Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

panama

  • Consuls et vice-consuls nazairiens

    Plusieurs de nos lecteurs ont été surpris, à la lecture de nos articles consacrés aux Protestant de Saint-Nazaire[1], à Marc Hélys[2], et à la Villa Victor[3], furent surpris, donc, d’apprendre qu’il y avait eu des représentations diplomatiques à Saint-Nazaire.

    Les Nazairiens sont tellement habitués à ne voir barboter dans les bassins du port que des géants d’acier en construction ou en réparation qu’ils ont occulté le fait que le port a été initialement construit pour le trafic maritime, et qu’il y avait, outre les voyageurs et marins en provenance du continent américain et du Nord de l’Europe, différentes communautés étrangères résidentes.

    Il est vrai qu’après la seconde-guerre-mondiale le Gouvernement décida de favoriser le Havre en matière de transport, et ne laissa à Saint-Nazaire « que » la construction navale, avec un projet de port industriel qui ne vit finalement jamais le jour, et pour lequel on avait poussé les murs des bâtiments du Vieux Saint Nazaire, de la rue Henri Gautier, et justifié le déplacement de la gare au bout d’un terre plain nouvellement gagné sur les marais de Prézégat. Projet qui, précisons-le, avait été organisé dès le bombardement de mars 1943 en s’appuyant sur un plus ancien qui voulait déjà envoyer la gare à Méan dans le but de dégager les terrains le long du bassin de Penhoët.

    Tout cela fit que tous ces ressortissants étrangers ne revinrent jamais à Saint-Nazaire, et que les représentations diplomatiques nazairiennes disparurent. Il ne reste que quelques portes drapeaux fixés à des balcons et bowwindows de demeures bordant le boulevard Wilson pour rappeler ce temps où les pavillons de pays lointains émaillaient nos rues.

     

    Le sujet des délégations diplomatiques à Saint-Nazaire a été écarté par nos deux grands historiens locaux, Henri Moret et Fernand Guériff, et nous n’avons pas trouvé de publication consacrée à ce sujet. Notre approche semble donc inédite, et nous la livrons après avoir consulté le Moniteur Universel, le Journal Officiel, les almanachs commerciaux et du Gotha, et puisé dans la mémoire nazairienne.

     

    Les dates indiquées sont celles des exequatur accordés par la France.

     

    1857, la Prusse et le Royaume de Suède-et-Norvège :

    Les royaumes de Prusse et de Suède-et-Norvège furent les premiers états à se faire représenter à Saint-Nazaire dès janvier 1857 avec la même personne : G.-H. Boulard, vice-consul du Royaume de Suède-et-Norvège, et agent consulaire pour la Prusse. En 1869 les représentations furent séparées :

     

    Suède-et-Norvège, (rue Villès-Martin) : Thierry Smits, vice-consul en mars 1869 ; remplacé par le vice-consul de Danemark Joos van Ameyden van Duym agent consulaire en 1871, promu vice-consul en février 1874, (il fut aussi représentant des Etats-Unis d’Amérique et du Danemark)[4] ; Quirouhard, vice-consul en 1894 ; Schanche, consul au Havre avec juridiction du le département de la Loire-Inférieure en août 1900.

     

    Suède (1 place de la Vieille Eglise) : Joseph Dousset, vice consul en 1933.

     

    À la suite de l’indépendance du royaume de Norvège en 1905, Joos van Ameyden van Duym devint vice-consul de ce pays en juin 1906 ; Victor Dupin (1854-1916), directeur de la succursale nazairienne de Hailaust et Fils, vice-consul en juillet 1908, dont nous avons déjà parlé ; monsieur A.J.M Bellan vice-consul en 1919, secrétaire des corps consulaire nazairien en 1935.

     

    Ce consulat fut loger d'abord dans l'immeuble encore existant du 59 rue de La Paix, puis place de la Vieille-Ville en 1938.

     

    Le royaume de Suède désigna A. Gautier comme vice-consul en 1907 ; H.P. Mosesson vice-consul en 1919 .

     

    L’empire allemand ayant été proclamé le 18 janvier 1871, la représentation de la Prusse devient celle de l’Allemagne : L.-R.-Th. Quirouard, agent consulaire en octobre 1872, puis vice-consul en 1877 ; H. Zelling, vice-consul en 1882 ; J. O’Hagan vice-consul en 1884 (rue de Nantes) ; René Le Bozec, vice-consul en juin 1892 (place des Bassins).

