Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

villes-martin

  • La Croix de Ville-ès-Martin, ou Croix du Bon Accueil

    croix,saint-nazaire,villes-martin,ville-ès-martin,bon-acceuil,calvaire,rue-semblat,rue-des-pinçons

    A la fin du 19ème siècle, les habitants et résidents de La Ville-ès-Martin, firent édifier une croix à la croisée des chemins à laquelle on arrivait en venant de la ville. A l’époque, La Ville-ès-Martin n’était accessible que parce qui est actuellement la rue Marcel Sembat. Cette croix était en fonte, placée sur un piédestal en maçonnerie.

    Un soir de 1926, des ivrognes voulurent escalader le monument et brisèrent la croix. Les habitants s’en émurent, voulurent la remplacer, mais n'arrivèrent pas à se mettre d'accord. La veuve du docteur Sallebert[1], née Amélie-Jeanne-Marie Daguzan, (Nantes 23 août 1868 -1964 Nantes)[2] ; et messieurs Laurent, droguiste ; Félix-Pierre-Émile Keruel, (Le Havre11 janvier 1882 - 7 janvier 1975 Nantes ; inhumé au cimetière de La Briandais), président de la Chambre de Commerce de Saint-Nazaire ; et Henri-Joseph-Alfred Gustin-Stoll, (Saint-Nazaire le 6 octobre 1860 -  11 février 1935 Nantes ; enterré au cimetière de La Briandais), négocient, consul de Belgique à Saint-Nazaire, cousin de madame Sallebert, sollicitèrent le chanoine Donatien Joalland, curé principal de Saint-Nazaire, afin qu’ils les aida à remplacer cette croix et a mettre tout le monde d'accord. Le chanoine se souvint qu’il avait dans le grenier de la salle de catéchisme une croix en fer forgé, qui sommait autrefois le clocher de de l’ancienne église paroissiale, démolie en 1896[3]. En effet, à la destruction de cet édifice, tous les objets de fer qui en furent tirés furent achetés par monsieur Verdier, commerçant en ferraille, rue du Prieuré. La croix du clocher se trouva comprise dans le lot. Il conduisit le tout dans son magasin. Une vingtaine d’année plus tard, il vendit ces ferrailles et y trouva la croix. Ne voulant pas la livrée à son acheteur, mais il vint trouver le curé de la nouvelle église, le chanoine Donatien Joalland, pour me demander s’il lui serait agréable de la reprendre. Verdier avait fait sa première communion en l'ancienne église à l’ombre de cette croix, et il lui répugnait de la vendre comme un objet profane. Le Chanoine accepta son offre et verdier s’empressa de me la faire apporter. Mais le pied de la croix était tordu et déformé, les bras n’étaient plus droits, deux volutes qui en ornaient les angles étaient détachées. Le Chanoine fit réparer le tout par monsieur Fonteneau père, serrurier près de la nouvelle-église. Il accepta ce travail avec grande joie, il ne voulut pas être rétribué.  Le Chanoine manquant de place au presbytère, Fonteneau consentit à la garder au moins trois ou quatre ans dans son atelier. Mais après sa mort, ses enfants envoyèrent la croix au Chanoine, qui la fit monter dans le grenier de la salle de catéchisme, tout en projetant de la faire érigée un jour devant le presbytère. Cette croix fut commandée au serrurier du Pouliguen, Jean Lamarre, qui fut payer 45 livres, après que le dimanche 16 janvier 1739 durant la messe, au moment de l’élévation, la foudre était tombée sur le clocher et avait fait fondre sa précédente[4]. Cette croix était dite du Bon Accueil, en référence à la main girouette du même nom, qui l’accompagnait.

    On transforma le piédestal situé à la croisée des actuelles rue des Pinçons et Marcel Sembat, et on y planta cette croix du 18ème siècle, où elle se trouve toujours. Le nouveau monument fut bénit le 27 août 1928 par la chanoine Joalland, accompagné des abbés Pied et Raison, en présence d’une importante foule.

    croix,saint-nazaire,villes-martin,ville-ès-martin,bon-acceuil,calvaire,rue-semblat,rue-des-pinçons

     

    [1] Veuve de Louis Sallebert, chevalier de la Légion d'Honneur, (Saint-Nazaire 12 mai 1862 - 19 décembre 1899 Nantes), ancien médecin principal des Colonies.

    [2] Elle était la fille du chef comptable de la Compagnie Transatlantique à Saint-Nazaire.

    [3] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/02/05/la-vieille-eglise-6126779.html

    [4] L’orage arracha la majeure partie de ardoises de l’église, et y eu plusieurs blessés qui décédèrent des brûlures.

     

  • Ker Jean Léone : la Villa Blancho à Villès-Martin

     Un article de L’Eco de la Presqu’Ile, paru le 25 juin 2021, informe que la villa de l’ancien maire de Saint-Nazaire, François Blancho, va être détruite pour laisser place à un immeuble nomme « Horizon »[1]. Les réactions de nos lecteurs ont été vives et nombreuses.

    horizon,blancho,villes-martin,dommée,saint-nazaire

    Villa Ker Jean Léone le 14 mai 2021 © Odoevsky Maslov

     

     Ce bâtiment est voué à la démolition depuis 2008, quand les héritiers l'ont vendu à un promoteur. Le permis avait été bloqué par intervention du voisinage, grâce à eux nous avons échappé à une nouvelle tour cages à lapins sur la pointe de Villès-Martin, le projet initial ayant été finalement rabaissé et limité en largeur à l’emprise de la maison actuelle, mais, car il faut toujours un mais dans le tango contraint de concessions de la municipalité avec les promoteurs, l’immeuble sera le double en profondeur et aura son accès commun là où se trouvaient le portail permettant l’accès à la cour et au garage. On nous avait cependant annoncé que la maison serait simplement modifiée, qu’on en garderait la façade, on a surtout raconté beaucoup de chose et jamais rien promis et surtout pas signé d’engagement à faire cela. La villa sera donc rasée pour faire place à un bloc avec loggias et balcons sur l’Estuaire et arrière de parcelle, aveugle, ou presque, sur les côtés, et bien sûr toit plat de rigueur, puisque que les toits d’ardoises n’ont plus le droit de cité depuis l’ère Batteux, maire qui était totalement indifférent au fait que cette maison était un témoignage important de la Reconstruction et la résidence d'un prédécesseur qui a marqué son temps en bien. On crie « au cube ! », mais reconnaissons que tous les bâtiments fonctionnels sont des cubes plus ou moins bien habillés. Le bâtiment est correct à défaut d’être imaginatif, on s’y habituera donc, car après tout il fera moins verrue que d’autres dans le quartier. Certes, nous ne pouvons nous fier au dessin sorti de chez Visiolab, celui-ci comportant notamment des lumières qui n’existent pas et des ombres improbables, le dessin de celles des arbres sur la chaussée qui s’arrêtent nettes au bord du trottoir tel le nuage de Tchernobyl à la frontière françaises étant un exemple édifiant de ce qui est sur la brochure des promoteurs, mais qu’on ne découvre pas exactement sur place une fois réalisé.

