 18 novembre 1609, inhumée à Guérande le 13 juin 1633, fille de Jean de Kerpoisson, et de Jeanne de Kercabus, dame de Kercabus à Guérande, native de Saint-Lyphare, (elle était veuve de René Rouault, mort en 1639, dont elle avait un fils, René Rouault, seigneur de Trégniel Lanvaux), d'où :

    1° Jean-Baptiste, qui suit ;

    2° Jean, chevalier du Pouduc, seigneur de Heinlex, mort en 1726, marié 1er avec Louise de Guygenou ; 2e à Guérande, avec dispense de parenté au 3e degré, le 26 juillet 1683 en l'église Notre-Dame, avec Marie Le Trelle (ou Trello), dame de Chateauloup ; d'où du premier lit :

    2a° Jean-Baptiste, baptisé à Guérande le 3 décembre 1679, inhumé à Saint-André-des-Eaux le 21 décembre 1679 ;

    2b° Jean-Emmanuel, né à Guérande le 31 mars 1681, baptisé à Guérande le 15 avril 1681 inhumé à Saint-André-des-Eaux le 2 août 1684.

    3° Anne, mariée : 1er à Guérande le 8 janvier 1660 en la chapelle de La Madeleine, avec René de Kerpoisson, écuyer, seigneur de Trevenegal ; 2e le 22 mai 1666 à Guérande, en l'église Saint-jean, avec François de Brouhel (ou Broël ou Brouel), seigneur de La Négrie (ou Lanegry), tout deux morts en 1681, leurs enfants furent mis en tutelle à Saint-Nazaire chez leur oncle Jean de Rohan.

     

    X° Jean-Baptiste de Rohan, chevalier, comte du Poulduc, seigneur de Kercabu et de Brevellec, mort en 1711 ; marié le 7 aout 1690 à Saint-André des Eaux avec Pelagie Martin, dame de Chateaulon, fille de René Martin, sieur de Chateaulon, et de Marie Le Tresle ; d'où :

    du premier lit :

    1° Jean-Baptiste, qui suit ;

    2° Marie, née à Guérande le 3 aout 1693, baptisée le 6 aout ;

    3° Jean-Louis, né le 30 décembre 1695 à Guérande, baptisé le 1er janvier 1696, seigneur de Heinlex, à la mort de son oncle Jean, il reçu chez lui les membre de la conspiration de Pontcallec qui se réunissaient au manoir sous déguisements de paludiers, il s'enfuit comme son frère en Espagne, mais bénéficia de lettres de Grace du Roi en 1734, revenu à Saint-Nazaire, il fit aveu en 1735 pour sa seigneurie de Heinlex, il al vendit en 1749 à Zacharie-Gabriel Buard, notaire royal à Guérande 

    4° Sévère, (fille), baptisée le 7 mars 1697 à Guérande ;

    5° Prudentiane, née en 1695, décédée le 13 mai 1733 à Guérande, , inhumée le lendemain en l'église Notre Dame ;

    6° Marie-Marquise, née à Guérande le 18 juin 1700, baptisée le lendemain ;

    7° Jean-Joseph, mort en nourrice à Escoublac chez Guillaume Le Querré, inhumé en l'église d'Escoublac :

    et avant son premier mariage :

    8° Julien Adelis, fils de la servante de son grand-père, Marie Adelis qui le 28 janvier 1679 à Saint-Nazaire jura sur l'Evangile au prêtre en présence du Sénéchal de la vicomté de Saint Nazaire et du procureur fiscal que l'enfant qu'elle avait mis au monde dix jours avant avait pour père le fils aîné du comte du Pouldu-Rohan, l'enfant fut élevé à Henleix.

     

    XI° Jean-Baptiste de Rohan, chevalier, comte du Poulduc, seigneur de Kercabu, né et baptisé à Guérande le 17 décembre 1691, ondoyer en la maison de son père, décédé en 1755 ; à 28ans il participa à la conspiration des gentilshommes bretons dite de Poncallec, le 15 août 1719 à la tête d'une troupe de paysans il mit en fuite des soldats venus collecter l'impôt, il fuit en Espagne en 1720 à bord d'une corvette espagnole encrée en face de la presqu'île de Rhuys, et est condamné par contumace par la chambre royale établie à Nantes, comme on le savait très épris d'une demoiselle de Kercabuz de Soursac on arrêté la demoiselle à Guérande, interrogée par monsieur d'Evry, celle-ci lui répondit qu'elle et Jean-baptiste étaient très épris, mais que « quand on en est là, vous devez savoir, monsieur, l'on ne songe guère aux affaires publiques, d'autres pensées vous occupent. » Il entra au service de Philippe V et épousa une riche et noble flamande en 1723, Marie Louise de Velthoven, fille de Guillaume de Velthoven, grand d'Espagne, colonel de dragons brigadier des armées de Sa Majesté Catholique, d'où quatre :

    1° Emmanuel-Bonaventure-Jean-Baptiste-François-de-Paul-Antoine-Cyriaque, né à Madrid en 1724, bénéficia de lettres de naturalisation française en février 1734 ;

    2° François-Marie-des-Neiges-Emmanuel, comte de Rohan-Poulduc, né à Madrid en 1725, fit ses études au collège des Jésuite de La Flèche, fut attaché très jeune au service de Don Philippe de Bourbon qu'il accompagna en Italie en 1742 quand celui-ci fut investi du duché de Parme, et en devint le grand veneur et le premier-gentilhomme, (il devint ensuite roi de Naples), devenu chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, de Rodes et de Malte, il finit grand-maître de cet ordre en 1775, et mourut à La Valette en 1797 ; il eut plusieurs bâtards de Giovanna Crespi, tous reconnus par l'époux de paille de celle-ci Lorenzo Fontani ;

    3° Jean-Leonard-Gabriel-Raimond, abbé de Monlieu ;

    4° Marie-Pélagie-Louise-Gabrielle, bénéficia de lettres de naturalisation française en février 1734, mariée à Guérande, par contrat du 15 avril 1737, et religieusement le 30 avril 1737, avec François de Bossan, comte de Groesquer, seigneur de Kergallan et de Moulinbleau.

     

    saint-nazaire,chateau,heinlex,rohan-poulduc,rochefort-donges

    Portrait de François-Marie-des-Neiges-Emmanuel  de Rohan-Poulduc

    conservé au Musee de la Legion d'Honneur