     

    1859, L’Espagne, (Rue de Villès-Martin en 1890, rue du Prieuré en 1893 ; puis 28 rue de l'amiral Courbet durant l'entre-deux-guerres) :

    Luis Genú y Regio, vice-consul en juin 1859 ; Francisco Carpi, vice-consul en 1887 ; Damaso Ruis de Lazurriaga en avril 1870 ; Federico Moreno y Albareda, vice-consul en décembre 1874 ; José-Maria-Fernandez Quiros, vice-consul en 1876, puis consul en mars 1877 ; Mariano Brusola y Tellez en décembre 1881[5] ; Emilio de Pereira 1889, qui fut suppléé, ainsi que ses suivants, par un vice-consul ; Rafael Acquaroni en décembre 1893 avec Léopold Gabard vice-consul (toujours en poste en 1924) ; Juan -Manuel Bel y Serrano consul en décembre 1902 ; Ferez del Pulgar consul en 1913 ; I. Plana en 1919 ; Antonio Bauzale vice-consul, puis consul en mars 1920, (il avait possédait le Restaurent Espagnol à l'angle des rues des Chantiers et de Penhoët, face au bassin) ; T. de La Guarda consul en 1922 ; Luis Temes y Fernandez consul en mai 1926 ; Guy Aveneau vicomte de La Grancière,  (Malguénac 12 mai 1889 -  Savenay 11 septembre 1959), agent consulaire en juin 1929, vice-consul en 1938.

     

     

    1860, l’Uruguay et les États-Unis d’Amérique :

     

    Si le consulat des États-Unis d’Amérique n’eut qu’une existence éphémère, et fut rapidement remplacé par des agents consulaires, et l’Uruguay avec un vice-consulat, fut constamment présent jusqu’à l’entre-deux-guerres.

    L’Uruguay fit succéder deux membres de la même famille, Edouard Gallès père, et Edouard Gallès fils. Les Gallès ont été aussi les deux premières personnalités de confession juives qui se sont distinguées à Saint-Nazaire. Edouard Gallès père, (1801-1868), qui faisait du commerce maritime, avait débuté comme vice-consul du Brésil à Bordeaux, et s’était distingué par sa personnalité autant que par ses poésies et odes, qui ont mal vieillies mais qui eurent leur temps un certain succès[6]. Son poème « Hommage à LL. MM. L’empereur Faustin et à l’impératrice d’Haïti, le Nègre esclaves dans le Brésil élevant son âme vers l’empire haïtien », publié chez Dubuisson et C° à Paris en octobre 1858, quelque mois avant la chute du dictateur, lui valut une décoration. Il en possédait d’ailleurs un certain nombre, dont la plus importante était celle d'Officier de l’Ordre de Charles III d’Espagne. Il était aussi membre de l’Institut Historique de France[7]. C'est en grande partie à Edouard Gallès père que Saint-Nazaire doit d'avoir obtenu l'exclusivité des lignes Transatlantiques vers l'Amérique-Centrale, dite Ligne des Petites et Grandes Antilles. Consulté en 1857 par la Commission parlementaire  qui devait attribuer les lignes maritimes, il défendit bec-et-ongle Saint-Nazaire, alors que les journaux de Bordeaux et du Havre lancèrent contre lui des attaques. (il est regrettable qu'on ait pas à Saint-Nazaire donné son nom à une rue.) 

    Âgé et malade, était reparti à Bordeaux en 1867, où Charles Ceylis, mirliton local, lui écrivit une ode en martyrisant Calliope. Edouard Gallès père avait laissé ses affaires nazairiennes à son fils, qui reçue à son tour l’exequatur de l’Uruguay, et conserva cette fonction jusqu’à son décès. En 1888 B. Lagrange devint vice-consul, puis ce fut E.-Louis Bernard en octobre 1903 jusqu'en 1914. En 1914 le consulat fut déplacé à Nantes.

     

    Les États-Unis d’Amérique, (6 rue du Traict en 1888 ; boulevard de l'Océan en 1899) : le nom de leur premier consul était Routrée. Il fut remplacé par Joos van Ameyden van Duym, (déjà cité) agent consulaire en octobre 1867 ; Henri-Prince Sutton, le vice-consul britannique, fut agent commercial en 1882 ; Aubré, délégué consulaire, en 1888 ; Henri-Prince Sutton, consul en 1890 ; Thomas Saukey en juin 1899, . En raison du débarquement des troupes étasunienne en 1917, qui multiplièrent par deux le nombre d’habitant à Saint-Nazaire, Gabriel Bie Ravndal reçu l'exequatur de consul général en janvier 1918 ; par la suite le consulat fut déplacé à Nantes.