     

    horizon,blancho,villes-martin,saint-nazaire

    La future résidence « Horizon » © Visiolab

     

     Voici l’occasion de raconter l’histoire de cette villa, dont les Nazairiens ont oublié qu’elle se nomme Ker Jean Léone, d’après les prénoms du fils et de la fille du commanditaire : Jean-François (Saint-Nazaire 18 octobre 1922 - 7 décembre 2020), et Léone-Valentine (Saint-Nazaire 14 mai 1928 - 20 février 2020 Rueil-Malmaison).

     

    horizon,blancho,villes-martin,saint-nazaire,dommée

    Adresse des Blancho à la villa Ker  Jean Léone © Fonds Dommée Archives de Saint-Nazaire

     

     François-Valentin Blancho, (Saint-Nazaire 28 juin 1893 - 2 février 1972 Saint-Nazaire), dernier d'une fratrie de trois, qui avait perdu père et mère avant ses huit ans, ouvrier chaudronnier à 1.125 fr de salaire, fit carrière en intégrant le Syndicat de la métallurgie de Saint-Nazaire, puis son initiation à la loge du Trait d’Unions, et se constitua avant-guerre une fortune personnelle grâce, à partir de 1925 à ses mandats de maire, (il multipliât par quatre l’indemnité fixée par son prédécesseur, Vivant Lacour, passant de 10.000 fr à 40.000 fr, au prétexte qu’il lui fallait « se payer des costumes »), en étant conseiller général en 1925, député en 1928, et surtout en devenant sous-secrétaire d'État à la Marine en 1936. Tous ces mandats ne pouvaient le laisser se contenir en la modeste maison au cinq minuscules pièces que son épouse, née Leone-Germaine Leroux, fille d’un célèbre syndicaliste local, lui avait apporté en dote dans le quartier populaire de Cardurand. En 1937 François Blancho acquit à la Villès-Martin une villa avec jardin entouré de grilles, garage et buanderie séparés. La maison comportait salon, salle à manger, cuisine, trois chambres et une salle de bain, et dataient du début du 20ème siècle. Cette maison était un chalet, c’est à dire une maison de plaisance habitable qu’à la belle saison. Elle n’en était pas moins un signe extérieur de richesse et d’adoption des meurs de la bourgeoisie nazairienne qui prenait ses quartiers d’été sur la côte entre Villès-Martin et Pornichet.

     L’Occupation allemande entraina la réquisition des maisons de la côte pour loger les militaires. La famille Blancho restât à Cardurand. François Blancho ayant été arrêté à titre d’otage, il fut exfiltré avec sa famille en Zone-Libre en février 1942 sur intervention du Marcel Déat, ami de Laval, meneur politique qui avait trahis les Socialistes pour se faire fasciste et zélé collaborateur. Cela sauva aussi les Blancho du bombardement britanique du 28 février 1943 durant lequel disparurent dans les flammes leurs deux maisons. On l’ignore trop souvent, mais la Villès-Martin et Porcé furent aussi ciblés, même si les bombes n'y touchèrent qu’une vingtaine de villas.

     

     A la Libération François Blancho récupéra ses fonctions de maire, et œuvra à la reconstruction de Saint-Nazaire. N’ayant plus de logement, il loua la villa Ker Adrienne A Villès-Martin, dans laquelle il résida jusqu’en 1958, et fit les démarches pour toucher les indemnités de guerre que l’Etat versait pour que les propriétaires reconstruisent immeubles et entreprises.

    horizon,blancho,villes-martin,dommée,saint-nazaire

    Adresse de François Blancho à la villa Ker Adrienne © Fonds Dommée Archives de Saint-Nazaire

     

    François Blancho s’adressa à l’architecte Claude Dommée, (1902-1985), à qui l’on doit les halles du centre-ville, et dont les archives sont aujourd’hui au Archives de Saint-Nazaire[2], et qui contiennent un dossier complet des commandes de l’ancien maire.

     Dans une lettre du 28 mai 1953, que nous reproduisons, François Blancho informa son architecte qu’il avait touché 5.588.228 fr pour sa villa de Villès-Martin, et 2.063.043 fr pour sa maison de Cardurand, disposant ainsi de 7.651.271 fr au total, qu’il décida d’investir intégralement dans la construction d’une nouvelle villa à Villès-Martin.

     

    horizon,blancho,villes-martin,saint-nazaire

    Lettre de François Blancho annonçant à Claude Dommée le montant de ses dommages de guerre © Fonds Dommée Archives de Saint-Nazaire

    Cliquer pour agrandir

     

     Claude Dommée proposa deux projets, l’un dans l’esprit de Robert Mallet-Stevens, l’autre inspiré d’une maison de banlieue anglaise.

    horizon,blancho,villes-martin,dommée,saint-nazaire

    Projet refusé © Fonds Dommée Archives de Saint-Nazaire

    Cliquer pour agrandir

     

     Ce fut le second qui fut choisi, avec la conception de deux appartements. En effet, pour justifier le rassemblement des indemnités de deux bâtiments sur un seul, il fallait qu’il y ait deux logements. Monsieur et Madame Blancho se réservèrent le rez-de-jardin, et eurent un couple de locataire à l’étage.

