Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pontcallec

  • La Motte Allemand, deuxième partie

    la motte allemand,chateau,saint-nazaire,pontcallecFamille Le Vallois

    D'azur à deux pigeons affronté d'argent, colletés de sable, enchaînés d'or par le coups, les chaines en bande et barre mouvantes des cantons du chef.

     Famille noble originaire de Rennes.

     I° Antoine Le Vallois, écuyer, époux de Françoise de Guémadeuc, dame de La Motte-Allemand, fille de François de Guémadeuc, chevalier, seigneur de Beaulieu et de Séréac, et de Jeanne Gastinel, dame de la Motte-Allemand, d'où :

    II° Jean Le Vallois, écuyer, seigneur de Sérac et La Motte-allemand en 1562, père de 

    III° Pierre Le Vallois, seigneur de Sérac et de La Motte-Allemand, qu'il vendit en 1615 à Pierre de La Bouexière.

     

    la motte allemand,chateau,saint-nazaire,pontcallec

     

    Famille de La Bouexière

    D'or à trois bandes de gueules.

     

    Famille d'extraction chevaleresque, aux réformations de noblesse en 1426 et en 1669, à Saint-Nazaire sur 10 générations.

     

     

     

    I° Pierre de La Bouexière, écuyer, seigneur de La Motte-Allemand par achat en 1615 à Pierre Le Vallois ; marié : 1° Madeleine Barrin du Boisgeffray ; 2° à Jeanne de Saint-Aubin ; d'où du second lit :

    1° Philippe, seigneur de La Motte-Allemand, maintenu noble le 24 mai 1669, décédé à Saint-Nazaire le 8 décembre 1678 ;

    2° Pierre, seigneur de Brantonnet, maintenu noble le 24 mai 1669, un temps seigneur de Heinlex-Pommeraye en 1647 ;

    3° Jeanne, dame de La Motte Allemand, (Guérande 20 février 1606 – Guérande 3 décembre 1688), épouse de Jean Le Long, écuyer, seigneur du Dreneuc, à qui elle apporta 

    4° Perronelle, épouse de Jean Le Tresle.

     

    Famille Le Long du Dreneuc  

    D'or au quintefeuille de sable. 

    Famille guérandaise d'ancienne extraction maintenue lors de la réformation de noblesse par arrêt du 30 mars 1669 (Bibliothèque Municipale de Rennes, Ms. 504 et 505) .

     

    I° Jean Le Long, écuyer, seigneur du Dreneuc, époux de Jeanne de La Bouexière, dame de la Motte-Allemand, (Guérande 20 février 1606 – Guérande 3 décembre 1688), fille de Pierre de La Bouexière, écuyer, seigneur de La Motte-Allemand, et de Jeanne de Saint-Aubin, d'où :

    1° Renée, mariée le 2 mars 1783 à Louis-rené de Saint-gilles, écuyer, seigneur du Gage ;

    2° Jean-Baptiste, (5 aout 1646 – 30 jullet 1708), seigneur du Dreneuc, époux de Gabrielle Michiel ;

    3° Philippe ;

    4° Olive, dame de La Motte-Allemand, épouse de Louis de La Haye, écuyer, seigneur de la maison noble du Sable. 

     

    Famille de La Haye du Sable

    la motte allemand,chateau,saint-nazaire,pontcallecDe gueule à trois bandes d'argent. 

     

    La filiation de cette famille noble nous est en grande partie connue grâce au registre manuscrit des Preuves de noblesse pour les Pages de la Grande Ecurie tenu par Charles d'Hozier en septembre 1694, (B.N., fr. 32101, f° 107), elle sera exposée dans son intégralité dans un article sur la maison noble du Sable, pour des soucis de compréhensions, les degrés indiqués sont ceux de la généalogie complète.