     

    1861, le Danemark, (chez Latouche place du Bassin à partir de 1900) :

     

    Gustave Boucard, vice-consul en 1861; François-Clément-Constant Boudet, vice-consul en janvier 1873 ; Joos van Ameyden van Duym, vice-consul en 1881, (déjà cité comme représentants des Etats-Unis d’Amérique) ; M.A. Bourcard en 1898 ; Appolon-Aimé-Charles-Joseph La Touche, vice-consul, (fut aussi consul du Guatemala) ; Max La Touche, fils du précédent, vice-consul en 1910, (aussi consul du Guatemala en 1911 et du Portugal en 1917, puis de la République dominicaine en 1922).

     

    consul,consulat,saint-nazaire,prusse suède,norvège,allemagne,espagne,uruguay,États-unis d’amérique,danemark,salvador,pérou,italie,mexique,le guatemala,nicaragua,colombie,russie,belgique,pays-bas,chili,venezuela,république dominicaine,brésil,haïti,honduras,portugal,royaume-uni,Équateur,grèce,autriche-hongrie,monténégro,argentine,cuba,panama,bolivie,costa rica,roumanie

    Apollon-Aimé-Charles-Joseph La Touche durant la semaine maritime de 1908. Ce fut pour lui l'occasion de réceptionner le prince Axel de Danemark, cadet de la marine danoise à bord du Hendal.

     

    Les La Touche, père et fils, négociants, place des Bassins, dont les entrepôts portaient le long des quais le nom Latouche et Fils en grandes lettres, étaient moqués, en raison de leur accumulation de titres consulaires et leur course aux décorations, par la méchante formule : « La Touche et la prend ».

     

     

    1862 l’El Salvador, (24 rue des Caboteurs) :

     

    Eugène Rozier, vice-consul avril 1862 ; Francisco de Paolo Calcaño, vice-consul en 1879, (aussi consul du Chili) ; Charles Robert vice-consul en juillet 1892 (aussi consul du Honduras) ; A. Evain, consul en 1895, supplée d’un vice-consul. Entre 1895 et 1898 le pays fut réuni à la Grande république d’Amérique central (avec le Nicaragua et le Honduras), Eugène Carré en fut nommé consul en octobre 1896 ; à nouveau indépendant : Eugène Grouhand consul en 1902 ; F.-T. Laurent consul en 1921 ; Joseph Laurent consul en 1933.

     

    1864, le Pérou et l’Italie :

     

    Le Pérou fut présent dès 1864 avec un consulat partagé avec Nantes, (25 rue Villès-Martin, puis de 1938 à 1939 à La Virées Bel-Air ; au établissement Latouche en 1939) : Abertini consul ; Jean-Baptiste Bourbeau, (1814-1878), surnommé « Batista », consul en 1868, (il fut aussi représentant du Chili, du Venezuela, et du Guatemala)[8]; M. O. Rojas en 1870 ; E. Patron, consul 1877 ; Alexandre-K. Coney, consul du Mexique, fut désigné co-gérant du consulat en 1881 avec Aníbal Le Blanc Balbontin  du Chili ; Jules-César Le Blanc, consul en 1887 ; Gustave Laganry vice-consul en 1890 pour Nantes et Saint-Nazaire ; Manuel Uscategui Toro consul en décembre 1882 ; C. Arosemena y Jofré consul général en 1893, secondé de Albert Lepré vice-consul (aussi à Nantes) ; Edouard de Patron consul en 1894 ; C. Arosemena y Jofré à nouveau en 1896 avec Gustave Laganry vice-consul ; A. Lepré consul pour Nantes et Saint-Nazaire en 1898 ; C. Arosemena y Jofré à nouveau en septembre 1903 ; Elie Creston consul pour Nantes et Saint-Nazaire en novembre 1906 ; J. Araoz, consul en 1913 ; Gaillermo de Heredia, consul avec juridiction sur les départements de Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine, Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Morbihan, et Mayenne en août 1917 ; Manuel-Angel Velarde, consul avec juridiction sur les départements de Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine, Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Morbihan, et Mayenne en septembre 1918 ; Carlos Anderson comme vice-consul en janvier 1920 ; E. Althaus, vice-consul en 1922 avec F. Urgate comme chancelier  Emilio Althaus consul à Nantes et Saint-Nazaire en octobre 1923 ; Argimbaud, consul en 1929 ; Pierre Le Duc, chargé de consulat, en 1935 (domicilié Virées Bel-Air) ; Max Latouche vice-consul en mars 1939 avec juridiction sur les départements de Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine, Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Morbihan, et Mayenne.