    Les plans conservés aux Archive de Saint-Nazaire comprennent de comprendre la disposition.

     

    horizon,blancho,villes-martin,dommée,saint-nazaire

    Plan du rez-de-jardin © Fonds Dommée Archives de Saint-Nazaire

    Cliquer pour agrandir

     

     L’appartement des Blancho comportait une chambre, un bureau et un living en façade, une cuisine, une chambre, une salle de bain et WC côté cour.

    horizon,blancho,villes-martin,dommée,saint-nazaire

    Plan du premier étage © Fonds Dommée Archives de Saint-Nazaire

    Cliquer pour agrandir

     

     Celui des locataires, deux chambres et un living en façade, une cuisine, une chambre, une salle de bain et WC côté cour.

    Un hall commun donna sur la chaufferie et le garage accessible depuis la cour, et conduisait à un second hall avec montée d’escalier, en chêne teinté à rampe d’acajou, conçue pour desservir une résidence privée et non un immeuble de rapport, avec par-dessous l’accès à une cave.  

     

    La maison fut livrée au printemps 1958, et s’accompagna d’infiltration au niveau de la terrasser du bowwindow.

     

    Au bout de quelques années le bail du premier étage fut arrêté et la maison entièrement investie par le couple Blancho ; le cuisine du premier étage fut transformée en buanderie.

    Vendu à la Ville après le décès de François Blancho, qui ne la concevra qu'un temps et la revendit à un entrepreneur, elle fut à nouveau vendue en 2008 à un promoteur. La maison était habitée à l’année mais avait depuis longtemps un aspect fantomatique. Le jardin était moussu et rase, la façade piquée par le sel et les embruns, on ne nettoyait plus les vitres et les rideaux, obligeant à conserver quelque soit l’heure du jour des lampes d’appoint allumées.

    A peine vidée, la villa fut vandalisée, comme le montrent ces photographies prisent le 13 juin 2008, obligeant le promoteur à faire murer les lieux.

    horizon,blancho,villes-martin,dommée,saint-nazaire

    Façade © Odoevsky Maslov

     

    horizon,blancho,villes-martin,dommée,saint-nazaire

    Bowwindow et terrasse © Odoevsky Maslov

    horizon,blancho,villes-martin,dommée,saint-nazaire

    Hall © Odoevsky Maslov

    horizon,blancho,villes-martin,dommée,saint-nazaire

    Montée d'escalier © Odoevsky Maslov

    horizon,blancho,villes-martin,dommée,saint-nazaire

    Détaille de la rampe © Odoevsky Maslov

    horizon,blancho,villes-martin,dommée,saint-nazaire

    Cheminée du living © Odoevsky Maslov

    horizon,blancho,villes-martin,dommée,saint-nazaire

    Bureau de François Blancho © Odoevsky Maslov

    horizon,blancho,villes-martin,dommée,saint-nazaire

    Le living du premier étage devenu chambre de maitre © Odoevsky Maslov

     

    S’en suivirent treize années de procédures pour aboutir à projet énoncé le 23 avril 2021 dans l’Echo de la Presqu’Ile.

     

    horizon,blancho,villes-martin,dommée,saint-nazaire

    Villa Ker Jean Léone le 14 mai 2021 © Odoevsky Maslov

     

    [1] https://actu.fr/pays-de-la-loire/saint-nazaire_44184/saint-nazaire-sur-le-front-de-mer-la-maison-de-lancien-maire-va-etre-rasee-pour-construire-des-logements-haut-de-gamme_42955431.html?fbclid=IwAR0AbuZppZntw_16wSgS4uvRD9tiE4yBHnOMsIxmgehrbpHXlbgPzg3ufn8

    [2] https://archives.saintnazaire.fr/ark:/28388/gjl6zd17cxh4

  • Les Joly, une famille de commerçants

    S’il est une famille de commerçants qui marqua durablement la mémoire des Nazairiens, ce sont les Joly, qui durant un siècle furent à la tête de certains de plus grands magasins de confection et vente de vêtements de Saint-Nazaire.

     

    Les Joly sont originaires de la région de Saint-Brieuc, ils s’établirent à Saint-Nazaire en 1855 avec Prosper-Marie Joly, (La Chèze 29 mai 1804 - Saint-Nazaire 27 février 1871), qui fut d'abord appareilleur à Plouër-sur-Rance, puis contremaitre à Saint-Julien-de-Concelles, et qui s'établit à Saint-Nazaire où ouvrit un commerce de confection pour homme rue de Villès Martin, à l’emplacement de ce qui fut ensuite le Grand Hôtel des Messageries, actuel Lycée expérimental. Mais le magasin étant trop petit et mal situé à l’époque, il déménagea au 2 rue Villès Martin, à l’angle de la rue de la place des Bassins. Son commerce, sous l’enseigne Au Progrès, était fleurissant, et il a laissé dans la mémoire nazairienne la figure d’un vieux monsieur sympathique qui se dépassait dans un demi-tonneau[1]  « minuscule » tiré par un poney, et dont les écuries étaient rue de la Gare[2]. Il avait acquis aussi une partie de l’ancienne ferme de Bellefontaine, face au Rocher du Lion, où il se fit construire un chalet de plaisance qu’il baptisa Pro Leo, (Le Lion).