     

    VII° Louis de La Haye du Sable, écuyer, seigneur de la maison noble du Sable pour laquelle il rendit aveu au Roi le 10 janvier 1678, seigneur de La Motte-Allemand par héritage maternel de son épouse, maintenu noble d'extraction lors de la réformation de noblesse par arrêt du 29 janvier 1671 ; marié le 9 avril 1647 à Saint-Nazaire avec Olive Le Long du Dreneuc, dame de La Motte-Allemand par héritage de sa famille maternelle, (Saint-Nazaire 20 aout 1638- Saint-Nazaire 3 novembre 1688), fille de Jean Le Long, écuyer, seigneur du Dreneuc, et de Jeanne de La Bouexière, d'où :

    1° Monique, née le 6 juillet 1675 à Saint-Nazaire, mariée le 2 mai 1707 à Guérande avec Louis-Gille du Matz, écuyer, seigneur de Gléré ;

    2° René, qui suit ;

    3° Pélagie, (Saint-Nazaire 10 mars 1680 – Saint-Nazaire 2 juin 1688) ;

    4° Olive, mariée le 7 mai 1715 à Guérande avec Pierre-François Le Flo de Tremelo, écuyer, seigneur de Kerleau, maintenue noble par ordonnance du 25 septembre 1703, (Bibliothèque Municipale de Rennes, Ms. 504 et 505). 

    VIII° René de La Haye du Sable, écuyer, seigneur de la maison noble du Sable et de La Motte-Allemand, né à Saint-Nazaire le 24 juillet 1676, baptisé le 29 juillet suivant, présenta ses preuves de noblesse pour les Pages de la Grande Écurie en septembre 1694, (B.N., fr. 32101, f° 107), Maintenue noble par ordonnance du 6 mai 1701, (Bibliothèque Municipale de Rennes, Ms. 504 et 505), établi au château de La Motte-Allemand, il participa à la conspiration de Pontcallec et fut interné un temps à Nantes ; marié à Guérande le 7 février 1702 à Marie-Madeleine Le Mintier, d'où :

    1° Jean-Marie, né le 15 février 1706 ;

    2° Marie-Olive, (6 juillet 1707 - 7 octobre 1707) ;

    3° René, qui suit.

    IX° René de La Haye du Sable, chevalier de La Motte-Allemand, époux de Marie Lefeuvre, d'où :

    1° Louis-Marie, seigneur de La Motte-Allemand et de la maison noble du Sable, mort avant 1768 ;

    2° Jean-Baptiste-René, décédé à Saint-Nazaire le 11 avril 1780, après son frère seigneur de la maison noble du Sable, (qu'il vendit entre 1774 et 1776 à Guillaume Charault de Merionnec, chevalier), seigneur de La Motte-Allemand, (qu'il vendit le 29 octobre 1770 à François Le Chauff).

     

     

    la motte allemand,chateau,saint-nazaire,pontcallecFamille Le Chauff de Kerguénec

    D'argent au pigeon d'azur, surmonté de deux croissants adossés de gueules. 

     

    Famille noble d'ancienne extraction maintenue en 1668 originaire de Vannes, apparenté à la famille de La Haye de Silz, seigneur de La Ville-au-Fève, et du Plessis-Giffard.

     

    I° François Le Chauff, écuyer, seigneur de Kerguénec, du Bois-Guimard, de La Motte-Allemand, (par achat à René de La Haye du Sable), de La Noë de Kerpoisson, des Bouexières (par achat à Catherine Boullet veuve de Jean Moyon) et du Pourceau (fief situé à Cleuz), baptisée le 21 octobre 1722, fils de François Charles Le Chauff, chevalier, seigneur de La Bernardière, et de Anne Cady ; maire de Guérande en 1789-1790, emprisonné en 1792, voit ses biens mis sous séquestre, libéré avant mars 1795 et récupère ses biens, il habitait le manoir de La Grillère, rue Bizienne, à Guérande ; fit aveux pour sa seigneurie de La Motte-Allemand le 30 juin 1788, passa transaction avec Jean-Baptiste-Elie Camus de Pontcarré, seigneur, co-vicomte de Saint-Nazaire, pour la propriété de la lande de Cuneix, en Saint-Nazaire ; marié à Nantes le  12 janvier 1761, en l’église conventuelle des dames de Sainte Élisabeth, à Catherine-Brigitte-Marguerite Maré (parfois nommée faussement Marrec), connue aussi sous ne nom de Maré d'Azincourt(1), suite à l’acquisition par son père de ce fief, née le 13 novembre 1740 à L’Arcahaye, (Saint-Domingue, aujourd'hui Haiti), baptisée le 09 mars 1741, fille de Jérôme Maré, planteur sucrier, capitaine de la milice du Roi à Saint-Domingue, et de Léogane-Jeanne-Julienne  Gené ;  elle hérita d'un tiers de la plantation de son père en 1760, la plantation Maré était évaluée en 1785 à 813.320 livres, et comportait 186 esclaves, à  la suite à l'indépendance d'Haïti le 1er janvier 1804 la plantation fut confisquée ; elle était veuve en 1805 ; d'où :

