Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le Vieux-Môle

    Saint-Nazaire était doté depuis les temps anciens d’un havre d’échouage, le portereau, ou plage du petit Traict, situé le long des murailles Nord, dans l’anse vaseuse que formait la Loire au pied du logis seigneurial, remplacé à partir de 1580 par une église (connue à la fin du 19e sous le nom de vieille église). Ce havre s’étendait jusqu’au rocher de Penhoët, (y avait des blocs de pierre posés sur la rive avec des anneaux plus en amont), et était nommé « Anse de la Ville Halluard ». Les navires calant plus de 4 m venaient s’y échouer quand la Loire charriait des glaçons. Ce portereau avait de l’importance, le duc Jean V considérait Saint-Nazaire comme la principale « yssue » de Bretagne, de même qu’Henri IV et Louis XIII, la Compagnie néerlandaise des Indes orientales avait songé un temps y établir un comptoir, proposant le financement de la construction d'une digue submersible qui aurait rendue navigable la Loire jusqu'à Nantes même à mare-basse, à la condition que l'on lui attribua le port de Saint-Nazaire en franchise. L’Intendant de Bretagne dans son Arrêt du 3 avril 1714, jugeait que « Saint-Nazaire est un port de mer recommandable pour [le] commerce [du vin par mer et Loire] », cela s’explique par le fait que Saint-Nazaire, outre sa situation et son vignoble[1], était dispensée du droit de billot[2], mais aussi par le fait que la route menant à Nantes depuis l’estuaire et la presqu’île était une ancienne voie romaine en mauvais état et longue à suivre, et qu’il était plus pratique pour les habitants de Guérandes, du Croisic, et de Paimboeuf, de se rendre à Saint-Nazaire pour y embarquer à bord de navires remontants la Loire. On accédait au portereau par des marches depuis la Place de l’église. Il y avait une sorte de digue qui le protégeait, faire de grosses pierres posées sur les rochers, on en pouvait accéder en barque qu’aux flos ou à la fin de l’èbe entre cette digue et les navires dans l’estuaire. Il y avait à proximité un petit chantier de radoubage.

     

     

    vieux-mole, saint-nazaire, portereau, port

    Charles Beilvaire, le portereau en 1832, aquarelle d’après une autre plus ancienne,

    publié dans Le Courrier de Saint-Nazaire du 4 janvier 1936

     

    Jean-Baptiste Ogée, dans son Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, en 1778, estima qu’il fallait construire « un môle de 150 toises » pour l’embarquement des voyageurs de Paimboeuf et Guérande.

    Le 20 mars 1795 un « rapport des pilotes à l’administration maritime » avait émis le vœu que « pour la sureté et la facilité de la navigation, il soit fait une soit fait une jetée qui commencera depuis la cale jusqu’aux derniers rochers, avec une arche dans l’un de ses points pour faciliter le passage des chaloupes ».

    On ne fit jamais suite à leur demande.

    En 1802 il fut projeté un arsenal maritime par les ingénieurs Goury et Groleau, qui resta en carton.

    Les 9, 10 et 11 août 1808 Napoléon Ier descendit la Loire depuis Nantes jusqu’à Saint-Nazaire, dans le but d’établir un port profond ne dépendant pas des marées, et des chantiers navals. L’architecte nantais Mathurin Curcy lui proposa les plans d’un projet à construire à Saint-Nazaire qu’il avait mis au point avec son frère, et qui comprenait l’élévation d’un grand môle et le creusement d'un canal au niveau de l'isthme, ce qui préfigurait la Nouvelle-entrée du port actuel. Si Napoléon s’enthousiasma pour celui-ci, le Ministère ne saisit les Pont-et-Chaussées pour une étude que le 26 mars 1812 ! Ce furent les ingénieurs Sganzin et Prony qui furent chargés d’entreprendre une étude minutieuse du fleuve, dans laquelle il ressortit : « le seul point où un grand établissement pût être construit était Saint-Nazaire ».

