Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pornichet

  • Les Sauveurs en mer de la Côte d’Amour

    La station balnéaire de Saint-Marc-sur-Mer doit son existence, non à un programme immobilier, telles Porcé ou Sainte-Marguerite, mais à la création d’une station de sauvetage, la première de la Côte d’Amour.

    Cela nous donne ici l’occasion de raconter l’histoire des sociétés de Sauvetages implantées à Saint-Nazaire et en Presqu’ile, débordant exceptionnellement des frontières de Saint-Nazaire afin de permettre une pleine compréhension du sujet. Le lecteur trouvera au passage la réponse à l’interrogation récurrente sur l’origine du « Petit-canon de Saint-Marc »[1].

     

    Le sauvetage en mer :

    Durant des siècles les sauvetages autour de l’Estuaire de la Loire furent accomplit par les Pilotes de Saint-Nazaire. Gustave Bord, dans un opuscule intitulé « Un épisode de l'histoire de Saint-Nazaire : les pilotes de Saint-Nazaire en 1791 », Saint-Nazaire, Girard imprimeur, 1883, relate un exemple édifiant de leurs actions. Les régimes qui succédèrent à la Révolution ne fondèrent pas d’institution nationale pour assurer les sauvetages ; en cas de naufrage ou de tombée à la mer, on ne pouvait espérer son salut que de la bravoure de marins et de pêcheurs.

    Amiral_Charles_Rigault_de_Genouilly.jpg

    L’amiral de Genouilly par Pierre Louis Pierson, (source wikimedia commons)

     

    En 1865 fut fondé à Paris par l'amiral Charles Rigault de Genouilly, (Rochefort 12 avril 1807 - 4 mai 1873 Paris), ancien gouverneur de la Cochinchine, ministre de la Marine et des Colonies du 20 janvier 1867 à la proclamation de la Troisième République, le 4 septembre 1870, la Société centrale de sauvetage des naufragés, (S.C.S.N.), une œuvre philanthropique, inspirée de ce qui se faisait au Royaume-Unis, qu’il plaça sous la protection de l’impératrice Eugénie. Regroupant des membres du gouvernement et des proches du Souverain, elle fut copiée sur le modèle des sociétés de sauvetage britanniques qui palliaient la carence de l’Etat en matière de sauvetage, à une époque où même certains marins ne savaient pas nager. Une grande souscription à 20 fr accompagna cette fondation, réunissant 8.000 personnes, dont 1.200 ayant versé plus de 100 fr, et bénéficiant de fait de la qualité de membres fondateurs. Les sommes réunies permirent de projeter la création de stations de sauvetage, dotées d’un canot et de matériels. Sur la côte d’Amour, c’est l’anse de Saint-Marc en Nazaire qui fut choisie. Le lieu était alors désert, il n’y avait qu’une chapelle du 17ème, en mauvais état, et un corps de ferme, ancienne source de revenue au chapelain, confisquée à la Révolution et devenu poste douanier. Les habitats les plus proches étaient au Crépelet, village lové entre deux collines pour se protéger des vents. Le Saint-Marc que nous connaissons aujourd’hui est né sur les ruines de sa chapelle éponyme[2], avec la mise en sécurité du rivage par la création sur la dune de la station de sauvetage. Les Annales du Sauvetage Maritime, publication de la S.C.S.N., révèlent dans leur édition pour l’année 1866 que l’on estima que « le canot, aussi rapproché que possible des écueils les plus dangereux, situés à l'ouest et au sud des pointes de l'Eve et de Chemoulin, pourra se porter facilement soit par terre, soit par mer, du côté de Villès-Martin et de Saint-Nazaire dont il n'est éloigné que de 6 kilomètres ». Il avait été craint de manquer de matelots dans cette zone, mais les douaniers qui avaient ici leur poste, étaient des marins douaniers, dont le concours fut assuré. Il faut comprendre que si ces hommes acceptèrent de s’engager comme sauveteurs, ce n’était pas uniquement par dévouement, ou se griser de danger, mais surtout par le fait que leur salaire journalier était de 2fr12 en moyenne, et que la S.C.S.N. leur offrait une indemnité par manœuvre 2fr50, pour un sauvetage en journée 3fr, et pour un sauvetage de nuit 5 fr, et que 500gm de pain coutaient alors 0,80 fr. La Commune étant à l’époque propriétaire du littorale, il fut adressé en mai 1866 une demande de concession de terrain, ce qui fut accordé par vote du Conseil municipale le 17 juin. Il fallut désigner un délégué local, ce fut Atys Goy, (1832 - Saint-Nazaire 3 juin 1883), courtier maritime, correspondant de la Société d'encouragement pour la navigation de plaisance maritime[3]. Les Ponts-et-Chaussées réalisèrent les travaux de construction d’un hangar, remise à la S.C.S.N. le 12 avril 1867, mais le canot fut livré dès janvier, expédié de la Seyne par le chemin de fer depuis Lorient. Il fallut un affut doté de deux roues de chariot très larges pour permettre de le tirer sur le sable entre le hangar et les flots.

     

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    La Station de Sauvetage de Saint-Marc avant la construction de l'Hôtel de La Plage

     

    Les Douanes offrirent, pour servir de canon d’appel, une caronade anglaise datant de 1819, c’est le « Petit Canon de Saint-Marc », symbole de la station, actuellement fixé sur le promontoire au-dessus de la plage dans une base de béton.

    canon.jpg

    Le « petit canon », état en 1911 et état actuelle.

     

    Les douaniers ne virent l’achèvement de leur formation qu’en septembre 1867. Le premier équipage se composait de : Le Pelley, patron ; Michel Rastel et Macro, sous-patrons ; Levenot, Le Nué, Piraud, Lepine, Couihouis, Lefaivre et Le Dugne, matelots des douanes ; ainsi que Denais et Hervet, marins à Saint-Marc. La première opération de sauvetage eu lieu dans la nuit du 8 au 9 avril 1868, par une violente tempête. La goélette La Charente, montée par quatre hommes, s'échoua en face de la pointe de l'Eve. Prévenu par le gardien du sémaphore, le patron de la station, Le Pelley, fit armer le bateau de sauvetage. L'état de la mer était tel à ce moment que ce ne fut qu'au prix des plus grands efforts que l'embarcation put être mise à l'eau et dirigée sur le lieu du sinistre : « Au moment où elle atteignait le navire, l'un des naufragés venait d'être enlevé par une lame ; les trois autres, qui se tenaient accrochés aux haubans, étaient sur le point de céder à la fatigue. Le danger était imminent, les vagues, s'élevant à une hauteur énorme, submergeaient par instants la goélette. Pendant trois heures, le canot de sauvetage a lutté contre la mer, qui l'éloignait ou le rapprochait du navire. Le capitaine de la Charente avait perdu la tête et se refusait à profiter du secours qui lui arrivait. On réussit enfin à l'arracher, ainsi que ses deux compagnons, à une mort certaine, et à les ramener à Saint-Marc, où, pendant deux jours, ils reçurent à la caserne des douanes, et surtout de la part de la femme du patron, les soins que réclamait leur position[4]. » Le Comité parisien de la S.C.S.N. marqua l’événement en décernant une médaille d'argent au patron Le Pelley, des médailles de bronze aux hommes qui montaient l'embarcation, et fit parvenir un remerciement sur parchemin à la madame Le Pelley, avec des indemnités supplémentaires aux sauveteurs, et une indemnité de 50 fr à madame Le Pelley. Le canot de sauvetage sortit deux autres fois par de très-gros temps cette même année 1868 : de nuit, pour se porter au secours du paquebot Impératrice Eugénie, qui faisait la ligne entre Saint-Nazaire et le Mexique[5], dont les signaux de navigation furent pris pour des signaux de détresse !  La seconde fois, pour secourir un navire naufragé près de Saint-Gildas, à huit milles de la station, mais dont on découvrit en arrivant qu’il n'avait plus d'équipage à son bord, le canot de sauvetage de Saint-Gildas, (situé à Préfailles), était intervenu plus rapidement.

    Dans le 24 avril 1869, un grand trois-mâts britannique, le Queen of the South, battu par la tempête, égaré par la brume, vint mouiller l'après-midi près de la pointe de Saint-Gildas. Dans la nuit, ses chaînes cassèrent, il se brisa à la côte ; cinq personnes seulement, sur les quarante-deux qui étaient à bord échappèrent au désastre. Quelques jours après cet événement, les journaux britanniques, notamment le Shipping and Mercantile Gazette, qui avait un fort tirage, firent paraître des articles d'une violence extrême, accusant l’équipage de la station de sauvetage « de Saint-Nazaire » de lâcheté. Dans un autre article, c'est au canot de sauvetage de Saint-Gildas, que l'on reprochait son inaction. Ces assertions étaient de tout point mensongères. La S.C.S.N. fit savoir à la presse britannique que seul canot de sauvetage existant dans ces parages était stationné à Saint-Marc, et non au port de Saint-Nazaire, à six milles et hors de vue de la pointe de Saint-Gildas. La chambre de commerce de Nantes, émue des attaques des journaux britanniques, procéda à une enquête, elle demanda au Comité central l'autorisation de visiter la station de Saint-Marc et d'interroger l'équipage. Le rapport de la Commission rapporta les faits suivants : « Dans la journée du 24, le patron du bateau de sauvetage de Saint-Marc était allé au sémaphore de Chemoulin, et avec la longue-vue du guetteur il avait pu à peine voir à une encablure au-delà des Grands Charpentiers. Il n'a eu aucune connaissance du Queen of the South et du péril où il se trouvait. »  Le Pelley, n’eut connaissance d'un navire qui paraissait coulé entre deux eaux, non loin de la pointe de Saint-Gildas que le 28 vers 10 h ! Il fit immédiatement armer le canot. A une 13 h 30, il arriva sur le lieu du naufrage, vit des épaves innombrables, fit le tour du navire et des épaves, ne trouva aucun naufragé et rentra à Saint-Marc à 17 h. Ce naufrage et la polémique des journaux britanniques décidèrent la création d'une station de sauvetage au petit port de l'Herbaudière, à l'extrémité nord de l'île de Noirmoutier. En 1870, Rastel devint patron en remplacement de Le Pelley.  Michel Rastel, (Saint-Lyphare 18 avril 1835 –21 septembre 1909 Escoublac), fils d’un laboureur. Entré aux douanes, fut d’abord le 1er janvier 1864 matelot à Couëron pour un salaire de 750 fr, puis à Nantes le 1er juin 1864 pour un salaire de 800 f. Muté à Saint-Marc le 1er septembre 1867 comme sous-patron avec un salaire de 900fr ; nommé patron en 1868 il gagna 1.000fr, et fut augmenté à 1.100fr en janvier 1872. Par décret du 25 février 1873 il fut fait chevalier de la Légion d’Honneur. La S.C.S.N. lui accorda deux médailles de bronze en 1868 et 1870, ainsi que le Prix Gémond en 1877, d’un montant de 1.000 fr. Il se montra aussi exceptionnel en portant secours durant un incendie le 13 juin 1875, et septembre 1878 il reçut le diplôme les insigne et le diplôme de l’Institut de sauvetage de la Méditerranée.

    Nous ne dresserons pas la liste de tous les sauvetages, mais ils ne furent, heureusement, que d’une moyenne de 2 à 3 interventions, généralement pour des navires britanniques, qui transportaient du sucre raffiné depuis Nantes, ou des navires norvégiens qui transportaient du bois de construction pour l’entreprise Hailaust et Cie[6]. L’un de ses navires de livraison, l’Héléna, eut une histoire singulière. Ce brick norvégien s'échoua au début de l’après-midi du 24 octobre 1872 sur les roches des Morées, à la pointe de la Ville-ès-Martin. Averti immédiatement par un télégramme du Commissaire de l'inscription maritime, l'équipage du canot de sauvetage pris la mer. Les lames étaient énormes et déferlaient avec une grande violence dans l’anse de Saint-Marc, à la force de leur bras, ils avancèrent avec les avirons, droit contre le vent et la lame. Il était 14h ; le canot, après des efforts inouïs, arrivé au large de la côte, le patron fit mater, prendre les ris, et orientant la voilure. Il fit route sur le navire naufragé, qu'il ne tarda pas à approcher. « Le brick avait déjà une forte voie d'eau ; les coups de mer l'ébranlaient constamment ; l'inclinaison était grande, la manœuvre presque impossible ; tout l'équipage était aux pompes, bien que la mâture fouettât avec violence. Le capitaine de L’Héléna, conservant encore un peu d'espoir de relever son navire, refusa de s'embarquer dans le canot ; le patron, prévoyant ce qui allait arriver, mit à la voile et courut au large afin de se tenir au vent du bâtiment. A quatre heures, la mâture tomba ; une lame énorme se fit jour à travers le navire, qui se sépara complètement ; ce n'était plus qu'une épave, où se trouvait réfugié l'équipage ; l'embarcation fit route sur les récifs et, malgré le danger, n'ayant plus le navire pour leur servir d'abri, grâce au courage et à l'habile manœuvre des canotiers, les neuf matelots et le capitaine purent s'embarquer dans le canot de sauvetage, qui les ramena à Saint-Nazaire, à sept heures du soir, sains et saufs. » Le patron Rastel devait encore couronner par un autre acte de dévouement cette journée déjà si bien remplie. Après avoir conduit au port les marins sauvé, Rastel, traversant les quais de Saint-Nazaire pour aller chercher des vivres pour lui et ses canotiers, il sauta dans le bassin pour sauver un homme qui y était tombé et criait sa détresse. Outre le fait remarquable que ce fut la première fois que l’un des canots de la S.C.S.N. resta en mer aussi longtemps, par une tempête aussi violente, l’épave de l’Héléna ne fut que partiellement démontée, laissant le squelette de sa coque que le temps couvrit d’algues et de coquilles. Avec le temps, les enfants qui le découvraient au loin demandaient à leurs parents ce que c’était. On était alors à l’époque des découvertes des fossiles de dinosaures, que l’on découvrait sous la forme de grand sauriens marins sur les gravures des revues. Un plaisantin raconta que c’était les reste d’un crocodile géant. Les restes du brick disparurent, mais la légende du crocodile, déplacé à Sautron avec la création du remblai et la canalisation des ruisseaux côtiers dont les accès depuis la plage sont condamnés par des grilles, préservant les enfants d’une terrible bête… 

     

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    Michel Rastel

    Le 22 janvier 1874, la vapeur norvégien Thereza s’échoua à son tour sur les Morées, mais cette fois le canot de Saint-Marc fut précédé par le par le remorqueur de La Compagnie transatlantique, le Belle-Ile. La motorisation rendit obsolète en partie la Station de Saint-Marc, dont l’aire d’intervention fut diminuée du côté de l’Estuaire, mais le même jour, les canotiers de Saint-Marc sauvèrent l’équipage du trois-mâts français Marie-Marguerite, vers Saint-Gildas, là où le Queen of the South s’était brisé.

     

    Hospitaliers Sauveteurs Bretons, (H.S.B)

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    Emblème des Sauveteurs Hospitaliers Bretons

     

    En octobre 1873, un avocat, Henri Nadault de Buffon, (1831-1890), de parents bourguignons, établit à Saint-Malo, fonda une nouvelle société philanthropique, dont les but était le sauvetage des baigneurs et des gens emportés par une vague en bordure de cote. Henri Nadault de Buffon en avait établi les statuts dès 1869, constatant que la mode des bains de mer conduisait à de graves imprudences, mais la guerre de 1870 à laquelle il participa, et l’effondrement de l’Empire l’avait empêché de mettre en place son idée. Les débuts de la Troisième République étaient ceux d’un régime provisoire qui prévoyait que le Comte de Chambord deviendrait roi. Au milieu des incertitudes et des enflamments pour le retour des Capétiens, Henri de Nadault de Buffon, issu d’une famille de noblesse de robe, et dont le père avait obtenu de relever le nom des Leclerc de Buffon, famille du naturaliste dont il était issu par les femmes, s’adressa à la noblesse de Bretagne pour mettre en place son projet, et plus exactement à ceux qu’on désignait il y a encore 30 ans par la formule « des gens bien », c’est-à-dire les royalistes pas trop compromis avec l’Empire ni avec la République. Guidé par une étique politique et non pas par le bon sens, et surtout dépourvue de relations influentes, c’est sa rencontre avec Louis-Charles d’Amphernet, (1816-1896), ancien juge au tribunal de Savenay, et alors conseiller à la Cour d’Appel de Rennes qui l’y aida. Louis-Charles s’était illustré plusieurs fois en sautant à l’eau pour repêcher des hommes qui se noyaient. La première fois en 1840 à Quimper, dans l’Odet, une seconde fois sur la plage du Grand Traic à Saint-Nazaire. Franc-tireur durant la guerre de 1870[7], il en était revenu boiteux et dégouté par ce que les officier de l’Empire avaient fait aux Bretons à Conlie. Le sens du devoir, l’engagement durant la guerre, et la ferveur royaliste[8], tout autant que la formation en Droit, rapprochèrent les deux hommes. Aidé aussi par Henri d’Amphernet, frère ainé de Louis-Charles, qui s’illustra sur la plage de Concarneau en sauvant de la noyade la fille du Général Valentin, le 18 août 1877. Il faut expliquer ici, que les frères d’Amphernet avait appris la nage de leur mère, Marie-Henriette de Madec, fille du Nabab des Indes. Les relations des d’Amphernet, et l’ancienneté de leur lignage en Bretagne, permirent Henri Nadault de Buffon de lever des fonds et d’obtenir peu à peu de pouvoir demander la protection de hautes personnalités pour sa société. Il faut avouer que, si H.S.B eut la force d’avoir été fondée par un haut personnage de l’Empire, c’est le caractère mondain et la nature royaliste de la H.S.B qui lui permirent son développement. Royaliste, jusque dans son emblème, qui n’était autre que les armes de Bretagne timbrée de la couronne royale de France[9], mondain par le choix de démarcher d’abord des membres de la noblesse d’Ancien Régime, qui une fois en nombre suffisant pour donner l’impression d’un armorial, démarcher des personnalités comme l’épouse du Maréchal de Mac Mahon, le duc d’Aumale, le Prince héréditaire de Monaco (futur Albert 1er), l’amiral prince Henri d'Orange-Nassau, Mustafa ben Ismael, premier ministre du Bey du Tunis, et l’Empereur du Brésil, en les priant d’accepter de devenir « Haut protecteur », ce qu’ils ne pouvaient refuser. Bientôt des financiers comme les Rothschild et les Bischolffsheim, à qui ces princes devaient pour la plupart de ne pas mourir de faim et pouvoir maintenir des trains de vie éblouissants, financèrent la société. Cependant, se perdant dans l’organisation de mondanité, et engloutissant au moins un tiers de ses ressources[10] dans la publication d’une épaisse revue nommée « Les Annales du Biens », la distribution de médailles, (400 en trois ans d’existence), la reconnaissance d’utilité publique ne fut pas accordée, au contraire de la S.C.S.N., alors que pourtant en 1877 elle pouvait se vanter d’avoir délivrer pour 5.000 fr en livrets d’épargne.

