Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Alphonse Pinguet

  • Alphonse Pinguet

    Les halles de Méan sont l’un des rares exemples de l’architecture municipale de la ville datant du 19ème siècle. Si les Nazairiens connaissent le site, Alphonse Pinguet, l’architecte qui les réalisa, demeure encore inconnu de la population. Voici quelques éléments biographiques :

     

    pinguet,alphonse,saint-nazaire,porcé,bord,gustave,alcide,halls,mean,penhoet,architecte

    Les Halles en 1865 (L'Illustration 15 avril 1865).

     

    pinguet,alphonse,saint-nazaire,porcé,bord,gustave,alcide,halls,mean,penhoet,architecte

    Les halles de Méan-Penhoët © Ville de Saint-Nazaire

     

    François-Alphonse Pinguet, dit Alphonse Pinguet, est né à Saint-Benoit-du-Sault 16 décembre 1832, de Jean Pinguet, né en 1805, perruquier, et d’Adélaïde Saller.

    Il fut d’abord professeur de langues à Montmartre, mais ayant rencontré une nantaise, Marie-Constance-Emma Jaudeau, née le 13 décembre 1822, rentière, veuve de Louis-Emile de La Guérandière, il l’épousa à Nantes le 20 octobre 1856, et s’établit en cette ville comme architecte en 1857, et y fit venir sa mère alors veuve. De son union naquirent : Anthime, décédés le 31 décembre 1866, enterré au cimetière de La Briandais ; et François-Joseph, né à Nantes le 2 janvier 1863.

    Il commença à répondre à quelques commandes à Saint-Nazaire et fut rapidement remarqué par l’ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées, Paul Leferme. Il retrouva à Saint-Nazaire l’ingénieur entrepreneur Alcide Bord[1], natif comme lui du Berry. Alcide, qui participait aux travaux du port, et avait acquis pour spéculation la métairie de La Vacquerie et le vallon de Porcé, lui commanda la réalisation de plusieurs villas sur ce site. Ainsi, furent construis en 1858 les villas Les Glycines, Les Camélias, Les Acacias, toujours subsistantes à Porcé, et le château des Charmilles avec ses dépendances, dont il reste les ruines du château et la maison de plage, dite depuis villa les mouettes, dont la restauration va être entreprise par la municipalité. Il est intéressant ici de noter que ces demeures furent réalisées avec des matériaux préfabriques, (carreaux de ciments, briques, etc.), avec l’incorporation pour poutres de fer et de colonnes de fonte, avec des extensions ou dépendances sans fondations, mais simplement posées sur des bordures de granites, sur lesquelles reposent une structure en bois, entre les poutres desquelles sont assemblées des briques. C’est le cas pour les deux ailes encadrant la maison de plage du Château des Charmilles, mais aussi sur des annexes disparues : la menuiserie, les écuries, et le pavillon du gardien. Ce genre de méthodes de construction rapides et peu onéreuses ont été réfléchies par Viollet-le-Duc.

     

    pinguet,alphonse,saint-nazaire,porcé,bord,gustave,alcide,halls,mean,penhoet,architecte

    Le pavillon de plage du château des Charmilles à Porcé en 1905

     

    Alphonse Pinguet devint architecte-voyer de la ville en avril 1866, ce qui le rendit auteur des dessins des égouts de la ville, et l’incita à quitter Nantes pour venir s’établir rue de L’Hôtel de Ville avec sa famille. Il fut chargé de l’édification de nombreuses demeures et immeubles en ville, essentiellement autour de la place Marceau, dont certains pour le comte de l’ancien ministre de la Guerre, Alphonse Henri d'Hautpoul, qui spécula lui aussi à Saint-Nazaire. ces chantiers lui permirent de réaliser les premières fouilles et observations archéologiques nazairiennes. La ville lui fit la commande en 1875 de plans pour la transformation de l’ancienne minoterie en un théâtre de 700 place. Les plans furent exposés à la librairie Blanchet, où les Nazairiens se percèrent, la ville voulait créer une société par actions afin de mener à bien le projet, mais se montra incapable de le faire. Le théâtre ne vit pas le jour. En 1877, la municipalité lui fit la commande des Halles en 1877. Le bâtiment en fonte, est construit suivant la même méthode que les annexe précédemment mentionnées, la fonte remplaçant le bois, ce qui permet le transport sur un autre site de cette structure, en 1936, depuis le centre-ville jusqu’à son empalment actuel à Méan-Penhoët.

