Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

eglise

  • L’église de Saint-Marc-sur-Mer

    eglise,saint-mar-sur-mer,saint-nazaire,patrimoine,abbé,blancho,curé

     

    L’église de Saint-Marc, avec son clocher à la française et son chevet à la bretonne, est, par sa silhouette, l’un des bâtiments les plus charmants du quartier de Saint-Marc-sur-Mer. On devine de loin cette église, mais sa situation à flanc de coteau, dans la courbe d’un large virage, son esplanade pentue encombrée de voiture, et surtout deux grands tilleuls la dissimulent au regard du passant. Cette église est aussi la plus mal connue des Nazairiens, car elle est dans un quartier à vocation balnéaire, dont la population, pour l’essentiel, n’y vit pas à l’année, et plus encore, en périphérie du centre du charmant bourg blottie contre la plage qui porte initialement le nom de Saint-Marc, et qui au fil des décennies fut rebaptisée plage du gorille, en raison de la forme d'un rocher aujourd’hui érodé, et depuis une vingtaine d’année, plage de Monsieur Hulot, en souvenir du personnage principale que Jacques Tati filma ici les extérieurs des vacances durant l’été 1951. Nous l’avions déjà écrit dans un article précédent concernant le Château de Saint-Marc[1], la station balnéaire se nommait à l’origine Le Crépelet ; c’était un village de vignerons situé au bas du coteau où se trouve l’actuelle église, et c’est parce qu’il y avait initialement une chapelle dédiée à Saint Marc au bord de la plage, à l’emplacement de la Place de la Chapelle, plus exactement devant le jardin du n°36, que la station balnéaire fondée durant le Second Empire pris son nom actuel.

     

    L’ancienne chapelle Saint-Marc :

     

    Il y avait donc une chapelle, depuis des temps immémoriaux, au bord de la plage. On ne connait de celle-ci qu’un dessin de Charles Beilvaire, publié le 19 mars 1932 dans Le Courrier de Saint-Nazaire figurant un bâtiment qui comportait à l’intérieur une poutre portant le millésime 1643.

     

    eglise,saint-mar-sur-mer,saint-nazaire,patrimoine,abbé,blancho,curé

     

    Longue et basse, très simple, orientée à l’Est, avec une porte double à l’Ouest surmonté d’un clocheton en arche comportant une seule cloche, trois fenêtres au nord, une porte basse et deux fenêtres au Sud, vers la plage, dotée d’une sacristie au nord, et accompagné d’une croix de bois sur un large piédestal remontant à la fin du 17ème siècle ou au début du 18ème ; croix qui existe encore et surveille les voitures que l’on parque ici. Cette église était le siège de la frairie de Saint-Marc et servait de lieu de culte ordinaire à la population environnantes éparpillées en plusieurs villages et hameaux, (Le Crépelet, Béac, Verdun, La Ville Cresneau, La Villès Molé, Berrien, Le Grand Pez, Le Prasilun, La Fin, etc.). Seule bâtiment à proximité de cette chapelle, une ferme en longère posée en parallèle à l’Est, qui lui était dépendante et fournissait le revenu à son chapelain.

    Saint Marc bénéficiait chaque 25 avril, jour de la saint-Marc, d’une procession qui faisait venir à une messe spéciale à 11h toute la population de la frairie, mais aussi de celle de Gavy et Saint-Sébastien. Les fidèles se réunissait au bas de la Colline du château[2], la contournait en direction de la plage. Après la messe, ils piqueniquaient sur des tables devant la ferme et sur le sable de la plage, puis rentraient chez eux. Il était de coutume que ceux de Gavy prennent une chaloupe pour se faire déposer à Port-Charlotte. La chapelle passa la Révolution sans encombre malgré la suppression des cultes et la nationalisation des biens du clergé. Elle fut rendue au culte au moment du Concorda en 1801, et fut desservie jusqu’en 1857, date de la création de la Paroisse de l’Immaculée, qui vida les chapelles séculaires des banlieues de Saint-Nazaire, et en entraina la ruine, même si celle de Saint-Marc fut toujours considérée comme une chapellenie, et donc encore desservie occasionnellement jusqu’en 1870. La création de la station balnéaire, à la veille de la Troisième République, fit qu’on eut besoin d’un lieu de culte avec des messes et un service régulier. Le cimetière actuel y avait été fondé par mademoiselle Marie-Joseph Mollé[3], le 1er janvier 1885. L’Evêché et la Préfecture fondèrent la paroisse Saint-Marc le 1er juin 1888.  La chapelle étant dans un état de délabrement avancé, le conseil de fabrique vota la construction d’une église, loin de la chapelle qui devait laisser place au développement de la station, au bourg même du Crépelet.