    Il laissa plusieurs enfants, dont des fils qui furent aussi dans la confection :

     

    1. Prosper Ier Marie Joly, (La Chèze 29 mai 1804 - Saint-Nazaire 27 février 1871), époux de Rosalie-Jeanne-Joséphine-Athalie Glemée, (Plouër-sur-Rance 1820 - Saint-Nazaire 6 mai 1893)[3], d’où :
      • Prosper II Marie-Joseph, (Plouër-sur-Rance 13 septembre 1839 – Saint-Nazaire 10 août 1920), marié le 21 août 1872 à Saint-Nazaire, avec Rose Couronné, (Saint-Nazaire 25 février 1855 – 6 mai 1945)[4], d’où :
        • Prosper III, (Saint-Nazaire 11 septembre 1873 - Saint-Nazaire 16 septembre 1943), clarinettiste doué, il fut le solo de la musique de son régiment[5]; marié le 19 octobre 1901 à Toulouse avec Jeanne-Alexine-Léonie Serville, d’où
          • Marie-Thérèse, (Saint-Nazaire 15 novembre 1904 - Anglet 1er juillet 2006), mariée civilement le 22 septembre 1925 à Saint-Nazaire, et religieusement le 23, avec Charles Alcide Victor Picaud, (Nantes 25 septembre 1897 - Bayonne 26 septembre 1988), administrateur d'immeubles à Paris en 1946, (à l’occasion de leur mariage, son père invita tous ses employés au mariage religieux et n’ouvrit aucune de ses boutiques).
        • Raoul (décédé à l’âge de 10 mois le 2 janvier 1876 à Saint-Nazaire)
        • Raoul (décédé à l’âge de 8 mois le 2 octobre 1876 à Saint-Nazaire)
        • Rose, (Saint-Nazaire 11 décembre 1879- Nice 19 mai 1952), épouse de Simon Arnaud, (1868- Nice 1949), capitaine au long cour, chevalier de la légion d’honneur et officier du mérite maritime, croix de guerre, avec qui elle était établit à Nice, au palais Flora 72 rue Aubert ;
        • Alice (Saint-Nazaire 24 aout 1881 – Saint-Nazaire 21 juillet 1952) ;
        • Karl Joly, (Saint-Nazaire 14 mars 1889 – Saint-Nazaire 8 mai 1974), marié le 3 mars 1920 à Saint-Nazaire avec Geneviève-Jeanne-Marie Moyon, (Nozay 1887- Saint-Nazaire 3 décembre 1973), fille de Euphrem-Marie Moyon, pharmacien, et de Geneviève-Marie-Eugenie Tilly, elle était veuve de l'industriel poulieur nazairien Georges-Louis Certain, (1882- ), dont elle eut un fils :
          • Georges-Gabriel-Euphrem Certain, (Saint-Nazaire 25 mai 1909 - ), marié à Paris 20° le 25 mai 1932 avec Raymonde-Jeanne Huart ;
      • Rosalie (1841 - 15 juin 1869) ;
      • Emile ;
      • Constant ;
      • Philomène-Françoise, épouse de Rosendo-Apollinaire Blanco, (Tapia (province d'Oviédo) 1842 - Saint-Nazaire 10 juillet 1903), consul du Chili à Saint-Nazaire[6];
      • Marie-Françoise-Augustine-Emilie, (Plouër-sur-Rance 24 novembre 1845 - ), rentière, mariée 1er avec Eugene Victor Dulauroy, († à l’âge de 40ans le 23 janvier 1879 à La Roche-sur-Yon), capitaine d’infanterie ; 2ème le 7 septembre 1880 à Saint-Nazaire avec Michel dit Simon Nicolas (Thionville 1834 -  Saint-Nazaire 7 juin 1887), capitaine d’infanterie à la retraite, chevalier de la légion d’honneur ; d’où des deux lit :
        • Alexandre Dulauroy, († 11 jours le 14 aout 1877) ;
        • Jules-Gaston Nicolas, (La Roche-sur-Yon 21 décembre 1881 - Nantes 5 novembre 1965), marié le 24 novembre 1919 à Saint-Denis avec Jeanne-Marie Guerrier ;
        • Jeanne-Marie-Amélie Nicolas, (Saint-Nazaire 1er mars 1884 – Paimboeuf 6 novembre 1960) mariée le 25 avril 1916 au Mans avec Yves Quntin dont elle divorça.
      • Auguste-Joseph, (né à Saint-Julien-de-Concelles 23 janvier 1852 – Saint-Nazaire 2 avril 1884), époux d’Eulalie-Berthe Oland,
      • Joseph-Théogene, (Saint-Nazaire 4 janvier 1856 - L'Île-d'Yeu 14 septembre 1901 marié le 4 mai 1882 à Saint-Nazaire avec Marie Julie Boyée, (Saint-Nazaire le 20 octobre 1856 - ) , d’où :
        • Madeleine-Jeanne, (Saint-Nazaire 17 décembre 1888 - Saint-Nazaire 23 mars 1891) ;
        • Edmond, (L'Île-d'Yeu 10 mars 1900 (samedi) - Le Bourg - Saint-Brevin-les-Pins 7 mai 1975), marié le 14 juin 1924 à Saint-Nazaire avec Hélène Pauline Marie Thoby, (La Chapelle-des-Marais 12 septembre 1893 - Saint-Nazaire 3 février 1981)[7]
      • Amélie (1858 – 1er janvier 1864) ;
      • Natalie (mars 1862-1er septembre 1862)

     

     

    Les fils de Prosper-Marie furent tous dans la confection masculine, (chemisiers, chapelier, tailleur).

    Prosper II ouvrit sa boutique au 46 rue de Nantes, actuelle Henri Gautier, sous l’enseigne La Belle Jardinière, immense magasin qui faisait l’angle avec la rue de l’Amiral Coubert, et qui resta longtemps le plus important de la ville, et il ouvrit sous la même enseigne des succursales à Guérande, Savenay, Pontchâteau et Blain[8].

    joly,belle-jardinière,karl-joly,rocher-du-lion,saint-nazaire,villes-martin

    joly,belle-jardinière,karl-joly,rocher-du-lion,saint-nazaire,villes-martin

    joly,belle-jardinière,karl-joly,rocher-du-lion,saint-nazaire,villes-martin

    L’enseigne parisienne Belle Jardinière de Paris, qui avait des succursales à Lyon, Bordeaux, Angers, et Nantes, publiait sur ces publicités qu’elle n’avait pas de succursale à Saint-Nazaire. La boutique de Saint-Nazaire resta dans sa descendance en indivision. Les héritiers se partagèrent les autres boutiques, dont la direction fut confiée à Prosper III, et touchèrent des indemnités de guerre pour la destruction du magasin de Saint-Nazaire durant les bombardements. Seul Karl sorti de l’entreprise de Prosper II, préférant reprendre la boutique des ses oncle Constant et Emile. Emile avait repris le commerce paternel de Prosper Ier ; Constant avait ouvert en face, au 1, A Jean Bart, mais peu doué pour le commerce il rejoint rapidement Emile.