    Italie : Jean-Pierre Aubré, délégué consulaire du royaume d’Italie en 1864 toujours en fonction en 1890 ; Adrien Baudet agent consulaire en 1895 ; Adophe Cotton agent consulaire en novembre 1920

     

     

    1866, le Mexique, le Guatemala et le Nicaragua, la Colombie, et la Russie :

    consul,consulat,saint-nazaire,prusse suède,norvège,allemagne,espagne,uruguay,États-unis d’amérique,danemark,salvador,pérou,italie,mexique,le guatemala,nicaragua,colombie,russie,belgique,pays-bas,chili,venezuela,république dominicaine,brésil,haïti,honduras,portugal,royaume-uni,Équateur,grèce,autriche-hongrie,monténégro,argentine,cuba,panama,bolivie,costa rica,roumanie

    Tampon du consulat du Mexique à Saint-Nazaire en 1899, collection privée.

     

    Mexique, (rue Villès Martin en 1879 ; 27 rue de l'Océan en 1902 (face au Grand Café) ; 45 rue Henri Gautier durant l'entre deux guerres) : Thomas Vial. Lui succédèrent : M. Maneyro, désigné comme agent commercial en 1873 ; Maneyro consul en 1875 ; Alexandre-K. Coney fut nommé consul en 1879, et assura aussi la représentation péruvienne, qui, ayant été promu à Paris, fut remplacé par Carlo Americo Lera (1855-1926), dont nous avons retracé la carrière dans l’article consacré à son épouse Marie, femme de lettres sous le nom de Marc Hélys. Promu secrétaire d'ambassade de première classe au Guatemala le 6 novembre 1890 Carlos Americo Lera fut replacé par le général Platon Roa, consul général en décembre 1890, secondé par E. Carvalo nommé chancelier, puis par monsieur Bernard ; docteur Salvador Quevedo y Zubieta consul général en mai 1908 ; Federico L. de La Barra en novembre 1911 ; G. de Heredia en 1918 ; Ramón Lera, (fils de Carlo Amicano), consul en mars 1923 avec pour vice-consul L.F. Castro, puis Ernesto Mercker  (décédé en janvier 1924) ; Jose Arguimbeau en novembre 1927 ; à nouveau Ramón Lera en 1935, avec Fidel Ugarde comme chancelier ; Max Latouche en 1939 avec domiciliation du consulat aux établissement Latouche place des bassins.

     

    Le Guatemala et le Nicaragua furent représenté conjointement par : Adolphe Bouret, consul en août 1866.

     

    Puis le Guatemala seul : Jean-Baptiste (Batista) Bourbeau, (déjà cité), vice-consul en mai 1867 ; Battendier consul en 1872 ; Etienne-Guillaume Robert consul en décembre 1882, (il le sera aussi d’Haïti) ; puis Appolon-Aimé-Charles-Joseph La Touche, consul décembre en 1886, (déjà comme vice-consul du Danemark) ; Max La Touche, fils du précédent, (déjà cité comme vice-consul du Danemark et du Portugal), consul en août 1911, le consulat était alors domicilier aux établissement La Touche place des Bassins.

     

    Nicaragua seul : Auguste Saint-Ange-Bossière consul en décembre 1881 ; François (dit Francisco) Barbier consul en 1913, (aussi consul du Honduras) ; Emile Crénaud, consul en 1938, (24 rue des Caboteurs dans le même immeuble que le consulat du Costa-Rica).

     

    La Colombie, (sous les différentes formes de son nom, (Nouvelle-Grenade, Etats-Unis de Colombie, Colombie), (Rue de Paris ; rue de Nantes en 1902 ; 5 rue du Palais en 1920 ; 6 rue Waldeck-Rousseau en 1938) : Simon Coste[9], consul en mars 1866, (il le sera ensuite de Belgique) ; Proto Gornez, consul en février 1867, suppléé d’un vice-consul ; Sallustien Villar consul en mai 1868 ; Fernando Conde consul en novembre 1868 ; A. Paez consul en 1871 ; Nicolas Perdra Gamba, consul en novembre 1871 ; Rodrio S Pereira consul en janvier 1873 ; Gutierrez consul nommé fin 1873 ; Guzman consul en 1874 ; L. G. Rivas consul en 1875 ; P. Flore consul en 1876 ; L. Angulo consul en 1881 ; M. Uscategui Toro consul en 1883 ; Domingo Cajiao Caldas consul en août 1884 ; Ramon Gœnaga en novembre 1884 ; J. Laborde consul en 1886 ; Carlos Benedetti consul en novembre 1890 ; Nicolas J. Casas consul en juillet 1895 ; Nicolas Casas consul en octobre 1901 ; François Moreau consul en 1902 ; Rafael Osorio consul en janvier 1903 ; Francisco Vergara Baros consul en 1905 ; Luis Enrique Bonilla, consul en janvier 1907 ; Rufino Cuervo Marques consul en mars 1908 ; Ricardo Sanchez Ramirez consul en novembre 1910 ; Jorge Moya Vasquez consul en 1912 ; Carlos Arbelaez Urdaneta en décembre 1914 ; Julio-M. Ferandez consul en juillet 1919 ; C. Tamayo consul en 1922 qui assurait aussi la représentation du Costa Rica ; Nassier, vice-consul en 1924, secrétaire de la Chambre de comemrce de Saint-Nazaire ; Carlos Sanz de Santa Maria en juillet 1928 ; Edouard Lamand en 1933 jusqu'à la guerre ; Les consuls de ce pays changeaient tellement souvent que les invitations étaient rédigées au seul « monsieur le consul », sans mention du patronyme, et on les identifiait dans les salons à leurs décorations à la boutonnière ! 