     

    L’église de Saint-Marc :

     

    L’église de Saint-Marc fut rapidement construite. Elle comporte un clocher porche, sommet d'un coq girouette perché sur une croix, accolé d'une tourelle d'escalier qui va jusqu'au niveau de la tribune, une porte latérale, et dix-sept baies, dont cinq dans le chœur. Sa bénédiction solennelle eut lieu le 22 décembre 1889. elle fut rapidement décrite comme « si grande en hiver, si petite en été ».

    eglise,saint-mar-sur-mer,saint-nazaire,patrimoine,abbé,blancho,curé

    Sortie de la messe vers 1903.

     

    Elle est constituée d’une simple nef, précédée d’une entrée, le chœur se trouve orienté au Nord, car il fut décidé que l’entrée se ferait face à la route en contre bas, par la base du clocher, ce qui oblige à gravir un escalier pour y entrer, et allonge sa façade Sud en lui procurant un aspect étroit disgracieux de part de cake oublié sur un coin de table à la fin d’un banquet. Une sacristie se trouve à l’Ouest, elle est séparée du jardin du presbytère par un petit chemin. Le sentiment d’étroitesse est accentué quand on passe l’entrée sous le clocher, et il se trouve alors suivit d’un sentiment d’écrasement. En effet, la majesté du lieu, songé comme une ouverture à la Foi après le passage du chameau dans le chas d'aiguille, a été totalement détruit par la construction d’une tribune démesurée et pensée dans aucun bon sens en 1964. La mairie, qui possède le bâtiment depuis 1905, (le presbytère restant propriété de la paroisse), avait accordé à l’abbé Jaunin, curé de 1953 à 1967, la construction de cet étage démesuré de 50 places, car à l’époque l’église se trouvait incapable de contenir tous les fidèles qui y venaient l’été. cette structure est posée trop bas et pire s'abaisse encore de 60 cm à la moitié.

    eglise,saint-mar-sur-mer,saint-nazaire,patrimoine,abbé,blancho,curé

    L'intérieur de l'église, sous la tribune, en avril 2020, © L.O.M.

     

    Une fois passé sous ce plafond oppressant, on retrouve les proportions initiales qui sont, elles, gracieuses et dotées d’un décor sobre et élégant sous une voûte lambrissée en coque de navire renversée.

     

    eglise,saint-mar-sur-mer,saint-nazaire,patrimoine,abbé,blancho,curé

    La nef et le chœur en avril 2020, © L.O.M.

     

    L’église de Saint-Marc a en effet bénéficié du goût réfléchit de deux de ses curées.  D’abord l’abbé Jean Blois, (1858 – Saint-Marc en Nazaire 18 décembre 1926)[4], ancien professeur au Petit Séminaire de Guérande, curé de Saint-Marc de 1904 à sa mort. Celui-ci a doté le clocher de quatre cloches bénies par monseigneur Rouard, évêque de Nantes. Celle nommé Maria Anna, fut refondue en 2010. L’abbé Blois fit l’acquisition en 1912 d’une chaire en chêne de style Louis XVI finement sculptée de panneau figurants les quatre évangélistes et de fleurons et des palmes, et un panneau gravé du mot « Veritas », au-dessus d’un trophée composé des tables de la Loi, d’une page d’Evangile, et d’une trompe de la renommée. Cette chaire a depuis été déposée à même le sol du chœur). Son successeur, l’abbé Guisnel[5], curé de 1927 à 1955, dès 1935 il fit remplacer l’autel du chœur en pin peint en blanc par l’actuel en chêne, ajouta des lambris bas du même bois tout au long de la muraille, avec, enchâssés de chaque côté de l’entrée des coquilles de bénitier. Il modifia aussi en parti le dallage, en faisant ajouter entre les carreaux de terre cuite sous les bancs, (qui remplacent les chaises paillées qui meublaient  autrefois), les carreaux de ciment qui tracent l’allée traversante, et celle menant à la porte latérale, et ceux qui délimitent le chœur. Il y avait aussi initialement deux autels de chaque côté de l’entrée, mais ils furent supprimés, ainsi que le chemin de croix et toutes les statues en plâtre du 19ème [6], par l’abbé Jaunin.

    eglise,saint-mar-sur-mer,saint-nazaire,patrimoine,abbé,blancho,curé

    Intérieur de l'église vers 1905

     

    En 1955, l’abbé Guisnel fit maroufler sur la voûte du chœur la peinture qui représente la pêche miraculeuse, (l'auteur nous en est inconnu).

