Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dé d'Argent, la famille Picaud

Le Dé d’Argent est un grand magasin aujourd’hui disparu qui a laissé une trace importante dans la mémoire nazairienne. Quatre générations de Nazairien l’ont fréquenté, pour s’y fournir en mercerie, vêtement d’enfant, et accessoires de mode.

L'histoire de ce commerce, véritable institution nazairienne est aussi celle d'une famille, la famille Picaud.

dé,d'argent,picaud,georges,laine,saint-nazaire,la-baule,escoublac,mercerie

Georges Picaud, (avec le chapeau), et son personnel du Dé D'argent en 1930, (coll. P.).

 

En 1900, au 8 de la rue de Nantes, (future rue Henri Gautier), Eugène Picaud, né à Vannes 18 février 1876, marchant grossiste en mercerie, et son épouse, Adrienne-Ursule-Rosalina-Eugénie Seng, née à Fontenay le Comte 4 mars 1875, s'établirent. L'immeuble comprenait une boutique avec deux grandes vitrines, des réserves, un atelier de couture et de modiste au premièr étage, et un vaste logement au second. C'est là que naquit leur fils, Georges-Octave Picaud, le 1er févier 1903.

Le commerce étant très fleurissant, les Picaud acquirent en 1904 une partie de la dune de Villes-Martin, qu'ils firent arasée pour y construisirent une maison de plaisance, Ker Georges. A l'époque le boulevard de l'Océan, futur boulevard Albert Ier, n'allait pas jusqu'à Villes-Martin. Celle maison a depuis disparue au profit de l'immeuble Le Guynemer, boulevard Albert Ier. Cependant, la parcelle fut divisée en 1911 par les Picaud pour la construction d'un pavillon avec garage nommé Ker Adrienne. La bâtisse n'étant à l'origine destinée que pour être habitable la belle saisons, jusqu'à des travaux en 2001, le parquet du salon était posé à même le sable, les toilettes était au bout de jardin, et il y avait une citerne qui, quand elle était vide, signalait la fin des vacances. Ce pavillon balnéaire existe toujours, au 91 boulevard Albert Ier. Il a bénéficié d'une large campagne de travaux qui en ont fait une charmante maison très agréable à vivre. Cette maison a la particularité avoir été louée de 1945 à 1958 par François Blancho, qui y vécu avec son épouse, son fils, sa bru, et sa petite fille. Georges Picaud hérita Ker Adrienne de ses parents, et la vendit en 1973.

dé,d'argent,picaud,georges,laine,saint-nazaire,la-baule,escoublac,mercerie

Ker Adrienne le 28 juin 2022

 

Georges Picaud devint co-directeur du Dé d'Argent à sa majorité. Avec la présence des troupes étasunienne, le commerce s'était fortement développé.  Les Picaud y vendaient de mercerie, passementerie, ganterie, maroquiner, laine à tricoter, mode, parfum, bonneterie, chemiserie, layettes, au détail et en gros, fournissant certaines commerces d'épiceries de la côte en matériel de couture, de broderie et de tricot.

 

Georges- épousa à Saint-Nazaire, le 18 juin 1928,  Giselle Graziana, né à Saint-Nazaire 24 novembre 1905 (déclarée le 26), fille du plus gros entrepreneur en marbrerie et pompes funèbres de la ville. Le couple s'établie au 2 de la rue Charles Brunelière. Il y naquit leur fille Yolande en 1929.

En 1931 le Dé d'Argent était l'un des commerces qui employait le plus de personnes à Saint-Nazaire. Le recensement de 1931 nous permet de mettre des noms sur les visages de la photographie de 1930 publiée en tête de cet article. 

employées de magasin :  Jeanne Auffray, (née à Saint-Nazaire en 1913 ) ; Marthe Bili, (née à Souvigné en 1909), et sa sœur Marie Bily, (née à Saint-Nazaire en 1912) ; Louisa Bonneau, (née à Saint-Nazaire en 1905) ; Augustine Bouet, (née à Nantes  en 1889) ; Eliane Crolais, (née à Saint-Nazaire en 1913) ; Fernande Fromenty , (née à       Dalaguet en 1909) ; Madeleine Gauthier, (née à Saint-Nazaire en 1914) ; Madeleine Le Meul, (née à Saint-Nazaire en 1913) ; Jeanne Monnier, (née à Saint-Nazaire en 1900) ; Lucienne Perrin, (née à Saint-Nazaire en  1912) ; Porcher Yvonne, (née à Saint-Nazaire en 1910) ; Camille Saunier, (née à Saint-Nazaire en 1901) ; Germaine Welhelme, (née à Saint-Nazaire en 1900) ; et Lucienne Schmitt, (née à Saint-Nazaire en 1912), figure nazairienne qui eut charge en avril 1930 d’accueillir en costume nazairienne le président Doumergue[1].

Il y avait aussi une piqueuse : Jeanne Languedoc, (née à Fort de France en 1886)

Les modistes : Jeanne Bodiguel, (née à Saint-Nazaire en 1909) ; Renée Busson, (née à Saint-Nazaire en 1915) ; Clémentine Hupin, (née à Saint-Nazaire en 1912) 

Et une sténo dactylo, Paulette Fernay, (née à Noyant en 1914).

 

En raison des bombardements, les Picaud s'établirent à La Baule-Escoublac avec leur stock. Ils ouvrirent une boutique place Notre-Dame.

dé,d'argent,picaud,georges,laine,saint-nazaire,la-baule,escoublac,mercerie

Les Picaud   firent reconstruire un nouvel immeuble au 44 avenue de la République à Saint-Nazaire. Leur commercé prenant place au rez-de-chaussée en 1958. Ils conservèrent cependant une succursale à La Baule au 125 avenue du Général de Gaulle.

 

dé,d'argent,picaud,georges,laine,saint-nazaire,la-baule,escoublac,mercerie

 

Eugène décéda le 9 septembre 1958 à La Baule-Escoublac, Adrienne le 12 mars 1962 ; ils reposent tous deux au cimetière de La Briandais, dans un enfeu à trois places avec le frère ainé de d'Eugène. Leur fils, Georges, avait pour sa part fait le choix d'aller s'établir à Paris au 2 boulevard Suchet. Il acquit en 1957 une manufacture de laine en faillite, et fonda l'entreprise Laines Georges Picaud, que toutes les grands-mères nazairiennes ont employées pour leurs tricots, comme celle d'Alger et de Beyrouth... Georges décéda le 16 septembre 1987 à Paris 16e. Malgré la grande réputation de ses produits, la vente de lainages en prêt-à-porter a mis à mal l'entreprise, et celle-ci ferma en 1988. Giselle Graziana-Picaud décéda le 22 janvier 1999 à Garches.

 

dé,d'argent,picaud,georges,laine,saint-nazaire,la-baule,escoublac,mercerie

Enfeu Picaud au cimetière de La Briandais

 

 

[1] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2016/11/20/coiffes-et-costumes-nazairiens-5876655.html

 

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel