Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dolu

  • Une maison de capitaine

    Touring club de France, association de cyclotourisme, comporte dans ses collections photographiques quelques vues de Saint-Nazaire. Certains d’entre elles concernent une maison autrefois située au 50 boulevard de l’Océan, (actuel 42 boulevard Wilson, remplacé par l’immeuble Palazzo San Marco). Ces vues de 1910 ne sont pas accompagnées de texte. Une enquête dans les matrices du cadastre nous apprend qu’il s’agit de la résidence de la veuve du capitaine au long cours Charles-Edmond Dolu, née Justine-Aimée Libaud.

     

    Dolu, Belém, Saint-Nazaire, Libaud, Capitaine, Long, court,

    thumbnail_image005.jpg

     

    Née le 26 mai 1850 à Pornic, Justine-Aimée Libaud, était la fille d’un marin devenu gréeur à Saint-Nazaire. Elle était déjà âgée de 28ans, et possédait une rente qui la dispensait de travailler, quand elle épousa à Saint-Nazaire le 17 juillet 1878, le capitaine au long cours Charles-Edmond Dolu, (Paimbœuf 21 novembre 1843 - 16 octobre 1899 Saint-Nazaire), domicilié à Paimbœuf veuf avec deux enfants[1]. Charles-Edmond Dolu était fils de capitaine, et avait commencé sa carrière en s’engageant 1862. Il parcouru la méditerranées, allant jusqu’à Constantinople, (aujourd’hui İstanbul), mais notre histoire portuaire a surtout retenu qu’il fut capitaine du Belem, durant trois campagnes, entre la fin de l’année 1897 et mai 1899.

     

    dolu,belém,saint-nazaire,libaud,capitaine,long,court

    L’une des photographies de la salle à manger, donnant sur le boulevard, nous révèle que de Constantinople, Charles-Edmond avait rapporté une aiguière et son bassin, que nous voyons sur la table de style " Henri II ", avec ses chaises garnies de cuir, sous un lustre électrifié, et un kilim remployé comme portière devant une porte qui donne sur le couloir. Un piano, et un pupitre portant une partition, nous confirme que sa veuve donnait des cours de musiques. Au-dessus, sur le mur, deux éventails que leur feston de dentèles et les scènes peintes qui les décorent nous permet de dire andalous, sont surmontés d’un plateau de cuivre ottoman.

     

    dolu,belém,saint-nazaire,libaud,capitaine,long,court

    Une photographie du salon montre un fauteuil de style Directoire, avec une bibliothèque vitrée Louis XV ouverte, dans laquelle sont exposée des dentelles anciennes et des coiffes, dont deux posées sur des marottes de papier-mâché. On distingue, de gauche à droite, deux coiffes de Paimboeuf, et deux autre de Pornic. Une autre, placée sur une boule de perruquier, elle-même posée sur une chaise d’angle, est une coiffe de mariée de Pornic des années 1850.

     

    Justine-Aimée Libaud-Dolu décéda chez la fille de son époux, à Nantes, le 24 mars 1939.

     

     

     

    [1] Il avait épousé en premières noces Marie Françoise Gautier, (Paimbœuf, 1er juillet 1851 - 4 juin 1876 Paimbœuf), dont il avait eu :

    1° Charles-Albert-Marie, (Paimbœuf 5 novembre 1872 - 5 mars 1934 Nantes), capitaine au long cours, d’où postérité ;

    2° Marie-Hermance-Charlotte, (Paimboeuf 8 avril 1876 - 23 octobre 1958 Nantes), d’où postérité.