     

    eglise,saint-mar-sur-mer,saint-nazaire,patrimoine,abbé,blancho,curé

    L'a tribune, en avril 2020, © L.O.M. ; on l’ose espérer qu’elle sera un jour détruite et que l’on rendra à cette ravissante église son aspect d’avant le massacre Jaunin.

     

     

    La tribune actuelle date, nous l’avons écrit plus haut, de 1964. On y accède par deux escaliers, le premier est par de la nef via une porte percée exprès, conduisant à un escalier construit dans un appentis disgracieux et débouche par l’une des baies baie reconvertie en passage ; le second par l’escalier du clocher, depuis le hall, à droite en entrant, en passant sous la plaque posée en 1920, faisant liste des paroissiens morts et disparus au champs d’honneurs durant la première-guerre-mondiale. Cet escalier qui conduisait dès la construction à une tribune qui aurait dû être doté d’un orgue, à la particularité de comporté dans sa chaux qui le crépi, des graffitis allant de 1926 à 1968. Ce sont essentiellement des patronymes typiquement nazairiens, (Cavarro, Lejeune, Berthaud, Gouard, etc.), mais aussi une bicyclette et des personnages des années 1930.

    eglise,saint-mar-sur-mer,saint-nazaire,patrimoine,abbé,blancho,curé

    Exemple de graffitis, © L.O.M.

     

    La tribune se décompose en deux plateaux pentue descendant vers le chœur. 

     

    L’église avait été dotée dès sa construction de vitraux, qui n’étaient en réalité que des verrières claires peintes de fleurons en grisailles. Ces verrières furent détruites par le souffle d’une bombe tombée sur la place la nuit du 28 juin 1942. La déflagration avait été si forte que les porte de l’église avaient elles aussi été arrachées. On les remplaça par du verre martelé, dont sont encore pourvues les quatre baies latérales qui éclairent la tribune. En 1964, nous l’avons écrit, l’une des baies fut transformée en accès pour la nouvelle tribune, quatre autres virent leur ouverture entravée par la nouvelle tribune. En 1977, onze des baies furent doté de vitraux non figuratifs, interprétables de mille façon pour celui qui s'ennuie durant l’homélie, aux tons jaunes, orangés et rouges, signé par Colin Leroux à Béac.

    eglise,saint-mar-sur-mer,saint-nazaire,patrimoine,abbé,blancho,curé

    Signature sur l'un des vitraux, © L.O.M.

     

    A la suite du Concile Vatican II, on suréleva le chœur d’un planché haut de trois marches, on y plaça une table de chêne pour servir la messe, et l’on posa la chaire à même ce nouveau planché. Le baptistaire, qui se trouvait à l’entrée de l’église, fut placé devant le chœur.

     

    Le dernier curé résident fut le père Pierre Brétéché, (1928-2020), parti en 1997. Depuis 2005 l’église est rattachée à la paroisse Saint-Pierre de l’Océan.

     

    eglise,saint-mar-sur-mer,saint-nazaire,patrimoine,abbé,blancho,curé

    Le chevet en avril 2020, © L.O.M.

     

     

     

     

    [1] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/07/25/le-chateau-de-saint-marc.html

    [2] A propos de cette colline et de l’origine de son nom : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/01/18/l-allee-du-chateau-a-saint-marc-6121661.html

    [3] Née le 20 octobre 1845 à la ferme du Petit Verdun propriété de ses parents laboureurs, elle avait hérité, n’était qu’une fille, des terres les plus proche de l’océan, et qui étaient déconsidérées mauvaise pour l’agriculture. La mode des bains de mer fit décupler la valeur de ces terrains considérés ingrats, la rendant riche, et lui permettant de jouer un rôle dans l’urbanisation du quartier.

    [4] Il repose au cimetière de Saint-Marc dans le caveau des religieux de la paroisse. La plaque qui le mentionne comporte des dates erronées.