    1° Victoire-Brigitte-Marie-Anne-Charlotte Le Chauff, née vers 1763, décédée à Guérande le 17 octobre 1788, mariée à Saint-Nazaire, par contrat du 13 septembre 1783, puis religieusement à Guérande le  22 septembre avec René-Louis de Trévelec, chevalier ;

    2° Charlotte-Félicité, née  en 1766 ;

    3° Brigitte-Mathilde, née  en 1771 ;

    4° François-Marie-Hyacinthe Le Chauff de Kerguénec, chevalier, (Guérande 2 novembre 1772 -  1831 Guérande), voyage à Saint-Domingue en 1792 alors que l’île est en pleine insurrection, il est porté sur la liste des émigrés durant l'emprisonnement de son père, membre de l'Armée de Condé, il fut indemnisé avec sa sœur Victoire sur décision du 4 février 1828 pour les biens perdus du fait de l'indépendance d'Haïti ; marié le 15 mai 1811  à Nantes avec Thérèse-Françoise Bernard de Grand-Maison, née en 1785, d'où :

    A° Thérèse, qui épousa son cousin Henri Le Chauff de La Blanchetière, (1816-1876), d'où postérité. ;

    5°  Catherine, née le 24 août 1778 à Guérande,  mariée en 1800 Joseph-Louis de Bruc, d'où entre autres enfants Joseph-Aimé de Bruc, qui possédait en 1850 la métairie de Cleuz qu'il avait hérité de sa mère.

    6° un autre fils né vers 1782, marié à une Rouaud de La Villemartin qui hérita de La Motte-Allemand ;

    7°, 8° & 9° inconnus

     
    (1) La famille Maré d'Azincourt portait : d'azur au chevron d'or  accompagné de trois merlettes de même.
  • le château de Heinlex, première partie

    Heinlex, Heinlex-Rohan, Grand-Heinleix, Heinlex-Pommeraye ?

     

    La seigneurie d'Heinlex fut constituée 1330 à partir d'une part de la vicomté de Donges en faveur de Bonabes de Rochefort, fils cadet de Thibaut de Rochefort, lui-même ceignit sa seigneurie en deux domaines distincts se partageant l'autorité seigneuriale, le premier, pris siège au manoir originel et se trouva par la suite désigné sous le nom de Heinlex-Rohan, le second, fut constitué autour d'un nouveau manoir situé de l'autre côté de la voie qui coupait en deux la seigneurie initiale, à cinq cents mètres de distance et pris le nom de Heinlex-Pommeraye. Et se trouva elle-même scindée en deux domaines, la seigneurie proprement dite, et le manoir dit connu sous le nom de Grand-Heinlex...

     

    Si en 2011 il reste des traces concrètes du manoir de Heinlex-Rohan, (murs du parcs, étang), quoique fortement transformé par Alphonse Cézard et l'établissement des bâtiments de l'hôpital réalisé grâce à l'acharnement de Henri Allanet au sortir de la guerre, il ne reste rien du manoir de Heinlex-Pommeraye, déclaré comme masure sur prairie de 3ha en 1829, avec une marre dallée à proximité, (ancien vivier ou bassin d'agrément ?), la « masure » fut par la suite rasée pour faire place à la ferme Morantin, qui disparue à son tour pour faire place à l'IUT.

