Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'Eglise paroissiale Saint-Nazaire

Nous avons dans notre article précédent consacré à la «  vieille église », (http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/02/05/la-vieille-eglise-6126779.html), comment on ce décida à déplacer l’église principale de la Ville en 1882.

 

eglise saint nazaire

En 1882, le Conseil de fabrique, dont étaient membres l’abbé Henri Soulas, René de Kerviler, maître Galibourg[1], et différents autres notables de la ville, (messieurs Aubré, Chenantais, Marcel Lucas, Péneau, Aoustin, Gustin-Stoll, David, et Bernard), avaient pour projet une église monumentale, triomphe de la Foi catholique, digne d’une cité qu’ils espéraient devenir l’un des ports les plus importants de France pour les siècles avenir, ou au moins le plus important de Bretagne.

Le projet fut confié à l’architecte diocésain Mainguy, qui avait succédé en 1884 à Eugène-Pierre Boismen.  Il laissa ses fonctions en 1889 à Pierre Coquillard qui assura le début de la construction, et laissa à son tour sa place et l’édifice inachevé en 1895 à monsieur Yvernogeau.

Mainguy vendit les plans d’un édifice monumental, ayant l’aspect d’une église angevine de style gothique tardif, en granite de Batz, de Clis, de Nantes, et tuffeau de Saint-Savinien et de Chauvigny, avec une nef d’une longueur de 56 m, sur 19 de large, au transept de 31 m sur 9 m de large, le tous sous des voutes culminants à 31 m de haut. Si la longueur correspond à la moitié moyenne d’une cathédrale, sa hauteur sous voute lui vaudra d’être qualifié cinquante ans plus tard par le Chanoine Gouy d’avoir des « proportions de cathédrale », en effet, Notre-Dame de Paris à 33 m de hauteur sous voute, et Saint-Pierre-et-Saint-Pau de Nantes 37,5 m. Encore aujourd’hui, avec sa toiture vertigineuse, l’église Saint-Nazaire reste l’édifice le plus haut du centre-ville, et l’on ne peut que rester songeur quand on sait que le clocher prévu devait avoir une flèche culminant à 70 m de haut, soit 1 m de plus que les tours de Notre-Dame de Paris !

Contrairement à une légende locale persistante, le projet a bien été dessiné pour être édifié à l’emplacement actuel de l’église. Cette légende d’une église prévue ailleurs a deux origines :

1° Le projet d’urbanisation jamais réalisé du domaine du Sable en 1865 par le spéculateur Alphonse-Léopold-Nicolas-Louis Cézard à travers sa société londonienne[2] ;

2° l’opposition provisoire de la municipalité à voir un monument aussi grand si prêt de l’Hôtel de Ville qui se trouvait alors à deux rues de là du côté du port, et qui n’était finalement qu’un petit hôtel particulier exigu, et qui entraina la quête d’autre terrains avant de revenir au choix premier.

 

Le terrain sur lequel est construit l’église appartenait à François-Maurice de Brégeot[3], fondateur de la briqueterie à la Ville-au-Fève. Le terrain avait été acquis pour spéculation mais n’avait jamais trouvé acheteur. Il était devenu une verrue urbain bordée de palissade, dépotoir, lieu de défection, et occupé par quelques baraquements par des ouvriers qui n’arrivaient pas se loger.

Face au refus du Conseil municipale, le Conseil de fabrique envisagea alors d’investir la Place Marceau, ce qui fit protester la Paroisse Saint-Gohard[4] qui occupait l’espace depuis 1874 avec une église provisoire, qui subsista jusqu’au bombardements.

On songea alors à un terrain près du bassin, propriété de la Compagnie des chemins de fer d’Orléans, qui refusa de vendre. Un terrain fut proposé par la famille Dubigeon à proximité de la Sous-préfecture, (la rue de Nantes, actuelle Vincent Auriol, ne débouchait alors pas jusqu’à la rade), mais le prix demandé était prohibitif.

Le Conseil municipal finit par accepter le choix du terrain François-Maurice de Brégeot, l’abbé Soulas s’empressa de l’acheter en son nom et avec ses fonds personnels, pour la somme de 60.000 francs, et après une enquête d’utilité publique, un décret autorisant l’édification fut signé par le président Jules Grévy le 28 juin 1887. L’adjudication des travaux fut donnée le 25 août 1887 à l’entrepreneur Nantais Martin, qui laissa sa place en 1890 à Nolais. Les premiers sondages s’effectuèrent le 14 février 1888, les travaux de fondation débutèrent le 13 mars, et la première pierre, que l’on peut voir, marquée de trois croix, à la base du premier pilier gauche du chœur, fut bénite par le 15 mai par monseigneur Le Coq. Celui-ci inaugural le 28 juillet 1891, jour de la Saint-Nazaire, l’édifice quoiqu’inachevé, durant une cérémonie fastueuse. Notons ici que pour que le parvis puisse faire face à l’avenue, on orienta l’église sur un axe Nord-Sud, et non Ouest-Est.