    Le 23 juin 1822 un pyroscaphe, bateau à vapeur et roue à aube, assura le transport journalier des voyageurs entre Saint-Nazaire et Nantes. Ce bateau avait été lancé par le chantier Guibert de Nantes, et baptisé « Loire » , il appartenait aux consuls étasuniens Fenwick et Strobel. Il fut l’année suivante concurrencé par « Le Courrier », autre pyroscaphe appartenant aux armateurs nantais Tranchevent, Gaillard et Vince. Le Courrier partait de Nantes à 7 h et arrivait à Saint-Nazaire entre 11 h et midi en fonction du temps, et repartit à 14h pour arriver à Nantes à 18 ou 19 h. Cette mécanisation du transport fluviale obligea a municipalité nazairienne à réagir. La construction fut mise à l’ordre du jour du Conseil par le maire Charles Blanchard les 12 octobre 1822 et 28 septembre 1823. En s’appuyant sur les difficultés d’accès au port et à l’avantage qui en résulteraient de l’édification d’un môle :

    « Considérant :

    1e que Saint-Nazaire, placé sur un rocher fort élevé, est environné d’autres rochers beaucoup moins hauts, mais qui le rendent pour ainsi dire inabordable ; que la rade qui se trouve au Nord-Est de ce lieu contient presque toujours un grand nombre de forts bâtiments qui y restent ancrée sur le mouillage excellent, sans craindre de toucher, même à la basse mer des plus forte marées ; que ces bâtiments, soit qu’ils entre en rivière ou qu’il soient sur leur départ, ont besoin de se ravitailler, ce qu’ils font avec leurs embarcations, mais avec grandes difficultés ;

    2e Que Saint-Nazaire est le lieu d’embarquement des habitant des villes et bourgs du Croisic, de Guérande, du Pouliguen, de Piriac, de Mesquer, et autres qui se rendent à Nantes ;

    Le Conseil Municipal est d’avis unanime :

    1e Qu’il est de la plus grande nécessité qu’un môle, long d’environ 400 mètres et d’une hauteur convenable au-dessus des plus grandes marées, soit construit depuis l’extrémité des rochers qui s’avancent de l’Est, Sud-Est de Saint-Nazaire jusqu’à la rue qui descend au rivage ; qu’il résulterait de l’édification de ce môle ou chaussée de très grand avantages ; qu’en outre les pilotes pourraient toujours à ce moyen, tenir leurs chaloupes à flot et se trouver par conséquent à même de porter, quelque heure de marée que ce soit, les secours ou assistances dont les navires qui entrent en rivière on toujours besoin ;

    2e Que dans l’endroit appelé le Courceau, on face une arche, dont la largeur doit être proportionnée à la quantité d’eau qui est susceptible de passer à cet endroit – cette eau dont le cours sera très rapide, entrainera avec elle toutes les vases qui, sans cette arche, s’accumuleraient dans le port et qui dans peu d’années finiraient par le combler entièrement ;

    3e Que pour la sûreté des bâtiments, il sera nécessaire de construire à l’extrémité du susdit môle une petite tour élevée de quelques mètres, au sommet de laquelle on pourrait mettre, au moins pendant les six mois d’hier, un fanal. »

     

    Le 11 mars 1827 un avis favorable du conseil municipal fut donné pour le plan de l’ingénieur Plantier des ponts et chaussées.

    Le projet comprenait un môle avec un fanal tour dressée sur le musoir de la jetée, reçu l’approbation du directeur général des Ponts et Chaussées le 25 octobre 1827. Une grande jetée de 185 m 45 de longueur à son extrémité, percée à 73 m de sa racine par une voute de 8 m de long d’ouverture e 8 m 5 de rayon.

    L’adjudication des travaux fut accordée au profit de l’entreprisse Perredeau le 19 decembre 1827 au prix de 2444.410 francs et 19 centimes.

     

    En 1828 la Compagnie « Les Riverains de La Loire », replaça les deux compagnies de transport en pyroscaphe. Son navire fut nommé « Le Rapide » et filait à 10 Noeux, ce qui faisait chavirer à son passage les petites barques. Balzac dans son roman « Béatrix », paru en 1829, se plaignit de l’absence de débarcadère entre le vapeur et le rivage.

    (Notons ici que le bac à vapeur depuis Mindin et Saint-Nazaire ne fut établit qu’en 1863 par monsieur Bergmann.)

     

    vieux-môle,saint-nazaire,patrimoine,port,porteau, pyroscaphe

     

    La construction fut longue, il fallut apporter les pierres à l'aide de chars à bœufs qui défoncèrent la chaussée menant à Saint-Nazaire, et la rue principale du bourg, ce qui provoqua des protestations et des frais supplémentaires.

    L’ingénieur Lemierre succéda à Plantier, et présenta le 22 mai 1831 une modification en proposant la construction d’une cale latérale en amont du mole d’abri, à partir de la culée droite de la voûte de chasse, et celle d'une pente d'accès au portereau pouvant permettre l'embarquement des animaux, dont l’ajout fit s’élever les frais à 320.000 francs. 