    joly,belle-jardinière,karl-joly,rocher-du-lion,saint-nazaire,villes-martin

    L’ancien A Jean Bart devint Au printemps propriété de monsieur Aymard, puis de monsieur Laurenceau en 1910. Emile et Constant nommèrent leur commerce commun Au Projet et A Jean Bart qui devint ensuite Au Meilleur Marché de Saint-Nazaire ; ce magasin était spécialisé dans le commerce de confection et nouveautés pour homme et pour la Marine. La dizaine de vendeurs étaient polyglottes, il y avait aussi un atelier d’une quinzaine de couturières. En 1919, Emile et Constant laissèrent le magasin à leur neveux Karl, qui renomma le magasin A la Ville de Saint-Nazaire, qu’il vendit par acte passé chez maitre Eugene Baudry à Montoir de Bretagne le 20 octobre 1941, à la société parisienne A. Jacques Molay[9]. Cependant l’entreprise de Karl n’était pas sans lien avec celle des ses frère et sœur héritier de la chaine A la Belle Jardinière, comme en témoigne un procès gagné par mère, son frère et sa sœur contre la Nouvelle société A la Ville de Saint-Nazaire, qui fut contrainte à leur verser 8.750 fr avec intérêts et droit à la date du 31 mars 1942, en vertu de l’ordonnance du Président du tribunal de Saint-Nazaire en date du 8 juillet 1942. Ajoutons aussi qu’en mai 1923, la municipalité s’adressa à Prosper III et à Karl Joli pour la réalisation de l’habillement de la police municipale.

    joly,belle-jardinière,karl-joly,rocher-du-lion,saint-nazaire,villes-martin

    joly,belle-jardinière,karl-joly,rocher-du-lion,saint-nazaire,villes-martin

    Karl habitait 12 rue Thiers, (rue disparue située à l'emplacement de la place d'Amérique Latine), dans l'hôtel particulier du premier époux de sa femme, mais il avait hérité d’une partie du terrain de la demeure de son grand-père, environ 5000m² et y avait fondé un chenil d’élevage de bassets-bleus et de fox-terrier-à-poils-durs, connu sous le nom de Chenil du Rocher du Lion. le chenil a aujourd'hui disparu pour faire place à l'immeuble Le Cervantes ; la maison existe encore au 1 chemin du Rocher du Lion. C'est Paul Doucet, marchand de cycles, qui en fit l'acquisition à la veille de l'Occupation.

    joly,belle-jardinière,karl-joly,rocher-du-lion,saint-nazaire,villes-martin

    joly,belle-jardinière,karl-joly,rocher-du-lion,saint-nazaire,villes-martin

     

    joly,belle-jardinière,karl-joly,rocher-du-lion,saint-nazaire,villes-martin

    Plan de la propriété de Karl Joly chemin du Rocher du Lion, relevé par Jacques Dommée pour monsieur Paul Doucet, Fonds Dommée, Archives de Saint-Nazaire.

     

    Face à La Belle Jardinière, au 46 rue de Nantes, de l’autre côté du carrefour, Joseph-Théogene, fonda Au Bon Diable, qu’elle vendit en 1899 pour aller s’établir sur L'Île-d'Yeu. Ce magasin devient ensuite Les Grands magasins Paris Saint-Nazaire, et fut l’une des plus grosses enseignes de la ville, qui outre de la confection et des nouveautés, vendait aussi du mobilier.

    Auguste fut chapelier, rue du Four Marsain, mais il décéda à 32ans.

     

    La plus art des membres de cette famille sont inhumés au cimetière de La Briandais, dans deux caveaux voisins à l’entrée.

    joly,belle-jardinière,karl-joly,rocher-du-lion,saint-nazaire,villes-martin

    joly,belle-jardinière,karl-joly,rocher-du-lion,saint-nazaire,villes-martin

     

    [1] Un demi-tonneau est une voiture hippomobile deux roues à caisse arrondie, doté de deux bancs face à face dans le sens longitudinal. On y monte par l’arrière et la conduite se fait assise en biais. Le modèle à quatre roues se nomme tonneau.

    [2] Cf. Silhouettes Nazairiennes dans Le Courrier du Saint-Nazaire du 17 janvier 1931, signé par Joyeuse, l’un des pseudonymes de Renée Bernard, surtout connue sous celui de Jacqueline Bruno.

    [3] Fille de Joseph Glemée, de Marie Cornouaille.

    [4] Fille de Jean-Jacques-Edouard Couronné, (1814-1858), pilote, et de Rose-Julie Henry, (1824-1866), débitante de Tabac, elle-même fille de pilote.

    [5] Cf. Silhouettes Nazairiennes dans Le Courrier du Saint-Nazaire du 17 janvier 1931.

    [6] A propos des consuls nazairiens : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/04/08/consuls-et-vice-consuls-nazairiens-6142257.html

    [7] Fille de Jean-Marie Thoby, peintre en bâtiment à Saint-Nazaire.

    [8] Cette succursale héritée par Prosper III, fut vendue le 11 février 1934 chez maitre Fonteny notaire à Savenay, à Henri-Charles-Hyacinthe Grimault, employé de commerce, à Dol de Bretagne, et son épouse Henriette Jestin.

    [9] Siège social 181 rue du Temple à Paris ; la jouissance fixée au 1er novembre 1941.

  • Famille Rouaud de Villemartin

    Famille Rouaud de La Villemartin, Olim. Rouaud, sieur de La Lande, et Rouad de la Villès-Martin

    4092337702.jpg

    D'azur au croissant d'argent, accompagné de trois croisettes pattées du même.

    Famille bourgeoise dont plusieurs membres ont été anoblies par ordonnance du 9 octobre 1814 ; (Cf. vicomte A. Révérend, " Les familles titrées et anoblies au XIXe siècle ").

    Éteinte au 19e siècle, connue à Saint-Nazaire depuis René Rouaud, sergent général des armées de Bretagne, époux de Julienne Bourdic, vivant en janvier 1597 à Saint-Nazaire. On trouve diverses branches dont la filiation est compliquée à établir, à Saint-Nazaire, Donges, et Saint-André-des-Eaux.