    La H.S.B décida en 1875 de fonder une station à Saint-Nazaire, nommée sous-section car dépendante de Nantes. Elle procéda à la distribution de gaffe Legrand, longs bâtons de 8 ou 10 mètres, se terminant par une croix et armés de crochets qui permettent d ' accrocher les noyés et de les ramener en lieu sûr, et des lignes Torrès, cordes de 5 à 7 mètres garnies sur toute la longueur de cabillots de bois et terminées à l’une des extrémités par une bouée en liège et à l’autre par une boucle permettant de la tenir. Elles furent disposées dans chaque guerite de douanier autour du bassin, et au poste des Pilotes au vieux mole, ainsi qu’au poste de l’écluse.

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    Ligne torres

    Henri de Nadault de Buffon, que la rétinite pigmentaire commencer à rendre aveugle, avait réussi à convaincre le capitaine du port, Charles-Elisabeth-Saint-Elphège de Laurens de Choisy, (Le Robert 7 avril 1809 - 24 mai 1888), chevalier de la Légion d'Honneur, ancien lieutenant de vaisseau, engagé en 1827, qui avait participé au blocus de Buenos Aires en janvier 1841, et s’était illustré à Dieppe en organisant une ambulance. Il fut soutenu par messieurs Pinguet et Maugat. Alphonse Pinguet, (Saint-Benoit-du-Sault 16 décembre 1832 – 17 janvier 1888 Saint-Nazaire), nommé second secrétaire de la sous-section, était capitaine commandant des sapeurs-pompiers de Saint-Nazaire, s’était illustré dans la nuit du 3 au 4 avril 1868 durant l’incendie dans le Port du paquebot La Floride, et avait organisé en 1870 un service d’ambulance à Saint-Nazaire, mais il était surtout l’architecte-voyer de la Ville, et avait débuté avec Paul Leferme sous la protection de l’entrepreneur Alcide Bord qui lui commanda la réalisation des villas de Porcé et de son château des Charmilles, aussi que de différents monuments funéraires à La Briandais, et surtout les Halles municipales aujourd’hui à Méan[11]. Jean-Prosper-Louis Maugat, (né à Paimboeuf le 19 juin 1829), banquier, fondateur de la banque nazairienne Maugat & Fils, négocient, actionnaire de plusieurs entreprises nazairiennes, dont la minoterie, nommé trésorier de la section, était alors conseiller municipal. Prospet Maugat était un banquier atypique, il aidait en secret des familles démunies, pensionnant notamment anonymement durant des années la veuve d’un pécheur noyé en mer qui finit par savoir qui était son bienfaiteur par hasard.

    Fondée sur le port, la 24ème station s’accompagnait d’une maison de secours située sur le Port, destinée à recevoir les noyés et naufragés, afin de leur donner soins dans de bonnes conditions. Elle se composait d’un lit, d’un poêle, de couverture et d’une boite de secours. Sa construction couta 500fr et fut réalisée par Pinguet, secrétaire de la sous-section de Saint-Nazaire, et fut inaugurée en juillet 1877.

     

    De la fondation des stations de La Turballe et du Pouliguen à l’ouragan de 1876

     

    La S.C.S.N. fonda en 1875 une station à La Turballe, dotée d’une ancienne baleinière nommé Charles comme canot, don de madame veuve Charles Tavernier ; puis en 1878 ce fut la fondation de la station du Pouliguen, sur un choix arrêté en 1877, qui avait pour but de resserrer la surveillance de la côte au nord du Port de Saint-Nazaire. Le premier canot de cette station fut le Joly Morey 2, nommé ainsi en raison le leg de la moitié de 400.000 fr fait par Leon-Alexandre Joly de Morey, (Moscou 23 mai 1837 - 27 août 1896 Châtelguyon), à la condition d’acquisition de canots à nommer d’après son patronyme[12].

     

    Un ouragan toucha les côtes du sud de la Bretagne durant la journée du 30 septembre 1876, de Brest à Saint-Nazaire, broyant les bateaux de pêches sur les quais des ports de La Turballe et du Croisic, et se fit ressentir jusqu’à Paris. Les Annales du Bien relatent qu’on tonna du canon pour rassembler les sauveteurs vers 10h car les douaniers de Saint-Marc avaient repéré des signaux de détresse émis par deux navires devant la baie du Pouliguen. Sous la direction de Ratelle, et des sous-patrons Le Godinec et Le Beau, huit matelots, Gautier, Guneau, Malenfant, Touzeau, Genevois, Jacques et Louis Pichon, mirent le canot à la mer, sous le vent furieux du Sud-Ouest qui brisa le mât de misaine, déséquilibrant l’embarcation qui pris l’eau et chavira, jetant les hommes à l’eau. Huit d’entre eux avaient des ceintures de sauvetage, les autres s’étripèrent aux avirons et débris qui flottaient pour ne pas couler, trois parvinrent à remonter dans le canot, mais les vagues remplirent à nouveau celui-ci partit à la dérive en direction de la Pointe de L’Eve, les contraignant à se jeter à nouveau à la mer. Le Gonidec arriva le premier sur la grève, où il fut accueilli par Masson, le directeur des douanes, et le chapelin de Saint-Marc, Le Gonidec retourna dans les vagues dans le petit canot du phare d’Aiguillon, qu’Audibert, le maître de phare, et que deux cultivateurs, Hospot et Molet, avaient mis à flot. Avec ces compagnon, Le Gonidec sauva Rastel, Gueneau et Malenfant, qu’il débarqua, puis reparti sauver Le Beau, qui avait été rejeté sur la grève, voulu l’accompagner, Touzeau fut sauvé par un cultivateur, Julien Couronné, qui s’était jeté dans les flots pour lui porter secours. Le canot fracassé sur les roché, s’échoua sur la plage de La Courance.

     

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    Le canot de Saint-Marc échoué le 30 septembre 1876 sur la plage de la Courance, Gravure de Le Sénéchal d’après croquis de Leduc, parue dans le Monde Illustré du 21 octobre 1876 ; on distingue le sémaphore de L’Eve et le phare d’Aiguillon.

     

    Après cet évènement, les Hospitaliers Bretons décidèrent d’implanter un canon à Port-Charlotte. Le remplacement du canot détruit de Saint-Marc fut possible grâce au don généreux du comte Foucher de Saint-Faron, bienfaiteur des côtes et œuvres bretonnes. Notaire comme ses ancêtres, dont la lignée s’est enrichie par la vente des biens de l’Eglise à la Révolution, et dont le père s’était piqué de prétention noblesse en s’affublant d’un comté imaginaire, Ernest-Edmé-Philippe Foucher, (Paris 25 juin 1809 - 18 mai 1888 Paris), à l’état civil, fut maire du 9ème arrondissement de Paris. Son épouse, née Jeanne-Pierre-Julie Fort, (Le Pont-de-Planches le 1er juillet 1827 - 28 octobre 1914 Paris), étaient aussi riches que ridicules et infectes. Vivants sur un grand pied, le couple distribuait des milliers de francs par an dans des œuvres de provinces, tout en étranglant pour quelques centimes leurs locataires parisiens. Chacun de leurs dons étaient conditionné à l’apposition de leur patronyme précédé du titre comtal, et ils poussèrent la mégalomanie jusqu’à se faire parfois affubler de l’appellation saint et sainte, comme ce fut le cas pour le canot offert à Saint-Marc baptisé sur leur exigence « Saint-Philippe et Sainte-Jeanne de Saint-Faron ». La donation fit lever un sourcil aux chatelains locaux qui compulsèrent leurs armoriaux à la recherche de ce comté que les parentés parisiennes dénoncèrent comme une face, dans un flot d’anecdotes affreuses et de railleries. Cependant ce don fut très utile à la station de Saint-Marc. Ainsi, le 12 février 1878, il permit le sauvetage quatorze hommes du trois-mâts nantais « Le Réveil », de 442 tonneaux, qu’une tempête avait s’échouer à 17h30 sur le Banc des Chiens face à L’Eve dont le canon du sémaphore tira pour donner l’alerte à Saint-Marc[13]. Son capitaine relata dans une lettre de remercîments : « Saint-Nazaire, 14 février 1879. Monsieur le Sous-Inspecteur des douanes de Saint-Nazaire.  Monsieur, J'ai l'honneur de porter à votre connaissance l'empressement avec lequel le canot de sauvetage de Saint-Marc est venu à mon secours dans la soirée du 12 de ce mois, lorsque mon navire ayant touché sur le banc des Chiens, près de là traverse, avec une mer affreuse, était en péril. Je m'empresse d'adresser mes bien sincères remerciements au brave patron ainsi qu'à tous les hommes qui étaient dans le canot, pour leur bienveillant concours, et leur empressement à aider mon équipage à pomper et à virer les ancres. Le canot n'a quitté le navire que lorsque j'ai remercié le patron de ses bons services et je lui ai fait connaître que je pensais ne plus avoir besoin de lui, ayant un bateau à vapeur auprès du navire pour le remorquer.  J'ai l'honneur d'être etc.  Le capitaine du trois-mâts Réveil, de Nantes. Signé : LE RAY. »[14]

    La S.C.S.N. resserra la surveillance des côtes de la Presqu’île en fondant la station du Pouliguen en 1878, sur choix fait en 1877. Jules Benoît, (1843-1928), propriétaire de la conserverie de La Turballe, membre Chambre de commerce de Saint-Nazaire, et vice-président de la Société des Régates internationales de l'Ouest, fut président du comité de cette station, dont le premier canot fut le « Lucien-Marie », don de monsieur et madame Lucien Pivert.

     

    En 1878 il fut répertorié que plusieurs lieux de la cote de Loire-Inférieure étaient équipée « d’engin de sauvetage », c’est-à-dire des lignes Torrès et des gaffes Legrand, On répertoria ainsi à Kercabellec en Mesquer 2 Torrès ; à La Turballe 2 Torrès ; au Croisic 4 Torrès ; à Batz 1 Torrès ; au Pouliguen 3 Torrès ; Pornichet 1 Torrès ; à la station de Saint-Marc 2 Torrès ; au Port de Saint-Nazaire 2 gaffes Legrand, 12 lignes Brunel, 15 Torrès, dont deux à l’écluse d’entrée, dont l’éclusier était alors Palec, qui accumulait 37 sauvetages, et dont on disait que quand il était sur l’estacade « il n’était pas permis de se noyer », (on racontait à propos de Palec maintes merveilles, et il était très populaire),. Aucun n’avait de ceinture de sauvetage ni de bâton plombé ; cet équipement resta le même jusqu’en 1901 époque où chacun de ces lieux fut équipé d’une bouée, et que le Porte de Saint-Nazaire passe à 30 lignes Brunel !

     

    La motorisation commença à rendre obsolètes les canots pour les sauvetages en haute mer. Le 11 juillet 1889, pour le sauvetage du vapeur le « Henri-IV », du Havre, échoué sur les roches de La Blanche à 9 milles environ. En même temps que le canot de Saint Marc arriva le remorqueur « L'Abeille n° 17 » qui prit les naufragés à son bord. Le bureau central commenta : « Bien que cette sortie n'ait pas eu de résultats utiles, le patron et l'équipage du canot de sauvetage méritent de vifs éloges pour la rapidité avec laquelle ils ont couru à l'aide des malheureux dont le navire venait de se perdre »[15]. La station du Pouliguen se mis aussi en concurrence avec celle de Saint-Marc. C’était à ceux qui se mettraient le plus en danger pour sauver un équipage et arriverai le premier devant le sémaphore Chemoulin. Cependant la station de Saint-Marc resta efficace et fit plus de sauvetage que celle du Pouliguen dans le rôle était limité, car située sur une zone moins objet de naufrages.  Saint-Marc resserra son champ d’action entre le phare des Charpentiers la rade de Bonne Ans. Chemoulin veilla au partage en télégraphiant l’alerte à l’une ou l’autre des stations en fonction de quel côté avait lieu la catastrophe.

     

    Le Rachel-Prosper à Saint-Marc :

     

    Le 24 mars 1907, eut lieu la bénédiction du nouveau canot de sauvetage « Rachel-Prosper », qui permis le remplacement du canot « Saint-Philippe et Sainte-Jeanne de Saint-Faron », dont le poids rendait difficile la mise à l’eau, surtout depuis les modifications dont il avait été l’objet en, décembre 1888 dans le but de le rendre plus stable. Il fut remis à la station du Pouliguen, que la S.C.S.N. désirait réformer, en remplacement du « Lucien Marie ». Le « Rachel-Prosper » était plus petit, (9m78), et plus léger. Ce canot faisait partie d'une série de trois canots installés, grâce au don anonyme de 45.000 francs, reçu deux ans auparavant par la S.C.S.N.

    La bénédiction, à laquelle la municipalité n’assistât pas, eut lieu en présence du directeur des Douanes, monsieur Urvoy de Portzamparc, du Sous-Préfet de Saint-Nazaire, de l'Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, de l'Administrateur en chef de l'Inscription maritime avec, à sa droite, de monsieur Bernard, président de la Chambre de commerce, et, à sa gauche, monsieur Simon, agent général de la Compagnie transatlantique. Parmi les autres invités, on remarquait messieurs Le Trocquer, ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées ; Barbara, receveur principal des douanes ; Bougouin, sous-inspecteur des douanes ; Guillet, conducteur des Ponts et Chaussées ; Morisson, instituteur à Saint-Marc et Cartou, lieutenant des douanes, et de la presse nazairienne. Ce fut l’occasion d’une fête durant laquelle la population porta le costume traditionnel pour l’une des dernières fois.

     

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    Fête pour la mise à l'eau du canot Rachel-Prosper avec deux fillettes portant la coiffe simple et la robe traditionnelle de Saint-Nazaire

     

    Le 16 septembre 1909, les stations de Saint-Marc et du Pouliguen furent prévenus par le service sémaphorique de Chemoulin qu'un ballon, monté par deux hommes et poussé par une forte brise de vent du Nord, se trouvait en danger près des îles Bagueneau, Pierre-Percée et de la Banche. Bien que secondés par le vapeur « Henri Duval », affrété à Saint-Nazaire au service du pilotage, les recherchent demeurèrent sans résultat. Le patron de la station de Saint-Marc, Théodore Burgaud, enquêta et conclue que l’alerte n’avaient en réalité reposé sur rien de solide[16].

     

    Le Meg Charcot à Saint-Marc :

    Madame veuve Léon Clery, née Louise-Élisabeth-Blanche Goupil, fit le vœu que si sa fille, Élisabeth-Marcelle-Marguerite, dites Meg, menât à terme sa seconde grossesse, elle offrirait à la S.C.S.N. un canot. Meg, (Bougival, 31 août 1874 - 6 août 1960 Saint Servan sur Mer), était peintre, et épouse du Jean-Baptiste Étienne Auguste Charcot, (Neuilly-sur-Seine 15 juillet 1867 - 16 septembre 1936 en mer à 30 milles au nord-ouest de Reykjavik), mondialement nommé « Commandant Charcot », qui s’était illustré au cours d’expéditions en Antarctique. Martine-Madeleine Charcot, (Neuilly-sur-Seine 10 novembre 1911 - 15 juillet 1979 Saint-Malo), ayant vu le jour, sa grand-mère accomplit sa promesse, et c’est la station de Saint-Marc qui en bénéficia. Le dimanche 30 mars 1913, Saint-Marc fut en effervescence, les Charcot vinrent, sans madame Cléry, assister à la bénédiction par le curé de Saint-Marc du « Meg Charcot », canot à double bordé, qui, à 11 heures moins un quart, sortit de l’abri, pavoisé et paré de camélias, devant une foule enthousiaste et nombreuse malgré « un soleil discret » et un fort vent qui rendit inaudibles les allocutions[17]. Le canot fut mis à l’eau après que tonna le canon, et fit une manœuvre avec son équipage[18] qui « se déclare enchanté de ces premières manœuvres, grâce auxquelles il constata les qualités de la précieuse barque ». La cérémonie se poursuivit par un banquet à l’Hôtel de La Plage.