     

    vieux-môle,saint-nazaire,patrimoine,port,porteau

    vieux-môle,saint-nazaire,patrimoine,port,porteau

    Plans du Môle par les Ponts-et-chaussées en 1835

     

    Longue de 111 m et large de 6 m, élargi à 8 à son extrémité, avec une plateforme située à 8 m 45 au-dessus de la laisse de la basse-mer pour porter le phare, et accessible aux voitures, le Vieux-Môle fut achevés à la fin de l’année 1835. Le 1er janvier 1836 un feu blanc à occultation régulière, d’ne puissance lumineuse de 25 becs Carcels et d’une portée de 10 milles, brilla à 15 m 40 au sommet du fanal du môle pour la première fois.

    vieux-mole, saint-nazaire, portereau, port

    Charles Beilvaire, dessin publié dans Le Courrier de Saint-Nazaire du 22 janvier 1939

     

    vieux-môle,saint-nazaire,patrimoine,port,porteau

     On pratiquait le carénage sur le traict à son abri, le patron gréeur était monsieur Moreau, dont le fils a produit plusieurs dessins, aquarelles et peintures du vieux Saint-Nazaire.

     

    vieux-môle,saint-nazaire,patrimoine,port,porteau

    Embarquement des vaches

     

     

    Le jour de Noël 1856 on inaugura par une grande fête le bassin à flot du port voulu par Napoléon III. Le Môle perdit son rôle principal, ne devenant que la jetée d’un feu de position. Le portereau disparut sous l’élévation des fortifications faites de monticule de terre (Saint Nazaire aurait dû être fortifiée), puis par les nouvelles parois du bassin. Le Vieux-Môle avec la création des quais du port, et plus encore par la construction du Quai des Marées (Jetée Ouest de la Nouvelle-Entrée), perdit environs 25 m de longueur depuis la terre, rendant inutile l’arche à désenvaser du portereau.

    Utilisé comme place publique, on s’y réunissait pour discuter et observer les entrée et sorties du port par la Vielle-Entrée. Avec une longue vue on pouvait observer jusqu’au-delà de la Barre des Charpentiers les voilures.  Les pécheurs à la ligne y passaient leurs journées, les jeunes gens leurs soirées d’été en rêvant de devenir marins. Le Vieux-Môle pris le surnom de « Pointe des blagueurs », car les marins s’y réunissait et racontaient leurs voyages de façon un peu fantastique. Il en reste le souvenir de deux vieux marins qui avaient voyagé sur le même navire, qui racontaient de la même manière les mêmes histoires de voyage, les mêmes détails sur l’équipage et la même tempête qu’ils avaient essuyés en plein océan, mais qui se traitaient mutuellement de menteur en disant ne s’être jamais vu à bord… Cela dura des années, amusant la ville qui s’attendait à une bagarre, et cela devint un énorme gag quand un vieil officier de marine fit escale à Saint-Nazaire, et reconnaissant les deux marins démêla l’affaire : ils avaient navigué sur le même navire, avec le même équipage, dans les mêmes mers et rivages, mais… à un an d’intervalle ! Ils ne s’étayent pas aperçu de ce détail en raison du fait que durant ces deux voyages dans la même mer, les navires avaient essuyé un typhon…

     

    Le phare fut remplacé le 31 décembre 1904 la tourelle préexistante qui culminait sur une plateforme qui fut arasée.

    vieux-mole, saint-nazaire, portereau, port

    Avec le nouveau phare en 1905

     

    vieux-mole, saint-nazaire, portereau, port

     

    Le parapet nord du Môle fut détruit par le raz-de-marée du 9 janvier 1924

     

    Dans les années 1930 la fréquentation du Môle était réduite, on avait vidé de presque tous les commerces le quartier, et il ne restait que des habitations modestes et des hangars. Cela devint même un endroit dangereux le soir, des agressions eurent lieu, on osait plus sortir à la nuit tomber vider son pot de chambre sur les rochers, (il n’y avait pas d’égout, ni de fosse, ni même d’eau courante dans le Vieux-Nazaire avant sa destruction). On ne s'y rendait plus que certains dimanches ensoleiller. La destruction de la Vieille-ville l'isola totalement.

     

    vieux-môle,saint-nazaire,patrimoine,port,porteau

    la lentille du phare en 1936

     

    [1] Carte du vignoble nazairien : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2015/11/25/carte-du-vignoble-nazairien-5722067.html 

    [2] À propos de la dispense du droit de billot : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/07/09/saint-nazaire-pays-de-vignobles-dispense-du-droit-de-billot.html 

  • La " Vieille-église "

    vieille-église, saint-nazaire

    La « Vieille-église », dessin de Paul Bellaudeau publié dans Le Courrier de Saint-Nazaire du 2 mai 1931.

