Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Armoiries de Saint-Nazaire

  • Les armoiries de Saint-Nazaire

    On ignore quand la municipalité de Saint-Nazaire a adopté ses armories. Ce qui est certain, c'est qu'elles le furent avant février 1867, car elles figurent sur l'entête de la revue " Le Journal illustré " N°159, de la semaine du 24 février au 3 mars 1867. L'écu reproduit est bien celui de Saint-Nazaire, à quoique le graveur a fait erreur en figurant la nef contournée(1).

     

    noujal.jpg

    « Le Journal illustré » N°159, de la semaine du 24 février au 3 mars 1867, coll. V. de K.

     

    Le choix des éléments s'explique : Une nef voguant sur la mer, allusion à la position de la ville et à  port, la clef réfère au surnom de la ville, " la Clef de la Loire ", surnom donné en raison du rôle de Saint-Nazaire  qui protégeait l'estuaire, sous l'Ancien-régime l'usage voulait que les navires tirent une salve à blanc pour se signaler quand ils entraient dans l'estuaire, le poste de garde de Saint-Nazaire procédait ensuite à l'autorisation ou à l'interdiction de remonter vers Nantes, capitale du duché, et port d'importance, les pilotes de Saint-Nazaire prenaient la barre pour conduire les navires entre les bancs de sable du fleuve, Saint-Nazaire ouvrait et fermé l'estuaire, la devise, " Aperit et nemo claudit "(" Elle ouvre, et nul ne referme "), reprends ce fait. Enfin, l'hermine, enfin, parce que Saint-Nazaire est cité du duché de Bretagne. 

     

     

    Les armoiries figurent aussi au-dessus des halles de Méan, construits en 1877 (2), on remarquera que l'écu est accompagné de la devise, (3).

     

     

    blasonhall.jpg

    Les armories de la ville de Saint-Nazaire sur la façade des halles de Penhoët,

    photo. Loup Odoevsky Maslov.

     

    Ces armes se blasonnent comme suit :

    D'azur à la nef équipée d'argent, navigant sur une mer du même, la voile chargée d'une clef de sable posée  en fasce ; au chef d'argent chargé de cinq moucheture d'hermine de sable, brochées d'une clef d'or posée en face. L'écu timbré d'une couronne murale de quatre tours d'or, et soutenu par deux rameaux de trois branches de chêne d'or ployées vers l'écu, liée par un ruban d'argent, et retenant un listel aussi d'argent, chargé de la devise en lettres romaines de sable " Aperit et nemo claudit ".

     

     

    Le 9 mai 1881, durant les festivités de l’inauguration du bassin de Penhoët, en présence du président Sadi-Carnot, on décora la ville et le port de panneaux armoriés aux armes des villes de Nantes et de Saint-Nazaire. Les peintres firent une erreur en peignant le champ de l'écu de gueules, (c'est-à-dire le fond en rouge au lieu de le faire bleu). Cette erreur est due au fait que les armes de Nantes ont un fond de gueules. Cela causa un fort émoi, au point que même le journaliste Louis de Kerjean, qui couvrait l'événement pour le compte de la " Revue de Bretagne et de Vendée ", mentionna l'incident : 

    " […] seul reproche qu'on ait pu faire aux organisateurs de cette fête remarquable, a été de s'être tellement attachés à l'exactitude extérieure qu'ils en ont oublié de veiller à leurs propres insignes. Nous ne pensons pas que ce soit par amour de Nantes que tous les cartouches aux armes de Saint-Nazaire aient été peints, ce jour-là, sur fond de gueules comme aux armes de Nantes. La galère de Saint-Nazaire doit être portée sur fond d'azur. "

     

     

    En 1891, dans l'opuscule intitulé " Nouvelle église de Saint-Nazaire ", édité pour l'inauguration de l'église paroissiale dans laquelle sont sculptées sur la voûte du cœur les armoiries de la ville, le blasonnement est décrit comme suit : " D'azur à la galère d'argent, la voile chargée d'une clef de sable, chef d'hermine chargé d'une clef d'or. Devise : Aperit et nemo claudit. " (elle ouvre, et nul ne referme).

    Cette description est erronée, il manque la mer, le navire est une nef, non une galère, (autrement il aurait eu des rames), et de plus le chef est chargé de cinq mouchetures d'hermine, non d'hermine, ce qui aurait voulu dire que le chef aurait été semé de mouchetures sans nombre. 