     

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    Lancement du Meg-Charcot

     

    La présence d’un couple si illustre marqua la mémoire de Saint-Marc, si bien que la rue principale de la station fut renommée au nom du Commandant Charcot. Le grand-nombre de cartes postales éditées à l’occasion font croire que l’événement fut retentissant. En réalité il passa inaperçue ; les élus nazairiens et le sous-préfet ne furent pas présents, et seuls des représentants secondaires de la Chambre de Commerce et du Tribunal vinrent. Au demeurant le Meg-Charcot ne participa à aucun sauvetage. L’année 1913 fut calme, et l’année 1914 l’aurait été tout aussi s’il n’y avait eu la guerre et la mobilisation générale. Le premier conflit mondial fit partir au front les équipages des stations. La surveillance des côtes fut assurée par la Marine nationale.

    A l’Armistice le monde avait changé. La motorisation s’était généralisée et les Douanes supprimèrent nombre de postes et de casernes. La station de Saint-Marc perdit son équipage, mais elle était déjà obsolète depuis plus d’une décennie, quand, en 1924, la S.C.S.N. la désarma. L'Union Française Maritime, qui administrait les divers remorqueurs organisés en bâtiments de sauvetage de haute mer, assura le remplacement. Le hangar fut détruit en 1926. Les autres stations disparurent à la même période, à l’exception de celle du Croisic, toujours existante.

     

    Il ne resta alors à Saint-Nazaire que les Sauveteurs Hospitaliers Bretons à Saint-Nazaire dont est difficile à reconstituer faute de documentions. Nous pouvons cependant affirmer que l’association connu quelques vicissitudes. A la veille de la Première-guerre-mondiale elle eut pour président de section George Unsworth que ses exploits en mer avait fait une célébrité mondiale, et dont nous avons déjà ici retracé la vie sur ce blog. George Unsworth quitta la présidence de section en décembre 1921, au prétexte de son âge ; en réalité il avait d’autres projets, dont l’invention d’un canot de sauvetage insubmersible nommé «  Motorskaf », (lire notre article précédent :  http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/05/05/george-unsworth-6148685.html ). George Unsworth demeura cependant président d’honneur de la section nazairienne. Il fut remplacé à la présidence par le bâtonnier Clair Horveno[19]. Les Hospitaliers tentèrent de se restructurer, songeant en décembre 1923 à créer un poste supplémentaire à celui du port à l’Hippodrome de Saint-Nazaire, car il arrivait que les promeneurs tombent dans Le Grand Marais[20]. Ce n’est qu’en 1926 qu’ils entreprirent une surveillance organisée des plages touristiques de Saint-Nazaire. En 1928 les Sauveteurs Hospitaliers Breton de Saint-Nazaire avaient la charge de l’ensemble de la surveillance des plages de Saint-Brévin au Pouliguen, sauf celles de Pornichet qui demeurèrent jusqu’à la Libération sans surveillance, malgré une pétition en 1934. En juin 1929, après cinq années de démarches et de sollicitations réalisée par Georges Friard, le conseil municipal de Saint-Nazaire vota une subvention pour l’achat d’un canot de sauvetage à moteur pour que la station nazairienne de la H.S.B. La seconde personnalité est George-Louis Friard, (Paimboeuf 13 décembre 1869 – juin 1937 Saint-Nazaire), était issu d’une famille de marins. Pilote, président de l’amical des Marins pécheurs, chevalier de la Légion d’Honneur, du mérite maritime, mainte fois médaillé pour avoir accompli 27 sauvetages. A sa mort, la distribution des diplômes de la H.S.B., le 30 novembre 1937, fut nommée « Promotion Georges Friart ».  La municipalité de Saint-Nazaire se sentie alors obligée de subventionne la bsection à hauteur de 500 francs…

     

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    Une médaille offerte par la Ligue Colonial Française à Georges Friard en 1930, fonds et collections Odoevsky Maslov, ; Photographie Archives de Saint-Nazaire

     

     

    La Station du Croisic :

    Le développement de la pêche au large, notamment grâce à la fondation en 1892 de l’Association de prévoyance entre les patrons pécheurs du quartier du Croisic, qui aidait les marins à économiser via une caisse commune, pour acheter un bateau de pêche, et qui proposait des prêts à intérêt pour l’achat d’une barque et de filets, rendit nécessaire de fonder au Croisic une nouvelle station, ce qui fut fait en 1901, avec un canot nommé Charles, une baleinière construite à La Turballe et offerte par la veuve de Charles Tavernier, l’un des fondateurs de la Société, qui faisait régulièrement dont de somme égales à 15.000 fr, et qui en 1881 avait déjà offert à la station de La Turballe un canot baptisé à l’identique, remplacé en 1904 par le canot Amiral Lalande, de 9m78, offert par la veuve dudit amiral. La présidence de la section fut offerte symboliquement à l’homme de lettre, Ernest Merson, (Fontenay-le-Comte 4 novembre 1819 - 15 décembre 1905 Le Croisic), bonapartiste, fondateur du journal L'Union Bretonne, et commanditaire du manoir de Saint-Goël, dont le fils, Jacques, membre du Comité local des sauveteurs, qui après la Première-Guerre-Mondiale fut connu sous le nom de Merson de La Chaise par relèvement du patronyme de sa mère, née Victorine de La Chaise, était le fondateur en 1896 de l’Ecole professionnelle maritime du Croisic, établissement situé à côté de l’hôtel d’Aiguillon, fermée vers 1920, dont la disparition des archives nous laisse sans véritable connaissance. Elle avait pour but de former à la navigation les patrons pêcheurs, sur financement de la Chambre de Commerce de Saint-Nazaire et du ministère de la Marine Marchande.

     

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    L’Ecole Professionnelle Maritime vers 1910.

     

    L’établissement fut cependant suffisamment important pour que, à l’occasion de la remise des prix en août 1900, deux ingénieurs japonais, messieurs Shimo et Siguerio, vinrent visiter les lieux dans le cadre d’une étude sur les écoles de pêche françaises[21]. Jacques Merson, personnalité haute en couleur aux colères homériques, s’était illustré à l’âge de 19ans, le 28 avril 1875, en sauvant d’un immeuble en feu au 2 quai de Turenne à Nantes[22], une vieille paralytique. Il avait fait preuve de plusieurs autres actes de héroïques au cours de sa vie[23].

     

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    Ernest Merson par Legé & Bergeron, © Musées de La Ville de Paris

     

    Le premier Comité comprenait aussi monsieur Mahaud, administrateur de l’Inscription-maritime, et président d’honneur ; monsieur Talouar, le maitre de port ; le syndic des gens de mer et le garde maritime, dont les identités ne figurent pas dans la publication de la S.C.S.N., Les Annales du Sauvetage maritime, et dont n’avons pas trouvé trace ailleurs. Le premier patron des Sauveteurs du Croisic fut monsieur Régent.

    Le canot Charles, endommagé, fut remplacé en 1908 par le Gabiou-Charron 3. Ce canot de 5 m était issu des acquisitions faites grâce au lègue de madame Jeanne Charron à la Société Centrale de sauvetage des naufragés, suivant les vœux de sa fille et de son gendre. En effet, Pierre Gabiou (1818-1878), président du Tribunal civil de Marennes, où les Saulniers lui doivent beaucoup, et l’un des premiers contributeurs de la S.C.S.N., avait dans ses dispositions testamentaires, demandé qu’après le décès de sa son épouse ses biens soient légué à la Société. Sa veuve, née Marie Charron, décéda en 1888, mais elle laissa ses biens à sa mère, avec condition après elle soit respectée la volonté de Pierre. Quand cette dernière décéda en 1894, la S.C.S.N. hérita de 1.500.000 fr, somme considérable. La Société fit l’acquisition huit canots, tous baptisé Gabiou-Charron avec un numéro d'ordre suivant leur distribution sur le littoral du Nord au Sud, et fonda un prix visant à récompenser les actes de bravoure des sauveteurs. Le Gabiou-Charron 3 était un canot insubmersible de 5 m, type bateau pilote qui avait d’abord été attribué à L’Herbaudière en 1899 et y avait été baptisé le 26 juin. Il fut à son tour remplacé en 1909.

     

    Madame Bowes de Saint-Amand

    Le bâtiment actuel de la Station de sauvetage du Croisic, comporte sur la partie historique, la mention « Fondation Madame Bowes de Saint-Amand ». C’est le nom d’une légataire qui laissa une part de sa fortune à la S.C.S.N.

     

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    Alphonsine de Saint-Amand chez Victor Hugo en 1860, jardin de Hauteville House, photographie anonyme sur papier salé, © Musées de La Ville de Paris

     

    Née Alphonsine-Marie Coysevox de Saint-Amand, à Paris le 1er mai 1835, elle était la fille d'Alphonse-Eugène, médecin suisse, et de son épouse d'Eulalie-Soline Terme. Veuve, sa mère se remaria avec l'écrivain Hippolyte Lucas, (Renne 20 décembre 1807 - 16 novembre 1878 Paris), qui la fit entrer au cœur de la société littéraire et connaitre la Bretagne. En 1868, Alphonsine épousa à Paris le comte Emmanuel de Courten (1833–1892), membre d’une famille du canton du Valais. Moins d'un an plus tard, Alphonsine déposa une demande de séparation de corps, et obtint la garde de leur fils, Alphonse, (1868–1874). Le divorce ayant été rendu possible en Suisse par la Loi de 1876, la séparation fut officialisée, et Alphonsine épousa en 1877 le richissime John Bowes, (Londres 19 juin 1811 - 9 octobre 1885 Streatlam). Ce britannique était le fils légitimé de John Bowes-Lyon, 10e comte de Strathmore et Kinghorne, (1769–1820), et de sa maîtresse Mary Millner, épousée quelques heures avant son décès. S’il n’avait pu hériter des titres de son père et de ses biens écossais, passés à son oncle, il en avait cependant reçu la fortune située en Angleterre. Alphonsine vivait déjà maritalement avec John depuis 1875, alors veuf de l’actrice française Joséphine Coffin, dite Mademoiselle Delorme, (1825–1874). John engagea une procédure de divorce contre elle à Londres en 1884, invoquant l'infidélité, mais l'affaire fut réglée à l'amiable, et Alphonsine hérita de leur hôtel parisien et de son contenue, situé au 7 rue de Berlin, (rue de Liège depuis 1914), lorsque John mourut en 1885, suivant les termes de leur contrat de mariage. Contrairement à ce que les biographes britanniques de John Bowes se complaisent à écrire au sujet d’Alphonsine, elle n’était pas une femme avide et égoïste, bien au contraire, c’était une personne d’une extrême générosité et d’une culture immense. Nombre d’écrivains français lui doivent d’avoir subsisté grâce à elle. Amie de Renan, de Leconte de Lisle, de Barbey d’Aurévilly, Catulle Mendès et son épouse Judith Gautier, c’est chez elle qu’Edmond Haraucourt fit sa première lecture de La légende des sexes. Jean Lorrain, aussi de ses intimes, dans les textes rassemblés par Pierre-Léon Gauthier dans Un second oratoire : chroniques retrouvées, publié en 1935, en fait mention comme « une grande dame de la colonie anglaise », et Edmond Haraucourt précise dans la note qui l’identifie, comme « de famille bretonne et marié à un richissime Anglais. […] Cette dame avait des cartes de visite que nous savions tous par cœur : Madame Bowes, comtesse de Curten, Née Coysevox de Saint - Amand. […] Elle donnait des diners savoureux où les gens de du monde rencontraient les gens de lettres. »

    Après son divorce, Alphonsine vendit l’hôtel de la rue de Berlin, et s’établit au 12 rue Matignon. Décédée le 26 avril 1908, elle légua sa fortune à des œuvres. Sa nièce fut chargée de procéder à la vente de tous ses biens, notamment ses bijoux pour la dispersion desquels il fallut deux après-midis. Une part de ce qui revenait à la S.C.S.N. fut employé à l’acquisition d’un nouveau canot et à la construction d’un abri pour celui-ci au Croisic. C’est en 2021 la partie située à droite. Construit à partir de 1909 et achevé en 1910, le site prit le nom de Fondation Madame Bowes de Saint-Amand, et le canot celui du fils prématurément disparu de la testatrice : Alphonse de Courten.

     

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    La Station de sauvetage du Croisic, photographie L.O.M.

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

     

    Long de 8,5 m, armé de dix avirons, l’Alphonse de Courten, fut baptisé le 10 septembre 1910. Les Annales du Sauvetage rapportèrent que plus de trois-mille personnes assistèrent à la cérémonie de baptême par le curé du Croisic, l’abbé Clénet[24], rangées aux abords de l’abri et sur la jetée. La mise à l’eau fut saluée d'enthousiastes applaudissements, tandis que la fanfare du Croisic fit retentir les accents de la Marseillaise[25]. L’effet fut prolongé par les rameurs qui avec un ensemble parfait abaissèrent leurs rames, et, en cadence, imprimèrent à leur léger esquif un mouvement rapide vers la baie. Après, quelques évolutions entre le Croisic et Pen-Bron, le canot revint vers le port, déposa à terre la marraine, madame Nicol, épouse de l’administrateur de l'Inscription-maritime, et le parrain, monsieur Chatelier, qui avaient tenu à accompagner les canotiers. Un vin d’honneur ponctué de discours, se tint 17h30 à l’hôtel Masson, en présence des personnalités du Croisic et de son port, de la Baule, de Balz, du Pouliguen, du consul des Pays-Bas, Simon Amaury, le président de la Chambre de Commerce de Saint-Nazaire. Il y eut ensuite à 19 h un banquet.

     

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    Baptême du canot Alphonse de Courten le 10 septembre 1910, avec parmi les pavillons pavoisant, celui de Bretagne, blanc à la croix noire © Archive de la S.N.S.M.

     

    Durant le Première-Guerre-Mondiale, les hommes furent mobilisés, et la surveillance des côtes assurée par la Marine nationale.

    Après l’Armistice, l’Alphonse de Courten fut jugé comme ne comportant plus les garanties nécessaires. Il fut vendu en 1922, et remplacé par le Saint-François, canot provenant de la station de Camaret, commandé en 1917 aux chantiers Augustin Normand du Havre, grâce au don de madame veuve François-Henry Provençal, à qui la station de Cancale devait déjà son canot[26]. Transmis à la station de Dourdenez en 1931, il fut remplacé août par l’Alice, grâce à don de 30.000 fr monsieur Sarrette[27]. Ce canot de bois, bimoteur, le premier motorisé possédé par la station, pouvait atteindre la vitesse de 7 nœuds, son baptême par l’abbé Olive, curé doyen du Croisic, eut lieu le 27 septembre 1931 en présence du contre-amiral Alexandre Laugier (Claviers 15 septembre 1863 - 16 mars 1945 Le Pouliguen), membre du Conseil d’administration de la S.C.S.N., dont l’épouse fut la marraine du canot, et du marquis de Montaigu, parrain. Le président du Comité local était alors Georges Painvin, (Paris 20 mai 1859 - 15 mars 1945 Le Croisic), ancien directeur des Chantier de la Loire, ingénieur en retraite, nommé en 1929 par le Comité parisien.

     

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    Baptême de l’Alice le 27 septembre 1931 © Archive de la S.N.S.M.

     

    Fortement endommagée en 1936, l’Alice fut envoyée aux chantiers du Guilvinec pour réparations. Le canot ne revint pas au Croisic. Rebaptisé Hélène André, il fut affecté à Ajaccio. C’est le Saint-François qui reprit le service au Croisic en 1939. Durant l’occupation l’accès aux plages fut interdit et la navigation réglementée. L’Occupant jugea que les navires de pêche étaient susceptibles de servir la Résistance, certaines embarcations, parfois simples barques, furent détruites à la suite du Raid britannique du 28 mars 1942. Le Saint-François fut réquisitionné et transformé.

     

    Après l’Occupation

     

    Privé de canot jusqu’en 1951, les Sauveteurs du Croisic purent reprendre leur activité avec la Duchesse Anne, construite aux chantiers Augustin Normand du Havre. Long de 13 m, pesant 13 T, sa vitesse était de 8nœuds. L'équipage reconstitué avait pour patron Louis Bausier.

     

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    Baptême de La Duchesse Anne en 1951 © Archive de la S.N.S.M.

     

    Puis de 1975 à 1999, ce fut le Anne de Bretagne, une vedette de classe 1, longue de 13,30 m, dotée deux moteurs de 250 CV, construite aux chantiers Tecma de Saint-Nazaire.

    La famille de Pierre Robert Graham, fit un important don à la Station du Croisic qui lui permit d’acquérir son navire actuel, le Pierre R. Graham SNS 095, canot de tout temps, mis en service en mai 1999. Sorti des chantiers Sybéril de Carantec, mais aménagé aux chantiers croisicais, sa coque en polyester mesure 15,5 m de long, et son poids est de 20 T. Il est équipé de deux moteurs de 400 CV, et va à la vitesse de 21 nœuds. Au début de l’année 2021 il a nécessité quatre mois de travaux pour un montant de 260.000 €. Durant cette période il fut remplacé par l’Amiral de Castelbajac.