     

    vieille-église, saint-nazaire

    La Vieille-église en 1830, dessin de Charles Beilvaire d’après un tableau disparu, publié dans Le Courrier de Saint-Nazaire du 7 octobre 1933.

     

    152_001.jpg

     

    Nous l’avons expliqué dans notre article précédent, les Nazairiens obtinrent du vicomte, Charles d’Avaugour, de transformer les restes manoir fortifié féodale ruiné durant la Guerre de Cent ans en église. Cela fut entrepris entre 1580 et 1584, date à laquelle le culte est officiellement pratiqué dans ce nouveau lieu consacré.

     

    L’emplacement de cette église, et donc de l’ancien manoir féodal des Vicomtes de Saint-Nazaire, se situait à proximité du portereau et de l’estuaire, proche de là où est aujourd’hui le Vieux Môle.

     

    vieille-église, saint-nazaire

     

    Emplacement de la vieille-église et donc du logis féodal des vicomte de Saint-Nazaire

     

    Cette église reprenait des éléments de murailles déjà élevé, on relatait encore au milieu du 18ème siècle l’existence d’anciennes marches saillantes dans une encoignure extérieure du mur Nord, à côté de la porte de la chapelle du Rosaire, et dont on devinait encore l’emplacement au moment de la destruction en 1896. Cette chapelle du Rosaire, latéral à la nef, et contiguë au chœur était la partie où le vicomte et les autres seigneurs de la paroisse avaient leurs bancs, et où ils étaient inhumés, ce qui explique l’existence d’une entrée particulière. Les autres restes du manoir féodal avaient disparu des aveux depuis 1673, ce qui laisse supposer qu’on les avait finalement arasés. En effet, un nouveau cimetière s’était constitué autour de l’église, et fut bientôt délimité par des murs.

    Outre l’autel du Rosaire, il existait quatre autres autels dans le style de la Contre-réforme, dédié à la Vierge et à saint Nazaire, encadrant un autel principal, et un cinquième situé dans une seconde chapelle latérale, consacré à la Vraie Croix. La paroisse possédait en effet une relique constituée de deux lamelles du bois de la croix que les Empereurs latins de Constantinople disaient avoir été celle du Christ, et qu’ils avaient gagé auprès de la république de Venise, et rachetée par Saint Louis, qu’il émietta en présent à ses vaisseaux, alliés, et amis. Les deux lamelles étaient collées en tau sur un morceau de parchemin rangé dans un reliquaire. La présence de Saint-relique faisait que nombre de pèlerins venaient à Saint-Nazaire pour l'Exaltation de la Croix chaque 14 septembre, elle était suivit le lendemain par une grande foire. Le droit de la manipuler, et de récolter l'argent des dons dans le tronc quil lui était associé entraîna des querelles. En 1709 on du saisir le Présidial de Nantes à ce propos. Il fut alors interdit au recteur de Saint-Nazaire « de se mêler directement ou indirectement des deniers et de la boyste de la précieuse Vraye Croix  », mais n'ayant que faire de la décision du Présidial, le recteur avait fait réalisé une copie de la clef du tronc, ce dont se lamenta le conseil de la Paroisse dans le compte rendu de son assemblée générale du 3 novembre 1709. Cette relique était enchâssée dans un reliquaire d'argent sculpté.

    Le style des autels cités était celui de la contre-réforme, en bois sculpté, peint et doré. On en conserve qu’un seul élément, le retable avec tabernacle qui se trouve sur l’autel du cœur de l’église Saint-Nazaire actuelle.

    La nef centrale de l’église, avaient la particularité d’avoir en sa première partie, et sous le clocher, des colonnes de bois qui étaient en réalité six anciens mats offerts par des marins. Ils supportaient un plafond plat en lambris, que J. Desmars disait être« ignoble ». Un jubé de bois réalisé en 1682 par Pierre Hayard, artisan nazairien, séparai la nef du chœur. Les arcades, mettant en communication les chapelles et le chœur, étaient en plein-cintre et fort larges, de sorte qu’on apercevait sur une seule ligne les cinq autels de face. la nef dans sa partie haute et les chapelles latérales avaient des plafonds à voûte de bois. Plusieurs peintures sur toile décoraient le sanctuaire, celle de l’autel du rosaire avait été réalisée en 1657 par un peintre nantais, Jean Le Coutz, un baptême du Christ avait été peint en 1780 pour orner les fonds baptismaux, par l’atelier des peintre Collet, père et fils, et avait couté la somme astronomique de 300 francs au conseil de fabrique. On leur trouva tous les défauts au 19ème siècle, et elles furent mises au rebut quand on détruisit l’église.