     

    Il est difficile de reconstituer l'histoire de Heinlex, car les titres féodaux furent incendiés au pied de l'Arbre de la Liberté le 20 décembre 1793 par Julien Fourage, ancien procureur de la seigneurie. Si l'histoire de Heinlex-Rohan avant la Révolution a été reconstituée grâce aux aveux et dénombrements de la vicomté de Saint-Nazaire, et aux généalogies des familles qui s'y sont succédées, celle de Heinlex-Pommeraye est encore nébuleuse à certaines périodes. Il existe aussi des sources « perturbatrices », en raison de l'existence d'une seigneurie de Heinlex au territoire de Blain, d'autres près de Vitré et de Carentoir.

     

     

    Seigneurie de Heinlex, dite plus tard de Heinlex-Rohan : des Rochefort-Donges aux Rohan-Poulduc

     

    Famille de Rochefort de Donges

     

     

    saint-nazaire,heinlex,rohan-poulduc,rochefort-dongesArmes : Vairé d'or et d'azur.

     

    I° Guillaume de Rochefort, vicomte de Donges, fils de Thibaut de Rochefort, seigneur de Châteauneuf-en-Saint-Malo, et d'Emma de Donges, vicomtesse héritière, né vers 1230, époux de Marquise de Chateaubriand, dame de Saint-Mars, fille de Geoffroy de Chateaubriand, chevalier, et de Sibylle de La Guerche, dame du Lion d'Anger, d'où :

     

    II° Thibaut de Rochefort, vicomte de Donges, (vers 1260 - † après 1327),époux d'Anne de Neuville, dame de Grez, fille d'Emery de Neuville, seigneur de Grez, et d'Ysabeau d'Iré, dame de La Cornuaille, d'où :

    1° Alix, dite aussi Aliette, dame d'Assérac, épouse d'Olivier II de Rohan ;

    2° Thibaud II, vicomte de Donges ;

    3° Guillaume, seigneur de Rochefort-en-Terre et de Châteauneuf-en-Saint-Malo ;

    4° Bonabes, qui suit ;

    5° Marguerite, épouse d'Yvon XI de La Jaille.

     

    III° Bonabes de Rochefort, seigneur de Heinlex, né vers 1295, époux de Marie d'Ancenis, fille de Geoffroy-Guillaume d'Ancenis, seigneur d'Esnade, et d'Isabeau de Brienne, dame d'Aire, veuve de Renaud de Montrelais, seigneur de Chateau-Thébaud, (d'où deux filles héritières de Château-Thébaud) ; d'où :

    1° Guy, qui suit ;

    2° Bonabes, évêques de Nantes, le 17 juillet 1338, décédé en 1398 ;

    3° Jean, dit Jean de Heinlex ou de Henlée, lieutenant de Jean d'Ust durant la défense de Saint-Nazaire, au profit de qui fut détaché une métairie qui prise par la suite le nom de Heinlex-Pommeraye, fit montre de noblesse le 28 aout 1421 parmi les quarante-six écuyers de l'hôtel et compagnie de monseigneur Richard de Bretagne, chevalier banneret (voyez chapitre Heinlex-Pommeraye).

     

    IV° Guy de Rochefort, seigneur de Heinlex, époux de Jeanne Chesnel, puis de Bonne de Saint-Gilles,, d'où du second lit :

    1° Guillaume qui suit ;

    2° Bonnabe, dit de Henlée, fit montre de noblesse le 28 aout 1421 parmi les quarante-six écuyers de l'hôtel et compagnie de monseigneur Richard de Bretagne, chevalier banneret.

     

    V° Guillaume de Rochefort, seigneur de Heinlex, né vers 1380, mort vers 1447, époux de Jeanne de Bruc, d'où :

     

    IV° Gillette de Rochefort, née vers 1430, décédée le 21 août 1510, inhumée à l’abbaye de Blanche-Couronne, dame de Henleix à Saint-Nazaire, mariée le 19 octobre 1498 avec Jean 1er de Rohan, chevalier, seigneur du Gué de l'Isle, écuyer et chambellan des ducs Pierre II et Arthur III de Bretagne, rendit aveu en 1478 à Catherine de Rohan, dame d'Albret et vicomtesse de Tartas, capitaine de Concarneau, né vers 1425, décédé en 1493, d'où postérité, (voyez généalogie de Rohan degré IV qui suit) ; elle testa le 21 aout 1510 au manoir de Heinlex, en présence de Jehan Jégo, souscuré de l'église de Saint-Nazaire, de Guillaume Le Feuvre, prétre et notaire en la cour de l'Officialité de Guerande, et de Pierre Mayet, notaire et pasteur de Saint-Nazaire.