     

    La Russie eut dès 1866 un agent consulaire et commercial pour la représenter à Saint-Nazaire (rue Thiers, puis place des Bassins) : Lucas (dit aussi Lucien) Huette, qui fut promu vice-consul en 1881, et vit ses fonctions être entendus à Nantes en 1884 ; Adrien-Eugène Daguzan, vice-consul en septembre 1915. Ce vice-consulat fut supprimé par le régime soviétique en 1922.

     

     

    1868, la Belgique, des Pays-Bas, du Chili et du Venezuela :

     

    Belgique, (rue Thiers, puis quai Demange) : Simon Coste, (déjà cité), consul en 1868 ; Henri Gustin-Stoll, (1826-1890), en septembre 1886 ; Henri Gustin-Stoll fils, consul en novembre 1890[10] ; secondé par Maurice Carré vice-consul en 1929 ; J.-Emile-Adrien Daguzan, (1867-1941), consul en septembre 1935 à la suite de Henri Gustin-Stoll fils, qui était aussi vice-consul Pays-Bas, (consulat alors domicilier au siège de son entreprise quai Demange).

     

    Pays-Bas, (rue du Parc à l'Eau, puis en 1894 ) : Thiery Smits, vice-consul en mai 1868, Luppo-Everliadus Zelling vice-consul en février 1874[11] ; Georges Fourchon vice-consul en février 1883 ; J.-Emile-Adrien Daguzan, vice-consul en juillet 1895 jusqu’à son décès en 1941.

     

    Le Chili et le Venezuela eurent pour vice-consul en commun de 1868 à 1872 Jean-Baptiste Bourbeau, (déjà cité), promu consul du Venezuela en août 1870, avec Screiber comme vice-consul ; .

     

    Puis le Venezuela seul (11 rue Charles Brunelier en 1938) : Bermudez consul et Bergeaud comme vice-consul en 1876 ; Francisco de Paolo Calcaño consul en 1880, (aussi vice-consul de l’El Salvador) ; Louis Docteurvice-consul en février 1886, (natif de Moselle, il était publiciste et avait collaboré à plusieurs journaux parisiens et avait dirigé un journal à Nice) ; Juan Pablo Diez, consul en 1887 ; Benjamin Lagrange consul en février 1888, secondé d’un vice-consul en 1890 ; Ilosendo Blanco consul en juillet 1895 ; Lagrange en 1896 ; R. Hurtaldo consul en 1913 ; P.E. Cardenas consul en 1915 ; Asejivlo Negretti consul en juillet 1916 ; Avendado Losada consul jusqu'en en 1935, doyen du corps consulaire en 1933 ; Maurice Carré vice-consul en 1933 ; Hector Pietri consul avec juridiction sur les départements de Loire-Inférieure, Côtes-du-Nord, Finistère, Ille-et-Vilaine, Maine-et-Loire, Morbihan, Mayenne, Sarthe, Deux-Sèvres, Viennes, et Vendée en octobre 1938 ; Francisco Navarette consul en décembre 1939.

     

    Le Chili seul (rue du Croisic en 1902 ; boulevard de l'Océan en 1935) : Nicolas Pereira-Gamba consul en 1872 ; Aníbal Le Blanc Balbontin  consul en 1880, (nommé cogérant du consulat du Pérou et consul de Bolivie en 1887) ; Aníbal Le Blanc Balbontin  chargé en 1890 ; Rosendo Blanco consule n 1902 ; Césars Flores Blanco consul en janvier 1904, aussi vice-consul du Paname, du Costa-Rica, du Pérou et du Brésil ; L. E. Femandez consul en 1917 ; César Flórès Blânco en 1923 jusqu'à la guerre, aussi vice-consul du Paname, du Costa-Rica, du Brésil, et du Pérou.

    Consul, consulat, saint-nazaire, Prusse Suède, Norvège, Allemagne, Espagne, Uruguay, États-Unis d’Amérique, Danemark, Salvador,Pérou,Italie, Mexique, le Guatemala, Nicaragua, Colombie, Russie,  Belgique, Pays-Bas, Chili, Venezuela   , République dominicaine,  Brésil , Haïti ,  Honduras, Portugal, Royaume-Uni , Équateur, Grèce, Autriche-Hongrie , Monténégro, Argentine, Cuba, Panama , Bolivie, Costa Rica , Roumanie

    Le consulat du Chili vers 1905, la maison fut remplacée à la fin des années 1930 par l’immeuble actuel situé au 49 boulevard du Président Wilson.