    Au Croisic, le canot est rentré sous abri après chaque intervention. La mise à l'eau est opérationnelle grâce à une cale longue de 40 m, équipée d’un chariot motorisé, jusqu'à un coefficient de 105 ; au-delà, le canot est amarré au ponton de l'Estacade.

     

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    Intérieur de l’abri, chariot et machinerie, photographie L.O.M.

     

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    Mise à l’eau du Pierre R. Graham SNS 095 © station S.N.S.M. du Croisic

     

    Pierre Robert Graham (Saint-Nazaire 10 août 1922 - 24 avril 1988 Maureillas-las-Illas), était le fils d’un soldat étasunien, William R. Graham, secrétaire de la Y.M.C.A, de Bridgeport, Connecticut, et de la nazairienne Jeanne Augereau, fille d’un gendarme, unis à Saint-Nazaire en novembre 1918[28]. Ancien diplomate, à divers postes au Maroc, au Liban, en France, au Sénégal et en Guinée, il fut entre autres, ambassadeur des États-Unis en Haute-Volta (aujourd'hui Burkina Faso) de 1974 à 1978. Robert Graham resta toute sa vie l’âme attachée à Saint-Nazaire, et c’est aussi grâce à lui que pu être réalisé en 1989 la restitution du Monument du débarquement étasunien de 1917, détruit par l’Occupant allemand.

     

    Les Sauveteurs en 2022 :

     

    La Station du Croisic est depuis la fusion le 15 octobre 1967 de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés et des Hospitaliers Sauveteurs Bretons, l’une des 218 du littoral national, (métropole et outre-mer compris), et l’une des quatre du département de Loire-Atlantique, de la Société Nationale de Sauvetage en Mer (S.N.S.M.). Son secteur d'intervention se situe entre Le Croisic, Belle-Ile et Noirmoutier

    Actuellement sous la présidence de monsieur Gérard Le Cam, elle comporte 6 bénévoles qui assurent les opérations en mer, secondé par deux mécaniciens, et différents bénévoles gérant l’administratif. Si la S.N.S.M. indique être financée nationalement à auteur de 77% par les dons et legs, (l’Etat intervenant pour 12 millions d’euros), la Station du Croisic fonction à 90% grâce à la grâce à la générosité et aux ventes d’objets sigillés du logo de la S.N.S.M. en vente dans sa boutique située à la Maison du sauvetage, située à l’Ancienne Criée du Croisic, place Boston.

    Depuis 2003, la station a été agrandie d’un second bâtiment accolé au hangar historique, abritant 2 semi-rigides dont le SR SNS 629, un garage, le bloc sanitaire, et à l’étage une salle de réunion et le bureau administratif.

     

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    Logo de la S.N.S.M.

     

    Les bénévoles intervenant en mer touchent une indemnité symbolique de quelques dizaines d’euros. Issus des métiers de la mer, ce sont des personnes ayant un sens aigu du devoir, animés d’une forte foi en l’Humanité, Croisicais ayant grandis avec l’exemple de leurs ainés se précipitant à la cale dès que retentit la sirène. En revanche, sont rémunérés par les mairies, sauveteurs surveillants les plages. La Station du Croisic gère ceux employés l’été au Croisic et à Balz. Bénévoles ou employés, tous ont accompli des formations et des mises à niveau au Pôle national de formation, qui depuis juin 2011 se trouve à Saint-Nazaire, quai des Marée, près du Vieux Môle, et qui déménagera en 2024 dans de nouveau locaux à construire à l’emplacement de l’ancien VIP.

     

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    Entrée du Pôle national de formation de la SNSM à Saint-Nazaire, © S.N.S.M.

     

    Le Pôle de Saint-Nazaire, dirigé par monsieur Didier Moreau, propose trois niveaux de formations, le premier est celui des nageurs sauveteurs, bénévoles pendant leur formation ; 6 diplômes et certificats sont obtenus après 8 mois de formations et de stages. Ces formations permettent de devenirs sauveteur sur les plages, les bords de plans et cours d’eaux, et les piscines. Une fois obtenues les différentes compétences, il est possible de postuler à l’obtention du second niveau, celui des sauveteurs embarqués, dont l’âge est limité de 18 à 66 ans. Ce second niveau se décline en quatre axes : management d’équipe ; navigation et usage des outils de communication ; recherche et sauvetage ; maintenance et maintien en conditions opérationnelles. Pour ce faire, le Pôle possède trois semi-rigides de 6 mètres, deux semi-rigides de 7 mètres, une vedette de 1ère classe, une vedette de 2ème classe, 4 inflatable rescue boat (IRB), trois marines jets, à quai à la base sous-marine.

    satations de sauvetage,saint-marc,croisic,saint-nazaire,pouligen,la baule,pornichet,aiguillon,phare,canot,canon

    Equipement du Pôle de formation à la base sous-marine de Saint-Nazaire, photographie L.O.M.

     

    Durant le mois de septembre 2021, le Pôle testa un nouvel équipement de navigation dans le port de Saint-Nazaire. Le renouvellement du matériel entraine un changement de couleur des coques. Par tradition, les coques des canots sont vertes, et celles des vedettes sont bleues, héritage des couleurs de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés et des Hospitaliers Sauveteurs Bretons. A l’avenir, les navires seront intégralement orange sur les deux tiers avant, et un tiers gris, afin de permettre de loin la différence entre l’arrière et l’avant. C’est sur les dessins de Philippe Starck que ce changement a été procédé.

     

    Les dons à la Station du Croisic sont à adresser à :

    Station S.N.S.M. du Croisic

    2 Place du Tréhic

    44490 Le Croisic

     

    Remerciements à messieurs Gérard Le Cam, Didier Moreau, Antoine Leroy, et Jean-Patrick Marcq.

     

    [1] Nous avions cependant répondu à cette question dans Ouest-France du 27 février 2021, tout comme nous avions répondu au Comité en charge de la rédaction des panneaux historiques installés à Saint-Marc durant l’été 2021, mais rien en fut pris en compte.

    [2] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2020/07/30/l-eglise-de-saint-marc-sur-mer-6254598.html

    [3] Il reçut l'exequatur de consul du Honduras pour Saint-Nazaire en juin 1870, devint conseiller municipal, (il provoqua la démission du maire Auguste Desanges le 18 mai 1884), chansonnier, il publia en 1869, chez l’éditeur nazairien Fronteau, « Hilarité. Les Chants de La Vécrie » un recueil de chanson à boire, et fut le grand ami de Gustave Nadaud, chansonnier célèbre en son temps. Son père, Mathieu Goy, (12 avril 1792 - 1860), avait acquis de la famille de Sesmaisons la métairie de La Vecquerie ; son frère Ernest, mort  à 33ans en 1868, était capitaine du transatlantique Nouveau Monde, membre de la Loge Mars et les Arts de Nantes, il fut l’un des fondateur de la loge nazairienne du Trait d'Union avec le cadet de la famille, Francis, (1838-1892), capitaine au long-cours, qui fut l'orateur de la nouvelle loge, (sa veuve, « quoique catholique », remis 100 fr à la loge de Saint-Nazaire au décès de son époux). http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/06/13/le-chateau-de-porce-a-saint-nazaire-premiere-partie.html

    [4] Annales du Sauvetage Maritime, janvier 1869.

    [5] L’Impératrice Eugénie, premier transatlantique construit en France, sorti du chantiers John Scot à Penhoët en 1865. En 1868 il desservait aussi les Antilles sur son chemin, avec le premier France (1865), le Nouveau-Monde (1865), et le Panama (1866), tous à roues à aube, et avec le Louisiane, (1862) et le Floride, (1862) tous deux à hélices (le Louisiane était initialement à roue à aube, mais il fut transformé en 1867) ; ainsi que par le Washington (1864) et le Lafayette, (1864) ; et deux navires plus petits : les Vera-Cruz et Tampico. La ligne s'arrêtait initialement à Panama, avec une escale à Fort de France, elle fut poussée jusqu'au Mexique à demande du Gouvernement en avril 1862, en raison de l'engagement dans la guerre du Mexique depuis janvier Le Gouvernement avait alors prié la Compagnie Générale Transatlantique d'ouvrir une ligne jusqu'à Veracruz, afin de pourvoir à l'effort de guerre. Il y avait une escale à la Havane. C'est à bord de l'Impératrice Eugénie que débarqua l’infortunée impératrice Charlotte le 8 aout 1866, et que le général Castelnau embarqua pour le Mexique le 16 septembre 1866.

    [6] La succursale nazairienne eu en 1872 l’un des cousins de la famille, Victor Dupin, qui fut le premier consul nazairien du nouveau royaume indépendant de Norvège en 1905. En 1896 il fit construire la Villa Victor, à Porcé, ravissante demeure qui vient de changer de propriétaire, protégée aujourd’hui par la Ville de toutes modifications ou destructions. http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2018/06/21/la-villa-victor-a-porce-6061203.html

    [7] En compagnie de son fils Jonathas, (1851-1903).

    [8] Il s’était fait peindre en costume de général Chouan. Le portrait, toujours en possession de la famille d’Amphernet, était accroché dans le bureau de mon oncle Richard d’Amphernet de Pontbellanger, (1949 - 2012), qui en avait hérité les traits et les convictions politiques.

    [9] Les Royalistes s’étaient dit que la monarchie rétablirait les droits anciens de la Nation bretonne, et qu’il serait éventuellement possible d’établir un état nation souverain avec à sa tête un prince issu des Capétiens si la France demeurait une république.

    [10] Elle avait un revenu annuel de 11.000 fr et une réserve de 20.000 fr en 1877.

    [11] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2020/09/20/alphonse-pinguet-6264715.html

    [12] La somme correspondait à la moitié de ses biens ; il était sans enfants, et possédait à titre d’ainé le château de Morey à Belleau en Meurthe-et-Moselle. L’un de ses frères était Eugène Joly de Morey, industriel et député royaliste de la Lozère de 1885 à 1886.

    [13] Le canot fut commandé par le patron Gustave Pouvreau, comprenait les deux sous-patrons Gonidec et Pichon ; les matelots : Gautier, Guéno, Hermel, Leguennec, Malenfant, Jacques Pichon et Trimaud.

    [14] Reproduite dans Les annales du sauvetage pour l’année 1878 en janvier 1879.

    [15] Les annales du sauvetage pour l’année 1889, janvier 1890.

    [16] Il était secondé par François Rouault, Eugène Pichau, Thomas Michel, jean Bouchereau, Alphonse Genevais, François Cavaras, Julien Seambourg. Les annales du sauvetage pour l’année 1909 en janvier 1910.

    [17] Les annales du sauvetage pour l’année 1913, janvier 1914.

    [18] L'équipage du Meg-Charcot était composé de : Kerneur, patron ; Maurice, sous-patron : et de matelots : Pichon, Anezo, Boucheron, Mighée ; des matelots supplémentaires : Molle, Pierre, Mohé.

    [19] Clair Marie Léonard Horveno, (le Temple-de-Bretagne 6 novembre 1879  - 19 octobre 1953 à La Baule-Escoublac), avocat à Saint-Nazaire, bâtonnier du 3 octobre 1921 au 5 octobre 1923.

    [20] Le Courrier de Saint-Nazaire du 22 décembre 1923.

    [21] Cf. Le Phare de la Loire du 7 aout 1900.

    [22] L’incendie avait pris au 4ème étage occupé par la distillerie d’absinthe de monsieur Auclair-Dupuis.

    [23] Il avait fait don de sa collection ethnographique au Musée de Saint-Nazaire, (faute de s’être entendu avec la Ville du Croisic), exposée au premier étage de la Bibliothèque, et malheureusement détruite dans les bombardements britanniques.

    [24] Coauteur avec le vicomte René de Cornulier-Lucinière de l’ouvrage « Le Croisic inconnu. Son église. Ses cimetières », publié en 1925.

    [25]

    [26] Elle fonda en 1929 un prix de 1.000 fr destiné à des armements de canots, et cinq prix de 200 fr destiné à des jeunes ou des enfants.

    [27] Une plaque de marbre au mur de l’abri historique commémore ce don.

    [28] Le journal The Bridgeport Telegram, du 25 novembre 1918, dans l’annonce du mariage, prétendit que l’épouse était issue du Général Augereau, compagnon de Napoléon. Cela était faut, le général, ni son frère, n’eurent de descendance.

  • Les paludiers de Saint-Nazaire

    Tous les nazairiens, qu’ils soient à Saint-Nazaire ou expatriés de l’autre côté de la planète, ont irrémédiablement du sel de Guérande dans leur cuisine. Plus qu’une habitude culturelle, c’est un besoin génétique. Le sel, qui servait à la conservation des aliments, a fait la fortune de la Presqu’île ; c’est aussi en raison du commerce du sel, dont l’Angleterre était la plus grande consommatrice, que les Bretons choisirent le camp de l’enfant Jean de Montfort. Cet attachement aux Anglais de la part des paludiers bretons fit courir la légende que ceux-ci étaient en réalités des descendants de saxons. Aujourd’hui on ne parle plus que du sel de Guérande en raison d’une IGP, (Indication Géographique Protégée), mais si c’est sur cette commune que se trouvent la majorité des œillets, il ne faut pas ignorer que l’appellation s’étant sur les œillets de Baltz et de La Turballe, et aussi à la commune de Saint-Nazaire !

    En fait, l’IGP « sel de Guérande » et « fleur de sel de Guérande », s’étend en Loire-Atlantique sur les 39 communes suivantes : ASSERAC, BATZ-SUR-MER, BAULE-ESCOUBLAC (LA), BESNE, BOUEE, CAMPBON, CHAPELLE-DES-MARAIS (LA), CHAPELLE LAUNAY (LA), CROISIC (LE), CROSSAC, DONGES, DREFFEAC, GUENROUET, GUERANDE, HERBIGNAC, LAVAU-SUR-LOIRE, MALVILLE, MESQUER, MISSILLAC, MONTOIR-DE-BRETAGNE, PIRIAC-SUR-MER, PONTCHATEAU, PORNICHET, POULIGUEN (LE), PRINQUIAU, QUILLY, SAINT-ANDRE-DES-EAUX, SAINT-GILDAS-DES-BOIS, SAINT-JOACHIM, SAINT-LYPHARD, SAINT-MALO-DE-GUERSAC, SAINT-MOLF, SAINT-NAZAIRE, SAINTE-ANNE-SUR-BRIVET, SAINTE-REINE-DE-BRETAGNE, SAVENAY, SEVERAC, TRIGNAC, TURBALLE (LA) ; et sur les 7 communes du Morbihan suivantes situées le long de la Villaine : CAMOEL, FEREL, NIVILLAC, PENESTIN, ROCHE-BERNARD (LA), SAINT-DOLAY, THEHILLAC.

     

    Le choix de l’aire géographique définie s'est fait en se basant sur les références historiques de l’activité salicole en Presqu’île guérandaise, comprenant : « les différentes routes du sel ainsi que les emplacements des marchands de sel et stockeurs hors du site de production ». Ainsi trouve-t-on historiquement des emplacements de lieux de stockage de sel et de commercialisation jusqu’aux villes de Savenay et de Campbon. Le dossier de constitution de l’IGP précise : « Le périmètre de l’aire choisie reflète la réalité de l’espace utilisé aujourd’hui pour produire, stocker en vrac et effectuer un premier conditionnement clos par les différents opérateurs. Les marais salants du bassin de Guérande et leur proximité immédiate étant intégralement situés en site classé, il est impossible de construire des bâtiments de stockage sur le site. L’ensemble de ces éléments justifient la délimitation de l’aire géographique de l’IGP ».

    paludier,pornichet,saint nazaire,guérande

    Marais salants de Guérande et de Saint-Nazaire en 1769

     

    Ce blog étant consacré à l’histoire de Saint-Nazaire, nous nous bornerons ici à ne parler que des paludiers nazairiens, car oui, il y a eu à Saint-Nazaire une production de sel qui se stoppa presque totalement en 1870 et définitivement en 1895.

     

    Parler des paludiers de Saint-Nazaire n’est pas chose facile ; on manque cruellement d’informations à leur sujet, ils étaient très peu nombreux, officiaient sur un territoire réduit qui est depuis 1900 devenu celui de la commune de Pornichet. Ce territoire se composait des lieux de vie des paludiers, les hameaux de La Villès Davaud où il ne reste que quelques longères dénaturées, dont une encore dans son jus couverte de tôle ondulée, et qui fut un temps transformée en musée ; La Gruche, (derrière le cimetière), totalement remodelé ; l’Ermur qui a pour l’instant, malgré un lotissement intensif de cette zone recherchée, a conservé son aspect historique de campagne cloisonnée de haies et de maisonnettes basse à deux travées avec dépendances ; Prieux, devenue un quartier résidentiel où a été tracée « l’avenue des Paludiers » ; et la Villès Liron, disparue depuis, en bordure même du marais salant. Enfin, le lieu d’exploitation, le marais salant de Saint-Nazaire, qui se trouvait le long de la limite des paroisses d’Escoublac et de Saint-Nazaire, a aujourd’hui disparue sous l’herbe de l’Hippodrome et du Parc paysager de Pornichet.

     

    paludier,pornichet,saint nazaire,guérande

    Le marais salant de Saint-Nazaire en 1829, (cliquer pour agrandir).