     

    saint-nazaire- vieille-eglise

    Plan de l’église dressé par Henri Moret, et ici repris par Fernand Gueriff dans "le Vieux Saint-Nazaire ", éditions Jean-Marie Pierre.

     

    Du décor on a aussi conservé en statue de bois polychrome, un ange gardien doré qui devait être un ornement de l’autel principal, une stature dite de Notre-Dame du Bon Port, la Vierge de douleur et Saint-Jean priant, œuvres du 15ème siècle, anciens ornements d’une poutre de gloire, qui provenaient de la première église, dite « chapelle Notre-Dame d’Espérance » au 19ème siècle, ainsi que deux reliefs en albâtre anglais, La Jérusalem céleste et Le Couronnement de la Vierge,  acquisitions courantes par les marins bretons durant les ventes qui eurent lieu en Angleterre à la suite de la Réforme. L’ensemble des boiseries étaient donc colorés, dorés, c’était un décor riche même si les éléments étaient de qualité variable.

    Le clocher était surmonté d’une croix de fer qui surmontait une girouette de cuivre doré en forme de main, nommée par les Nazairiens « main du bon accueil ». Conservée dans les collections municipales, elle mesure 43 cm de long sur 38 cm de large,pour une épaisseur de 3 mm. La tradition était que quand les couvreurs œuvraient sur le toit de l’église, ceux-ci décrochaient la main, et la baladaient ensuite dans la ville, en la présentant à chaque maison. Les gens donnaient alors quelques pièces qui servaient à payer le redorage.

    vieille-église, saint-nazaire

    La croix du clocher fut détruite par la foudre le dimanche 16 janvier 1739 durant la messe, au moment de l’élévation. L’orage arracha la majeure partie de ardoises de l’église, et y eu plusieurs blessés qui décédèrent des brûlures. On remplaça la croix[1] et refit le toit, mais l’ouragan de 1751 causa de nouveaux dommages.

    Le clocher comportait plusieurs cloches, trois d'entre-elles nous sont connues : la première d'un poids de 900 livres, fut baptisée le 13 décembre 1734 « Françoise », elle eut pour marraine Perrine de Carné, vicomtesse de Saint-Nazaire et baronne puis baronne de Marcein, épouse de Joseph du Boisbaudry, comte de Langan, et pour parrain Jacques Le Pennec, seigneur du Bois-Joalland ; la seconde, dite la Grosse Cloche, avait un poids de 1065 livres, fut baptisée en 1767 et eut pour parrain René-Jean Bonin, comte de La Villebouquais, co-vicomte de Saint-Nazaire, et pour marraine la co-vicomtesse Louise-Françoise Raoul de La Guibourgère, épousede  Jean-Baptiste-Elis Camus de Pontcarré, seigneur de Viarmes ; la troisième, d'un poids de 200 livres, fut baptisée le 5 juin 1778 « Jeanne-Marie », en hommage à l'une des filles d'Alain-Jacques-René Bonin de La Villebouquais, elle remplaçait une précédente tombée du clocher dans la nef en ayant transpercé le plafond lambrissé en juillet 1772.

     

     

    En 1792 le curé Constitutionnel de Saint-Nazaire, nouvellement nommé, Yves Guinoys, voulu prendre pour son usage l'argent déposé dans le tronc de la Vraie-Croix, faisant valoir la sentence du Présidial de Nantes de 1709 qui en attribuait le contenu à la seule paroisse, il fut arrêté par les Gendarmes et mis en prison à Guérande. Le tribunal du district l’acquitta, jugeant qu'il ne pouvait pas savoir.

     

     

    En 1794 le culte catholique fut interdit, l'église fermée, et la direction du District de Guérande exigea qu’on lui fasse parvenir tous les objets d’art et précieux ayant servi au culte. Le maire, Jean-François Allançon, pris la décision d’envoyer le reliquaire d’argent, mais conserva chez lui la relique. Il la concevra plusieurs années, et alors que le culte catholique n’était plus autorisé en France, il dressait chez lui chaque 14 septembre un autel dans sa maison, et réunissait secrètement les notables de la ville pour une messe. Craignant des problèmes avec les gendarmes, il finit par la remettre au chapelain de Marsain, l’abbé Rouaud, qui avait refusé de s’assermenter, et s’était caché durant toute la période révolutionnaire. Quand l’église fut rendue au culte en avril 1802, il fallu attendre la fin des tractation entre Napoléon et le Pape pour que puisse être nommé au débit de l'année 1803 Jean Crossay, ancien curé du Croisic, comme curé de Saint-Nazaire. La relique de la Vraie-Croix  fut alors restituée et retrouva son autel.