    Entre autres commandes notables, citons : la chapelle funéraire de la famille Bord ainsi que celle de la famille Delzieu, et quelques autres au cimetière de la Briandais, l'école (de garçons) de Saillé en 1882, toujours existante, et qui a conservé son aspect originel[2].

     

    pinguet,alphonse,saint-nazaire,porcé,bord,gustave,alcide,halls,mean,penhoet,architecte

    Plaque sur la chapelle Delzieux

     

     

    On lui confia le commandement des sapeurs pompiers de Saint-Nazaire, et il s'illustra particulièrement durant dans la nuit du 3 au 4 avril 1868 durant l’incendie dans le Port du paquebot La Floride, et avait organisé en 1870 un service d’ambulance à Saint-Nazaire. En 1875 il fut le sous directeur de section locale des Hospitaliers Sauveteurs Breton. Il reçut le vénéralat de la Loge l'Etoile des Deux-Monde vers 1872.

    Il fit parti de la commission chargée de trouver un local pour les cholériques en novembre 1884, et en 1887, il fut chargé de l’édification des immeubles entre la vieille-ville et le bassin.

    Alphonse Pinguet était membre de la Société française pour la conservation des monuments historiques et réfuta quelques-unes des affirmations de Léon Maître en question d'archéologie (lui-même en conflit avec René de Kerviler) en s'appuyant sur les observations du sol nazairien qu'il avait pu faire durant ses chantier[3].

    Sa mort, soudaine, fut relatée dans Le Phare de la Loire du 9 janvier 1888 : « On nous écrit de Saint-Nazaire, le 7 janvier : Ce matin à onze heures, dans la rue de Pornichet, monsieur Alphonse Pinguet, architecte-voyer de la ville, était à faire tracer une tranchée avec son fils et le nouvel entrepreneur des travaux d’égouts, lorsqu’il s’affaissa sans prononcer une parole, On s’empressa autour de lui, mais en vain, et monsieur le docteur Griffon du Bellay[4], appelé en toute hâte, ne put que constater le décès. Monsieur Pinguet, âgé de 55 ans, souffrait depuis quelque temps d’une maladie de cœur. Monsieur Pinguet était un homme instruit et laborieux. Il sera généralement regretté. »

    Il fut enterré au cimetière de La Briandais, en présence du sous-préfet Planacassagne ; du secrétaire de sous-préfecture s Bousseau ; de René de Kerviler ; du docteur Griffon du Bellay ; du conservateur des hypothèques Trévédy ; de Henri Duval, président de la chambre de commerce ; de presque tout le corps municipal ; d’un détachement des sapeurs-pompiers ; de messieurs Simon et Breton, officiers du génie ; de l’inspecteur primaire Labeyrie, etc. Le maire de Saint-Nazaire, Fernand Gasnier, fit le discours au cimetière. Sa sépulture a été dessinée par lui.

     

    Durant la séance du Conseil municipal du 22 janvier 1888, on établit l’annonce pour la recherche d’un successeur à Alphonse Pinguet, avec un traitement de 5.000fr l’an. Le 26 octobre suivant, le Conseil vota un secours de 600 fr à sa veuve.

     

    Sa mère décéda le 30 décembre 1892 ; sa veuve mourut à Nantes le 12 septembre 1897 ; elles furent toutes deux inhumées avec lui au cimetière de la Briandais.

     

    pinguet,alphonse,saint-nazaire,porcé,bord,gustave,alcide,halls,mean,penhoet,architecte

     

     

     

    [1] A propos d’Alcide Bord et de Porcé : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/06/13/le-chateau-de-porce-a-saint-nazaire-premiere-partie.html

    [2] Relevé par la Région Pays de la Loire https://www.patrimoine.paysdelaloire.fr/linventaire/detail-notices/IA44003808/

    [3] Cf. Congrès archéologique de France : séances générales tenues à Nantes en 1886)

    [4] Biographie du docteur Marie-Théophile Griffon du Bellay : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/04/06/un-explorateur-a-saint-nazaire-6141851.html

  • Les Loges et temples maçonniques de Saint-Nazaire

    La première loge maçonnique de Saint-Nazaire se nommait L’Etoile des deux mondes. Elle fut constituée par des Nazairiens en novembre 1864 membre de la loge Mars et les Arts, de Nantes.