     

    Les paludiers de Saint-Nazaire n’étaient pas propriétaires de leurs œillets ; ceux-ci appartenaient aux seigneurs locaux : le vicomte de Saint-Nazaire et le seigneur de Cleux. Les partages et reventes firent que ces propriétés furent divisées durant l’Ancien-Régime entre deux co-seigneurs dans le cas de Saint-Nazaire, et trois seigneurs indépendants pour Cleuz, (Cleuz-le-Propre, Cleuz-Coyau, Cleuz-Siriac). Cleuz-Siriac fut acquise par Julie Lepennec du Bois-Jolland, veuve de Charles marquis de Sesmaisons en 1748 ; Cleuz-le-Propre et Cleuz-Coyau furent acquises vers 1780 par Jean-Baptiste-Elie Camus de Pontcarré, co-vicomte de Saint-Nazaire[1].

    Louis-Jean-François-Népomucène-Marie Camus de Pontcarré, fils d’Elie, fut guillotiné à Paris le 30 avril 1794, ses biens furent déclarés domaine nationale le 27 octobre 1794, et mis en vente ; Claude-Louis-Gabriel-Donatien marquis de Sesmaisons, qui avait hérité de sa mère la part des marais dépendant de Cleuz, acquis les œillets des Camus de Pontcarré.

    De ce passé médiéval il restait les noms de certains œillets : La Grande Marquise, pour la partie acquise en 1748 par la marquise de Sesmaisons ; la Saline de Cleux pour la partie appartenant aux Camus de Poncarré.

     

    L’afferment des salines de Saint-Nazaire se faisait suivant le contrat suivant : deux tiers du sel récolté allaient aux propriétaires, un tiers aux paludiers exploitants, (à Guérande ils ne touchaient que le quart, mais le rendement était supérieur) ; l’entretien des œillets, ainsi que l’impôt spéciale que pouvait à certaines occasions lever le curé recteur de Saint-Nazaire, (malgré le fait qu’en Bretagne il n’existait pas la gabelle), étaient à la charge des paludiers.

     

    Les paludiers de Saint-Nazaire étaient beaucoup moins riches que ceux de Saillé, mais leur niveau de vie était supérieur à ceux de la majorité des nazairiens. S’ils n’étaient pas propriétaires des oeillets, ils étaient cependant propriétaires de petit domaines agricoles ce qui leur valait dans les actes la désignation de « laboureur » à côté de celle de paludier. Ils formaient une caste qui trouvait ses épouses parmi les familles des autres paludiers de la Presqu’île, ou parmi celles des laboureurs nazairiens, et après la Révolution leurs filles épousaient des agents des douanes. Parents et enfants participaient à l’exploitation des œillets que la famille avait en fermage.

     

    Parmi les familles de paludiers nazairiens, la plus anciennement connue est la famille MOUILLERON. Elle a aussi pour autre particularité d’avoir fournie les deux derniers paludiers de la commune. Cette famille était suffisamment importante pour donner son nom à un domaine agricole constitué en hameau à force de partages, La Villes Mouilleron à Pornichet, où existe encore leur ferme, au nord-ouest de l’ancien marais salant. On notera que c’est par l’intermédiaire de cette famille que la majorité des autres familles de paludiers nazairiens purent avoir des baux d’exploitation.

     

    I° Charles MOUILLERON, (Guérande vers 1674 – Saint-Nazaire 3 mai 1723), paludier et laboureur, marié le 27 novembre 1696 à Saint-Nazaire avec Françoise BRENY, (Saint-Nazaire 23 août 1671 - 12 mai 1719), d’où :

      1. Perrine MOUILLERON, Née le 29 septembre 1698 - Saint-Nazaire Décédée le 11 juin 1769 - Saint-Nazaire, Mariée le 24 janvier 1736, Saint-Nazaire, 44184, Loire Atlantique, Pays de la Loire, France, avec Julien TARTOUÉ (Saint-Nazaire 28 janvier 1698 - 24 septembre 1777 Saint-Nazaire), tisserand, d’où :
        1. Jeanne TARTOUÉ, (Saint-Nazaire 11 février 1739 - 3 septembre 1804 Saint-Nazaire), mariée le 3 février 1766 avec René LEGAL, paludier à Saint-Nazaire, voir généalogie LEGAL ;
      2. Renée MOUILLERON, mariée le 8 février 1724 à Saint-Nazaire avec Pierre NICOL, paludier natif de Guérande, d’où entre autres :
        1. Marie NICOL, (née à Guérande), mariée le 4 novembre 1749 à Guérande avec Guillaume LÉVÊQUE, d’où :
          1. Yves LÉVÊQUE, (Guérande vers 1748 - 11 janvier 1829 La Gruche en Saint-Nazaire) paludier, marié le 18 août 1778 à Saint-Nazaire avec Guillemette LEGAL, (Saint-Nazaire vers 1750 - 19 mars 1826 La Gruche en Saint-Nazaire), fille de Pierre LEGAL, paludier (voir généalogie LEGAL), d’où :
            1. Thomas LÉVÊQUE, (La Gruche en Saint-Nazaire 30 juillet 1782 - 21 septembre 1813 La Gruche en Saint-Nazaire), paludier, marié le 11 février 1808 à Saint-Nazaire, avec Julienne MOTHAIS, (La Villes Liron en Saint-Nazaire 29 novembre 1781 - 2 octobre 1870 La Gruche en Saint-Nazaire), d’où :
              1. Julienne LÉVÊQUE, (La Gruche en Saint-Nazaire 23 mai 1809 – 20 juillet 1887 La Gruche en Saint-Nazaire), mariée le 23 janvier 1828 à Saint-Nazaire avec Guillaume GUERVEL, (né le 7 avril 1805 à Careil en Guérande), paludier à Saint-Nazaire ;
              2. Marie-Françoise LÉVÊQUE, (née le 24 décembre 1811 à La Gruche en Saint-Nazaire), mariée le 5 février 1835 à Saint-Nazaire avec son cousin Yves BOURDIC, (né le 27 mars 1808 à La Villes Davaud en Saint-Nazaire), paludier, (voyer généalogie LEGAL), d’où sept enfants dont aucun paludier ;
    1. Thomas LÉVÊQUE, (né le 21 septembre 1813 à La Villes Liron en Saint-Nazaire), paludier, marié le 5 février 1835 à Saint-Nazaire avec Marie Françoise MAHÉ, (Prieux en Saint-Nazaire 5 avril 1813 - 13 mars 1843 La Gruche en Saint-Nazaire) d’où trois filles dont une mariée à un paludier de Guérande.
    2. Jean-Marie LÉVÊQUE, (Bellon en Guérande 10 décembre 1767 - 26 mars 1833 Ermur en Saint-Nazaire), paludier, marié le 5 mai 1795 à Saint-Nazaire avec Julienne BROHAN, (née le 23 janvier 1771 à Ermur en Saint-Nazaire), d’où :
      1. Ysabelle LEVESQUE (née le 16 février 1796 à Ermur en Saint-Nazaire) ;
      2. René Jean LÉVÊQUE, (Ermur en Saint-Nazaire 27 mars 1798 - 9 avril 1798 Ermur en Saint-Nazaire) ;
      3. Marie LÉVÊQUE, (Ermur en Saint-Nazaire 3 août 1799 - 10 mai 1863 Ermur en Saint-Nazaire), mariée le 31 décembre 1817 à Saint-Nazaire avec Julien-Marie LEBERT, (Beslon en Guérande 27 décembre 1797 - 19 mars 1828 Ermur en Saint-Nazaire), paludier à Saint-Nazaire, d’où :
        1. Jean Marie LEBERT, (Ermur en Saint-Nazaire 29 septembre 1819 - 3 décembre 1820 Ermur en Saint-Nazaire) ;
        2. Marie LEBERT, (née le 11 septembre à Ermur en Saint-Nazaire), mariée le 13 juin 1854 à Saint-Nazaire avec Jean-André-Marie HALLUARD, (La Villès Robert en Saint-Nazaire 8 février 1820 - 22 janvier 1899 Géraud en Saint-Nazaire), laboureur, d’où trois enfants, dont une fille mariée à un paludier de Guérande ;
    3. Thomas LEVESQUE, (Guérande 23 avril 1793 – 19 novembre 1859 Prieux en Saint-Nazaire), marié le 7 août 1822 à Saint-Nazaire avec Marie-Madelaine MOTHAIS, (La Villes Liron en Saint-Nazaire 14 mars 1798 - 15 novembre 1873 Ermur en Saint-Nazaire), d’où 6 enfants dont une fille épouse d’un paludier d’Escoublac ;
    4. Jean-Marie LEVESQUE, (Ermur en Saint-Nazaire 14 mars 1803 - 17 mars 1803 Ermur en Saint-Nazaire) ;
    5. Jeanne LEVESQUE, (Ermur en Saint-Nazaire 6 février 1805 - 7 septembre 1811 Ermu en Saint-Nazaire).
    6. Martin NICOL, établi à Guérande, marié le 22 novembre 1757 à Guérande avec Julienne BERTHO, née à Guérande, d’où :
      1. Jeanne NICOL 1761, mariée, 1ère le 1er mai 1786 à Guérande, avec Julien LEGAL natif de Saint-Nazaire ; 2ème le 19 mai 1799 à Guérande avec Yves EON, (Brénahuet) Guérande 2 janvier 1769 - 19 juin 1827 - (Beslon) Guérande)
    7. Julien MOUILLERON, (Saint-Nazaire le 15 octobre 1703 - 4 mars 1753 - Saint-Nazaire), paludier, marié, 1er le 26 septembre 1730 à Saint-Nazaire avec Marie Mothais, (Saint-Nazaire 16 février 1694 - 3 août 1731 Saint-Nazaire) ; 2ème le 29 janvier 1732 à Saint-Nazaire avec Renée GEFFROY, (Saint-Nazaire 7 février 1706 – 18 février 1767 - Saint-Nazaire) ; d’où, du second lit :
      1. Charles MOUILLERON, né à Saint-Nazaire le 30 octobre 1734 ;
      2. Julienne MOUILLERON, (Saint-Nazaire 4 mars 1737 - 11 décembre 1800 Saint-Nazaire), mariée le 3 février 1770 à Saint-Nazaire avec Raoul BROHAND, paludier, (Batz-sur-Mer vers 1742 - le 3 avril 1807 Saint-Nazaire), d’où :
        1. Julienne BROHAN, mariée le 5 mai 1795 à Saint-Nazaire avec Jean LÉVÊQUE, voyez généalogie LÉVÊQUE) ;
        2. François BROHAN, (Saint-Nazaire 10 juillet 1772 - 13 juin 1773 Saint-Nazaire) ;
        3. Marie BROHAN, (Saint-Nazaire 18 juin 1774 - 3 juillet 1774 Saint-Nazaire).
      3. Pierre MOUILLERON, né le 11 décembre 1738 à Saint-Nazaire ;
      4. Françoise MOUILLERON, (Saint-Nazaire 2 octobre 1742 - 18 janvier 1749 Saint-Nazaire) ;
      5. Catherine MOUILLERON, (Saint-Nazaire 5 février 1746 - 5 mai 1747 - Saint-Nazaire).
    8. François MOUILLERON (Saint-Nazaire 30 mai 1705 - 3 février 1772 Saint-Nazaire), paludier et laboureur, marié le 22 novembre 1729 à Saint-Nazaire avec Julienne CAVARO, (Saint-Nazaire 12 février 1707 - 6 mai 1778 Saint-Nazaire), d’où :
      1. Thomas MOUILLERON, Saint-Nazaire 3 janvier 1731 - 19 septembre 1795 Saint-Nazaire), laboureur et paludier, marié, 1ère le 18 novembre 1754 à Saint-Nazaire avec Perrine BARBIN, (Saint-Nazaire 27 décembre 1733 - 16 avril 1756 Saint-Nazaire) ; 2ème le 23 novembre 1762 à Saint-Nazaire avec Perrine SOHIER, (Saint-Nazaire 9 février 1739 - 2 septembre 1763 Saint-Nazaire) ; 3ème le 8 avril 1766 à Saint-Nazaire avec Julienne GEFFROY, (Saint-Nazaire 22 décembre 1732 - 1er février 1810 Saint-Nazaire), d’où :

    Du premier lit :

        1. Yves MOUILLERON, (Saint-Nazaire 15 avril 1756 - 17 août 1768 Saint-Nazaire)

    du second lit :

        1. Marie MOUILLERON, (Saint-Nazaire vers 1763 - 18 novembre 1823 Saint-Nazaire), mariée le 23 novembre 1784 à Saint-Nazaire avec André BERTHO, (Saint-Nazaire 23 décembre 1750 - 25 août 1806 Saint-Nazaire), laboureur ;

    du troisième lit :

        1. Jeanne MOUILLERON, (Saint-Nazaire 16 avril 1767 - 4 mai 1773 Saint-Nazaire) ;
        2. Julienne MOUILLERON, (Saint-Nazaire 15 novembre 1768 - 21 novembre 1768 Saint-Nazaire) ;
        3. Élisabeth MOUILLERON, (Saint-Nazaire 27 avril 1770 - 12 septembre 1821 Saint-Nazaire), mariée le 7 juillet 1790 à Saint-Nazaire avec Julien Nicolas, (Saint-Nazaire 12 mai 1762 - 6 août 1799 Saint-Nazaire) ;
        4. César MOUILLERON, (Saint-Nazaire 18 avril 1773 - 29 mai 1773 Saint-Nazaire) ;
        5. Denis MOUILLERON, (Saint-Nazaire 16 avril 1774 - 24 janvier 1823 Saint-Nazaire), paludier, marié, 1ère le 16 mai 1797 à Saint-Nazaire avec Françoise FOUGARÉ, (née le 30 septembre 1768 à Saint-Nazaire) ; 2ème le 18 juin 1799 à Saint-Nazaire avec Jeanne TARTOUÉ ; d’où :

    Du premier lit :

          1. Julien MOUILLERON, (Saint-Nazaire 22 septembre 1798 - 21 septembre 1816 Saint-Nazaire), laboureur ;

    Du second lit :

          1. Thomas MOUILLERON, (né le 18 septembre 1800 à Saint-Nazaire), laboureur ;
          2. Jean-Marie MOUILLERON, (né le 18 mai 1803 à Saint-Nazaire), paludier ;
          3. Michel-Sébastien MOUILLERON, (né le 21 septembre 1805 à Saint-Nazaire), paludier, marié le 15 novembre 1836 à Saint-Nazaire avec Renée-Françoise lENO, (née le 22 août 1807 à Saint-Nazaire).
      1. Julien MOUILLERON (Saint-Nazaire 25 octobre 1738 - 4 janvier 1743 Saint-Nazaire) ;
      2. René MOUILLERON, (Saint-Nazaire 4 avril 1741 - 13 janvier 1743 Saint-Nazaire) ;
      3. Julien MOUILLERON, (Saint-Nazaire 19 octobre 1745 - 8 juillet 1812 Saint-Nazaire), laboureur, marié quatre fois.
      4. Charles MOUILLERON, (Saint-Nazaire 1er septembre 1707 - 10 juin 1769 Saint-Nazaire), laboureur et paludier, marié le 22 novembre 1729 à Saint-Nazaire, Perrine BOURY, (Saint-Nazaire 24 octobre 1700 - 1er mai 1765 Saint-Nazaire), d’où 7 enfants dont aucun ne fut paludier, ou unis à un paludier.