La première tranche de travaux couta 221.916,30 francs. La construction de l’église était estimée à un coût de 600.000 francs pour sa nef, 200.000 francs pour son clocher jamais réalisé. L’État avait offert 300.000 francs.

On construisit à titre de clocher provisoire une sorte de tourelle en bois, disparue durant la seconde-guerre.

La non réalisation du clocher entraîna celle de la tribune d’orgue, mais aussi la réalisation des sculptures des pierres de parement du porche.

La décoration était tout aussi monumentales, déjà des verrières immenses, réalisées par les vitraillistes Clamens, Meignen et Bordereau, d’Angers, qui représentait les saints de la paroisse et dans certains cas leur anciens lieu de cultes déjà détruit à l’époque, et dont on a malheureusement aucun dessin, mais aussi toute une série d’armoiries à la mémoire des anciens seigneurs nazairiens, des familles donatrices. L’église était en effet une profusion de décors héraldique dont subsiste uniquement les éléments sculptés : les écus des seigneurs qui tenaient les seigneuries de la paroisse à la Révolution, sculptées sur les clefs de voûtes des bas-côtés, alternés avec des écus au nom des frairies. La clef de voûte du cœur reproduite les armes du duché de Bretagne, avec couronne et collier des ordres du l’Hermine et de l’Épis de Blé, elles sont accompagnées de celles de Saint-Nazaire, et du pape Léon XIII. Dans la nef et transepts on trouve les écus d’évêques nantais : Le Coq, de Hercé, (qui avait complété la relique de la Vraie Croix de Saint-Nazaire en 1844[5]) Jacquemont, et Fournier, (qui avait l’habitude de passer ses vacances à Gavy[6]).0

 

eglise saint nazaire

eglise saint nazaire

 

eglise saint nazaire

eglise saint nazaire

 

Les principaux membres du conseil de fabrique, (Galibourg, Kervilers), avec l’abbé Soulas et monseigneur Laborde, évêque de Blois né à Saint-Nazaire[7], eurent l’honneur d’avoir leur visage sculpté sur les chapiteaux de certains piliers. Toutes ces sculptures furent réalisées par messieurs Perraud et Barré.

Le monumentale chemin de croix en plâtre, est l’œuvre de monsieur Bouriché, d’Anger. On avait aussi sollicité le sculpteur nazairien Alfred Caravanniez[8] pour trois statues, Saint Nazaire, Saint Yves, et Françoise d’Amboise[9], qui avait possédé le château de La Motte-Allemand à Saint-Nazaire[10].

 

L’église a deux sacristies, l’une d’entre elles devait servir de musée et contenir les objets anciens provenant des anciens lieux de cultes détruits ou désaffectés. Ce ne fut qu’un espace de stockage jamais ouvert au public, où on relégua entre autres le maître autel en bois polychrome de l’ancienne église.

Luxe suprême, on éclaira les lieux à l’électricité ! Mais l’argent manqua, on n’acheva pas tous les vitraux, alors on se contenta de pavés de bois pour couvrir le sol, d’orgues, certes Cavaillé-Coll, mais au clavier incomplet posé dans une chapelle latérale, et en dehors d’un maître autel en cathédrale de style néogothique commun à toutes les églises de l’époque, le chœur ne reçut aucun meuble.

 

Le 30 novembre 1906 eut lieu, dans le cadre de la Loi de 1905 séparant l’Église de l’État, on procéda à l’inventaire de l’église. La porte est fur forcée à coup de hache par un pompier. L’abbé Soulas, très malade, se fit transporter sur les lieux, et fit valoir que l’église était bâtie sur son terrain, et qu’il en était de fait le propriétaire. On détermina cependant que l’église contenait des objets de culte appartenant à la municipalité, issu de l’ancienne église et chapelles nazairiennes.

 

À la mort de l’abbé Soulas le 24 mai 1909, l’église fut léguée au Diocèse. C’est donc l’une des rares église construite avant la Loi de 1905 à appartenir à un diocèse.

L’abbé Soulas eu le privilège d’être enterré dans le transept ouest.