    En 1844, l’évêque, monseigneur de Hercé, fit dont d'une troisième lamelle issue de la Vraie Croix. On l'ajouta à la relique nazairienne en transformant le tau en croix latine. La relique mesurait environ 2 cm de hauteur et de largeur.

     

    eglise saint nazaire

     

    En 1867 un poids de l’horloge placée dans le clocher tomba, perça le plancher, et atterrie dans la nef alors qu’on célébrait la messe.

    Vers 1880 le suisse, dit le Grand Blancho, fit tomber en pleine messe une pille de chaises, provoquant la frayeurs des paroissiens à qui l'on répétait depuis presque quinze-ans que le clocher leur tomberait sur la tête !

    Ce fut prétexte pour dire qu’il fallait une nouvelle église. On se mis à dire qu’elle était aussi laide et sans intérêt patrimonial. En réalité l’église était condamnée par les agrandissements du port, et en 1882 on lança activement le projet d'un autre lieu de culte.

    On entreprit ainsi la construction de l’église Saint-Nazaire actuelle, où la messe fut célébrée à partir de juillet 1891, mais ce ne fut qu’en 1895 que la désacralisation de la « Vieille-église » fut prononcée. La destruction eu lieu en 1896. Il fallut employer la dynamite, preuve qu’elle était bien plus solide que ce qu’on avait raconté pour justifier sa destruction. L'église contenait de nombreuses tombes de notables (plusieurs capitaines et sénéchaux seigneuriaux), et d'anciens seigneurs de la paroisse. Dans la crypte de la chapelle du Rosaire, la chapelle seigneuriale réservée à la noblesse, il fut trouvé une urne de plomb contenant le cœur de Perrine de Carnée, vicomtesse de Saint-Mazaire et baronne de Marcein, décédée le 16 février 1754, épouse de Joseph du Boisbaudry,comte de Langan. Elle fut remise à la famille de Carné qui le fit placé dans son enfeu de Saint-Aubain de Guérande. Les ossements des anciens seigneurs connurent la fosse commune au Cimetière de Toutes-Aides, tout comme les ossements issu du curage du cimetière qui fut effectué jusqu'à atteindre la roche. Huit convois par chariot transportèrent les restes à Toutes-Aides. Dans les gravats on trouva des monnaies dont nous avons déjà parlé ici : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2015/10/18/des-pieces-chinoises-dans-le-cimetiere-5702134.html

     

     

    vieille-église, saint-nazaire

    Démolition de la vieille église par Paul Bellaudeau

     

    [1] Cela fut réalisé par le serrurier du Pouliguen, Jean Lamarre, qui fut payer 45 livres.

  • Ancien chapelle Notre-Dame d’Espérance

     

    Si le nom de Notre-Dame d’Espérance est celui de la paroisse de Pertuischaud et de son église circulaire, bel exemple de construction religieuse des années 1950, il fut auparavant celui d’une chapelle située dans le Vieux Saint-Nazaire, au point le plus élevé du rocher, rasée en 1906, là où se dresse aujourd’hui le quartier du Petit-Maroc[1], .

     

    Remontant le temps, jusqu’au début du Moyen-âge. Il ne nous est pas possible d’affirmer si cette chapelle était l’église dont parle Grégoire de Tour à propos de la légende du Baudrier d’or, même si c’est la théorie de Desmars à laquelle s’opposait maître Galibourg[2] qui voulait que la ville se situait à l’origine au lieu-dit « la Vieille-Ville », nom qui pourrait en réalité désigner l’emplacement d’un bourg antique. Faute de documentation, et plus encore de fouilles archéologiques, matière encore balbutiante quand on urbanisa à la fin du 19ème siècle, nous nous bornerons à dire que le bâtiment désigné au 19ème siècle sous le nom de « Chapelle Notre-Dame d’Espérance », était initialement l’église de la ville médiévale de Saint-Nazaire.