    Ces fondateurs étaient Jules Duval[1], directeur d’assurance, qui en fait le premier vénérable ; Gustave Boucard, négociant ; Alphonse Durand, négociant ; Foulon, de la compagnie des paquebots transatlantiques ; les frère Ernest et Francis Goy[2], capitaines, fils d’un ancien maire de Saint-Nazaire ;  Gaston Huette, dessinateur[3] ; Joys, marchand de matériaux ; Pierre-Pertieoz Loupy, médecin sur les paquebots de la Compagnie Générale Transatlantique, chevalier de la Légion d’Honneur[4] ; Pottier, mécanicien[5] ; et Evariste Quirouard, courtier maritime[6]. Ils furent rejoints par d’autres nazairiens membres de la loge nantaise Paix et Union : Philippe-Marie Brohan, peintre vitrier[7] ; Jacques-François Daguenet, horloger[8] ; Ficher, travaillant pour la Compagnie Général Transatlantiques ; Hoquet, propriétaire ; Louis-Napoléon Pierre dit Dumas, maître serrurier, hospitalier ; Ferdinand Perdriel, entrepreneur[9] ; Émile-Louis-Marie Rio, loueur de voitures[10] ; et Subra, négociant à Saint-Nazaire.

     

    Les frères ainsi réunis restèrent un temps, attachés à leurs loges nantaises, jusqu’à ce que le Grand Orient leur accordât Constitution. Et c’est finalement le 19 octobre 1865 qu’ils inaugurèrent leur temple situé rue de La Paix, sous les auspices de la loge Mars et les Arts. Ils étaient alors au nombre de 25 membres. En ce temps là les loges avaient une activité publique, elles organisaient des galas, des fêtes de bienfaisance, et étaient jumelé avec des clubs mondains. C’était le cas de celle de Saint-Nazaire dont le temps était accouplé à un Cercle où les hommes venaient jouer au billard, aux cartes, lire la presse, en sirotant fine et café, tous les jours et jusqu’à minuit. La Tenue avait lieu tous les mercredis.

    En 1866 le vénéralat fut confier à Monnier, Boulanger rue de l'Artillerie, qui devint conseiller municipal. Le nombre de frères était de 62 en 1867. La guerre de 1870 les dispersa. Le Cercle fut transformé en hôpital de 25 lits, une mauvaise gestion endetta la Loge. Le vénéralat fut confié à Alphonse Pinguet, l’architecte des Pont et chaussées collaborateur de Leferme, puis architecte-voyer de la ville, à qui Alcide Bord commanda les plan du lotissement de Porcé, et de son château.

     

    En 1874 le Sous-préfet de Saint-Nazaire, Balleidier, trouva les agissements politiques des frères gênants : les Francs-Maçons étaient réputés pour être des athées, ce qui émouvait les politiques alors en pleine crise de catholicités et de retours sur le trône d’Henri V, le petit-fils de Charles X, exilé en Autriche sous le nom de comte de Chambord[11]. Il est vrai que Pinguet, le vénérable de la loge de Saint-Nazaire, dans une lettre adressée le 7 aout 1871 au Journal la Vérité de Lausanne, appela à une union internationale des Frères en se détachant de la géopolitique, et surtout des religions, estimant qu’elles nuisaient à la Paix des peuples, et avait proposé une ouverture de ses travaux aux profanes (c'est-à-dire aux non-initiés mais intéressé à l’être).