Il fut remplacé par Donatien Joalland, qui resté en fonction jusqu’à sa mort en 1936 qui ne pratiqua à aucuns travaux, et entassa l’argent des fidèles qui ne comprenaient pas pourquoi il se refusait à meubler le chœur ou à faire restaurer l’orgue, toujours incomplet, qui meuglait quand l’organiste tapait de toutes ses forces sur le pédalier cassé, pour en sortir un son. Au demeurant, il réussit aussi à dépeupler son église au profit de la paroisse Saint-Gohard, et s'illustra en en 1920 refusant d'une façon grossière de procéder à une cérémonie funèbre pour un scaphandrier grec mort asphyxié durant son travail, sous prétexte qu'il était orthodoxe. Faute de trouver un pope, on demanda au pasteur Jospin qui accomplit le culte, ce qui provoqua un grand émoi dans la population et renforça la détestation des Catholiques nazairiens envers Joalland.

 

Son remplaçant, le chanoine Henri Gouy, fut autrement. Son premier prêche le 19 juillet 1936, fut l’annonce d’un véritable programme de reforme et de projet de travaux. Pour connaitre la vie de ce personnage truculent, on se rapportera à la biographie qui lui fut consacrée en 1946 par Maurice Chaignon. Né en 1888 à Saint-Lumine-de-Coutais, il était issu d’une famille de chouans, et ses parents faisaient figure de nobles locaux malgré leur roture, dans leur village, aux yeux des habitants. Il avait hérité d’eux un gout du luxe et de l’apparat dont bénéficia l’église Saint-Nazaire. Il avait aussi la particularité d’être ami depuis le séminaire avec le chanoine Crespel, curé de Saint-Gohard.

 

eglise saint nazaire, gouy

le chanoine Gouy

Découvrant que son prédécesseur avait laissé une somme coquette en caisse, le chanoine Gouy entreprise de déplacer l’orgue derrière le maître autel et le fait complètement restaurer et compléter. Il commanda aussi des stalles, des sièges et tabourets, en chêne de la Sarthe aux ébénistes de La Mellinet, paroisse dont il avait été vicaire. Ces meubles, qui se trouvent encore dans le chœur, furent livrés en avril 1938.

Le chanoine Gouy réussi à faire revenir à lui les paroissiens de sa paroisse,et bénéficia du fait que la rue de Villès-Martin était devenue à partir de 1900, la rue où résidaient les personnes les plus riches de la ville, et celles des grands hôtels. Il trouva de nombreux et généreux mécènes pour financer ces autres travaux de décoration. Il fit ainsi restaurer le maître autel de l'ancienne église et les statues qui en provenaient, et qui dormaient jusque là dans la seconde sacristie.

Il commanda aussi une série de confessionnaux aux mêmes ébénistes qui avaient réalisé les stalles, dont les grilles furent dessinées par Gabriel Loire, (1904-1996). Cet artiste beauceron, surtout connu pour ses vitraux, dont on trouve nombre d’exemplaires en Presqu’île, et notamment en l’église de l’Immaculée à Saint-Nazaire, fut aussi chargé de réaliser les dessins des grilles du chœur, ornement majestueux qui marqua l’esprit des Nazairiens avant la seconde-guerre, tant elles étaient esthétiques. Elles avaient été forgées par une entreprise angevine.

Si l’on en trouve parfois une carte postale réalisée à Saint-Nazaire durant la guerre à la demande du chanoine Gouy, nous vous livrons ici deux photographies issues des archives de Gabriel Loire, et dont son fils a eu la gentillesse de nous faire copie.

 

 

St Nazaire (1).JPG

 

eglise saint nazaire

 

Outre ces grilles, le Chanoine commanda aussi deux candélabres électrifiés, (en fait des lampadaires), dotés de trois globes chacun, qui ornèrent de chaque côté le chœur depuis les trois marches. Le Chanoine se plaignait en effet qu’en hiver il n’y voyait pas suffisamment clair.

En janvier 1940 une rupture d’anévrisme le rendit hémiplégique. Il perdit l’usage de la moitié de son visage, et le prive de la parole. A force d’exercices et de volonté, il arriva dès février à reparler.

Alors que la guerre faisait rage, le Chanoine Gouy, entre prêches et visites en ville pour le réconfort de la population, songeait activement à la décoration de son église et la réalisation de fonds baptismaux pour la chapelle de l’Hôpital. Il en résulte une amusante correspondance avec Gabriel Loire qui s’échelonnent entre 1941 et début 1943.

En premier lieu, cette correspondance nous apprend le projet d’une peinture qui aurait dû être réalisée sur une toile par Gabriel Loire, consacrée à un miracle de Saint-Nazaire, qui aurait dû être maroufler sur la voûte du chœur, (en forme d’ogive, et haute de 2m81), dont le financement était assuré par « un jeune donateur » (la maquette de cette peinture est hélas perdue). Il est aussi question dans une lettre du 26 janvier d’un accident arrivé à l’un des précieux candélabres : un chien étaient entré dans l’église, en avait renversé, brisant l’un globe de verre. Le chanoine en était catastrophé et consacra plusieurs lettres à demandé à ce qu’on lui fasse parvenir des globes de remplacement, insistant sur l’emballage, et les détails de livraison, avec une maniaquerie qui fait sourire. Avec beaucoup de calme et de patience, Gabriel Loire lui répondait et le rassurait.