    [5] Lui aussi ancien professeur au Petit Séminaire de Guérande, il dirigea l’école libre de garçon de Saint-Marc, qui comportait une institutrice, mademoiselle Boya, âgée de 53ans en 1927, et le prêtre instituteur Bouché. Cette école était préférée des habitants de Saint-Marc, dès son ouverture en septembre 1927, si bien que l’école public du bourg perdit à son profit les trois quarts de ses élèves, et ceux malgré le fait que l’école publique était gratuite et fournissait, livres, blouse, et sabots. Le Travailleur de l’Ouest entama le 26 novembre 1927, une attaque contre cette école, à travers un article de quarante-huit alinéas, non signé, l’accusant de faire concurrence à l’école publique, prétendit que l’abbé Guisnel avait fait pression pour cela sur les familles, prétendit que l’école était à une distance non réglementaire du cimetière, que l’eau qu’on y consommait était impropre, (ce qui fut contredit par une analyse de l’institut Pasteur), et qualifiant son personnel « d’illettrés ». En réalité, le problème était que les habitants de Saint-Marc étaient en conflit avec la municipalité qui imposait aux enfants un règlement d’école trop strict et avec des exigences que la population qualifiait de « chinoiseries ». Par ailleurs le maire François Blancho, dès son élection, cherchait à empêcher les processions et autres manifestations religieuses, ce qui déplaisait à cette population fortement religieuse. Quelques mois auparavant, le curé de Méan avait écopé d’une amande de 1 Fr. pour en avoir organisé une, et s’était retrouve emprisonné durant 48h pour avoir refusé de la payer ; l’affaire était remontée jusqu’au Conseil d’Etat et au président Poincaré en mars 1927, et l’on se battait régulièrement à coup de poing devant l’église Saint-Gohard place Marceau. Le prédécesseur de l’abbé Guisnel, l’abbé Blois, avait bravé en juillet 1925 à l’occasion de la Fête Dieu l’arrêté municipal Blancho, et en avait écopé 25 centimes d’amande. L’abbé Guisnel eut aussi à faire aux délires d’une pauvre folle, la demoiselle Berthe, qui lui asséna des coups de parapluie en 19 février 1936, au prétexte que sa T.S.F. la dérangeait. L’abbé n’ayant pas de radio chez lui, et ne tolérant pas qu’on le frappa, porta plainte contre la femme.

    [6] La Vierge, Jeanne d’Arc, saint Michel, Jésus au Sacré Cœur, saint Joseph, sainte Anne, un petit saint Pierre sur son trône, et deux très petit saints Antoine et François

  • L'Eglise paroissiale Saint-Nazaire

    Nous avons dans notre article précédent consacré à la «  vieille église », (http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/02/05/la-vieille-eglise-6126779.html), comment on ce décida à déplacer l’église principale de la Ville en 1882.

     

    eglise saint nazaire

    En 1882, le Conseil de fabrique, dont étaient membres l’abbé Henri Soulas, René de Kerviler, maître Galibourg[1], et différents autres notables de la ville, (messieurs Aubré, Chenantais, Marcel Lucas, Péneau, Aoustin, Gustin-Stoll, David, et Bernard), avaient pour projet une église monumentale, triomphe de la Foi catholique, digne d’une cité qu’ils espéraient devenir l’un des ports les plus importants de France pour les siècles avenir, ou au moins le plus important de Bretagne. Soulignons ici que ces homme  firent le Ralliement à la République à la suite de l'encyclique " Au milieu des sollicitudes " du pape Léon XIII. La Paroisse Saint-Nazaire devint celle des Républicains, et Saint-Gohard celle des Royalistes.

     

    Le projet fut confié à l’architecte diocésain Mainguy, qui avait succédé en 1884 à Eugène-Pierre Boismen.  Il laissa ses fonctions en 1889 à Pierre Coquillard qui assura le début de la construction, et laissa à son tour sa place et l’édifice inachevé en 1895 à monsieur Yvernogeau.