     

    Famille de Rohan-Poulduc, (Extrait de la généalogie de cette famille à partir de la possession de Heinlex)

     

     


    saint-nazaire,chateau,heinlex,rohan-poulduc,rochefort-dongesArmes : De gueules à neuf macles d'or, 3, 3 et 3.

     

     

    IV°Jean 1er de Rohan, chevalier, chevalier, seigneur du Gué de l'Isle, écuyer et chambellan des ducs Pierre II et Arthur III de Bretagne, rendit aveu en 1478 à Catherine de Rohan, chevalier, dame d'Albret et vicomtesse de Tartas, capitaine de Concarneau, né vers 1425, décédé en 1493, marié en 1453 à Gillette de Rochefort, dame de Procop, née vers 1430, décédée le 21 août 1510, inhumée à l’abbaye de Blanche-Couronne, dame de Henleix à Saint-Nazaire, fille de Guillaume de Rochefort, seigneur du manoir d’Henleix, et de Bonne de Saint-Gilles, d’où :

    1° François, seigneur du Pornic et du Gué de l'Isle, marié 1° à Jacquette de Peillac, dame de Peillac ; 2° Adelise de Juch ; d'où :

    A° Jean, seigneur de Gue-de-l'Isle, mort avant juin 1504 ;
    B° Cyprienne, dame de Gue-de-l'Isle, morte en 1554, épouse de Francois de La Feillee, vicomte de Plehedel, mort en 1538 ;
    C° Vincente, dame de Peillac, épouse de Maurice de Plusquellac, seigneur de Bruillac.

    2° Jean, qui suit ;

     

    V° Jean II de Rohan, chevalier, seigneur de Trégalet et de Heinlex suite aux volontés testataires de sa mère rédigées le 21 août 1510 ; décédé en 1517 ; lieutenant d'une compagnie de 50 hommes d'armes sous le commandement du Maréchal de Rieux, capitaine de la ville de Dinan, (il dissipa la plupart de ses biens et sa descendance eut bien du mal à tenir son rang), épousa en première noce le 19 octobre 1498 Guillemette de Malor, dame de Desmellen et de Marzein, décédée en 1507, fille de Jacques de Malor, seigneur de Marzein, et d’Anne Auger ; en seconde noce Françoise Laurens, fille d’Olivier Laurens, seigneur de Launay, et de Jeanne Thomelin, veuve d’Yves Loret, seigneur du Poulduc, d’où :

    du premier lit :

    1° Gilette, dame de Desmellen et de Marcein, épousa le 6 janvier 1511, mariage organisé en 1506 par Anne de Bretagne qui éleva la seigneurie de Marcein au rang de baronnie, Marc-Pierre de Carné, chevalier, seigneur de Marcein du chef de sa première femme, devenu baron de Marcein par lettres de la duchesse Anne, gouverneur de Brest, né vers 1494, décédé le 15 juin 1553 à Brest, seigneur de la Boire, la Salle, la Larnière, la Touche-Carné, Prassay, le Castiller et Quéhélec, le tout en Sérent, recensé lors de la réformation de 1536, capitaine général de l'arrière-ban de Vannes en 1535, gouverneur de Guérande le 25 août 1536, gouverneur de Brest, député de Etats de Bretagne vers le Roi de France en 1538, grand Panetier de la reine Claude de France, chambellan du Roi de France François Ier, chanson du Grand Dauphin François, futur Roi de France, grand veneur de Bretagne et Grand maître des Eaux, Bois et Forêts de Bretagne, par lettres du 30 octobre 1548, données par Henri II, roi de France, après le décès de Louis du Perreau, d’où postérité (voyez généalogie de Carné barons de Marcein, vicomte de Saint-Nazaire) ;

    du second lit :

    2° Tristant, qui suit ;

    3° Ponceau, marié en 1514 à Madeleine Boissot ;

    4° Jeanne, mariée le 15 août 1526 à Pierre Ermar, seigneur de Coëtdolo

    5° Sulpice.

