Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ancien-chapelle

  • Ancien chapelle Notre-Dame d’Espérance

     

    Si le nom de Notre-Dame d’Espérance est celui de la paroisse de Pertuischaud et de son église circulaire, bel exemple de construction religieuse des années 1950, il fut auparavant celui d’une chapelle située dans le Vieux Saint-Nazaire, au point le plus élevé du rocher, rasée en 1906, là où se dresse aujourd’hui le quartier du Petit-Maroc[1], .

     

    Remontant le temps, jusqu’au début du Moyen-âge. Il ne nous est pas possible d’affirmer si cette chapelle était l’église dont parle Grégoire de Tour à propos de la légende du Baudrier d’or, même si c’est la théorie de Desmars à laquelle s’opposait maître Galibourg[2] qui voulait que la ville se situait à l’origine au lieu-dit « la Vieille-Ville », nom qui pourrait en réalité désigner l’emplacement d’un bourg antique. Faute de documentation, et plus encore de fouilles archéologiques, matière encore balbutiante quand on urbanisa à la fin du 19ème siècle, nous nous bornerons à dire que le bâtiment désigné au 19ème siècle sous le nom de « Chapelle Notre-Dame d’Espérance », était initialement l’église de la ville médiévale de Saint-Nazaire.

    Dominant l’agglomération, ce long bâtiment à une seule nef sous une toiture à plafond voûté de bois, doté un temps d’un clocheton en façade, était orienté vers l’Est, comme le voulait la tradition. Cette église offrait l’aspect simple de ses consœurs bretonnes, et donc architecturalement très proche de la chapelle de Penchâteau au Pouliguen. Comme elle, elle comportait une porte principale à deux ventaux face au chœur, et une petite porte latérale au milieu du mur sud dans le gout de la seconde moitié du 14ème siècle. Si l’éclairage se faisait par les baies du chœur.

    Sa situation au sommet du rocher de Saint-Nazaire, tout comme son orientation, rendait la construction vulnérable aux vents et tempêtes. L’église fut aussi incendiée durant la guerre de Cent-ans, déclarée en ruine en 1373. Les archives du Vatican, que les pères G. de Lesquen et Guillaume Mollat, chapelains de Saint-Louis-des-Français à Rome, avaient consulté pour la rédaction de leur livre « Mesures fiscales exercées en Bretagne par les Papes d'Avignon à l'époque du Grand Schisme d'Occident », publié en 1903 par A. Picard, révèlent que la Papauté d'Avignon, accordât des indulgences aux fidèles qui voulussent bien concourir aux frais de réparation. La Bulle papale précise : « Désirant donc que l'église paroissiale de Saint-Nazaire, au diocèse de Nantes, dont les constructions, ont par suite des longues guerres qui dirent encore, été détruite et réduites à rien ainsi qu'il nous l'a été affirmé, soit réparée et fréquentée avec les honneurs habituels. »

    L'église ne fut reconstruite que partiellement ; on recula le chœur de plusieurs mètres. C'était une maçonnerie à trois pans, avec deux baies en arc et un mur central sans ouverture devant lequel fut placé un retable. Les deux sculpture qui sont dans l'actuel chœur de l'actuelle église Saint-Nazaire, à savoir la « Vierge de douleur » et « Saint-Jean priant », que l'on date du 15ème siècle et qui devaient être des ornements d'une poutre de gloire, proviennent de cet ancien lieu de culte.

    Les dommages réguliers dus aux tempêtes poussèrent les habitants à solliciter en 1580 leur seigneur, Charles d’Avaugour, à obtenir l’autorisation de transformée les ruines de l’ancien logis seigneuriale, détruit durant la guerre de Cent-ans, en église et d'en remployer les pierres. En 1584 l’église usuelle de la paroisse était définitivement fixée sur la place au bord de la Loire, ce sera le bâtiment nommé « Vieille-église » au moment de la construction du Port, (nous lui consacrerons un article).

    Cependant l’église initiale, au sommet du rocher, resta pour Rome la seule église principale de la paroisse, si bien que quand en 1660 Jean de Carné acquit la vicomté de Saint-Nazaire, il fit modifier le portail d’entrée de celle-ci en ajoutant de chaque côté son écu dans un quadrilobe, car c’était encore le siège de la paroisse où il avait le pas sur les autres seigneurs locaux.

     

    Armes de la famille de Carné :

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche, carne

    D’or à deux fasces de gueules.