    Le préfet demanda une liste des francs-maçons nazairiens, elle fut bien courte, en dehors de l’ancien vénérable Monnier, il repéra : Rio, le loueur de voiture déjà cité ; Camus, chaudronnier ; Couet, pâtissier ; Couëtoux, marchand de confections ; Denigot, relieur ; Ecary, menuisier ; Feuchard, président du Comité républicain ; Guillermite, cafetier ; Lebrun, artiste ; Leroy, maître d’hôtel ; Martin, marchand de toiles ; Texier, cordonnier ; Eugène Vincent, commerçant en grain ; Violon, chaudronnier ; Charles Vonce, charcutier ; Voyer, capitaine des Pompiers. Il fut donc oublié Pinguet, le vénérable d’alors, ; Vaché, son orateur ; Sorin, Sallebert et Pierre, qui en étaient officiers.

    À la fin de l’année 1874, la loge de Saint-Nazaire fut mise en sommeil.

     

    Obligé de poursuivre leurs travaux à Nantes, l’idée de récréer une loge nazairienne fut mise au débat en 1885. Une société provisoire fut fondée en 1886 sous le nom de Trait d’Union. Le Grand Orient accorda le 2 mars 1887 Constitution. La Loge se composait de 30 membres :  15 maçons, et 15 profanes, dont Aristide Briand, qui fit cependant son initiation à Nantes alors qu'il devait la faire initialement à Saint-Nazaire le 1er juillet 1887. Le 30 mai sous la présidence du vénérable de la Loge Paix et Union, assisté d’une délégation de 20 membres des loges Paix et Union et Libre Conscience, Adolphe Boulin, chef de matériel aux Ateliers et Chantiers de La Loire, fut installé vénérable. Le temple se trouvait alors au 45 rue de paris, au premier étage, à l'angle de la rue des Caboteurs ; il fut meublé grâce à la générosité des Frères de la loge Libre Conscience, et fut inauguré le 10 juillet 1887 par le pasteur Desmons, vice-président du Conseil de l’Ordre du Grand Orient. Il y eu la veille une fête organisé à destination des Nazairiens en la salle des fêtes du Grand-Hôtel, présidée par le maire Fernand Gasnier, et qui regroupa plus de 500 personnes. Ce fuent finalement 34 membres qui ouvrir les premiers travaux : Boulin ; Daguet, 1er surveillant ; Ponsin, 2ème surveillant ; Francis Goy, orateur ; Arhtur Hongniard, dessinateur, secrétaire ; Danais, expert ; Goupil, trésorier ; P. Dumas ; Paulin Calimaque (1829-1903) maître charpentier devenu entrepreneur, candidat malheureux aux municipales de mai 1888, maître de cérémonie ; Vergne, couvreur ; Deslins ; Renouf ; Chameroy ; Dumoulin ; Chenu ; Léon Bauduin ; Nolau ; Giraudet ; Bergman ; Charvet ; Wallet ; Houisse ; Gérard ; Bomal ; Choisnel ; Pierre Gouault ; Lemarié ; Riché ; Martineuq ; Galigné ; Bredoux ; Gaborit ; Callo ; Poulard.

     

    Les relation avec les Nazairiens n'étaient pas toujours simple. Le 9 novembre 1892 les Francs-maçons de Saint-Nazaire se plaignirent au Grand-Orient : « Les maçons sont en buttes aux aménités des journaux cléricaux et les syndicats ouvriers nous voient d’un mauvais œil. Quand aux républicains, ni de près ni de loin, ils ne veulent de contacts avec nous. L’administration est contre nous. Nos rangs s’éclaircissent chaque jour. »

    Le 13 juillet 1897, dans une autre lettre adressée au Grand-Orient : «  La Respectable Loge Le Trait d’Union, avprès avoir délibéré, reconnaissant que la présence des Abbés André, vicaire de Saint-Gohard de Saint-Nazaire et Texier, desservant de la paroisse Saint-Gohard est funeste à la République en raison de la grande influence qu’exercent ces deux prêtres sur les directeurs des Forges de Trignac, Chantiers de la Loire et la Compagnie Transatlantique, influence dont ils usent et abusent pour éliminer des Chantiers tous les ouvriers désignés ou simplement soupçonnés d’être libres-penseurs ou seulement républicains. […] demandons instamment au frère Brisson, président du Conseil et ministre des Cultes, d’exiger de Monseigneur l’évêque de Nantes, le déplacement du desservent Texier et du vicaire André. »

     

    Le 30 août 1899, le Conseil Génral de la Loire-Inférieur tenta de faire interdire la franc-maçonnerie en adressant un " vœux " au Gouvernement. Ce " vœux " était noyé dans une longue liste d'autres, qui allaient de la demande de prolongement de la ligne de train de Saint-Nazaire jusqu'au Croisic et à Chateaubriand, à un concours de poulain et de pouliche et du repos dominicale... les signataires étaient tous des élus catholiques, membres de la noblesse et riches propriétaires terriens.