     

    VI° Tristant de Rohan, chevalier, seigneur de Heinlex et de Poulduc, décédé en 1561, resta sans bien par la dissipation de ses père et mère ; marié en 1523 à Adelice ou Alix de Bréhant, d’où :

    1° Jean ;

    2° Yves ;

    3° Louis, qui suit ;

    4° Isabeau ;

    5° Françoise ;

    6° Catherine ;

    7° Jeanne.

     

    VII° Louis de Rohan, chevalier, seigneur du Poulduc, et de Heinlex mort en 1584, marié en 1577 à Michelle de L'Hospital, fille de Michelle de l'Hopital, seigneurs de La Rouardais, et de Jeanne Cadio, d'où :

    1° Jérôme, qui suit ;

    2° Samsonne, épouse de Francois Josset, seigneur de Kerfredoux.

     

    VIII° Jérôme de Rohan, chevalier, seigneur du Poulduc et de Heinlexmarié en 1610 à Julienne Le Metayer, fille de Grégoire Le Métayer, sieur de Kerbalot, d'où :

    1° Isaac, qui suit ;

    2° Anne, mariée en 1638 à Jean de Coetlagat, seigneur de Clegrio.

     

    IX° Isaac de Rohan, chevalier, comte du Poulduc et de Heinlex, inhumé le 8 janvier 1678 en l'église des Jacobins de Guérande ; sans fortune, il était un gentilhomme en sabots qui vivait à Guérande, ses cousins Rohan-Chabot et Rohan-Soubise lui intentèrent un procès en bâtardise, il eut alors un soulèvement général dans toute la Bretagne en sa faveur ; marié en 1638 à Aliénor de Kerpoisson, dame de Kercabus à Guérande, baptisée à Saint-André des Eaux le 18 novembre 1609, inhumée à Guérande le 13 juin 1633, fille de Jean de Kerpoisson, et de Jeanne de Kercabus, dame de Kercabus à Guérande, native de Saint-Lyphare, (elle était veuve de René Rouault, mort en 1639, dont elle avait un fils, René Rouault, seigneur de Trégniel Lanvaux), d'où :

    1° Jean-Baptiste, qui suit ;

    2° Jean, chevalier du Pouduc, seigneur de Heinlex, mort en 1726, marié 1er avec Louise de Guygenou ; 2e à Guérande, avec dispense de parenté au 3e degré, le 26 juillet 1683 en l'église Notre-Dame, avec Marie Le Trelle (ou Trello), dame de Chateauloup ; d'où du premier lit :

    2a° Jean-Baptiste, baptisé à Guérande le 3 décembre 1679, inhumé à Saint-André-des-Eaux le 21 décembre 1679 ;

    2b° Jean-Emmanuel, né à Guérande le 31 mars 1681, baptisé à Guérande le 15 avril 1681 inhumé à Saint-André-des-Eaux le 2 août 1684.

    3° Anne, mariée : 1er à Guérande le 8 janvier 1660 en la chapelle de La Madeleine, avec René de Kerpoisson, écuyer, seigneur de Trevenegal ; 2e le 22 mai 1666 à Guérande, en l'église Saint-jean, avec François de Brouhel (ou Broël ou Brouel), seigneur de La Négrie (ou Lanegry), tout deux morts en 1681, leurs enfants furent mis en tutelle à Saint-Nazaire chez leur oncle Jean de Rohan.

     

    X° Jean-Baptiste de Rohan, chevalier, comte du Poulduc, seigneur de Kercabu et de Brevellec, mort en 1711 ; marié le 7 aout 1690 à Saint-André des Eaux avec Pelagie Martin, dame de Chateaulon, fille de René Martin, sieur de Chateaulon, et de Marie Le Tresle ; d'où :

    du premier lit :

    1° Jean-Baptiste, qui suit ;

    2° Marie, née à Guérande le 3 aout 1693, baptisée le 6 aout ;