     



     

    I° René-Claude Rouaud, sieur de La Lande, notaire et procureur de la vicomté de Saint-Nazaire, puis procureur fiscal de La Motte Alleman, notaire et procureur au Siège royal de Guérande, mort à 68ans, inhumé le 9 décembre 1706 à Saint-Nazaire dans le chœur de l'église ; marié le 11 juillet 1673 à Saint-Nazaire, avec dispense de trois degrés de parenté, avec de Périnne Berthaud, d'où :

    1° Renée, baptisée à Saint-Nazaire le 3 octobre 1674, inhumé dans le chœur de l'église de Saint-Nazaire le 29 novembre 1676 ;

    2° René, baptisé à Saint-Nazaire le 13 août 1676, inhumé dans le chœur de l'église le 3 octobre 1679 ;

    3° Matthieu, qui suit.

    II° Mathieu Rouaud, sieur de La Lande, (Saint-Nazaire 5 janvier 1681 - 17 janvier 1743 Saint-Nazaire), avocat au Parlement, préfet-fiscale de la seigneurie du Boisjoalland et de Heinleix, sénéchal d'Escoublac et de La Ville-au-Févre ; marié, avec autorisation de son père, le 23 novembre 1706 à Saint-Nazaire avec Marie Chesnin, (Née à Saint-Viaud le 3 octobre 1684, baptisée le 11 - inhumée dans l'église de Saint-Nazaire le 26 janvier 1735), alors fille mineure de feu François Chesnin, sieur de La Touche, et de Françoise Bernard, mariage autorisé par décret de la Juridiction du Plessis-Mareil-en-Saint-Viaud ; elle était parente de Casard Chesnin, prêtre de Saint-Nazaire ; d'où :

    1° Marie, (Saint-Nazaire 4 décembre 1708 - 1er mars 1711 Saint-Nazaire, inhumée le lendemain dans le chœur de l'église) ;

    2° Renée, (Saint-Nazaire 11 mai 1709 - le 18 septembre 1712 Saint-Nazaire, inhumée le lendemain en l'église) ;

    3° Mathieu-André, qui suit ;

    4° Joseph-Vivant, né, baptisée, et inhumée le 30 décembre 1711 ;

    5° René-Mathieu, sieur de La Mode, avocat à la Cour, procureur fiscal de Saint-Nazaire, baptisé à Saint-Nazaire le 20 octobre 1713, décédé le 11 janvier 1739 et inhumé le lendemain en l'église de Saint-Nazaire ;

    6° Marie-Françoise, dite Marie, baptisée à Saint-Nazaire 22 février 1718, épouse de Jan Canuel, sieur de Maude (fief constitué de dune et de prés situé au niveau de la rue Ferdinand Gasnier, acquis de la famille Boullet,), dont l'une des filles épousa un le Royer de la Poigniardière.

    III° Mathieu-André Rouaud, baptisé à Saint-Nazaire 22 août 1710 ; inhumé le 13 février 1752 Saint-Nazaire "dans le haut de l'église", sieur de la Ville-ès-Martin (par acquisition de la famille Boullet) ; marié le 18 avril 1741 à Saint-Nazaire avec Catherine Canuel, baptisée le 13 août 1713 à Saint-Nazaire, inhumée à Guérande le 21 octobre 1787, fille de feu Etienne Canuel, et de Catherine Gicquel, d'où :

    1° Mathieu, qui suit ;

    2° Une fille morte née le 14 février 1749 et inhumée dans l'église de Saint-Nazaire.

    IV° Mathieu (de) Rouaud, sieur de La Villemartin, (Saint-Nazaire 26 janvier 1743 – Guérande 5 juillet 1803), avocat au Parlement, conseiller du Roi et procureur au Siège royale de Guérande et sénéchaussée de Guérande, établi à Guérande en 1768, dont il était syndic et maire de Guérande de 1770 à 1771, puis à nouveau maire et député de Guérande quand il présenta le 12 novembre 1784 devant le Greffe des États de Bretagne les lettres-patentes de janvier 1784 accordée par Louis XVI, confirmant la pleine possession et jouissance de La Brière à ses habitants, que leurs avait accordé le duc François II par ordonnance du 8 aout 1461. Lettres enregistrées par arrête du Conseil le 13 janvier, et arrêt du Parlement du 13 mai, et publiée à deux milles exemplaires. Il fut député du Tiers-état pour la ville de Guérande aux Etats généraux de 1789 ; en 1782 il fit un voyage à Paris accompagné de son épouse, du chevalier de Kerpoisson et son épouse, ses cousins, voyage durant lequel il rédigea un journal, dont le manuscrit tomba en 1900 dans main du comte Louis Remacle qui le publia en confondant avec une autre famille de Rouaud ; il se déclara comme étant domicilié depuis deux ans à Guérande que il se marié le 8 mai 1770 à Montoire avec Bonne Gallet, demoiselle de La Richardière, fille mineure de feu Claude Gallet, sieur de L'Aubinay, capitaine de navire de la rivière de Nantes et de Perrine-Rosalie Rothoux, dame de La Paquelais à Saint-Malo-de-Guersac, sur décret de justice de la vicomté de Donges, (elle avait pour oncle Cyprien-François Gallet, sénéchal de la seigneurie de Heinleix, et pour cousin au 3e degré René Lion, procureur de Guérande, qui furent présents à son mariage), d'où :

    1° René-Marie-Prudent, né à Guérande le 2 septembre 1772, baptisé le 4, décédé le 8 novembre 1772 à Montoir, inhumé le lendemain ;

    2° Matthieu, né et baptisé à Saint-Nazaire le 22 janvier 1771, anobli avec son frère Pachal-Auguste-Modeste par ordonnance du 9 octobre 1814, lettres patentes du 11 novembre 1815 avec règlement d’armoiries : " d'azur au croissant d'argent, accompagné de trois croix pattées du même, 2. 1." Receveur des Contributions Directes de Guérande, mariée le 9 juin 1806 au Croisic avec Reine-Renée Giraud des Landreaux, née le 20 octobre 1781 au Croisic, fille de Godefroy-Joseph-Martin Giraud de Landreaux, et de Renée-Marie Goupil de Meslé, d'où : 

    A° Athénaïs-Reine-Marie, née le 21 juillet 1807 à Guérande ;

    B° Nathalie-Marie, née le 18 novembre 1809 à Guérande.