 

eglise saint nazaire

une lettre du chanoine Gouy

 

Une lettre du 23 mai 1942 relate l’état d’esprit des Nazairiens après les bombardement Britanniques d’avril et du 9 mai :

« Nous avons eu plusieurs bombardements sérieux qui ont fait pal mal de victimes et beaucoup de dégâts. Les Anglais se comportent comme des bandits, ils jettent leurs bombes n’importe où et n’importe comment. Nous connaissons depuis longtemps la nuit sans sommeil, au fond d’une cave. »

En effet, les chanoines Crespel et Gouy dormaient dans la cave du presbytère Saint-Nazaire. Les vitraux de l’église avaient presque tous été soufflés, mais le chanoine reconnaissait avoir eu de la chance car aucune bombe ne l’avait atteinte.

Si l’on se fit à ces seuls courriers, on pourrait croire le chanoine bien futile. En réalité il accourait après chaque bombardement au secours des blessés, distribuait les sacrements aux mourants au milieu des flammes, des explosions, et des cadavres qu’on hissait sur des camions, sans distinction avec ceux encore vivants, mais dont on savait qu’ils ne survivraient pas à leurs blessures, et qui étaient terrorisés à l’idée d’être peut-être mis encore contient dans une fosse.

 

 Le 16 février 1943 une bombe détruisit la sacristie. Il fallut évacuer la cure le 25, et l’ensemble du clergé nazairien se retrouva logé à la maison de la Providence à Saint-Marc[11]. Le mobilier du chœur, le maître autel en bois doré de l'ancienne église, les statues, les albâtres, furent évacués à Nantes, chez les Oblates, avec le reliquaire de Vraie Croix.

Le 28 février le centre-ville était « un fleuve de feu ». Le 1er mai le transept est fut touché par une bombe. Un morceau s’en décrocha en un seul bloque et tomba net à côté de l’église.

eglise saint nazaire

Paul Bellaudeau, mai 1943

 

 

À partir de là les bombes ne l’épargnent plus, même si elle est évitée par les avions qui les lâchent car elle reste le seul signe de repaire au milieu des décombres de la cité.

À fin de se chauffer dans la base-sous-marine, les Allemands arrachèrent les pavés de bois.

 

À la Libération, l’église Saint-Nazaire était avec la Base les deux seuls bâtiment dominants la ville réduite à des tas de pierres.

 

Le Chanoine Gouy était décédé à Saint-Marc le 5 juillet 1943. La restauration de l’église, évaluée à 46 millions de francs, débuta en 1951, sous la direction de l’architecte Similien Ganachaud, (qui réalisa le nouveau monument aux Morts). Durant le déblaiement, on vola les grilles du chœur dessinées par Gabriel Loire. Le transept est fut reconstruit de juin 1953 à août 1955.

 

Centre-046-Eglise-de-St-NAZAIRE-1945.jpg

 

Propriété du Diocèse, elle échappa à la destruction et fut rétablie à l’identique. On modifia uniquement la façade en improvisant son étrange clocher de bois couvert d’ardoises, au-dessus du portail. Et l’on fit le choix de doter l’édifice de vitaux abstraits, dessinés par le nazairien René-Yves Creston, et réalisés par l’atelier Razin de Nantes. Le mobilier fut rapatrié, mais les deux candélabres commandés par le chanoine Gouy, et surtout la relique de la Vraie-Croix n’ont jamais été restitués.

 

[1]  Kerviler : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/07/24/rene-de-kerviler.html

Galibourg : http://saint-nazaire.hautetfort.com/maitre-galibourg/

[2] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/06/26/la-maison-noble-du-sable-seconde-partie.html

[3] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/07/26/notes-sur-la-famille-de-bregeot.html

[4] Paroisse fondée par décret du 23 décembre 1873.

[5] Voir à son propos : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/02/05/la-vieille-eglise-6126779.html

[6] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2016/11/25/domaine-de-port-gavy-5879135.html

[7] http://saint-nazaire.hautetfort.com/famille-laborde/

[8] http://saint-nazaire.hautetfort.com/alfred-caravanniez/

[9] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/06/30/1468-francoise-d-amboise-devient-dame-de-la-motte-allemand.html

[10] http://saint-nazaire.hautetfort.com/apps/search?s=la+motte-allemand&search-submit-box-search-70400=OK

[11] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2013/04/08/la-providence-a-saint-marc.html

Commentaires

  • Magnifique travail ! Merci.

Les commentaires sont fermés.