    Dominant l’agglomération, ce long bâtiment à une seule nef sous une toiture à plafond voûté de bois, doté un temps d’un clocheton en façade, était orienté vers l’Est, comme le voulait la tradition. Cette église offrait l’aspect simple de ses consœurs bretonnes, et donc architecturalement très proche de la chapelle de Penchâteau au Pouliguen. Comme elle, elle comportait une porte principale à deux ventaux face au chœur, et une petite porte latérale au milieu du mur sud dans le gout de la seconde moitié du 14ème siècle. Si l’éclairage se faisait par les baies du chœur.

    Sa situation au sommet du rocher de Saint-Nazaire, tout comme son orientation, rendait la construction vulnérable aux vents et tempêtes. L’église fut aussi incendiée durant la guerre de Cent-ans, déclarée en ruine en 1373. Les archives du Vatican, que les pères G. de Lesquen et Guillaume Mollat, chapelains de Saint-Louis-des-Français à Rome, avaient consulté pour la rédaction de leur livre « Mesures fiscales exercées en Bretagne par les Papes d'Avignon à l'époque du Grand Schisme d'Occident », publié en 1903 par A. Picard, révèlent que la Papauté d'Avignon, accordât des indulgences aux fidèles qui voulussent bien concourir aux frais de réparation. La Bulle papale précise : « Désirant donc que l'église paroissiale de Saint-Nazaire, au diocèse de Nantes, dont les constructions, ont par suite des longues guerres qui dirent encore, été détruite et réduites à rien ainsi qu'il nous l'a été affirmé, soit réparée et fréquentée avec les honneurs habituels. »

    L'église ne fut reconstruite que partiellement ; on recula le chœur de plusieurs mètres. C'était une maçonnerie à trois pans, avec deux baies en arc et un mur central sans ouverture devant lequel fut placé un retable. Les deux sculpture qui sont dans l'actuel chœur de l'actuelle église Saint-Nazaire, à savoir la « Vierge de douleur » et « Saint-Jean priant », que l'on date du 15ème siècle et qui devaient être des ornements d'une poutre de gloire, proviennent de cet ancien lieu de culte.

    Les dommages réguliers dus aux tempêtes poussèrent les habitants à solliciter en 1580 leur seigneur, Charles d’Avaugour, à obtenir l’autorisation de transformée les ruines de l’ancien logis seigneuriale, détruit durant la guerre de Cent-ans, en église et d'en remployer les pierres. En 1584 l’église usuelle de la paroisse était définitivement fixée sur la place au bord de la Loire, ce sera le bâtiment nommé « Vieille-église » au moment de la construction du Port, (nous lui consacrerons un article).

    Cependant l’église initiale, au sommet du rocher, resta pour Rome la seule église principale de la paroisse, si bien que quand en 1660 Jean de Carné acquit la vicomté de Saint-Nazaire, il fit modifier le portail d’entrée de celle-ci en ajoutant de chaque côté son écu dans un quadrilobe, car c’était encore le siège de la paroisse où il avait le pas sur les autres seigneurs locaux.

     

    Armes de la famille de Carné :

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche, carne

    D’or à deux fasces de gueules.

    Dans les premières années du 18ème siècle, les Gardes côtes édifièrent un corps de garde au bord des flots, sur le bas du cimetière, au sud de la chapelle.  Durant le creusement des fondations de ce nouveau bâtiment, il fut découvert « plusieurs cadavres qui avaient sept pieds de haut, et dont quelques-uns avaient encore des casques[3] », ce qui fait des sépultures de 1 m 80 à 1 m 90 de long.

     

    Sur le cadastre seigneurial du 18ème siècle, dit par Fernand Guériff « plan Goinard », (du nom de son découvreur en 1980), on lit la mention « Grande chapelle, autrefois grande église de Saint-Nazaire ».

     

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche

    Ce plan nous renseigne aussi sur le recul du chœur en précisant l’emplacement des ruines de l’ancien, et délimite « Le grand cimetière ».

     

    La chapelle fut employée jusqu’en 1749 comme chapelle mortuaire, quoique le cimetière qui l’entourait fut désaffecté au profit du nouveau constitué autour de l’église le long de la Loire.

    1749 fut donc la date de sa désaffection comme que lieu de culte ; une tempête avait une nouvelle fois endommagé sa toiture, qui fut sommairement réparée par les militaires qui en firent un magasin. Restitué à la paroisse, le clergé y établit l’école.