    3° Pachal-Auguste-Modeste, qui suit ;

     

    4° une fille, épouse d'un Le Chauff de Kerguénec, fils du seigneur de La Motte-Allemand, qui légua son domaine de La Motte-Allemand à son neveu Charles-Evariste de Rouaud en 1840 ;

    5° Marie, épouse de Joachim Bouvais.

    V° Pachal-Auguste-Modeste Rouaud de Villemartin, né à Guérande le 17 avril 1778 et baptisé le même jour - décédé le 21 septembre 1814 à Guérande ; anobli avec son frère Mathieu par ordonnance du 9 octobre 1814 ; étant décédé avant délivrance des lettres de noblesses, ce furent ses fils qui en bénéficièrent par lettres du 24 février 1816, avec pour chacun un règlement d'armoiries particulier ; marié à Guérande le 28 janvier 1803 (8 pluviose an XI) avec Bonne Cady de Praderoy, fille de Charles Cady de Praderoy, et de Bonne-Jeanne-Carlotte de Jacquelot du Boisrouvray, d'où :

    1° Zoé-Bonne-Marie, née le 15 décembre 1803 à Guérande, épouse de Louis-Jacques Cornu, notaire à Guérande ;

    2° Pascal-Charles-Marie, né le 28 décembre 1805 à Guérande, anobli par lettres du 24 février 1816, avec pour armoiries : " d'azur au croissant d'argent, accompagné de trois croix pattées d'or, 2. 1." ; sans postérité ;

    3° Adolphe-Alexandre-Marie, né le 25 juillet 1808 à Guérande, anobli par lettres du 24 février 1816, avec pour armoiries : " d'azur au croissant d'argent, accompagné de trois croix pattées d'or, 2. 1. ; à la bordure d'or. " ; sans postérité ;

    4° Evariste-François-Régis-Charles-Marie dit Evariste-Charles, né le 3 décembre 1810 à Guérande ; décédé à Nantes le 3 décembre 1896, anobli par lettres du 24 février 1816, avec pour armoiries : " d'azur au croissant d'argent, accompagné de trois croix pattées d'or, 2. 1. ; à la bordure d'argent " ; fit modifier son patronymique en " de Rouaud " ; héritier de son oncle Le Chauff de Kerguénec du domaine de La Motte-Allemand qu'il vendit en 1844 ; marié à Nantes le 19 novembre 1838 avec Marie-Louise-Thérèse de Bruc de Vignac, (décédée à nantes le 14 septembre 1879), fille de Joseph-Louis de Bruc, et de Marie-Catherine Le Chauff de Kerguénec, d'où :

    A1° Thérèse-Evariste de Rouaud. 

    5° Ange-René-Marie qui suit ;

    6° Nathalie, épouse de Joseph-Aimé comte de Bruc d'Esdrieux, fils de Joseph-Louis de Bruc, et de Catherine Le Chauff de La Motte-Allemand, sans postérité.

     

    VI° Ange-René-Marie Rouaud de Villemartin, né le 15 décembre 1812, anobli par lettres du 24 février 1816, avec pour armoiries : " d'azur au croissant d'argent, accompagné de trois croix pattées d'or, 2. 1. ; à la bordure dentelée d'argent. " ; royaliste légitimiste, il s’exila au Pérou,  à la suite de sa participation à la chouanerie de 1832 ; il y épousa Josefa Paz-Soldán y Ureta, fille de Manuel Paz Soldán, ministre du Trésor royal à Arequipa, et de Gregoria de Ureta y Peralta y Araníbar, d'où :

    1° Manuel qui suit ;
    2° Maria Del Carmen-Ines-Tomasa, (Lima 15 septembre 1840-1877), épouse de José Luis Paz Sodan Martinez, (1834-1880), dont elle eu une fille, Luisa Paz Soldan Rouaud, (Lima 1867 - Lima 16 octobre 1941), d'où postérité postérité.

     

    saint-nazaire,villès-martin,boullet,rouaud de la villemartin

    VII° Manuel Rouaud y Paz Soldán, né à Lima (Pérou) le 19 avril 1839 ; ingénieur en géodésie et explorateur de la jungle amazonienne; il fut mandé par le gouvernement péruvien pour aider son oncle maternel, Mariano Felipe Paz Soldan, pour la rédaction et l’édition des ouvrages de Mateo Paz Soldan mort en 1857. Pour cela, il se rendit en France en 1861, prenant en charge l'édition espagnole de la « Géographie du Pérou » et collabora avec Arsène Mouqueron dans la version française du livre. De retour au Pérou, il entreprit la campagne pour suivre le cours du fleuve Amazone depuis son embouchure, dans le but d'effectuer la reconnaissance scientifique de ses eaux et de son climat. À Tabatinga, il fut nommé secrétaire de la Commission mixte péruvienne-brésilienne qui devait déterminer les limites des deux pays. Après avoir fixé les premières bornes frontières, Manuel et Paz Soldán furent chargés en 1866 de réaliser la reconnaissance du fleuve Yaraví, ce qui lui permit de rectifier les erreurs de la cartographie existante, et détermina la navigabilité de ses principaux affluents. Durant cette expédition il fut attaqué par une tribu indigène et perdit sa jambe droite à la suite d’une blessure par flèche. En 1871, il fut nommé commissaire péruvien à la Commission mixte Pérou-Brésil afin de poursuivre le travail de délimitation des frontières. Il remonta le cours de l'Amazone depuis l'Atlantique, puis il navigua jusqu’à Caquetá où les fièvres malignes touchèrent l'équipage de son bateau, le « Napo », gravement malade, il décéda d’une hémorragie cérébrale à Tefé (Brésil) le 2 septembre 1872.