     

    A la lignée des Mouilleron il faut donc ajouter celle des Legal, famille devenue paludière à la suite de la Révolution :

     

    1. Pierre Legal, paludier, époux de Marie DAVIS, d’où :
    2. René LEGAL, (Saint-Nazaire vers 1739 - 15 décembre 1809 Villès Davaud en Saint-Nazaire), paludier, époux de Janne TARTOUÉ, (Saint-Nazaire 11 février 1739 - 3 septembre 1804 Saint-Nazaire), d’où :
      1. Julien LEGAL (Villès-Davaud en Saint-Nazaire 11 novembre 1777 - 23 novembre 1830 Villès Davaud en Saint-Nazaire), paludier ; marié, 1ère avec Julienne ROUAUD, (Saint-Nazaire vers 1771 - Saint-Nazaire 1er mars 1801) ; 2ème le 15 juin 1802 à Saint-Nazaire avec Catherine HALGAND, (Saint-Nazaire 3 décembre 1775 - 24 décembre 1857 Ermur en Saint-Nazaire) cultivatrice, d’où :

    Du premier lit :

        1. Marie LEGAL, (La Villes Davaud en Saint-Nazaire 24 février 1801 - 26 février 1801 La Villes Davaud en Saint-Nazaire),

    Du second lit :

        1. Julienne LEGAL, (La Villes Davaud en Saint-Nazaire 11 octobre 1803 - 23 juin 1804 La Villes Davaud en Saint-Nazaire) ;
        2. Julien Marie LEGAL, (La Villes Davaud en Saint-Nazaire 26 octobre 1804 - 31 octobre 1805 La Villes Davaud en Saint-Nazaire) ;
        3. Jean LEGAL, (né le 16 mars 1806 à La Villes Davaud en Saint-Nazaire) ;
        4. Marie LEGAL, (née le 23 avril 1808 à La Villes Davaud en Saint-Nazaire), mariée le 8 novembre 1832 à Saint-Nazaire, avec Mathieu François HERVO, (15 janvier 1803 Rangré en Saint-Nazaire - 1er mai 1857 Saint-Nazaire), Marin, Cultivateur
        5. Pierre LEGAL, (La Villes Davaud en Saint-Nazaire 19 mai 1810 - 25 avril 1862 La Villes Davaud en Saint-Nazaire), paludier, marié le 4 novembre 1840 à avec Julienne-Marie CAVARO, (Rangrais en Saint-Nazaire 9 août 1817 - La Villes Davaud en Saint-Nazaire 10 janvier 1885), d’où :
          1. Marie-Julienne LEGAL, (née le 31 mars 1845 à La Villes Davaud en Saint-Nazaire), mariée le 16 octobre 1866 à Saint-Nazaire avec Jean-Marie DAUVISI, (né le 13 août 1835 à Villès Creneau en Saint-Nazaire) ;
          2. Pierre LEGAL.
      1. Julienne-Marie-Catherine LEGAL, (La Villes Davaud en Saint-Nazaire 5 février 1813 - 28 décembre 1817 La Villes Davaud en Saint-Nazaire) ;
      2. Jean-Marie LEGAL, (né le 2 juin 1815 à La Villes Davaud en Saint-Nazaire), marié le 12 février 1855 à Sallertaine (Vendée), avec Rosalie VERONNEAU, (Sallertaine 13 avril 1826 - 11 décembre 1857 Saint-Gervais) ;
      3. Thomas LEGAL, (né le 4 novembre 1818 à La Villes Davaud en Saint-Nazaire) ;
      4. Marie-Catherine LEGAL (née le 26 janvier 1821 à La Villes Davaud en Saint-Nazaire), mariée le 4 novembre 1840 à Saint-Sébastien de Saint-Nazaire avec René OISEAU (né le 26 juillet 1819 à Ermur en Saint-Nazaire), charpentier.
    1. Jeanne LEGAL, (La Villes Davaud Saint-Nazaire 6 février 1742 - 9 octobre 1809 Saint-Nazaire), marié le 5 février 1771 à Saint-Nazaire avec François LE GOUAS, (Guérande vers 1746 - 26 juillet 1808 Saint-Nazaire), paludier, d’où :
      1. Marie LE GOUAS, (Prieux en Saint-Nazaire 25 mai 1773 - 31 juillet 1818 La Villes Davaud en Saint-Nazaire), mariée le 21 décembre 1797 à Saint-Nazaire avec Pierre BOURDIC, (Ker Bouchard en Batz-sur-Mer 12 octobre 1772 - 19 mars 1822 Mainguisserie en Saint-Nazaire), d’où :
        1. Marie Françoise BOURDIC, (Saint-Nazaire 3 décembre 1798 – 16 mars 1844 Saint-Nazaire), mariée le 20 novembre 1826 à Saint-Nazaire avec Jean ANEZO, (Assérac 27 septembre 1791 - 20 mai 1832 Saint-Nazaire), préposé aux douanes ;
        2. René BOURDIC, (Saint-Nazaire 7 octobre 1800 - 19 août 1868 Prieux en Saint-Nazaire), paludier, marié le 5 juillet 1827 à Guérande avec Marie Jeanne GUERVEL, (La Thébaudais en Guérande 27 octobre 1802 – 15 décembre 1862 Prieux en Saint-Nazaire), d’où postérité de cultivateurs et de forgerons ;
        3. Jeanne BOURDIC, (née le 17 mars 1803 à La Ville Davaud en Saint-Nazaire), mariée le 10 avril 1833 à Saint-Nazaire avec Jean Marie FOUGARE, (Pornichet en Saint-Nazaire 13 mai 1806 - 10 janvier 1838 à bord du navire "Les Salazes"), marin ;
        4. Jean BOURDIC, (La Villes Davaud en Saint-Nazaire 17 février 1805 – 12 mars 1806 Gruche en Saint-Nazaire) ;
        5. Julienne BOURDIC, (La Villes Davaud en Saint-Nazaire 3 janvier 1807 – 7 novembre 1811 La Villes Davaud en Saint-Nazaire) ;
        6. Yves BOURDIC, (né le 27 mars 1808 à La Villes Davaud en Saint-Nazaire), paludier, marié le 5 février 1835 à Saint-Nazaire avec Marie-Françoise LÉVÊQUE (née le 24 décembre 1811 à La Gruche en Saint-Nazaire), (voyez généalogie MOUILLERON), d’où sept enfants dont aucun paludier ;
        7. Pierre BOURDIC, (La Villes Davaud en Saint-Nazaire 20 mai 1810 – 12 février 1869 Pornichet en Saint-Nazaire) paludier, marié : 1ère le 5 novembre 1840 à Saint-Nazaire avec Françoise AUDRAIN, (Pornichet en Saint-Nazaire 15 octobre 1812 - 31 août 1845 Pornichet en Saint-Nazaire), fille de Julien AUDRAIN, (voir généalogie AUDRAIN) ; 2ème le 4 mai 1854 à Saint-Nazaire avec Marie Julienne BRENY, (née le 10 octobre 1818 à Cuy en Escoublac), d’où du premier lit :
          1. Yves BOURDIC, (né le 3 août 1843 à Pornichet en Saint-Nazaire), marié, 1ère le 14 novembre 1871 à Saint-Nazaire avec Jeanne-Françoise CAVARO (Saint-Nazaire 5 février 1837 - 28 juin 1873 Saint-Nazaire) ; 2ème le 20 juillet 1875 à Saint-Nazaire avec Marie Renée PIVEAU, née le 1er septembre 1844 à Prieux en Saint-Nazaire).
        8. Elisabeth Renée BOURDIC, (née le 10 décembre 1811 à La Villes Davaud en Saint-Nazaire), mariée le 11 novembre 1848 à Saint-Nazaire avec Pierre François ROUSSELET, (né le 13 avril 1804 à La Montagne en Saint-Nazaire), laboureur ;
        9. Julienne BOURDIC, (née le 3 juillet 1814 à La Villes Davaud en Saint-Nazaire).
      2. Pierre LE GOUAS, (né le 24 juillet 1775 à Saint-Nazaire) ;
        1. René LE GOUAS, (Saint-Nazaire 8 novembre 1778 - 17 février 1786 Saint-Nazaire).
      3. Guillemette LEGAL, (Saint-Nazaire vers 1750 - 19 mars 1826 La Gruche en Saint-Nazaire), mariée le 18 août 1778 à Saint-Nazaire avec Yves LÉVÊQUE, (vers 1748 - 11 janvier 1829 La Gruche en Saint-Nazaire) paludier, d’où :
        1. Thomas LÉVÊQUE, (La Gruche en Saint-Nazaire 30 juillet 1782 - 21 septembre 1813 La Gruche en Saint-Nazaire), paludier, marié le 11 février 1808 à Saint-Nazaire, avec Julienne MOTHAIS, (La Villes Liron en Saint-Nazaire 29 novembre 1781 - 2 octobre 1870 La Gruche en Saint-Nazaire), d’où :
          1. Julienne LÉVÊQUE, (La Gruche en Saint-Nazaire 23 mai 1809 – 20 juillet 1887 La Gruche en Saint-Nazaire), mariée le 23 janvier 1828 à Saint-Nazaire avec Guillaume GUERVEL, (né le 7 avril 1805 à Careil en Guérande), paludier à Saint-Nazaire ;
          2. Marie-Françoise LÉVÊQUE, (née le 24 décembre 1811 à La Gruche en Saint-Nazaire), mariée le 5 février 1835 à Saint-Nazaire avec son cousin Yves BOURDIC, (né le 27 mars 1808 à La Villes Davaud en Saint-Nazaire), paludier, (voyer généalogie MOUILLERON), d’où sept enfants dont aucun paludier ;
          3. Thomas LÉVÊQUE, (né le 21 septembre 1813 à La Villes Liron en Saint-Nazaire), paludier, marié le 5 février 1835 à Saint-Nazaire avec Marie Françoise MAHÉ, (Prieux en Saint-Nazaire 5 avril 1813 - 13 mars 1843 La Gruche en Saint-Nazaire) d’où trois filles dont une mariée à un paludier de Guérande.

     

    A ces deux lignages de racines nazairiennes il faut ajouter celui de famille Audrain, venue de Férel, commune située de l’autre côté de la Presqu’île, à la suite de la Révolution :

     

    1. Pierre Audrain, (Férel vers 1750 - 2 décembre 1834 Saint-Nazaire), marié le 24 novembre 1778, Saint-Nazaire avec Perrine LEMARE, (Saint-Nazaire vers 1751- 30 mars 1825 Pornichet en Saint-Nazaire), d’où :
      1. Julien AUDRAIN, (né le 25 octobre 1779 à Pornichet en Saint-Nazaire), laboureur et paludier, marié le 19 novembre 1811 à Saint-Nazaire avec Janne PRIÉE, (La Villès Noire en Saint-Nazaire 8 juillet 1786 - 11 janvier 1834 Pornichet en Saint-Nazaire), (dont le frère Mathieu PRIÉE fut aussi paludier) ; d’où :
        1. Françoise AUDRAIN, (Pornichet en Saint-Nazaire 15 octobre 1812 - 31 août 1845 Pornichet en Saint-Nazaire), mariée le 5 novembre 1840 à Saint-Nazaire avec Pierre BOURDIC, (La Villes Davaud en Saint-Nazaire 20 mai 1810 – 12 février 1869 Pornichet en Saint-Nazaire) paludier, (voir généalogie LEGAL), d’où :
          1. Yves BOURDIC, (né le 3 août 1843 à Pornichet en Saint-Nazaire), marié, 1ère le 14 novembre 1871 à Saint-Nazaire avec Jeanne-Françoise CAVARO (Saint-Nazaire 5 février 1837 - 28 juin 1873 Saint-Nazaire) ; 2ème le 20 juillet 1875 à Saint-Nazaire avec Marie Renée PIVEAU, née le 1er septembre 1844 à Prieux en Saint-Nazaire).
          2. Julienne-Jeanne AUDRIN, (née le 24 juin 1815 à Pornichet en Saint-Nazaire), mariée le 15 novembre 1843 à Saint-Nazaire avec François FOUGARÉ, (né le 13 août 1818 à Pornichet en Saint-Nazaire), d’où postérité ;
          3. Jeanne AUDRAIN, (Pornichet en Saint-Nazaire 31 mars 1824 - 4 janvier 1825 Pornichet en Saint-Nazaire).
      2. Perrine AUDRAIN, (Pornichet en Saint-Nazaire 28 septembre 1781 - 23 janvier 1863 Prieux en Saint-Nazaire), mariée le 11 février 1808 à Saint-Nazaire avec Guillaume LEBRUN, (Saint-Nazaire 16 avril 1780 - 16 janvier 1849 Saint-Nazaire), laboureur ;
      3. Mathieu AUDRAIN, (Pornichet en Saint-Nazaire 2 février 1784 - 9 février 1784 Pornichet en Saint-Nazaire) ;
      4. Marie-Catherine AUDRAIN, (née le 29 août 1785 à Pornichet en Saint-Nazaire), mariée le 30 janvier 1811 à Saint-Nazaire avec Honoré DUMONT, (né le 26 avril 1781 à Coutances), receveur des douanes.

     

    Le registre contenant la correspondance au départ de la ville de Saint-Nazaire entre le 5 septembre 1815 et le 31 mai 1820, restitué en 2019 à la Ville de Saint-Nazaire, fait état à la date du 7 septembre 1819 du rôle des paludier et porteuses de sel de Saint-Nazaire   avec nom et famille.  Le lecteur y trouvera les noms des paludiers déjà cités dans les extraits généalogiques retranscrit plus haut. A la liste des personnes déjà citées, il faut ajouter donc Mathieu PRIÉE, (La Villès Noire en Saint-Nazaire 10 janvier 1791 - 7 juin 1868 Rangrais en Saint-Nazaire), laboureur et paludier, inscrit sur le rôle, mais qui n’était pas issu d’une famille exploitant les marais salants, et dont la sœur Janne avait épousé le paludier Julien AUDRAIN, déjà cités. Sur le rôle il est précisé qu’il exploitait ses œillets avec sa fille ; nous n’avons pas pu déterminer laquelle des celle qu’il avait eu de son premier mariage il s’agit. En effet, il avait épousé en premières noces le 14 novembre 1815 à Saint-Nazaire, Julienne MOLLÉ, (La Villès Chevisson en Saint-Nazaire 8 juin 1790 - 16 août 1818 La Villès Chevisson en Saint-Nazaire), dont il eut un nombre d’enfants indéterminé ; puis le 17 novembre 1821 à Saint-Nazaire, Renée MAHÉ, (Rangré en Saint-Nazaire 21 mars 1792 - 18 mai 1870 Rangré en Saint-Nazaire), dont il eut aussi postérité.

     

    paludier,pornichet,saint nazaire,guérande

    Rôle des paludiers et porteuse de sel de Saint-Nazaire en 1819, (cliquer pour agrandir)

     

    Le rôle de 1819 nous enseigne aussi que l’exploitation salicole constituait une production de 43.000 kg pour 1818, à la production des paludiers il faut ajouter 700 kg de sel transporté sur la commune par les porteuses. En effet aux paludiers s’ajoutaient des femmes qui faisait commerce du sel qu’elles apportaient des autres salines. Le trop grand nombre d’homonymie ne permet pas de les identifier aisément.

    Il convient de tenir compte que la production de sel en œillet dépend du climat, et que plus la production était important, moins elle se vendait chère. Faute de documentations concernant la production moyenne de sel en Presqu'île et à propos de son prix de vente, nous ne pouvons dire combien touchaient les paludiers en cités en 1819. Nous signalerons cependant que depuis 1814 le climats avait été très hostile, réduisant la production de céréale au point de provoquer des inquiétudes au maire de Saint-Nazaire qui craignait une famine. 

     

    La fixation des dunes de la baie de La Baule (Bôle), dont la concession avait été accordé au marquis de Sesmaisons, plus gros propriétaire foncier de Saint-Nazaire et d’Escoublac, participa à l’envasement de l’étrier de Pornichet. Le marais salant étouffa peu à peu. Les paludiers avaient charge d’entretenir le lieu de leur exploitation, mais le sel de mer rapportait de moins en moins en ce début d’ère industriel, même si en 1860 le prix de la tonne de sel passa en quelques mois de 18 fr 75 à 46 fr 90 en raison d'une pénurie, il avait tendance à se maintenir autour 15 fr la tonne. En 1870 le prix du sel tomba à 6 fr 80 la tonne, et ne fit que chuter jusqu'à tomber à 5 fr 50 la tonne en 1875. Les paludiers se constituèrent en corporation (les syndicats n'étaient pas autorisés) dans l’espoir d’obtenir des aides publiques et de faire fléchir le propriétaire des salines pour qu’il finance une part des travaux qui devaient permettre de désenvaser l’étrier. Mais face à la spéculation immobilière de la station balnéaire en constitution, le marais salant devint un potentiel lieu de construction et de développement urbain.  En 1895 le dernier paludier posa définitivement son las, malgré un prix de 16 fr 50 la tonne, l'état du marais ne prouvait plus permettre une production viable, et les baux ne furent pas renouvelés. Cinq années plus tard, Pornichet se détacha de Saint-Nazaire et devient une commune et on l'on inaugura à leur place l'hippodrome en 1907.

     

     

    [1] Voyer les articles sur la seigneurie du Bois-Joalland et Cleuz.

  • Cette Nazairienne que l’on chante

    Non, je ne vais pas vous parler de la créatrice de la marque de ticheurte, mais d’une autre Nazairienne qui fut exhumée et mise en musique par Fernand Guériff et audible ici : https://www.youtube.com/watch?v=wB4tWBhprHA

     

    Cette chanson est née en 1879. Elle fait partie de la longue liste de ces canzonettes citadines, relatant la vie locale, ses travers, crimes, et événements cocasses, que l’on entonnait dans les cafés, guinguettes et aux banquets. À la fin du 19ème siècle on composait ainsi sur un air connu facilement interprétable au piano ou l’accordéon, (très rarement composés pour), quelques couplets faciles à retenir et qui vous restaient dans la tête des heures. Il en eut beaucoup à Saint-Nazaire, certaines dues à Atys Goy, la majorité aux différentes philharmoniques, L'Harmonie de Saint-Nazaire, La Lire de la Loire à Penhouët[1], Le Trait d’Union à Saint-Marc[2], Les Tambourds et Clairons du 4e bataillon du 64e de Saint-Nazaire, parfois à des clients ou des tenanciers de beuglants.

    On trouve ainsi de temps à autre dans les brocantes des textes à chanter anonymes, imprimés, mais sans partition. C’est le cas de « Ma Nazairienne » que Fernand Guériff redécouvrit et mis en musique.

     

    Mais cette chanson, nombre de Nazairiens n’en comprennent pas les paroles, et j’ai eu, je dois l’avouer, un rire flaubertien qui a dû retentir dans tous Naples quand un professeur m’a écrit hier vouloir la faire chanter à ses élèves. Si les paroles finales sont, il me semble, plus explicites que celles de Il court le furet, Mon ami Pierrot, où Ce petit chemin, je dois accorder que sans une vraie connaissance de l’histoire nazairienne, et j’ose l’écrire, sans une ascendance pluricentenaire à Saint-Nazaire, on a du mal à comprendre toutes les subtilités du texte.