     

    À la Révolution la chapelle devint la propriété de la commune, l’enseignement de l’école fut confié à des laïcs, puis déplacée. Le cimetière en parti vendu par lots remployés comme jardins potagers, la plus grande part revenant à l'Armée pour l'usage de son fort, (une simple batterie). La grande chapelle tomba peu à peu en ruine et servant au stockage militaire jusqu’au retour des Bourbon. On entreprit alors de lui rendre sa fonction primitive, mais ce n’est qu’en 1860 qu’une restauration, dans le goût troubadour, en modifia la façade, la dotant d’un œil de bœuf bordé de rinceaux qui se rêvait rosace, et d’un clocheton qui ne reçut jamais de cloche ! On préféra poser devant l’arc de celui-ci, le 27 novembre 1860, une colonne néo-gothique supportant une Vierge à l’Enfant en fonte, oeuvre du sculpteur Fourchon, de Nantes, d’après un dessin de l’abbé Rousteau. Cette jolie statue - oeuvre du sculpteur Fourchon, de Nantes, d’après un dessin de l’abbé Rousteau.

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche

     

    Enfin, on fit établir de larges baient à fronton triangulaire dépassant la pente du toit, toutes sur le même modèle, trois à chaque flanc. Le résultat était laid et le lieu, rebaptisé Notre-Dame d’Espérance, servit peu au culte. A l’intérieur on réalisa une voûte en plâtre peinte en bleu avec des étoiles or, on plaça des statues de saints en plâtre plâtres, un Chemin de Croix de gravures, et de maigres bancs. Quelques ex-votos de marbre furent fixés aux murs blancs, ainsi que quelques maquettes de navires pendues au plafond. L’autel était une don de la famille de Villiers de Heloup, (qui possédait une propriété face à l'océan à l'emplacement de l'actuelle Place Franklin Roosevelt).

     

    ancien-chapelle,notre-dame-d-espérance,saint-nazaire,jardin-des-plante,porche

    intérieur de la chapelle

     

    Peu de messes y furent célébrées. On se contentât d’y faire le catéchisme et en 1896 elle fut à nouveau désaffectée et employée comme magasin pour les sacs de ciment du port.

     

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche

    La chapelle en 1872, dessin d’après photographie originale, par Charles Beilvaire, le Courrier de Saint-Nazaire du 20 août 1932.

     

    Le percement de la Nouvelle-entrée entraîna sa destruction. La chapelle n’était pourtant pas dans l’axe du percement, mais il faut décider de raboter le haut du rocher. Outre la destruction du lieu de culte, ce nivellement du sommet du Vieux-Saint-Nazaire entraîna le curage de l’ancien cimetière en août et juillet 1906. On trouva des sarcophages en granites qui furent estimé antérieurs au 11ème siècle, l’entrée d’une crypte, une fosse contenant les ossements entremêlés de chaux des victimes de la peste de 1501, (que certains prirent au début pour les victimes de Carrier), des cercueils en châtaigner dont les clous à tête biseautée remontaient avant le 17ème siècle, un autre cercueil contenait des restes datant du règne de Louis XIV d’un homme dont les dentelles, les étoffes, et les souliers étaient dans un bon état de conservation, et qui tenait en ses main un chapelet d’ivoire. Maître Galibourg, ainsi que messieurs Luc Totain et G. Billard, vinrent observer les découvertes[4]. Mais rien en fut conservé. Les objets archéologiques ou monnayables furent partagés, dispersés. Les ossements furent mis dans des charrettes recouvertes de draps mortuaires, et conduit par le clergé à la fosse du cimetière de La Briandais, le 23 août 1906.

    De la chapelle furent conservés la statue de fonte de la Vierge à l’Enfant avec sa colonne placée sur la façade de l’église Saint-Nazaire actuelle ; les deux porches, transportés au jardin des plantes, le plus grand posé dans un massif de roses, le plus petit employé comme porte d’accès dans l’avenue Ferdinand de Lesseps. Ce dernier fut détruit durant la guerre, où peut-être volé durant le déblaiement, les souvenirs divergent.

     

    ancien-chapelle,notre-dame-d-espérance,saint-nazaire,jardin-des-plante,porcheancien-chapelle,notre-dame-d-espérance,saint-nazaire,jardin-des-plante,porche

     

    [1] Concernant le nom Petit-Maroc, voyez notre article : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2018/07/22/le-petit-maroc-histoire-d-un-nom-6067779.html

    [2] A propos de maitre Galibourg : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/11/02/maitre-alexandre-galibourg.html

    [3] Jean-François Le Boyer : « Notices sur le département de la Loire-Inférieure », 1824.

    [4] Lire à ce propos l’article de L’Ouest Éclair 6 février 1931, page 6.