     

    Le 10 février 1919 les francs-maçons étasuniens cantonnés à Saint-Nazaire organisèrent une cérémonie avant leur départ dans le nouveau temple du trait d'Union installé rue de Villès-Martin. Les Maçons nazairiens offrirent alors un drapeaux tricolore chargé d'inscriptions commémoratives à leurs frères étasuniens. Ce drapeau fut après la Seconde-guerre-mondiale remis à la Loge de Saint-Nazaire.

     

    Les vénérables se succédèrent :

    Boulin de 1887 à 1889 ; Arthur Hongmiard, de 1890  à 1896, (avec un intermède en 1891 assuré par Louis-Napoléon Pierre dit Dumas)  ; Emile Lenevé, dessinateur, de 1897 à 1898, élu au bout de trois tours, avec 4 voix car seulement 9 votants, il fut en conflit permanent avec son prédécesseur, entraînant la mise à l’écart des frères de troisième grade, ce qui incita une partie des membre à demander la mise en sommeil de la Loge en 1898 ; Louis-Napoléon Pierre dit Dumas en janvier 1899, provisoirement suite au refus du Grand-Orient de le reconnaître élu vénérable, (l'Atelier comportait alors 23 membres) ; Louis Dumas, entrepreneur, 1899 à 1900 ; Constant Perron, agent général d'assurance, (maître en octobre 1897), en 1901 ; Louis Pinard, maître d’hôtel navigateur de 1902 à 1904 ; François Gamichon de 1905 à 1910 ; Merlhe de 1911 à 1919 ; Céléstin Godard, professeur, de 1919 à 1925 ; Brachet, de 1925 à 1926…

     

    En mai 1925, Henri Gautier, initier à la loge de Saint-Nazaire le 21 juillet 1905, entra au Conseil municipal. le nouveau maire, François Blancho, fut initié en juillet 1925, (il aurait démissionné de la Franc-Maçonnerie en 1928, mais dans l'état actuelle de nos recherche nous n'avons trouvé aucun document qui l'atteste, et ses amitiés proches, surtout après la Libération, étaient avec des initiés, d'autant que son beau-frère Robert Leroux, secrétaire de la mairie, était à la Loge, tout comme son mentor, Bernard Escurat, son adjoint, et maire provisoire entre les 18 juillet et 16 septembre 1941).

    En 1935 la Loge organisa la colonie de vacance La Clarté pour les enfants de maçons qui séjournait dans les locaux du collège Aristide Briand.

     