     

     

    En 1910, en prévision de la visite du président Armand Fallières qui devait avoir lieu le 16 septembre, le maire, Louis Brichaux, s'inquiéta de l'existence de représentations contradictoires des armoiries municipales. Il diligenta une enquête interne pour connaître le blasonnement initial, ainsi que l'origine de son adoption. On en trouva rien aux archives municipales car celles-ci avaient en majorité brûlé durant un incendie criminel visant à faire disparaître les malversations de la municipalité Gasnier. On en trouva rien à la bibliothèque, auprès des archives nationales contactées par l'entremise du Sous-préfet, au cas où elles y auraient été déposées officiellement. On interrogea même la chambre de commerce qui en faisait usage, et qui ne sut quoi répondre. Le 9 avril le Sous-préfet écrit au maire qu'il n'y avait aucune trace d'enregistrement, et le 27 mai, le maire demanda au Conseil le droit de procédé au dépôts auprès de la chancellerie. Un document, aujourd'hui aux archives départementales de Loire-Atlantique, réalisé en 1910, figure les armes peintes de Saint-Nazaire, avec un blasonnement, qui ne correspond pas au dessin, et qui pire, comporte des erreurs héraldiques : " D'azur à la galère d'argent portant une clef de sable sur la voile au chef d'hermine cousu d'une clef en bande. Devise Aperit et nemo claudit. "

     

    nazaire-armories.jpg

    Document de 1910, figurant les armoiries de la ville, avec blasonnement erroné, A.D. 44.

     

    L'écu peint sur le document y figure une nef, non une galère, on a oublié le pavillon qui figure par usage héraldique au sommet du mât, (ce qui n'est pas grave et ne constitue pas une erreur en soi), le navire est voguant sur une mer d'azur alors qu'elle est normalement d'argent, le chef y est d'argent chargé de cinq mouchetures d'hermine de sable, brochées d'une clef d'or posée en face, en fait le dessin reprend les armes des halles avec des erreurs, c'est de l'approximatif et de l'amateurisme typique. La description, quant à elle, a dû faire se retourner tous les hérauts d'armes du duché de Bretagne dans leurs tombes !

     

    Les nombreuses erreurs ne furent pas relevées, attendu que personne n'était versé dans l'art héraldique à la mairie, et la Chancellerie ne releva pas non plus, car elle ne reçut jamais le document ! Celui-ci resta à la mairie, en effet on fit savoir que le droit d'enregistrement était de 400fr, ce que le Conseil jugea dépense inutile durant les délibérations du 28 novembre. Soulignons au passage que les municipalités ne sont pas tenues de posséder des armories, que l'usage a valeur d'enregistrement, et que l'adoption en séance officielle a valeur juridique.

     

     

    blas.jpg

    Les armes de la ville sur l'usine Elévator, 1911, réalisée d'après le dessin de 1910,

    photo. Loup Odoevsky Maslov.

     

     

    En 1925, Henri Moret publia le premier ouvrage sur l'histoire de Saint-Nazaire. Il y relate la séance du 27 mai 1910, et retranscrit le blasonnement erroné, en y ajoutant une erreur, dans son texte, l'azur y est dit de gueules (4), alors que le dessin d'illustration d'Alexandre Auffray figure cependant le champ d'azur, mais avec un chef d'hermine, et il a lui aussi oublié le pavillon...

     

     

    blas.jpg

    Illustration d'Alexandre Auffray pour l'ouvrage d'Henri Moret, 1925.

     

    Durant l'empochage de Saint-Nazaire, la Chambre de commerce fut contrainte d'éditer des timbres afin de palier à pénurie de timbres postaux, sur autorisation du préfet du 30 mars 1945, le graveur s'inspira de la description des armes de la ville en figurant une galère, équipée de ses rames, et à la voile chargée d'une clef, voguant (5).

     

    timbres.jpg

    Timbres émis le 30 mars 1945 par la Chambre de commerce de Saint-Nazaire

    durant la poche de Saint-Nazaire, coll. de l'auteur.

     

    Il fallut attendre l'année 1952 pour que les armoiries de la ville soient enfin enregistrées avec plus d'exactitude par le Conseil.