     

    Décortiquons donc notre Nazairienne. La chanson commence ainsi :

    « L'autre jour rue d'la gare, tout seul j'arpentais le trottoir

    Quand dans la rue de Nantes, je vis un'femme des plus charmantes

    J'me mis à la pister jusqu'à la rue du Prieuré

    Enfin je la suivis dans la rue du bois Savary

    Mais elle a pris une autre rue et c'est là que je l'ai perdu »

     

    Resituons nous avant la première guerre mondiale : les rues décrites sont celle qui forment la périphérie de la place Marceau, et qui est plus loin cité, « Tous les soirs place Marceau pendant une heure j'fais le poireau », avec la rue de Paris qui longeait la place, «  L'autre jour rue de Paris sans la chercher je la revis ».

     

    Sans titre-1.jpg

    Dans notre Saint-Nazaire d’aujourd’hui la place Marceau correspond à l’emplacement du site occupée par la Ruban bleu, la rue de Nantes est depuis 1919 la rue Henri Gautier, la rue du Prieuré, qui partait en biais a disparue en partie et est devenue rue de la Petite-Californie, mais la rue du Bois Savary demeure, la rue de Paris est devenue Roger Salengro, la rue de la gare est devenue Stalingrad. Il manque deux rues dans la description, volontairement omises par l’auteur de la chanson, les rues de La Ville Aubry, actuelle rue de Saintonge, et la rue de Méan, autre rue en biais, disparue à la Reconstruction.

    la nazairienne, saint-nazaire, bordel, maison close, pornichet, ker-souveraine

    Les rues de la Ville Aubry et de Méan avaient la particularité d’être les rues où étaient les deux maisons closes de Saint-Nazaire.

    Celle de la Ville Aubry était fréquentée par les officiers de marine et la gentry locale. Elle était tenue par le couple Etienne Médan et Françoise Peytoureau, qui exploitaient en 1861 sept filles : Marie Rocher, Françoise Retz, Mathurine Guillernait, Jeanne Lession, Josephine Lacly, Marie-Anne Leguenec, et Eugénie Brunian. Cette maison connue un moment de panique quand on apprit que le premier a avoir été porteur de la fièvre-jaune à Saint-Nazaire y avait passé le 25 juillet 1861 sa première soirée à terre.

    Celle de la rue de Méan était réservée aux marins et aux ouvriers. La tenancière, Véronique Maisonneuve, femme Martin, se présentait comme la propriétaire d’une pension, mais où les raccrocheuses de trottoir conduisaient leurs clients pour une passe. En plus d’une cuisinière, il y avait là en 1861 sept« pensionnaires », qui faisaient le tour du quartier entre le port et les cafés, pour rameuter le client : Julie Lebecret, Marie Bompré, Marie Mironnet, François Legac, Hortence Picard, Marie Cattana, Hélène Gouesmat.

    la nazairienne, saint-nazaire, bordel, maison close, pornichet, ker-souveraine

    Notre Nazairienne est donc l’une des filles de la « pension » de la rue de Méan.

    Elle suivait les demandes de la clientèle pour son commerce :

    « Ma Nazairienne gironde était devenue subitement blonde

    Et devant mon air baba elle me dit tu ne sais donc pas

    Qu'les blondes sont recherchées je m'suis teinté à l'oxygénée

    Mais n't'en fais pas mon gros chéri, tout ça n's'aperçoit pas dans l'lit ».

     

    Notre Nazairienne n’était pas la seule à faire commerce de ses charmes entre la place Marceau et le port, et il n’y avait pas que des femmes, nombre de marins, de garçons des chantiers, et de militaires à la Briandais arrondissaient leur fin de mois en se montrant du côté de la société de gymnastique et de tir « La Nazairienne », club sportif réservé aux hommes, avant de se rendre dans les buissons du parc de l’entrepôt des douanes (emplacement de l’ancien VIP).

    Tous les cafés avaient au moins une fille qui faisait entraîneuse. Les parents d’Aristide Briand en avaient deux en permanence, qui gardaient le petit Aristide quand madame Briand faisait le ménage et les courses. Il y avait aussi les filles employées par les hôtels…

     

    Cette présence des maisons closes dérangea certains commerçants dès 1879. Ainsi, le restaurateur Verbois, qui avait commerce rue de Nantes, écrivit une lettre au Maire, le 22 juillet 1879 ; lettre qui fut reproduite dans le Courrier de Saint-Nazaire du 27 juillet 1879 :

    la nazairienne,saint-nazaire,bordel,maison close,pornichet,ker-souveraine

    Cette lettre fit grand bruit, est-ce en réponse que fut créée la chanson Ma Nazairienne ? Possible, mais nous nos recherches actuelles ne nous permettent pas de définir l'année de la création de la chanson.

     

    Durant le stationnement des troupes étasuniennes, le haut-commandement établis deux bordels à L’Immaculé car les trois de Saint-Nazaire étaient saturés, (fille d'attente sir les trotoires, jusqu'à 30 passes par fille chaque jours), et que la prostition libre, (professionnelle ou occasionnel), entrainait debordements et propageait des maladies.

     

    Dans les années 1930, la tenancière de la plus grosse maison close de Nantes et son époux (officiellement seule une femme pouvait alors posseder une maison close), ouvrirent chaque année à la belle saison une succursale à Saint-Marc dans la villa Nutshell, demeure qui existe encore.

    Durant l’Occupation, les pauvres femmes contraintes à abattage dans ces maisons se retrouvèrent à devoir assouvir les envies des troupes allemandes. Vers la fin de la guerre, un certain nombre d’elles furent enfermées dans la base sous-marine. Quand l’une tombait enceinte, elle « mourrait subitement », et les militaires allemands déposaient son corps dans la morgue improvisée dans l’un des garages de la rue Villebois-Mareuil, laissant aux derniers nazairiens encore présents dans les ruines de les inhumer. Celles qui survécurent à ces traitements furent interrogées par les troupes alliées, et livrées à des énergumènes qui n’avaient rien fait de brave durant 4 ans mais se trouvèrent héroïques de les tondre et/ou de les violer. On peut donc n’avoir qu’une pensée à Marthe Richard, à qui le docteur Poussié sauva la vie en sa clinique nazairienne en 1913[3], et qui œuvra la fermeture des maisons closes, et qui souligna l’hypocrisie de l’État en matière de prostitution durant la guerre.

     

    La prostitution a donc toujours été un fait à un Saint-Nazaire, (deux de nos notables actuels sont au demeurant issus de filles ayant fait commerce de leur corps). Depuis plusieurs années l’activité c’est concentré sur l’avenue de la République, côté gare, du fait de la mort des commerces classiques, même si internet a étendu géographiquement les pratiques.

     

    Enfin, terminons en mentionnant que la Villa Ker Souveraine à Pornichet, construite certes après la séparation de cette fraction de Saint-Nazaire, mais à propos de laquelle je reçois régulièrement des demandes d’information, villa inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis le 19 septembre 2002, fut elle aussi la succursale d’un bordel Parisien situé à proximité de l’Arc de Triomphe, propriété de Suzanne Lanoue, dite la comtesse de La Noue, amante de l’industriel Lucien Rosengart, dont elle utilisait l’emblème de la marque automobile comme armoiries : «  d’argent à la rose au naturel de gueule, tigée de sinople ». C’est ce qui explique le décor criard de la maison, ainsi que le fait que les chambres donnant sur les salons au premier étage, et aujourd’hui transformées en cuisines, soient dotées de vitre à l’emplacement des têtes de lit, pour le plaisir des voyeurs.

     

    [1] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/07/16/un-comte-polonais-a-saint-marc.html

    [2] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/01/18/l-allee-du-chateau-a-saint-marc-6121661.html

    [3] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/04/13/notes-sur-les-familles-poussie-et-thomas-de-closmadeuc-6143587.html

  • Saint-Nazaire cité briéronne, première partie.

    8 aout 1461, ordonnance de François II sur l'entretien et la propriété de la Grande Brière

     

    Sans titre-1.jpg

    Sceau de Pierre II en 1454, d'après Don Morice.

    coll. comte Jehan-Richard d'A. de P.

     

    La paroisse de Saint-Nazaire est bordée au nord par les marais de la Grande Brière, la prairie inondable de Prézégat, à coté de la gare, en est encore témoin vivant. Ces marais ont été depuis des temps anciens drainés de canaux afin de les rendre exploitables et de pouvoir créer des prairies en leurs bordures. Un lac de rétention, situé dans la paroisse de Montoire, débordait régulièrement, les prairies se trouvèrent inondées et les chemins anéantis en raison de l'absence d'entretien des canaux et des fossés d'écoulements durant les guerres de succession. Les habitants des paroisses voisines, et le vicomte de Saint-Nazaire, Charles de Couëme, s'en plaignirent au duc. François II manda le sénéchal de Guérande de veiller à ce que l'on mette fin aux désagréments (1) :

     

     François, par la grâce de Dieu, duc de Bretaigne, comte de Montfort, de Richemont, d'Estampes et de Vertus, à noz Sénéchal, alloué, et procureur de Guérrande, Salut : 

    De la part de notre bien-aimé cousin et féal le sieur de Cuné (2) et de Saint-Nazaire, nous a été en suppliant exposé qu'il y a certainne manière de lac en la paroisse de Montouer assez prez des pastures situées du coté devers la Brière en notre jurisdiction de Guerrande que par la grande submersion et abondance d'eaux, par défault d'avoir esté curé et tenu nest, ainsi qu'il avoit accoustume, les escours et esservouers anciens quy y souloint estre qui avoient leurs cours, essest, et agout en la mer, puis soixante ans derniers par défault de les nettoyer ont esté empeschez, et à l'occasion de ce, les prairies des environ dont partie sont le domaine du d. suppliant et autre partie de son fié proche et à autres plusieurs nobles de notre pays, sont du tout en tout amisez et réduiz comme à inutilité et non valeur.

    Et aveq ce par l'abondance desdites eaux, le chemin et voye par lesquelles le peuple de la d. paroisse de Montouer et des paroisses de Saint-Nazaire, Saint-André, Escoublac, et autres paroisses voisines souloint et avoient accoustumé aller à laditte Brière dont ils tiroient les mottes pour leur chauffaige et les foîns pour leurs bestes, sont tellement empeschez, que les gens du paîs ne y pouront aller à beufs ne charettes que paravant le souloin faire. Sans le moyen desquelles mottes et foings croissant en ladite Brière le peuple commun des d. paroisses ne se pouront bonnement passer, quelle chose estoit et est au grand préjudice et dommaige du dit suppliant et des dits nobles et sujets de nostre pays, de leurs hommes et de tout le peuple et commun des d. paroisses et des environ, et lesquelles eaux se peuvent bien et convenablement vuider et esseuer cy les dits curées, antiennes estoient nettes et ouvertes, quelles par ce moyen descendroint et auroint leur cheoist en la mer et seroint les chemins par lesquels on va à la dite Bryere tous assechez que les d. choses occupées viendroint à proffit et utilité, et que le peuple en tout temps pourront aller tous à sec et bien aisé à ladite Brière au grand bien et prouffit dud. supliant et autres nobles et sujets de nous-mêmes qui en auroient les rachaptz, et de tout le bien publique de notre dit Païs, nous suppliant sur ce pouvoir et donner nos provisions et convenable remède humblement de nous requérant ;

    Pour ce est-il que nous, les dites choses considerrees voulans le bien et utilité de nos dits féaulx et subjets et du bien publique estre fixamant garder, augmenter, nous mandons et commandons en commettant, se mestier est, ou à deux de vous, vous transporter sur les dits lieux, et appelez en notre compaignie des nobles et autres gens notables des dites paroisses qui peuvent avoir interestz en cette matiere, vous informer, dit donné entendre dessurdit et autrement, bien aplain des dites choses nécessaires à faire en la matière dessurdite pour le bien de nos dits subjets, et aussi de la finance qui sera requise pour y employer ; et ce que par ceux quy y aurez appellez cu la maire et plusieurs parties d'eux trouverez estre convenable et profitable à faire pour l'ustilité de nos dits subjets défaïtes et faïtes faire et réaument exécuter, et la finance que trouverez estre nécessaire pour l'accomplissement de ce que sera ainsy faicte lever réaumant et de fait sur ceux quy y pouront avoir profict au plus utile et moins endommagens que estre pourra par l'aviseman des dessurdits ou la plus saine, partye d'iceux.

    De ce faire duman, nous avons donné et donnons plain pouvoir, authorité, commission de par nous, mandons et commandons à tous nos féaulx et sujets en ce faisant vous obéir et diligemment entendre.

    Donné en nostre ville de Nantes le huict jour d'Aoust l'an mil quatre cens soixante ung.

     

    Et plus bas : est escript par le duc en son Conseil, Raboceau.

     

    Scellé de cire rouge et lacs jaunes.

     

    Collationné par nous Notaires royaux à Nantes soucynez et l'auctantique et présent escryt sur vellen nous aparu.

    Rendu ce six de Mai mil six cent cinquante six.

    Signés sur la minute Jucas, Notaire Royal, et Lesbaupin, aussi Notaire Royal.

    Le mot essevouers retouché approuvé.

     

    Ce texte est fondateur pour les paroisses de grande Brière, car il reconnaît à celles-ci la pleine jouissance des marais, et servira à toutes leurs revendications.

     

     

    (1) Le document original a disparu, mais les archives départementales de Loire-Atlantique conservent une retranscription, certifiée copie authentique en date du 6 Mai 1656 ; A.D.44, B 123.

    (2) Lisez : Couëme. C'est donc François de Couësme, baron de Lucé, vicomte de Saint-Nazaire, né en 1424, décédé entre 1488 et 1491.

  • La seigneurie de Cleuz, deuxième partie

    La seigneurie de Cleuz-Coyau

     

    de Rochereulpornichet,cleuz,saint-nazaire

     

    Famille bourgeoise déboutée de noblesse à Guérande en 1669

     

    D'azur au rocher d'argent, accompagné de huit yeux en orles.

     

     

     

     

     

    I° Aubin Rochereul, seigneur de Cleuz-Coyau en 1600, père de :

    II° Jean Rochereul, seigneur de Cleuz-Coyau, notaire royal et procureur de la sénéchaussée de Guérande, sénéchal de Saint-Nazaire, époux de Jeanne Robert, d'où :

    1° Françoise,  baptisée à Guérande le 9 novembre 1615 ;

    2° Jan, baptisé à Guérande le 20 juillet 1617 ;

    3° Thomas, baptisé à Guérande le 16 novembre 1621 ;

    4° Aubin Rochereul, baptisé à Guérande le 1er octobre 1623 ;

    5° Georges, qui suit ;

    6° François,  baptisé à Guérande le 13 juillet 1627.

    III° Georges Rochereul de Cleuz, né à Guérande le 8 juin 1627, baptisé le 13, enterré le 27 avril 1688 à Guérande, seigneur du Plessis-Giffard, de Cleuz-Coyau, et de Cleuz-le-Propre par achat à Julien Proust ; il était conseiller du Roi, et procureur au siège royal de Guérande, ces charges lui permirent d'assumer le titre d'écuyer, mais ne lui procura cependant pas la noblesse, ni à ses héritiers, ainsi il fut débouté de noblesse en 1669 lors du recensement de Guérande ; époux de Catherine Huré, d'où : 

    1° René, baptisé à Guérande le 7 septembre 1655

    2° Jeanne, dame de Cleux, baptisée à Guérande le 6 février 1659, mariée le 5 février 1687 à Guérande avec René Begaud, sieur de Kervoyer ; 

    3° Catherine, baptisée à Guérande le 27 juin 1660, inhumée le 3 juillet 1667 ;

    4° Georges, né à Guérande le 24 avril 1661, baptisé le 31 mai, inhumé le 4 juin ;

    5° Marie, baptisée à Guérande le 22 août 1662, inhumée le 24 août ;

    6° Georges, seigneur de Promarzin et de Cleuz-Coyau, né le 12 novembre 1664, décédé le 18 août 1738, inhumé le 19 août en l'église Saint-Jean de Guérande, conseiller du Roi, procureur au siège royal de Guérande, marié le 21 mai 1697 à Nantes avec Françoise Moriceau, fille de François Moriceau, sieur de La Halquinière, et de Catherine Loquet, d'où postérité branche de Promarzin ;

    7° Jean, seigneur du Plessis-Giffard, né le 20 juin 1666, ondoyé à la naissance, baptisé à Saint-Nazaire le 15 août 1668, inhumé à Guérande le 20 novembre 1684 ;

    8° Charles, baptisé à Guérande le 11 mai 1672, inhumé le 10 juin ;

    9° Rodolphe-Philippe, dit Raoul-Philippe, qui suit ;

    10° Angélique, dame du Plessis-Giffard et de La Cour de Béac, et de Cleuz-le-Propre, décédée en son manoire du Plessis-Giffard, inhumée dans le choeur de l'église de Saint-Nazaire le 4 juin 1754, épouse de Julien Le Pourceau de Rollivaud, écuyer, seigneur de Rollivaud  ;

    11° Marthe,  baptisée à Guérande le 24 juin 1677, mariée le 18 février 1710 avec Michel Roger, conseiller du Roi, rapporteur du point d'honneur en la Sénéchaussée de Guérande ;

    12° Marie,  baptisée à Guérande le 11 août 1679 ;

      

    IV° Rodolphe-Philippe Rochereul, dit Raoul-Philippe, seigneur de de Cleuz-Coyau, baptisé à Guérande le 9 juin 1676, inhumé à Guérande en l'église Saint-Jean e 29 janvier 1722, capitaine d'une compagnie bourgeoise, époux de Genevieve Fouquer, d'où :

    1° Pierre-François, qui suit ;

    2°Marguerite-Geneviève, née et baptisée le 16 novembre 1708 à Guérande ; 

    3° Philippe-François, né le 26 juillet 1711, baptisé à Guérande le 27 juillet ;

    4° Jeanne, inhumée à l'age de 5ans le 5 septembre 1713 à Guérande en l'église Saint-Jean ;

    5° Mathurin-Philippe,  ondoyé le 12 mars 1710 à Guérande, et inhumé le 12 mai ;

    6° Jeanne-Charlotte, baptisée à Guérande le 17 mars 1713 ;

    7° Geneviève-Michelle, baptisée à Guérande le 9 octobre 1714 ;

    8° Louise-Jeanne, née et baptisée à Guérande le 18 avril 1716, mariée à Guérande par contrat du   17 juillet 1737, puis religieusement le 19 août avec Arthur de Kercabus, chevalier, seigneur de Sourac 

     V° Pierre-François Rochereul, seigneur de de Cleuz-Coyau, né et baptisée à Guérande le 30 novembre 1707, époux de Jeanne Belliotte de La Ville-Allain, d'où :

    1° Joseph-François, né le 25 janvier 1735, baptisé le 26, 

    2° Anne-Louise-Jeanne, né et baptisée à Guérande le 26 juillet 1737, inhumée le 31 août.