    Avec l’invasion allemand et les lois du régime de Pétain, les francs-maçons se cachèrent, mais nombre furent dénoncés entre août 1941 et septembre 1942. Parmi ceux du Trait d'Union, ce fut le cas de : Bernard Escurat, Instituteur retraité, (il fut celui de François Blancho), initié à Nantes à la loge Paix et Union, conseiller municipale à Saint-Nazaire, maire provisoire entre les 18 juillet et 16 septembre 1941, qui fut déclaré démissionnaire d’office de ses fonctions le 16 octobre 1941 par Pierre Pucheu le ministre de l'Intérieur du Gouvernement de Vichy ; Célestin-Marie Godard, professeur d’anglais à l’école Deshoullères, ancien vénérable de la Loge ; William-René Clavier, agent d’affaire ; Maxime-Louis Gamichon, capitaine des pompiers et rentier ; Antoine-Hippolyte Le Gat, officier mécanicien navigateur ;  Henri-Albert Liegeois, receveur de 3e classe ; Georges Lamarre, commissaire de bord du paquebot Pérou de la Compagnie Général Transatlantique ; Francis Montfort, pharmacien ; Lucien-René Jaffre, professeur à l’École pratique ; Félix-Edmond-Léonce Cazalets, professeur de mécanique et électricité à l’École pratique ; Alexandre Patrice, comptable ; Georges-Joseph Houssay, archiviste économe de la mairie ; Adrien Sebon, professeur à l’école Michelet ; Léon-Eugène-Jacques Charrier, commis des postes et télégraphes ; Berynot professeur au collège ; Albert-Philippe Garnier, commissaire de police à Saint-Marc ; André-Henri Allaire, commissaire des douanes du Cadre de l’A.O.F .A. fut déclaré ayant souscrit une fausse déclaration 3 juillet 1942 ; William-René Clairer, fondé de pouvoir en cabinet d’affaires ; Charles Michel, garagiste rue de la Gare ; Edgar-Ludovic Pigeaud, ingénieur direction des Travaux maritime, (initié à Nantes) ; Gaston-Paul Le Berre, déclaré comme ayant fait fausse déclaration 27 février 1943, directeur d’école à Saint-Brévin. A cette liste il faut ajouter : Auguste-Émile-Marie Guyonnet, directeur de l’école Victor-Hugo, membre de la loge Réveil vendéen, (grand-Orient) ; et Sanchot, professeur d’anglais au collège Aristide Briand à SN, de la loge La solidarité Nantaise (Grande Loge de France). Ainsi que des initié du Trait d'Union partis dans d'autres villes : Edouard-Charles-Jacques Régnier, commissaire de Police à Lorient, auparavant commissaire à Saint-Nazaire, passé à la loge Nature et Philanthropie de Lorient ; et Francis Le Bris, inspecteur primaire à Calais initié passé à la Loge Indépendance et progrès de Calais.

    Le temple fut fermé, puis bientôt pillé et endommagé par les bombes. Avec l’élargissement de la rue de Villès-Martin, les restes du temps furent rasés, et l’on se décida à en construire un nouveau, plus petit, sous la forme d’une maison individuelle avec jardin, dans l’îlot urbain à l’arrière de l’emplacement du temps initial au 20 de la rue François Rude. Sa construction nécessita la sollicitation des frères dispersé par les bombardements et les persécutions. Ce fut son vénérable, Henri Allanet, économe de l’hôpital de Saint-Nazaire, à qui l’on doit le maintien durant la guerre des structures médicales de Saint-Nazaire, le rétablissement d’un hôpital à Saint-Nazaire à la Libération, et la reconstruction de l’hôpital de Saint-Nazaire, qui lança une souscription pour la reconstruction du temple. Les Frères, après avoir logé leurs réunions à la Libération à l'Hotel Familly de La Baule, (locaux occupées par la marie de Saint-Nazaire), puis dans la maison d'un frère réfugié à Pornichet en juillet 1946, la maison d'un autre à la Baule, puis l'arrière-salle d'un cafetier nazairien, se réunissaient alors provisoirement au 68 de la rue de Pornichet, (maison toujours existante), avant de ce décider à accepter le prêt de locaux à Nantes jusqu'en 1954. (notons ici qu'en 1949, Henti Allanet publia sous le pseudonyme de Henri Librec, une historiographie de la franc-maçonnerie en Loire-Inférieure, allant de 1744 à 1948, avec autorisation, et préface par Dumesnil de Gramont, grand-maitre d'honneur du Grand-Orient, fascicule initialement destiné aux seuls maçons). 

     

    letr7498624_n.jpg

    Lettre de Henri Allanet, remerciement un frère donateur de 1000 fr

    à la souscription lancée pour la reconstruction du Temple en juillet 1953.

     

    La première pierre du nouveau Temple fut posée le 26 avril 1953, et il fut inauguré le 27 juin 1954, sous la présidence de Francis Viaud, (né à Montoir le 24 juillet 1899), Grand Maître du Grand Orient de France. S'il est modeste, petit même, comme le bâtiment qui l’abrite, et réalisé avec des matériaux simples ; que la qualité de réalisation et l’aspect du mobilier surprend par comparaison à d’autres Loges, soulignons que Henri Allianet sollicita pour le décor du parvis du temple et sa voute, le peintre nazairien Emile Guillaume[12], ancien membre du Groupe Artistique de Saint-Nazaire puis du Groupe de Indépendants et associé à l’Unvaniezh ar Seiz Breur, qui fut aussi professeur aux Beaux-Arts de Saint-Nazaire après-guerre. Ces peintures furent visibles du publique durant les journées du Patrimoine de 2017.