    Mainguy vendit les plans d’un édifice monumental, ayant l’aspect d’une église angevine de style gothique tardif, en granite de Batz, de Clis, de Nantes, et tuffeau de Saint-Savinien et de Chauvigny, avec une nef d’une longueur de 56 m, sur 19 de large, au transept de 31 m sur 9 m de large, le tous sous des voûtes culminants à 31 m de haut. Si la longueur correspond à la moitié moyenne d’une cathédrale, sa hauteur sous voute lui vaudra d’être qualifié cinquante ans plus tard par le Chanoine Gouy d’avoir des « proportions de cathédrale », en effet, Notre-Dame de Paris à 33 m de hauteur sous voute, et Saint-Pierre-et-Saint-Pau de Nantes 37,5 m. Encore aujourd’hui, avec sa toiture vertigineuse, l’église Saint-Nazaire reste l’édifice le plus haut du centre-ville, et l’on ne peut que rester songeur quand on sait que le clocher prévu devait avoir une flèche culminant à 70 m de haut, soit 1 m de plus que les tours de Notre-Dame de Paris !

    Contrairement à une légende locale persistante, le projet a bien été dessiné pour être édifié à l’emplacement actuel de l’église. Cette légende d’une église prévue ailleurs a deux origines :

    1° Le projet d’urbanisation jamais réalisé du domaine du Sable en 1865 par le spéculateur Alphonse-Léopold-Nicolas-Louis Cézard à travers sa société londonienne[2] ;

    2° l’opposition provisoire de la municipalité à voir un monument aussi grand si prêt de l’Hôtel de Ville qui se trouvait alors à deux rues de là du côté du port, et qui n’était finalement qu’un petit hôtel particulier exigu, et qui entraina la quête d’autre terrains avant de revenir au choix premier.

     

    Le terrain sur lequel est construit l’église appartenait à François-Maurice de Brégeot[3], fondateur de la briqueterie à la Ville-au-Fève. Le terrain avait été acquis pour spéculation mais n’avait jamais trouvé acheteur. Il était devenu une verrue urbain bordée de palissade, dépotoir, lieu de défection, et occupé par quelques baraquements par des ouvriers qui n’arrivaient pas se loger.

    Face au refus du Conseil municipale, le Conseil de fabrique envisagea alors d’investir la Place Marceau, ce qui fit protester la Paroisse Saint-Gohard[4] qui occupait l’espace depuis 1874 avec une église provisoire, qui subsista jusqu’au bombardements.

    On songea alors à un terrain près du bassin, propriété de la Compagnie des chemins de fer d’Orléans, qui refusa de vendre. Un terrain à proximité de la Sous-préfecture, fut proposé. Il appartenait à François-Maurice de Brégeot qui en avait hérité de son grand-père  Julien-Maurice Tahier de Kervaret, maire de Saint-Nazaire durant la restauration, mais le prix demandé était prohibitif. Cependant ce fut ce terrain qui fut choisi, en raison du potentiel de son emplacement et la possibilité de le diviser en y traçant une voie nouvelle. 

    Le Conseil municipal finit par accepter le choix de ce terrain, l’abbé Soulas s’empressa de l’acheter en son nom et avec ses fonds personnels, pour la somme de 60.000 francs, et après une enquête d’utilité publique, un décret autorisant l’édification fut signé par le président Jules Grévy le 28 juin 1887. L’adjudication des travaux fut donnée le 25 août 1887 à l’entrepreneur Nantais Martin, qui laissa sa place en 1890 à Nolais. Les premiers sondages s’effectuèrent le 14 février 1888, les travaux de fondation débutèrent le 13 mars, et la première pierre, que l’on peut voir, marquée de trois croix, à la base du premier pilier gauche du chœur, fut bénite par le 15 mai par monseigneur Le Coq. Celui-ci inaugural le 28 juillet 1891, jour de la Saint-Nazaire, l’édifice quoiqu’inachevé, durant une cérémonie fastueuse. Notons ici que pour que le parvis puisse faire face à l’avenue, on orienta l’église sur un axe Nord-Sud, et non Ouest-Est.

    La première tranche de travaux couta 221.916,30 francs. La construction de l’église était estimée à un coût de 600.000 francs pour sa nef, 200.000 francs pour son clocher jamais réalisé. L’État avait offert 300.000 francs.

    On construisit à titre de clocher provisoire une sorte de tourelle en bois, disparue durant la seconde-guerre.

    La non réalisation du clocher entraîna celle de la tribune d’orgue, mais aussi la réalisation des sculptures des pierres de parement du porche.