     

     

    En 1869 la République dominicaine, le Brésil et Haïti :

     

    République dominicaine, (rue du Dolmen) : Auguste Chérot, consul en mars 1869 ; Alfred Mercier, consul en 1884 ; François-M. L’Houen, consul en 1891 ; François L'Honen, consul en 1902, (rue des Caboteurs) ; François Moreau consul en juillet 1907 ; Gaston-Charles La Touche en 1910, aussi consul du Portugal, mobilité en 1914, tuée en 1916[12] ; Max La Touche, son frère, le remplaça.

     

    Brésil : Émile Chevalier, vice-consul en juin 1869 ; nous ignorons les noms des représentants suivants jusqu’à celui de César Flórès Blânco, vice-consul en 1904 qui à partir de 1914 fut aussi vice-consul du Paname, du Costa-Rica, du Chili, et du Pérou.

     

    Haïti : Paul-Charles-Théodore Eudel consul octobre 1869, personnalité oubliée des Nazairiens mais bien connue à Nantes où une rue porte son nom, il était né au Crotoy (Somme) le 20 octobre 1837 ; armateur et négociant d’abord à Nantes, puis à Saint-Nazaire. Célébre collectionneur et chroniqueur d'art en son temps, sous différents pseudonymes il produisit différents ouvrages traitant d’art et de voyages, l’opuscule « Locutions nantaises » en 1884, collabora à l’écriture de plusieurs pièces. En 1884 il fut remplacé comme consul par Etienne-Guillaume Robert, mais repris ses fonctions en 1890. Il décéda le 18 novembre 1911 à Cellettes. Guillouët, chancelier en 1902 ; Coahour en 1894.

    Consul, paul eudel, consulat, saint-nazaire, Prusse Suède, Norvège, Allemagne, Espagne, Uruguay, États-Unis d’Amérique, Danemark, Salvador,Pérou,Italie, Mexique, le Guatemala, Nicaragua, Colombie, Russie,  Belgique, Pays-Bas, Chili, Venezuela   , République dominicaine,  Brésil , Haïti ,  Honduras, Portugal, Royaume-Uni , Équateur, Grèce, Autriche-Hongrie , Monténégro, Argentine, Cuba, Panama , Bolivie, Costa Rica , Roumanie

    Paul Eudel

     

    En 1870 le Honduras :

     

    Atys Goy consul en juin 1870[13] ; Charles Robert consul en 1887, (aussi vice-consul de l’El Salvador) ; entre 1895 et 1898 le pays fut réuni à la Grande république d’Amérique central (avec le Nicaragua et l’El Salvador), Eugène Carré fut nommé consul en octobre 1896 ; redevenu indépendant, sa représentation nazairienne resté à Eugène Carré ; François (dit Francisco) Barbier consul en 1914 ; E.J. Crenaud consul en 1919 ; à nouveau François (dit Francisco) Barbier consul en 1923 ; Léon Rotte, consul en juin 1926 jusqu'à la guerre.

     

     

    1873, le Portugal :

     

     Damaso Ruiz Lazuriaga vice-consul du Portugal en janvier 1873 ; Gaston-Charles La Touche, déjà cité, en 1911, remplacé à sa mort, en 1917, par son frère Max La Touche.

     

     

    1874, le Royaume-Uni, (boulevard de l'Océan en 1902 ; place Marceau en 1908 ; 31 rue de Méan en 1935) :

    L’ouverture de la ligne de la Royal Mail avec la France par Saint-Nazaire fit que le Royaume-Uni nomma Henri-Prince Sutten vice-consul, qui fut aussi agent commercial des U.S.A.. Lui succédèrent : Harry Elford Dickie vice-consul en mai 1889 ; Emile Mary, vice-consul en 1895 ; Harry Elford Dickie, vice-consul en 1902 ; Alfred Triollot vice-consul en janvier 1908 ; vice Cecil William Cove agent consulaire août 1914 ; W. Cove, vice-consul en 1915 ; G.W. Huggins vice-consul en 1919 ; S.A. Mac-Intosh vice-consul en 1920 ; Arthur Raffin en 1929 et juqu'à la guerre.

