Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'aimant de Saint-Nazaire

L’aimant de Saint-Nazaire semble être la sardine qui bouche le port de Marseille, à écouter certains, il y aurait eu un rocher sur la bord de la Loire qui attirait à lui les métaux, dont les boulets de canon qu’on tirait dans l’estuaire, et déréglé les boussoles. Comme la sardine marseillaise, il y a une derrière cette galéjade une histoire vraie.

 

Origines de la légende :

 

Tout débute avec un article de monsieur de La Montre, professeur de mathématique et de philosophie, dans le Journal des Savans du lundi 6 août 1696, intitulé « La cause physique de la déclinaison é variation de l’éguille aimantée » :

«  On rencontre de prodigieuses masses d’aimant en plusieurs endroits de la terre ; l’Ile d’Elbe en est toute couverte ; dans la rivière de Loire près de son embouchure, vers Paimbeuf & S. Nasaire, il y a des Rochers d’aimant : enfon prés le Cape de la Rocque en Portugal, il y a une grande montagne toute d’aimant ; d’où il paroit qu’en plusieurs autres endroits de la terre, on peut rencontrer de ces grandes masses d’aimant, qui paroissent sur sa surface, où qu’il ne sont pas si enfoncées au dessous, que le tourbillon de la matiere magnetique qui circule autour de ces grans aimants, ne puisse agit fort loin à la ronde. En voila assez, pour nestre pas en peine de chercher ailleurs une cause particuliere capable d’alterer la cause générale. »

 

Cet article passa inaperçu, au moins pour la mention de Saint-Nazaire, mais 1764, le chanoine Jean-Joseph Expilly, publia, à Amsterdam, dans le tome 3 de son Dictionnaire géographie, historique et politique des Gaules et de la France, dans son article sur la Bretagne, au passage « curiosités naturelles », écrivit : « feu monsieur l’abbé de la Montre avança dans le Journal des Savants di lundi 6 août 1696, que dans la rivière de Loire, près de son embouchure, entre Paimboeuf et Saint-Nazaire, il y a, auprès d’une moulin nommé La Noë, et son petit village appelé Ville st. Martin, un champ qu’on appel le champ d’aimant, parce que les cailloux qu’on trouve sur sa surface sont des pierres d’aimant. Il est vrai que leur vertu n’est pas grande ; mais il est présumé que si l’on se donnoit la pine de creuser bien avant dans la terre, on y trouveroit des pierres qui auroient plus de qualité que celle dont est parsemée la surface du champ. En effet, on nous mande d’un homme à qui appartient en partie le champ en question, ayant eu la curiosité de faire creuser dans un certain endroit, il en retira une pierre qui fut estimée deux cens pistoles. Lorsque que les vaisseaux entrent dans la Loire, ou en sortent, et qu’il se trouvent entre la pointe de Ville St. Martin, et un danger nommé les Morées, il est sûr que leur compas varient beaucoup plus qu’il ne font lorsqu’ils sont éloigné de cet endroit. »

 

Explications :

 

Le champ mentionné par le chanoine Jean-Joseph Expilly est aujourd’hui l’ilot urbain devant l’ancien moulin de la Noë, entre les rues Eugène Daviers, des ardoises, et Antoine Parmentier. En 1760 il appartenait à Mathieu Rouaud, sieur de La Villemartin, (Saint-Nazaire 26 janvier 1743 – Guérande 5 juillet 1803), alors avocat au Parlement, et il le partageait avec ses cousins Canuel de Mauve. Mathieu Rouaud de Villemartin, nous en avons déjà parlé dans un poste précédent, (http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2014/06/13/famille-rouaud-de-villemartin-5390121.html), mais aussi dans un article paru en novembre 2018 dans le numéro 93 de la revue Histoire & Patrimoine. C’était un homme très instruit, qui versait dans les sciences mécaniques et naturelles, et c’est dont lui qui fut mentionné par le chanoine.

 

Quant aux aimants, ce sont des magnétites, c’est à dire des oxydes de fer de la famille des spinelles. On en trouve effectivement dans des jardins de la Villes-Martins, sous forme de petit cailloux gris-noirs, ou de pépites granuleuses oxydées de rouille brune, (mais pas sous la forme de cristaux). En les passant sur une meule, on obtient une face plate gris foncée qui aimante la limaille de fer ou une épingle de couturière. Le plateau de Villès-Martin-Kerlédé-Bonne-Anse est riche en pépites de magnétite, comme il est riche en cristaux de spinelle, ces petits cristaux rouge-violacé qui colorent parfois les plages après els orages, surtout au niveau de la plage de Bonne-Anse.

 

Contrairement à ce que le chanoine Expilly écrivit, il n’y a pas de quoi perturber une boussole. Cependant, quelques capitaines qui firent échouer leur navire sur les Morées, à la Pointe de Villès-Martin, au cours du 18ème siècle, prétendirent que leurs instruments avaient été perturbés par la présence de ces aimants naturels…

Écrire un commentaire

Optionnel