    La décoration était tout aussi monumentales, déjà des verrières immenses, réalisées par les vitraillistes Clamens, Meignen et Bordereau, d’Angers, qui représentait les saints de la paroisse et dans certains cas leur anciens lieu de cultes déjà détruit à l’époque, et dont on a malheureusement aucun dessin, mais aussi toute une série d’armoiries à la mémoire des anciens seigneurs nazairiens, des familles donatrices. L’église était en effet une profusion de décors héraldique dont subsiste uniquement les éléments sculptés : les écus des seigneurs qui tenaient les seigneuries de la paroisse à la Révolution, sculptées sur les clefs de voûtes des bas-côtés, alternés avec des écus au nom des frairies. La clef de voûte du cœur reproduite les armes du duché de Bretagne, avec couronne et collier des ordres du l’Hermine et de l’Épis de Blé, elles sont accompagnées de celles de Saint-Nazaire, et du pape Léon XIII. Dans la nef et transepts on trouve les écus d’évêques nantais : Le Coq, de Hercé, (qui avait complété la relique de la Vraie Croix de Saint-Nazaire en 1844[5]) Jacquemont, et Fournier, (qui avait l’habitude de passer ses vacances à Gavy[6]).0

     

    eglise saint nazaire

    eglise saint nazaire

     

    eglise saint nazaire

    eglise saint nazaire

     

    Les membres du conseil de fabrique, (Galibourg, Kervilers et Aubré sont les plus identifiables), avec l’abbé Soulas et monseigneur Laborde, évêque de Blois né à Saint-Nazaire[7], et monseigneur Le Coq eurent l’honneur d’avoir leur visage sculpté sur les chapiteaux de certains piliers. Toutes ces sculptures furent réalisées par messieurs Perraud et Barré.

    Le monumentale chemin de croix en plâtre, est l’œuvre de monsieur Bouriché, d’Anger. On avait aussi sollicité le sculpteur nazairien Alfred Caravanniez[8] pour trois statues, Saint Nazaire, Saint Yves, et Françoise d’Amboise[9], qui avait possédé le château de La Motte-Allemand à Saint-Nazaire[10].

     

    L’église a deux sacristies, l’une d’entre elles devait servir de musée et contenir les objets anciens provenant des anciens lieux de cultes détruits ou désaffectés. Ce ne fut qu’un espace de stockage jamais ouvert au public, où on relégua entre autres le maître autel en bois polychrome de l’ancienne église.

    Luxe suprême, on éclaira les lieux à l’électricité ! Mais l’argent manqua, on n’acheva pas tous les vitraux, alors on se contenta de pavés de bois pour couvrir le sol, d’orgues, certes Cavaillé-Coll, mais au clavier incomplet posé dans une chapelle latérale, et en dehors d’un maître autel en cathédrale de style néogothique commun à toutes les églises de l’époque, le chœur ne reçut aucun meuble.

     

    Le 30 novembre 1906 eut lieu, dans le cadre de la Loi de 1905 séparant l’Église de l’État, on procéda à l’inventaire de l’église. La porte est fur forcée à coup de hache par un pompier. L’abbé Soulas, très malade, se fit transporter sur les lieux, et fit valoir que l’église était bâtie sur son terrain, et qu’il en était de fait le propriétaire. On détermina cependant que l’église contenait des objets de culte appartenant à la municipalité, issu de l’ancienne église et chapelles nazairiennes.

     

    À la mort de l’abbé Soulas le 24 mai 1909, l’église fut léguée au Diocèse. C’est donc l’une des rares église construite avant la Loi de 1905 à appartenir à un diocèse.

    L’abbé Soulas eu le privilège d’être enterré dans le transept ouest.

    Il fut remplacé par Donatien Joalland, qui resté en fonction jusqu’à sa mort en 1936 qui ne pratiqua à aucuns travaux, et entassa l’argent des fidèles qui ne comprenaient pas pourquoi il se refusait à meubler le chœur ou à faire restaurer l’orgue, toujours incomplet, qui meuglait quand l’organiste tapait de toutes ses forces sur le pédalier cassé, pour en sortir un son. Au demeurant, il réussit aussi à dépeupler son église au profit de la paroisse Saint-Gohard, et s'illustra en en 1920 refusant d'une façon grossière de procéder à une cérémonie funèbre pour un scaphandrier grec mort asphyxié durant son travail, sous prétexte qu'il était orthodoxe. Faute de trouver un pope, on demanda au pasteur Jospin qui accomplit le culte, ce qui provoqua un grand émoi dans la population et renforça la détestation des Catholiques nazairiens envers Joalland.