    3° Jean-Louis, né le 30 décembre 1695 à Guérande, baptisé le 1er janvier 1696, seigneur de Heinlex, à la mort de son oncle Jean, il reçu chez lui les membre de la conspiration de Pontcallec qui se réunissaient au manoir sous déguisements de paludiers, il s'enfuit comme son frère en Espagne, mais bénéficia de lettres de Grace du Roi en 1734, revenu à Saint-Nazaire, il fit aveu en 1735 pour sa seigneurie de Heinlex, il al vendit en 1749 à Zacharie-Gabriel Buard, notaire royal à Guérande 

    4° Sévère, (fille), baptisée le 7 mars 1697 à Guérande ;

    5° Prudentiane, née en 1695, décédée le 13 mai 1733 à Guérande, , inhumée le lendemain en l'église Notre Dame ;

    6° Marie-Marquise, née à Guérande le 18 juin 1700, baptisée le lendemain ;

    7° Jean-Joseph, mort en nourrice à Escoublac chez Guillaume Le Querré, inhumé en l'église d'Escoublac :

    et avant son premier mariage :

    8° Julien Adelis, fils de la servante de son grand-père, Marie Adelis qui le 28 janvier 1679 à Saint-Nazaire jura sur l'Evangile au prêtre en présence du Sénéchal de la vicomté de Saint Nazaire et du procureur fiscal que l'enfant qu'elle avait mis au monde dix jours avant avait pour père le fils aîné du comte du Pouldu-Rohan, l'enfant fut élevé à Henleix.

     

    XI° Jean-Baptiste de Rohan, chevalier, comte du Poulduc, seigneur de Kercabu, né et baptisé à Guérande le 17 décembre 1691, ondoyer en la maison de son père, décédé en 1755 ; à 28ans il participa à la conspiration des gentilshommes bretons dite de Poncallec, le 15 août 1719 à la tête d'une troupe de paysans il mit en fuite des soldats venus collecter l'impôt, il fuit en Espagne en 1720 à bord d'une corvette espagnole encrée en face de la presqu'île de Rhuys, et est condamné par contumace par la chambre royale établie à Nantes, comme on le savait très épris d'une demoiselle de Kercabuz de Soursac on arrêté la demoiselle à Guérande, interrogée par monsieur d'Evry, celle-ci lui répondit qu'elle et Jean-baptiste étaient très épris, mais que « quand on en est là, vous devez savoir, monsieur, l'on ne songe guère aux affaires publiques, d'autres pensées vous occupent. » Il entra au service de Philippe V et épousa une riche et noble flamande en 1723, Marie Louise de Velthoven, fille de Guillaume de Velthoven, grand d'Espagne, colonel de dragons brigadier des armées de Sa Majesté Catholique, d'où quatre :

    1° Emmanuel-Bonaventure-Jean-Baptiste-François-de-Paul-Antoine-Cyriaque, né à Madrid en 1724, bénéficia de lettres de naturalisation française en février 1734 ;

    2° François-Marie-des-Neiges-Emmanuel, comte de Rohan-Poulduc, né à Madrid en 1725, fit ses études au collège des Jésuite de La Flèche, fut attaché très jeune au service de Don Philippe de Bourbon qu'il accompagna en Italie en 1742 quand celui-ci fut investi du duché de Parme, et en devint le grand veneur et le premier-gentilhomme, (il devint ensuite roi de Naples), devenu chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, de Rodes et de Malte, il finit grand-maître de cet ordre en 1775, et mourut à La Valette en 1797 ; il eut plusieurs bâtards de Giovanna Crespi, tous reconnus par l'époux de paille de celle-ci Lorenzo Fontani ;

    3° Jean-Leonard-Gabriel-Raimond, abbé de Monlieu ;

    4° Marie-Pélagie-Louise-Gabrielle, bénéficia de lettres de naturalisation française en février 1734, mariée à Guérande, par contrat du 15 avril 1737, et religieusement le 30 avril 1737, avec François de Bossan, comte de Groesquer, seigneur de Kergallan et de Moulinbleau.

     

    saint-nazaire,chateau,heinlex,rohan-poulduc,rochefort-donges

    Portrait de François-Marie-des-Neiges-Emmanuel  de Rohan-Poulduc

    conservé au Musee de la Legion d'Honneur