     

    La seigneurie de Cleuz-Siriac

     

    Seigneurie née du démembrée de la seigneurie de Cleuz-le-Propre par Julien Proust en 1680.

     

     

    Sans titre-1.jpgde Kerpoisson

     

     

    D'argent au lion de gueules, la queue passée entre les jambes et remontant.

     

     

     

     

    I° Louise de Kerpoisson, dame de Trevengat, de la châtellenie d'Ust, de Saint-André, de Cleuz-Siriac et du fief du Bois-Savary, mariée : 1° à Pierre Bonnier, écuyer, seigneur de la Chapelle-Launay, nommé gouverneur des villes de Guérande, du Croisic, et de Saint-Nazaire en 1678, membre de la confrérie de Saint-Nicolas en 1687, seigneur d'Ust du chef de sa femme, pour qui il rend l'aveu au Roi le 3 mai 1679 ; 2° Maurice Avril, écuyer, seigneur de La Chauvière, conseiller au Parlement de Bretagne, décédé le 28 octobre 1728.

     

    Avril de Chauvière

     

    Famille originaire d'Anjou, anoblie par l'élection à l'échevinage d'Angers en 1666, maintenue en 1669, maintenue à l'intendance de Nantes en 1701. (Sans liens avec la famille guérandaisel Avril aliée aux Le Pennec).

     

    Armes : D'argent au pin de sinople ; au chef d'azur, chargé de trois roses d'argent. 

     

    I° Maurice I Avril, écuyer, seigneur de La Chauvière, conseiller au Parlement de Bretagne, décédé le 28 octobre 1728 ; marié à Louise de Kerpoisson, dame de Trevengat, de la châtellenie d'Ust, de Saint-André, et Cleuz-Siriac, d'où :

    1° Maurice Avril, qui suit ;

    2° Anne-Camille.

    II° Maurice II Avril, écuyer, seigneur de La Chauvière, de Trevengat, de Cleuz-Siriac, de la châtellenie d'Ust, et de Saint-André, rendit aveu pour Ust le 30 avril 1730, décédé en janvier 1748 ; époux de Marie-Josèphe du Chastel, d'où :

    III° Anne-Camille Avril, écuyer, seigneur de La Chauvière, de Trévenegat, de Cleuz-Siriac, de la châtellenie d'Ust, et de Saint-André, vendit la châtellenie d'Ust et la seigneurie de Cleuz-Siriac à Julie Lepennec, dame de Lesnerac, de Trévécar et du Bois-Jollan, veuve de Charles marquis de Sesmaisons, (voyez les articles sur la seigneurie du Bois-Joalland).

  • La seigneurie de Cleuz, première partie

    Cleuz, aujourd'hui Cleux, au territoire de la commune de Pornichet, était une seigneurie qui fut démantelée au cours des siècles en trois seigneuries : Cleuz-le-Propre, Cleuz-Coyau, et Cleuz-Siriac. On sait la présence d'un château, aujourd'hui disparu, qui se situait au lieu dit « le château de Cleux », qui se trouva intégré après démembrement à la seigneurie de Cleuz-le-Propre. Détruit à la Révolution, ses ruines, entourées de faussées en eaux, appartenaient, à monsieur Picard en 1850. La métairie de Cleuz, A cette seigneurie s'ajoutaient des salines, sises à Pornichet, là où s'étant aujourd'hui le centre de cette ville, détachée de Saint-Nazaire, et constituée en commune le 9 avril 1900.

     

     

    La seigneurie de Cleuz, puis de Cleuz-le-Propre

     

     

    Sans titre-1.jpgLa famille de Cleuz

     

    D‘argent à trois coqs de sable.

     

     

     

    I° Pierre de Cleuz, écuyer, vivant en 1365, seigneur de Marcein et de Cleuz, époux Marguerite Le Vayer, dame du manoir du Gage (évêché de Dol), d’où :

    II° Jean de Cleuz, écuyer, seigneur de Marcein, de Cleuz, et du manoir du Gage, rendit aveux pour sa baronnie devant le Duc de Bretagne en 1392, puis en 1426, époux de Marguerite de Kercabus, elle rendit aveu en tant que veuve en 1430, d’où :

    1° Jean, qui suit ;

    2° Perrine, dame de Marcein et de Moutonnet, mariée en 1427 à Thibault de Malor, décédé en 1479, (voyez le chapitre consacré à Marcein)

    3° Olivier, seigneur du Gage et de Carec, lieutenant du sire de Chateauneuf, capitaine de Fougères en 1430 et 1434, commandant en 1531 de 25 hommes d'armes, et quinze de trait au siège de Pouancé, fut dépêché en 1437 à Fougère par le du Jean V pour chercher Pierre Le Porc, chambellan de Pierre II en 1451, chevalier de l'hermine le 8 janvier 1453, avec attribution de nouvelles armoiries : émanché d'or et de gueules de six pièces ; épousa sa cousine Gilette Le Vayer, fille de Bonabes Le Vayer, et de Philipotte de Montboucher, d'où descendance établie en l’évêché de Dol, éteinte en 1785, (voyez les preuves fournies lors des reformations de noblesse enregistrées à Rennes le 26 juillet 1669). 

    III° Jean de Cleuz, écuyer, seigneur de Cleuz, puis de Cleuz-Coyau, et de Moutonnet, fit montre de noblesse en 1436,  mentionné comme gentilhomme de la ville de Guérande, en le frairie de Saillé, gentilhomme de la cour ducale, reçu pour étrennes le 1er janvier 1433 une paire de lunettes d'or dont les verres étaient en beryl, maître d’hôtel de la duchesse Ysabeau d’Ecosse en 1457, démembra sa seigneurie de Cleuz et en céda une partie à Jean de Muzillac, chevalier, seigneur de Trévailly, capitaine de Guérande, il fit aussi l'aveu de la seigneurie de La Motte-Allemand au nom de Nicolas de Volvire ; d'où :

    IV° Martin de Cleuz, écuyer, seigneur de Cleuz, époux de Guyonne Le Moël, qui veuve fit aveu en 1511, d'où : 

    V° Jean de Cleuz, écuyer, fut enfant de la chambre du duc, seigneur de Cleuz-Coyau, puis seigneur seul de Cleuz en 1457, en vertu du décès sans héritier de Jean II de Muzillac ; reçu pour son mariage, avec Perrine Gaultier,  le 14 août 1433 un don de 333 livres de la part du duc, reçu encore le 1er janvier 1445 pour ses étrennes une coupe d'argent de trois marcs, et son épouse reçu " un texue de couleur long ô les garnitures dorées " (Don Morice) ; d'où postérité non connue...

     

    On retrouve la lignée avec :

    I° Guillaume, seigneur de Cleuz, qui redémembra la seigneurie de Cleuz, époux d'Anne de Cleuz qui veuve fit aveu en 1581, d'où :

    II° Pierre, seigneur de Cleuz, qui rendit aveu pour la seigneurie en 1598 à Guérande (A.D.44, B 212-1.111 – H 95.), Capitaine du duc de Mercoeur, il s'empara du château de Careil à Guerande le 11 mai 1589, jour de l'Ascension, et le pilla avec ses hommes, '' emportant jusqu'au lard ''.  Il vendit le seigneurie de Cleuz-le-Propre à François Proust et celle de Cleuz-Coyau à Aubin de Rochereul.

     

     

    Sans titre-1.jpgFamille Muzillac de Trévazillac

    Famille d'ancienne extraction maintenue durant la réformation de 1669 

     

    De gueules au léopard lionné d'hermine.

     

     

    I° Jean I de Muzillac, chevalier, seigneur de Trévailly, devint seigneur de Cleuz-le-Propre, sur démembrement de la seigneurie de Cleuz par Jean de Cleuz, seigneur de de Cleuz, décéda en 1449 ; père de :

    II° Jean II de Muzillac, chevalier, seigneur de Trévailly et de Cleuz-le-Propre, capitaine de Guérande, assista à la tête d'une troupe de 200 guérandais à la prise de Bordeaux, maître d’hôtel de la duchesse Ysabeau d’Ecosse en 1457, à sa mort la seigneurie retourna au patrimoine de la famille de Cleuz.

     


    Famille Proust

    Famille anoblie en la personne de Julien Proust, maire de Nantes en 1693.

    D'azur à la tête d'aigle arrachée d'or. 

    pornichet,cleuz,saint-nazaire, proust

     (Armorial général de 1696)

     

    I° François Proust, seigneur du Port-la-Vigne et de Cleuz-le-Propre par achat à Pierre de Cleuz, marié le 16 février 1632 à Nantes avec Marie Loriot, baptisée à Nantes le 2 février 1598, fille de Jehan Loriot, sieur du Fief et de La Houssinière, et d'Yzabeau Daragon, qui veuve fit aveu en 1660, d'où :

    II° Pierre Proust (Nantes 23 octobre 1638 – Bourguenais 4 aout 1669), époux d'Anne-Claude de Ruays, fille de Julien de Ruays, écuyer, et de Marguerite Botherel, (veuve elle se remaria avec Joseph Péraud de La Nicolière), d'où :

    1° Julien-Joseph, qui suit ;

    2° Jeanne, née à Bourguenais le 31 octobre 1666, baptisée le 31 octobre 1667 à Bourguenais ;

    3° Marie-Anne, (Bourguenais 2 avril 1670 – Bourguenais 7 avril 1670).

    III° Julien-Joseph Proust, (Bouguenais 10 août 1665 – Rennes 26 mai 1715), seigneur du Port-la-Vigne et de Cleuz-le-Propre qu'il vendit en 1681 à Georges de Rochereul, après en avoir démembré la seigneurie de Cleuz-Siriac, vendu à la même date à Louise de Kerpoisson ; conseiller du Roi, maire perpétuel de Nantes de 1693 à sa mort, élection qui lui apporta la qualité nobiliaire, fit enregistrer ses armoiries à l'armorial général en octobre 1697, marié à Nantes le 21 aout 1665 avec Marie-Bonne Letourneulx, (1673-1749)

     
     

    pornichet,cleuz,saint-nazaireFamille de Rochereul
     
     
    Famille bourgeoise déboutée de noblesse à Guérande en 1669
     
     
    D'azur au rocher d'argent, accompagné de huit yeux en orles.
     
     
    I° Georges Rochereul de Cleuz, né à Guérande le 8 juin 1627, baptisé le 13, enterré le 27 avril 1688 à Guérande, seigneur du Plessis-Giffard, de Cleuz-Coyau, et de Cleuz-le-Propre par achat à Julien Proust ; il était conseiller du Roi, et procureur au siège royal de Guérande, ces charges lui permirent d'assumer le titre d'écuyer, mais ne lui procura cependant pas la noblesse, ni à ses héritiers, ainsi il fut débouté de noblesse en 1669 lors du recensement de Guérande ; époux de Catherine Huré, d'où : 

    1° René, baptisé à Guérande le 7 septembre 1655

    2° Jeanne, dame de Cleux, baptisée à Guérande le 6 février 1659, mariée le 5 février 1687 à Guérande avec René Begaud, sieur de Kervoyer ; 

    3° Catherine, baptisée à Guérande le 27 juin 1660, inhumée le 3 juillet 1667 ;

    4° Georges, né à Guérande le 24 avril 1661, baptisé le 31 mai, inhumé le 4 juin ;

    5° Marie, baptisée à Guérande le 22 août 1662, inhumée le 24 août ;

    6° Georges, écuyer, seigneur de Promarzin et de Cleuz-Coyau, né le 12 novembre 1664, décédé le 18 août 1738, inhumé le 19 août en l'église Saint-Jean de Guérande, conseiller du Roi, procureur au siège royal de Guérande, marié le 21 mai 1697 à Nantes avec Françoise Moriceau, fille de François Moriceau, sieur de La Halquinière, et de Catherine Loquet, d'où postérité branche de Promarzin ;

    7° Jean, seigneur du Plessis-Giffard, né le 20 juin 1666, ondoyé à la naissance, baptisé à Saint-Nazaire le 15 août 1668, inhumé à Guérande le 20 novembre 1684 ;

    8° Charles, baptisé à Guérande le 11 mai 1672, inhumé le 10 juin ;

    Rodolphe-Philippe Rochereul, dit Raoul-Philippe, seigneur de de Cleuz-Coyau, baptisé à Guérande le 9 juin 1676, inhumé à Guérande en l'église Saint-Jean e 29 janvier 1722, capitaine d'une compagnie bourgeoise, époux de Genevieve Fouquer, d'où  postérité ;

    10° Angélique, dame du Plessis-Giffard et de La Cour de Béac, et de Cleuz-le-Propre, décédée en son manoire du Plessis-Giffard, inhumée dans le choeur de l'église de Saint-Nazaire le 4 juin 1754, épouse de Julien Le Pourceau de Rollivaud, écuyer, seigneur de Rollivaud  ; ;

    11° Marthe,  baptisée à Guérande le 24 juin 1677, mariée le 18 février 1710 avec Michel Roger, conseiller du Roi, raporteur du point d'honneur en la Sénéchaussée de Guérande ;

    12° Marie,  baptisée à Guérande le 11 août 1679.

     
     
     
    pornichet,cleuz,saint-nazaireLe Pourceau de Rolivault
     
    Famille anoblie en 1436, maintenue noble d'extraction lors de la réformation de noblesse par arrêt du 3 juillet 1669, 5 générations, recensement de Guérande (Bibliothèque Municipale de Rennes, Ms. 504 et 505).
     
     
    D'azur à trois dauphins couronnés d'argent, accompagnés d'une étoile du même en cœur. 
      
     
    I° Julien Le Pourceau, écuyer, seigneur de Rolivault, marié : 1° le 30 janvier 1663 au Croisic à Janne Coquard de Kerougas, (1643-1711), fille de Thomas Coquard de Kerougas, et de Marie Le Mauguen ; 2° Angélique de Rochereul de Cleuz, dame de Cleuz-le-Propre, du Plessis-Giffard, et de la Cour de Béac, décédée en 1754, fille de Georges Rochereul de Cleuz, écuyer, seigneur de Cleuz, et du Plessis-Giffard, conseiller du Roi, procureur au siège royal de Guérande, et de Catherine Huré ; d'où :
    du premier lit :
    1° René, né en 1676 ;
    2° Pierre, né en 1677 ;
    3° Jeanne, ne 1679 ;
    4° Thomas, marié le 29 mars 1718 avec René Bagot ; 
    5° Jean, marié ; 1° Marie Bernard ; 2° à Baltz-sur-Mer le 12 janvier 1692 avec Suzane Quélas, d'où postérité ;
    du second lit :
    6° Renée-Jeanne, baptisée à Saint-Nazaire le 19 mars 1716, décédée le 25 juin 1716 à la Ville-Allain ;
    7° Julien-François-René, baptisé le 17 juillet 1717 ;
    8° Rosalie-Marguerite, baptisée le 23 aout 1718 ;
    9° Jean, baptisé le 4 octobre 1719 ;
    10° Jeanne, dame de Cleuz-le-Propre, (vendu Jean-Baptiste-Elie Camus de  Pontcarré, co-vicomte de Saint-Nazaire), du Plessis-Giffard, et de la Cour de Béac (vendus à Jean-Sébastien de La Haye de Silz) et d'un fief nommé fief du Pourceau, (vendu vers 1780 à François Le Chauff de Kerguennec, maire de Guérande en 1789-1790, ce fief constitue par la suite la métairie de Cleuz dont hérite des Le Chauf Joseph-Aimé comte de Bruc d'Esdrieux qui en est propriétaire en 1850), baptisée le 21 octobre 1722, épouse de Pierre Geoffroy d'Entrechaux, chevalier, colonel d'infanterie, gouverneur de Port-Louis (1) ;
    11° Marie, baptisée le 29 mai 1724.
     
     
    Devenue propriété de la famille Camus de Pontcarré, la seigneurie est déclarée domaine nationale le 27 octobre 1794. En 1850 les ruines est faussés du château sont propriétés de monsieur Picard.
     
     
     
    (1) Issu d'une famille bourgeoise de Toulon, il fut anobli par le service. Geoffroy d'Entrechaux : Parti ; au 1° d'or à l'aigle de sable ; au 2° de sinople au lévrier rampant d'argent ; au chef général d'azur, chargé de trois étoiles d'or.