    Dans les premières années du 18ème siècle, les Gardes côtes édifièrent un corps de garde au bord des flots, sur le bas du cimetière, au sud de la chapelle.  Durant le creusement des fondations de ce nouveau bâtiment, il fut découvert « plusieurs cadavres qui avaient sept pieds de haut, et dont quelques-uns avaient encore des casques[3] », ce qui fait des sépultures de 1 m 80 à 1 m 90 de long.

     

    Sur le cadastre seigneurial du 18ème siècle, dit par Fernand Guériff « plan Goinard », (du nom de son découvreur en 1980), on lit la mention « Grande chapelle, autrefois grande église de Saint-Nazaire ».

     

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche

    Ce plan nous renseigne aussi sur le recul du chœur en précisant l’emplacement des ruines de l’ancien, et délimite « Le grand cimetière ».

     

    La chapelle fut employée jusqu’en 1749 comme chapelle mortuaire, quoique le cimetière qui l’entourait fut désaffecté au profit du nouveau constitué autour de l’église le long de la Loire.

    1749 fut donc la date de sa désaffection comme que lieu de culte ; une tempête avait une nouvelle fois endommagé sa toiture, qui fut sommairement réparée par les militaires qui en firent un magasin. Restitué à la paroisse, le clergé y établit l’école.

     

    À la Révolution la chapelle devint la propriété de la commune, l’enseignement de l’école fut confié à des laïcs, puis déplacée. Le cimetière en parti vendu par lots remployés comme jardins potagers, la plus grande part revenant à l'Armée pour l'usage de son fort, (une simple batterie). La grande chapelle tomba peu à peu en ruine et servant au stockage militaire jusqu’au retour des Bourbon. Le 10 juillet 1816, le maire, Julien Maurice Tahier de Kervaret, la proposa à la location pour la somme de 150 fr annuel à la Préfecture pour y établir les écuries et magasin de la caserne de Gendarmerie établie dans son ancien presbytère, resté lui propriété de la paroisse. Le Préfet écart la proposition. Le 9 octobre suivant, l'ingénieur Cruci venu à Saint-Nazaire pour chercher où établir un lazaret pour les équipages et bâtiments qui seraient mis en quarantaine avec un lieu de stockage des marchandises, jeta ses vues sur la chapelle. Le Maire s’insurgea auprès du Préfet en argumentant que le projet pouvait compromettre la santé de la ville, car les maisons étaient à 70 ou 80 pas, et séparée uniquement par un petit mur.

    Le 25 juillet 1829, le Conseil municipal refusa de rendre la chapelle l'utilisation pour le culte que revendiquait le Conseil de fabrique. La Mairie argumenta que la chapelle était un bien communal. Le 8 juin 1829 il y eu une seconde demande de restitution au culte qui fut elle aussi refusée. 

    Le rétablissement du culte dans la chapelle ne fut autorisé qu'à l'avènement du Second-Empire, et avec l'idée que le développement du port et de la ville entraîneraient le besoin d'un autre lieu ouvert pour le recueillement des fidèles. On entreprit alors de lui rendre sa fonction primitive, mais ce n’est qu’en 1860 qu’une restauration, dans le goût troubadour, en modifia la façade, la dotant d’un œil de bœuf bordé de rinceaux qui se rêvait rosace, et d’un clocheton qui ne reçut jamais de cloche ! On préféra poser devant l’arc de celui-ci, le 27 novembre 1860, une colonne néo-gothique supportant une Vierge à l’Enfant en fonte, oeuvre du sculpteur Fourchon, de Nantes, d’après un dessin de l’abbé Rousteau. Cette jolie statue - oeuvre du sculpteur Fourchon, de Nantes, d’après un dessin de l’abbé Rousteau.

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche

     

    Enfin, on fit établir de larges baient à fronton triangulaire dépassant la pente du toit, toutes sur le même modèle, trois à chaque flanc. Le résultat était laid et le lieu, rebaptisé Notre-Dame d’Espérance, servit peu au culte. A l’intérieur on réalisa une voûte en plâtre peinte en bleu avec des étoiles or, on plaça des statues de saints en plâtre plâtres, un Chemin de Croix de gravures, et de maigres bancs. Quelques ex-votos de marbre furent fixés aux murs blancs, ainsi que quelques maquettes de navires pendues au plafond. L’autel était une don de monsieur Edmond Villiers de Heloup, (Alançon 1807 - 19 mai 1865 Saint-Nazaire),  et de son épouse, Angélique-Mélanie, née Grolsleau, qui possédait une propriété face à l'océan à l'emplacement de l'actuelle Place Franklin Roosevelt, ().