     

    Son remplaçant, le chanoine Henri Gouy, fut autrement. Son premier prêche le 19 juillet 1936, fut l’annonce d’un véritable programme de reforme et de projet de travaux. Pour connaitre la vie de ce personnage truculent, on se rapportera à la biographie qui lui fut consacrée en 1946 par Maurice Chaignon. Né en 1888 à Saint-Lumine-de-Coutais, il était issu d’une famille de chouans, et ses parents faisaient figure de nobles locaux malgré leur roture, dans leur village, aux yeux des habitants. Il avait hérité d’eux un gout du luxe et de l’apparat dont bénéficia l’église Saint-Nazaire. Il avait aussi la particularité d’être ami depuis le séminaire avec le chanoine Crespel, curé de Saint-Gohard.

     

    eglise saint nazaire, gouy

    le chanoine Gouy

    Découvrant que son prédécesseur avait laissé une somme coquette en caisse, le chanoine Gouy entreprise de déplacer l’orgue derrière le maître autel et le fait complètement restaurer et compléter. Il commanda aussi des stalles, des sièges et tabourets, en chêne de la Sarthe aux ébénistes de La Mellinet, paroisse dont il avait été vicaire. Ces meubles, qui se trouvent encore dans le chœur, furent livrés en avril 1938.

    Le chanoine Gouy réussi à faire revenir à lui les paroissiens de sa paroisse,et bénéficia du fait que la rue de Villès-Martin était devenue à partir de 1900, la rue où résidaient les personnes les plus riches de la ville, et celles des grands hôtels. Il trouva de nombreux et généreux mécènes pour financer ces autres travaux de décoration. Il fit ainsi restaurer le maître autel de l'ancienne église et les statues qui en provenaient, et qui dormaient jusque là dans la seconde sacristie.

    Il commanda aussi une série de confessionnaux aux mêmes ébénistes qui avaient réalisé les stalles, dont les grilles furent dessinées par Gabriel Loire, (1904-1996). Cet artiste beauceron, surtout connu pour ses vitraux, dont on trouve nombre d’exemplaires en Presqu’île, et notamment en l’église de l’Immaculée à Saint-Nazaire, fut aussi chargé de réaliser les dessins des grilles du chœur, ornement majestueux qui marqua l’esprit des Nazairiens avant la seconde-guerre, tant elles étaient esthétiques. Elles avaient été forgées par une entreprise angevine.

    Si l’on en trouve parfois une carte postale réalisée à Saint-Nazaire durant la guerre à la demande du chanoine Gouy, nous vous livrons ici deux photographies issues des archives de Gabriel Loire, et dont son fils a eu la gentillesse de nous faire copie.

     

     

    St Nazaire (1).JPG

     

    eglise saint nazaire

     

    Outre ces grilles, le Chanoine commanda aussi deux candélabres électrifiés, (en fait des lampadaires), dotés de trois globes chacun, qui ornèrent de chaque côté le chœur depuis les trois marches. Le Chanoine se plaignait en effet qu’en hiver il n’y voyait pas suffisamment clair.

    En janvier 1940 une rupture d’anévrisme le rendit hémiplégique. Il perdit l’usage de la moitié de son visage, et le prive de la parole. A force d’exercices et de volonté, il arriva dès février à reparler.

    Alors que la guerre faisait rage, le Chanoine Gouy, entre prêches et visites en ville pour le réconfort de la population, songeait activement à la décoration de son église et la réalisation de fonds baptismaux pour la chapelle de l’Hôpital. Il en résulte une amusante correspondance avec Gabriel Loire qui s’échelonnent entre 1941 et début 1943.

    En premier lieu, cette correspondance nous apprend le projet d’une peinture qui aurait dû être réalisée sur une toile par Gabriel Loire, consacrée à un miracle de Saint-Nazaire, qui aurait dû être maroufler sur la voûte du chœur, (en forme d’ogive, et haute de 2m81), dont le financement était assuré par « un jeune donateur » (la maquette de cette peinture est hélas perdue). Il est aussi question dans une lettre du 26 janvier d’un accident arrivé à l’un des précieux candélabres : un chien étaient entré dans l’église, en avait renversé, brisant l’un globe de verre. Le chanoine en était catastrophé et consacra plusieurs lettres à demandé à ce qu’on lui fasse parvenir des globes de remplacement, insistant sur l’emballage, et les détails de livraison, avec une maniaquerie qui fait sourire. Avec beaucoup de calme et de patience, Gabriel Loire lui répondait et le rassurait.