     

     

    1877 l’Équateur,(rue de l'amiral Courbet) :

     

    Enrique Gaspard vice-consul en 1877 ; H Dorn y Alsua, vice-consul en 1887 ; C. Rendon Perez, vice-consul en 1894 ; A. E. Calderón, vice-consul en 1898 ; Angel Tola Carbo vice-consul en 1901 ; Mario B. Espinel consul en novembre 1902 ; Vicanor Cuellar del Bio Guarderas, consul en 1912 ; Alberto Arrate, consul en juillet 1920 ; B. Esinet, consul en janvier 1923; Fernando Maidonado, consul en août 1926 jusqu'à la guerre.

     

    1892, la Grèce et l’Autriche-Hongrie :

     

    Grèce,  : La représentation diplomatique de ce pays nous est mal connue. Citons cependant : Émile Mary, vice-consul 1892, (il le fut aussi du Royaume-Uni en 1895) ; Emile Mary, vice-consul en 1902 (rue de Paris) ;  ; Duc, vice-consul en 1929 ; E.-J. Ducau, vice-consul en 1933, (4 avenue Villebois-Mareuil) ; Demetrius Amira, (Directeur Général de l'Énergie électrique de la Basse-Loire), vice-consul avril 1938, (66 bis boulevard Wilson).

     

    L’Autriche-Hongrie eu un représentant commercial en 1892.

     

     

    1897, le Monténégro :

    Barbier, consul en 1897 de la principauté puis du royaume de Monténégro. Consulat disparu avec l’annexion du Monténégro par la Serbie en 1918.

     

     

    1900, l’Argentine, (1 rue de l'amiral Courbet en 1933) :

    De Nion, consul en 1900 ; puis rattachement au consulat de Nantes ; Garcia-Mellès consul en 1930 ; Joachin Pourtale en 1933 jusqu'à la guerre.

     

     

    1904, Cuba, (24 rue de l'Océan ; 47 rue de Villès-Martin en 1933 ; 24 boulevard de l'Océan en 1938) :

    Tejedor, vice-consul en 1904 ; Auguste Guillouet, vice-consul en août 1906 ; A.G. Garcini, vice-consul en 1908 ; Alfredo Lopez Trigo, vice-consul en décembre 1909 ; Garcin en 1910 avec César Flórès Blânco comme consul suppléant ; Prospero Pichardo y Arredondo, vice-consul en octobre 1911 ; Alfredo Zayas y Arrieta, vice-consul en novembre 1912 ; Luis Valdes Roigt vice-consul en avril 1915, puis consul, doyen des consuls de Saint-Nazaire en 1924, resta en poste jusqu'au 4 octobre 1933, date de sa nomination à Santander (Espagne) (chevalier de la Légion d'Honneur en juillet 1928) ; avec pour chancelier Estefano ; J. Carballa consul en 1938, président des corps consulaire de Saint-Nazaire

    consul,consulat,saint-nazaire,prusse suède,norvège,allemagne,espagne,uruguay,États-unis d’amérique,danemark,salvador,pérou,italie,mexique,le guatemala,nicaragua,colombie,russie,belgique,pays-bas,chili,venezuela,république dominicaine,brésil,haïti,honduras,portugal,royaume-uni,Équateur,grèce,autriche-hongrie,monténégro,argentine,cuba,panama,bolivie,costa rica,roumanie

    Luis Valdes Roigt, Le Courrier de Saint-Nazaire, 6 janvier 1934

     

     

    1906 ; le Panama, (5 rue du Four de Marsain juqu'en 1935, puis 28 rue de l'amiral Courbet) :

    José Paredes, consul en 1906 ; A. Uribe, consul en 1908 ; Fabio Rios, consul en 1910 ; Julis Valdès, consul en juillet 1911 ; Carlos Zachrisson, consul en février 1912 ; Fabio Rios, consul en avril 1913 ; César Flórès Blânco, vice-consul à partir de 1914 consul en 1920, qui fut aussi vice-consul du Chili, du Costa-Rica jusqu'en 1924, Pérou. et du Brésil ; Evenor Ilay, consul en avril 1937, avec pour vice-consul Guy Aveneau vicomte de La Grancière qui était vice-consul d'Espagne.

     

     

    1907, la Bolivie :

    Aníbal Le Blanc Balbontin consul en 1887 ; Edouard (dit Edouardo) Wolff, (1844-1933), chevalier de l'ordre National du Condor de Los Andes, combattant médaillé de 1870-1871, consul de Bolivie en mai 1907, inhumé au cimetière de La Briandais avec ses deux épouses.

     

     

    1914, le Costa Rica, (24 rue des Caboteurs) :

     

    César Flórès Blânco, vice-consul en 1904 qui à partir de 1914 fut aussi vice-consul du Paname, du Pérou, du Chili et du Brésil ; Auguste Richard, consul en septembre 1924 jusqu'à la guerre.