    Il convient de signaler ici que les oncles maternels du dernier des Rouaud de Villemartin, étaient tous des personnes importantes de l'histoire péruvienne :

    I° Manuel Paz Soldán, ministre du Trésor royal à Arequipa, et de Gregoria de Ureta y Peralta y Araníbar, d'où :

    1° Josefa Paz Soldán y Ureta, épouse de Ange-René-Marie Rouaud de Villemartin ;

    2° José Gregorio Paz Soldán, (1808-1875), avocat, puis juge, sénateur, ministre des Affaires étrangères, et trois fois chancelier du Pérou ;

    3° Pedro Silverio Paz Soldán, président du cabinet du président Mariano Ignacio Prado, (lui-même père de Pedro Paz Soldán y Unanue, dit Juan de Arona, (1839-1895), fondateur de la lexicographie péruvien) ;

    4° Santiago José Paz Soldán, naturaliste et océanographe qui a travaillé avec le scientifique allemand Alexander von Humboldt ;

    5° Mateo Paz Soldán, géographe et astronome, auteur de l'ouvrage Géographie du Pérou ;

    6° Mariano Felipe Paz Soldán, géographe et historien, auteur du premier Atlas géographique du Pérou ;

    7° Mariano Domingo Paz Soldán, compagnon du Libérateur Bolivar, et fondateur de l'Université de Chuquisaca.

     

     

  • La Villès-Martin

    Devenue au 19e siècle un lieu de détente pour la population de Saint-Nazaire, La Villès-Martin était durant l’Ancien régime un hameau dépendant de la seigneurie d'Heinlex-Pommerais, et le siège d’une métairie noble, avec son manoir situé entre la rue Marcel Sembat et la rue des Mouettes, et un petit vignoble, nommé « Vignes de La Falaise », entre la pointe et la rue des Mouettes (à la fin du 19ème siècle, cette vigne appartenait à Gustave Bord, le propriétaire du château des Charmilles à Porcé). Il existait aussi à emplacement du fort une chapelle qui se trouvait désaffectée au début 18e siècle, elle fut transformée en  corps de garde,  puis remplacée par un fort, dont le commandant en 1745 était Raoul-Philippe Becquey du Renéguy, capitaine des gardes-côtes du général de Saint-Nazaire, puis aide-major de la Capitainerie des gardes-côtes de Saint-André-des-Eaux (1).

     

    La métairie noble de La Villès-Martin, était une grosse ferme constituée en bien noble, située au village du même nom, bénéficiant de fait du mode de succession propre à la noblesse  de Bretagne. Il fut cependant essentiellement la propriété de familles roturières. Plusieurs historiens ont prétendu que le lieu tirerait son nom de la famille Martin de la Chambre, plus tard  Martin des Bouexières (2). Personnellement nous n’y croyons pas faute de preuves, et surtout parce que le prénom et le nom Martin étant très communs, n’importe qui de ce prénom ou de ce nom pourrait être à l’origine de la nomination du lieu.

    martin.jpg

    Cadastre de 1829, Archives départementales

    Dans l’état actuelle de ses recherches, l’auteur retrace la dévolution de la métairie comme suit :

     

    Famille Boullet

    Famille de la bourgeoisie de Saint-Nazaire qui laissa entre autres son nom au lieu-dit La Bouletterie, 

     

    I° Mathieu Boullet, sieur de La Bonneraye, notaire royal à Saint-Nazaire, procureur syndique de la communauté en 1670, cité comme l'un des plus anciens fabriqueurs en 1690, père de :

    II° Mathieu Boullet, sieur de Villemartin, greffier de la vicomté de Saint-Nazaire en 1709, père de :

    1° François, sieur de Maude, capitaine de vaisseau, receveur du droit à Saint-Nazaire ;

    2° Jean, sieur de La Perrière, bourgeois de Saint-Nazaire en 1709.

     

    Les fiefs de Maude et de Villemartin furent vendu respectivement à la famille Canuel et à la famille Rouaud

     

    Famille Rouaud de La Villemartin

    4092337702.jpgD'azur au croissant d'argent, accompagné de trois croisettes pattées du même.

     

    Famille bourgeoise anoblie en 1814. Éteinte au 19e siècle.

     

    I° Mathieu-André Rouaud, baptisé à Saint-Nazaire 22 août 1710 ; inhumé le 13 février 1752 Saint-Nazaire "dans le haut de l'église", sieur de la Ville-ès-Martin (par acquisition de la famille Boullet) ; marié le 18 avril 1741 à Saint-Nazaire avec Catherine Canuel, baptisée le 13 août 1713 à Saint-Nazaire, inhumée à Guérande le 21 octobre 1787, fille de feu Etienne Canuel, et de Catherine Gicquel, d'où entre autres :

    II° Mathieu (de) Rouaud, sieur de La Villemartin, (Saint-Nazaire 26 janvier 1743 – Guérande 5 juillet 1803), avocat au Parlement, conseiller du Roi et procureur au Siège royale de Guérande et sénéchaussée de Guérande, établi à Guérande en 1768, dont il était syndic et maire de Guérande de 1770 à 1771, député du Tiers-état pour la ville de Guérande aux Etats généraux de 1789 ; marié le 8 mai 1770 à Montoire avec Bonne Gallet, demoiselle de La Richardière, fille mineure de feu Claude Gallet, sieur de L'Aubinay, capitaine de navire de la rivière de Nantes et de Perrine-Rosalie Rothoux, dame de La Paquelais à Saint-Malo-de-Guersac, sur décret de justice de la vicomté de Donges, (voir généalogie dans article Rouaud de Villemartin).

     

    (1) Raoul-Philippe Becquey du Renéguy, (baptisé à Herbigniac 28 novembre 1706 - décédé à Saint-André-des-Eaux le 20 août 1757), capitaine des gardes-côtes du général de Saint-Nazaire, puis aide-major de la Capitainerie des gardes-côtes de Saint-André-des-Eaux, membre d’une ancienne famille de la bourgeoisie de cette dernière commune.

    (2) La famille Martin était une branche restée bourgeoise, collatérale de la noble famille Martin de Beaulieu, elle pris le nom de La Bouëxière, petite seigneurie de la vicomté de Saint-Nazaire, suite à une alliance avec l’héritière de celle-ci.