     

    ancien-chapelle,notre-dame-d-espérance,saint-nazaire,jardin-des-plante,porche

    intérieur de la chapelle

     

    Peu de messes y furent célébrées. On se contentât d’y faire le catéchisme et en 1896 elle fut à nouveau désaffectée et employée comme magasin pour les sacs de ciment du port.

     

    jardin-des- plantes, saint-nazaire, chapelle, porche

    La chapelle en 1872, dessin d’après photographie originale, par Charles Beilvaire, le Courrier de Saint-Nazaire du 20 août 1932.

     

    Le percement de la Nouvelle-entrée entraîna sa destruction. La chapelle n’était pourtant pas dans l’axe du percement, mais il faut décider de raboter le haut du rocher. Outre la destruction du lieu de culte, ce nivellement du sommet du Vieux-Saint-Nazaire entraîna le curage de l’ancien cimetière en août et juillet 1906. On trouva des sarcophages en granites qui furent estimé antérieurs au 11ème siècle, l’entrée d’une crypte, une fosse contenant les ossements entremêlés de chaux des victimes de la peste de 1501, (que certains prirent au début pour les victimes de Carrier), des cercueils en châtaigner dont les clous à tête biseautée remontaient avant le 17ème siècle, un autre cercueil contenait des restes datant du règne de Louis XIV d’un homme dont les dentelles, les étoffes, et les souliers étaient dans un bon état de conservation, et qui tenait en ses main un chapelet d’ivoire. Maître Galibourg, ainsi que messieurs Luc Totain, (peintre local qui a laissé plusieurs représentations de bâtiments détruit à la fin du 19e siècle et au début du 20ème sicle),  et G. Billard, vinrent observer les découvertes[4]

    Dans son " Précis historique du vieux Saint-Nazaire ", G. Le Barbier de Pradun, publia en 1907 : " Des anciens nous ont affirmé avoir entendu raconter dans leur jeunesse que sous la Terreur, des cadavres échappé de la Loire, y furent pieusement recueillis. [...] Des ossement découverts lors des dernières fouilles, en quantité considérables, permettent de supposer qu'un charnier existait en cet endroit, ce qui démontre la véracité de cette assertion. Des victimes de divers naufrages, y furent également inhumées. [...] Des pièces de monnaie à l'effigie de Henri IV, de Louis XIII, des débris oxydes ainsi que quelques médailles en argent, furent mises à jour. Un certain nombre d'outils antérieur à notre époque, des parement de sculpture, d'anciennes statues dont une en assez bon état de conservation, ont été aussi découvert lors du déblaiement du sanctuaire." Mais rien en fut conservé. Les objets archéologiques ou monnayables furent partagés, dispersés. Seuls trouvèrent direction du musée d'après Le Barbier de Pradun : " un calvaire en bronze de vingt centimètres de diamètre, portant à chaque extrémité de la branche horizontale, deux tête d'ange ciselées, ainsi qu'un Christ de même métal. Un certain nombre de doubles tournois d'époque Louis XIII. Plusieurs sarcophages en calcaire coquiller et en granit représentant un grand intérêt."

    Les ossements furent mis dans des charrettes recouvertes de draps mortuaires, et conduit par le clergé à la fosse du cimetière de La Briandais, le 23 août 1906.

    De la chapelle furent conservés la statue de fonte de la Vierge à l’Enfant avec sa colonne placée sur la façade de l’église Saint-Nazaire actuelle ; sur intervention de monsieur Totain, les deux porches, transportés au jardin des plantes, le plus grand posé dans un massif de roses, le plus petit employé comme porte d’accès dans l’avenue Ferdinand de Lesseps. Ce dernier fut détruit durant la guerre, où peut-être volé durant le déblaiement, les souvenirs divergent.

     

    ancien-chapelle,notre-dame-d-espérance,saint-nazaire,jardin-des-plante,porcheancien-chapelle,notre-dame-d-espérance,saint-nazaire,jardin-des-plante,porche

     

    [1] Concernant le nom Petit-Maroc, voyez notre article : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2018/07/22/le-petit-maroc-histoire-d-un-nom-6067779.html

    [2] A propos de maitre Galibourg : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/11/02/maitre-alexandre-galibourg.html

    [3] Jean-François Le Boyer : « Notices sur le département de la Loire-Inférieure », 1824.

    [4] Lire à ce propos l’article de L’Ouest Éclair 6 février 1931, page 6.