     

     

    1921, la Roumanie :

     

    de Rouard, consul pour Nantes et Saint-Nazaire en 1921.

     

     

     

    [1] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/03/08/les-protestants-de-saint-nazaire-6134427.html 

     

    [2] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/04/04/mari-lera-saint-nazaire-iyi-ak%C5%9Famlar-6141565.html 

     

    [3] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2018/06/21/la-villa-victor-a-porce-6061203.html

     

    [4] Né en 1843, il était le fils d’Abraham van Ameyden van Duym et d’Anna Dorothea Julia Nissen. Il avait épousé Jeanne-Marie Laurent, dont il eut une fille, Reine-Gabrielle, née en 1866, qui épousa le 7 octobre 1885, à Saint Nazaire, Louis-Auguste-Raymond Robinet de Plas, agent des postes et télégraphe à Saint-Nazaire (1859-1944) qui succéda à son beau-père dans le négoce.

     

    [5] Il fut ensuite envoyé en juin 1889 à Sète, puis à Paris en 1900.

     

    [6] L'Univers israélite : journal des principes conservateurs du judaïsme, de septembre 1868 lui consacra une courte nécrologie.

     

    [7] Société savante fondée en 1833 et disparue en 1957 qui avait pour but de propager et de perfectionner les études historiques.

     

    [8] Né à Poitier le 26 octobre 1814, issu d’une famille notaire dont la filiation suivie est à Poitier depuis 1516, fut capitaine de frégate, agent de la Compagnie Générale Transalantique à Saint-Nazaire, chevalier de la Légion d’Honneur. Il avait épousé le 30 juin 1845 Laure Oseli (décédée à Paris le 9 juin 1881), dont il eut :

    1° Marie-Joseph-Ravmond, (24 juin 1848 - à Saint- Nazaire 3 mars 1867) ;

    2° Eugénie-Marie-Thérèse, née le 4 juin 1850 ;

    3° Marcel-Jean-Baptiste-Julien, né à Toulon, le 10 mars 1834, marié à Paris, le 7 juillet 1887, à Eugénie

    Mein ;

    4" Marie-Louise-Georgette-Eugénie, née à Toulon le 14 juillet 1861.

     

    [9] Représentant de la maison Haentjen à Saint-Nazaire, mort à Bourguenais le 22 mars 1895. Il était originaire du Croisic, et avait épousé Amélie-Louis-Marie Béatrix, dont il eu pour fils Henri, marié avec Marie-Amélie-Léontine Benoist, nièce du docteur Alcide Benoist. - Il était le cousin des frère Émile-Joseph Coste, (1814-1878), sauveteur en mer fameux, Jules Coste, (1826-1897), supérieur du Petit-Séminaire de Valognes, et Yves-Edouard Coste, (1824-1895), maire d’Auray de 1888 à 1896.

     

    [10] Henri Gustin-Stoll, (Chantenay juillet 1826  – Saint-Nazaire 7 septembre 1890), fils de Nicaise-Urbain Gustin, et de Françoise Stoll ; fournisseur de navires au quai de la Fosse à Nantes, puis à Saint-Nazaire à l’angle des quais Wattier et du Commerce. Il habitait rue Thiers. Époux de Clémentine Fraisse, (Nantes 18 août 1826 – Saint-Nazaire 2 décembre 1910), tout deux enterrés au cimetière de La Briandais ; d'où :

    1° Henri Gustin-Stoll, (né le 6 octobre 1860- Saint-Nazaire 1935 enterré au cimetière de La Briandais), négocient et agent maritime, agent maritime et négocient, associé à Adrien-Eugène Daguzan, chevalier de la Légion d’Honneur en 1905 ; époux de Louise Sentis, (1862- Laplume en Lot-et-Garonne le 19 février 1944), d'où 9 enfants et 22 petits-enfants ;

    2° Nancy, (1863-1909) épouse de Gabriel Houis, (†1909).

     

    [11] Propriétaire de la compagnie de transport maritime Zelling et C° à Saint-Nazaire.

     

    [12] Fils d’Apollon La Touche, né le 2 mai 1881 à Saint-Nazaire, en 1914 sous-lieutenant au 62ème régiment d'infanterie, mort de ses blessures le 26 janvier 1916 à Somme-Suippe (Marne).

     

    [13] Atys, courtier, consul du Honduras, conseiller municipal, (il provoqua la démission du maire Auguste Desanges le 18 mai 1884), chansonnier qui publia en 1869, chez l’éditeur nazairien Fronteau, « Hilariter. Les Chants de La Vécrie » un recueil de chanson à boire, il fut d’ailleurs le grand ami de Gustave Nadaud, chansonnier célèbre en son temps. À Propos de sa famille voyez : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/07/19/titre-de-la-note.html