     

    eglise saint nazaire

    une lettre du chanoine Gouy

     

    Une lettre du 23 mai 1942 relate l’état d’esprit des Nazairiens après les bombardement Britanniques d’avril et du 9 mai :

    « Nous avons eu plusieurs bombardements sérieux qui ont fait pal mal de victimes et beaucoup de dégâts. Les Anglais se comportent comme des bandits, ils jettent leurs bombes n’importe où et n’importe comment. Nous connaissons depuis longtemps la nuit sans sommeil, au fond d’une cave. »

    En effet, les chanoines Crespel et Gouy dormaient dans la cave du presbytère Saint-Nazaire. Les vitraux de l’église avaient presque tous été soufflés, mais le chanoine reconnaissait avoir eu de la chance car aucune bombe ne l’avait atteinte.

    Si l’on se fit à ces seuls courriers, on pourrait croire le chanoine bien futile. En réalité il accourait après chaque bombardement au secours des blessés, distribuait les sacrements aux mourants au milieu des flammes, des explosions, et des cadavres qu’on hissait sur des camions, sans distinction avec ceux encore vivants, mais dont on savait qu’ils ne survivraient pas à leurs blessures, et qui étaient terrorisés à l’idée d’être peut-être mis encore contient dans une fosse.

     

     Le 16 février 1943 une bombe détruisit la sacristie. Il fallut évacuer la cure le 25, et l’ensemble du clergé nazairien se retrouva logé à la maison de la Providence à Saint-Marc[11]. Le mobilier du chœur, le maître autel en bois doré de l'ancienne église, les statues, les albâtres, furent évacués à Nantes, chez les Oblates, avec le reliquaire de Vraie Croix.

    Le 28 février le centre-ville était « un fleuve de feu ». Le 1er mai le transept est fut touché par une bombe. Un morceau s’en décrocha en un seul bloque et tomba net à côté de l’église.

    eglise saint nazaire

    Paul Bellaudeau, mai 1943

     

     

    À partir de là les bombes ne l’épargnent plus, même si elle est évitée par les avions qui les lâchent car elle reste le seul signe de repaire au milieu des décombres de la cité.

    À fin de se chauffer dans la base-sous-marine, les Allemands arrachèrent les pavés de bois.

     

    À la Libération, l’église Saint-Nazaire était avec la Base les deux seuls bâtiment dominants la ville réduite à des tas de pierres.

     

    Le Chanoine Gouy était décédé à Saint-Marc le 5 juillet 1943. La restauration de l’église, évaluée à 46 millions de francs, débuta en 1951, sous la direction de l’architecte Similien Ganachaud, (qui réalisa le nouveau monument aux Morts). Durant le déblaiement, on vola les grilles du chœur dessinées par Gabriel Loire. Le transept est fut reconstruit de juin 1953 à août 1955.

     

    Centre-046-Eglise-de-St-NAZAIRE-1945.jpg

     

    Propriété du Diocèse, elle échappa à la destruction et fut rétablie à l’identique. On modifia uniquement la façade en improvisant son étrange clocher de bois couvert d’ardoises, au-dessus du portail. Et l’on fit le choix de doter l’édifice de vitaux abstraits, dessinés par le nazairien René-Yves Creston, et réalisés par l’atelier Razin de Nantes. Le mobilier fut rapatrié, mais les deux candélabres commandés par le chanoine Gouy, et surtout la relique de la Vraie-Croix n’ont jamais été restitués.

     

    [1]  Kerviler : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/07/24/rene-de-kerviler.html

    Galibourg : http://saint-nazaire.hautetfort.com/maitre-galibourg/

    [2] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/06/26/la-maison-noble-du-sable-seconde-partie.html

    [3] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/07/26/notes-sur-la-famille-de-bregeot.html

    [4] Paroisse fondée par décret du 23 décembre 1873.

    [5] Voir à son propos : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/02/05/la-vieille-eglise-6126779.html

    [6] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2016/11/25/domaine-de-port-gavy-5879135.html

    [7] http://saint-nazaire.hautetfort.com/famille-laborde/

    [8] http://saint-nazaire.hautetfort.com/alfred-caravanniez/

    [9] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/06/30/1468-francoise-d-amboise-devient-dame-de-la-motte-allemand.html

    [10] http://saint-nazaire.hautetfort.com/apps/search?s=la+motte-allemand&search-submit-box-search-70400=OK

    [11] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2013/04/08/la-providence-a-saint-marc.html