     

    La Ville de Saint-Nazaire ayant été faite chevalier de La Légion d'Honneur, et s'étant vue l'attribution de la Croix de guerre avec palmes 28 février 1949, par le président Vincent Auriol, on décida de faire figurer ces décorations sur les armoiries municipales. On s'adressa enfin à un véritable héraldiste afin de remédier à l'imbroglio qui perdurait depuis quarante ans, Rober Louis, qui rendit la description suivante :

    " D'azur à la nef équipée et habillée d'argent voguant sur une mer du même mouvant de la pointe, la voile chargée d'une clef de sable posée de fasce ; au chef d'argent chargé de cinq mouchetures d'hermine de sable et d'une clef d'or brochant en fasce sur les mouchetures, le panneton à senestre vers la pointe et découpé en croix. L'écu timbré d'une couronne murale de trois tours d'or, et soutenu par deux palmes d'or ployées vers l'écu, et retenant un listel parcheminé chargé de la devise en lettres romaines de sable " Aperit et nemo claudit ", les décorations de la légion d'honneur à dextre et de la croix de guerre 1939-45 avec palme à sénestre, au naturel, appendues à la pointe de l'écu, les rubans brochant sur les palmes, et passant sous le listel.  "

     

    Le Conseil adopta officiellement ces armoiries durant la séance du 13 décembre 1952.

     

    blas.jpg

    Armoiries de la Ville de Saint-Nazaire dessinée en 1959 par Annick Baudry-Souriau (5)

    et publiées dans " Histoire de Saint-Nazaire " de Fernand Guériff, (tome I, 1960).

     

     

    nazaire armes 2.jpg

    Peinture de R. Geffray, 1971, illustration pour le magasine municipal " Activités nazairiennes "

     

     

     

    bar.jpg

    La nef de Saint-Nazaire figure encore sur plusieurs bâtiments, comme à Saint-Marc, sur le théâtre Jean Bart, ou encore de façon inspirée sur la grille du théâtre Icare, anciens bains municipaux, dans le centre-ville. Un particulier, dans l'ouest de la ville, fit réaliser dans les années 1960, un balcon en fer forgé pour sa maison, avec l'écu municipal.

    Il existe aussi une tapisserie des réalisée après 1952, dans le bureau du maire.

     

    Façade du théâtre Jean Bart de Saint-Marc, photo L.P.

    icard.jpg

     Grilles du théâtre Icare, photo Odoevsky Maslov.

     

     

    L'actuelle municipalité préfère utiliser un logo (très 90') en deux teintes de bleu, figurant un " SN " sur un drapeau flottant brochant un autre.

    Saint-Nazaire%2C_Loire-Atlantique%2C_France_Logo.jpg

    Logo municipalité Batteux

     

     

     

     

    A la demande du CREDIB, dont Jakez Lhéritier, Romuald Renaud a créé un drapeau, reprenant la tradition et les usages du Duché de Bretagne, et en y incorporant au premier quartier, une partie des armes municipales, en supprimant le chef, et en changeant la clef de sable de la voile, pour la clef d'or du chef, plus visible sur un drapeau.

    drapeau.jpg

    Drapeau de Saint-nazaire, création de monsieur Jakez Lhéritier.

     

     

     

     

    (1) C'est-à-dire dans le sens contraire de la figuration normal en héraldique.

    (2) Elles était à l'origine dans le centre ville, rue du Bois-Savary, on les déplaça suite à la construction de plus grandes, en béton,  avec une salle des fêtes à l'étage, en 1937.

    (3) C'est la première mention qui nous en est pour l'heure connue. Les latinistes, dont Henti Moret, soulignent une faute, elle devrait être : " Aperist et neque claudit ", ou " Aperist et nec quisquam claudit ".

    (4) Fernand Gueriff, dans son livre sur l'histoire de Saint-Nazaire en 1960, reprend la citation d'Henri Moret, il n'avait donc pas consulté les archives départementales.

    (5) Monsieur Daniel Sicard, directeur de l'Ecomusée, dans son ouvrage " La Poche de Saint-Nazaire ", Editions Siloe, 2005, n'a malheureusement pas saisi les raisons du choix de cette galère, qu'il qualifie de " drakkar ".

    (6) Madame Annick Souriau, (Toulouse 1907 – Nantes 1975), parente de l'archiviste nantais  Émile Gabory, elle fit des études à l’école des Beaux-arts, elle entra en 1928 à la Société archéologique et historique de Nantes, dont elle fut rapidement secrétaire adjointe puis secrétaire générale, après la Libération elle devient membre de la commission urbaine d'héraldique départementale, (les fonctions de cette commission étaient purement consultatives comme l'est actuellement celle qui siège à Paris),  dont elle fut littéralement l'âme. Mariée en 1939 à Gustave-Paul Baudry, elle eut une fille, qui léga les archives manuscrites de sa mère à la Société archéologique et historique de Nantes, (Fonds A. Baudry-Souriau (157 J 41-81)).