     

    loge-saint-nazaire 

    Fresques du parvis

     

    temple-maconnique-saint-nazaire-le-temple-maconnique.jpg

    Le Temple

     

    saint-nazaire-francmac1.jpg

    Un tablier maçonnique de la collection de la Loge de Saint-Nazaire.

     

    Ajoutons qu'en 1930 il y eu la tentative de créer à Saint-Nazaire un loge d’obédience mixte  du Droit Humain. Cela ne se concrétisa pas. Il fallut attendre que la nazairienne Madeleine Bernier, (initiée en 1935 au Trait d'Union, pourtant strictement masculin, à la demande du vénérable de la Loge nantaise du Droit Humain), fit aboutir ce projet en 1966. Nommée Loge des Deux Mondes, l'allumage officiel de ses feux eut lieu le 15 octobre 1967.

     

    Le 12 novembre 1993, la Loge Sel et Tourbe, dépendant de la Grande Loge Nationale Française, alluma ses feux avec une vingtaine de frères.

     

    Le 5 février 1992, ce fut la loge La Navicula, rattachée à la Grande Loge Féminine de France qui alluma ses feux à Saint-Nazaire, avec une vingtaine de sœurs.

     

    [1] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/08/01/notes-du-la-famille-duval.html

    [2] http://saint-nazaire.hautetfort.com/famille-goy/

    [3] Né à Nantes le 13 août 1847, il habitait au 4 rue Villes-Martin à Saint-Nazaire. Il s’y maria le 23 avril 1881 avec Marie Louise Querreaux, fille d’un pilote lamaneur.

    [4] Né le 9 septembre 1834 à Saint Denis de la Réunion, décédé le 7 octobre 1899 à Saint-Renan ; il épousa à Saint-Nazaire le 10 décembre 1870 Maria Augustine Brochard, native du Morbihan, qui lui avait déjà donné deux fils hors mariage à Saint-Nazaire dès 1867, mais qu’il reconnue à chaque fois pour siens. Après la naissance d’un troisième fils à Saint-Nazaire, le couple parti en Nouvelle-Calédonie en 1874, où naquit un quatrième fils. Établis finalement à Saint-Renan en 1885, ils y eurent une fille.

    [5] Il habitait rue du Bois-Savary.

    [6] Né le 30 août 1831 à Paimboeuf, décédé le 18 juillet 1909 à Saint-Nazaire ; marié le 1er septembre 1864 à Nantes avec Marie Amélie Pusterle de Cidrac, (1841-1893).

    [7] Né le 1er septembre 1812 à Paimboeuf, décédé le 25 mars 1887 à Saint-Nazaire, époux de Thérèse-Rosalie Juguin.

    [8] Né le 14 mai 1827 à Saint-Calais, marié le 22 novembre 1879 à Saint-Nazaire avec Marie Prudence Lefeuvre, sage-femme.

    [9] Membre d’une famille d’architectes nantais, il était domicilié alors à l’hôtel de La Croix-Verte à Saint-Nazaire, situé derrière la batterie du Port.

    [10] Né à Guérande en 1828, où il avait débuté son activité, son fils Émile-Louis-Marie repris son entreprise après sa mort.

    [11] Rappelons ici que l’historien nazairien Gustave Bord, anti-maçon acharné, ancien représentant du comte de Chambord en Bretagne, sera persuadé que le comte de Chambord était mort d’avoir ingurgité de la poudre de diamant incorporée dans sa nourriture par une main guidée par un complot maçonnique ! (voir : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/06/13/le-chateau-de-porce-a-saint-nazaire-premiere-partie.html )

    [12] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2018/07/30/le-groupe-artistique-de-saint-nazaire-et-le-groupe-de-indepe-6069504.html