Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Michel-Alexandre Magin, ingénieur de l'Estuaire de la Loire

A la suite de la conférence donnée vendredi dernier par la Mission des patrimoines de la Ville de Saint-Nazaire, vous avez été nombreux à me demander quelle était la carte comprenant une représentation du Phare d’Aiguillon au XVIIIe siècle et dont le nom n’avait pas été mentionné, (mais qui apparaissait cependant sur la projection). Cette carte, intitulée « Carte géométrique de l'Entrée de la Rivière de Loire par l'ingénieur de la Marine et de l'Académie de Marine, Michel Alexandre Magin, en 1757, mentionnant le manoir de Kerlédé et son bois de châtaigniers servants d'amers », est très connue, nous l'avons utilisée plusieurs fois pour illustrer ce blog en y prenant des éléments, et est téléchargeable sur Gallica, qui, il faut le préciser, fait une grossière erreur en l'attribuant à Nicolas Magin, mort bien longtemps avant sa réalisation ! En effet, cette carte a été réalisée en 1757 par l’ingénieur Michel-Alexandre Magin, neveux de Nicolas. Nous devons à Michel-Alexandre Magin la réalisation du phare d’Aiguillon et de la première Tour du Commerce.michel-alexandre, magin, saint-nazaire, carte, estuaire, loire, phare, aiguillon, 1757

Carte géométrique de l'Entrée de la Rivière de Loire par l'ingénieur de la Marine et de l'Académie de Marine, Michel Alexandre Magin, en 1757, mentionnant le manoir de Kerlédé et son bois de châtaigniers servants d'amer

 

Il convient ici d’expliquer qui est Michel-Alexandre Magin.

 

Michel-Alexandre Magin, (né vers 1713 –  décédé avent 1787), est originaire de Fécamp, où sa famille est connue depuis 1626 en la personne de son arrière-grand-père Jean Magin, avocat à la cour. Son grand-père, Pierre Magin, marchand drapier, est mort en 1688 ; son père, Charles, (1670-1738), était chirurgien.

Michel-Alexandre Magin est aussi le neveu de Nicolas, (1663-1742), chargé des levés et cartes des port et cotes de Normandie en 1696, ingénieur en chef du Roi à Fécamp, chargé en outre des villes et port de Rouen et Pont de l’Arche en 1702 ; et de Jean, (1669-1741), fut cartographe affecté à Fécamp sous les ordres de son frère.

Elève de l’hydraulicien Jean-Rodolphe Perronet, Michel-Alexandre Magin fut nommé sous-ingénieur de la Marine en mars 1744. Il fut sous les ordres de l’intendant de Guyenne Louis-urbain Aubert de Tourny, de 1743 à 1755, et procéda à des travaux cartographiques destinés à améliorer la navigation entre l’estuaire de la Gironde et Bordeaux. Il devient à cette période, le 31 août 1752, membre ordinaire de l’Académie de Marine.

En 1755 Michel-Alexandre est affecté à Nantes sous les ordres du duc d’Aiguillon, commandant en chef en Bretagne, où il fut chargé des travaux hydrographiques et cartographiques à l’embouchure de la Loire et de poursuivre les travaux de régularisation des cours inférieurs de la Loire, débutés en 1738, afin d’en améliorer la navigation, réalisant pour cela à Saint-Nazaire le Phare d’Aiguillon et la première Tour du Commerce, prévoyant aussi la Balise des Morées, qu’il ne put construire car les États de Bretagne refusèrent de poursuivre son financement en 1768, lors de la réunion des États à Saint-Brieuc. Les Etats de Bretagne dépensèrent au total, entre 1738 et 1768, pour les travaux de l’estuaire la somme considérable de 283.000 livres, somme à laquelle il faut ajouter 40.000 livres accordées entre 1754 et 1787 par le Conseil d’Etat depuis Versailles. Les Etats étaient en conflit avec le duc d’Aiguillon qui se comportait incorrectement, et contre la pression fiscale du régime de Louis XV. Malgré une rallonge de 77.000 livres par le gouvernement royale en 1769, les travaux de Magin dans l’Estuaires furent suspendus. Ce qui explique la Balise des Morées ne fut finalement réalisée qu’en 1777 par l'ingénieur des Ponts et Chaussées Groleau, et que la Tour du Commerce fut financée par les commerçants et armateurs de Saint-Nazaire, Paimboeuf et Nantes[1].

L’historienne Geneviève Massard-Guilbaud, directrice d'études à l'EHESS, précise dans un article paru dans « Les trames de l’histoire : entreprises, territoires, consommations, institutions. Mélanges en l’honneur de Jean-Claude Daumas », (Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2017, p.

473-483) : « C’est donc sur ordre de d’Aiguillon que l’ingénieur Magin entreprit en 1755 d’importants travaux d’aménagement de l’estuaire de la Loire. En quinze ans, il fit construire plusieurs types d’ouvrages qui correspondaient globalement à ce qu’avaient préconisé les études effectuées avant son arrivée. Les bras secondaires de la Loire furent barrés, des épis visant à concentrer les eaux dans un étroit chenal construit, les îles reliées entre elles par des barrages, des digues latérales censées empêcher les pertes d’eau édifiées, des jetées construites dans deux des avant-ports. Magin appliquait ainsi à la Loire la méthode qu’il avait déjà employée dans les estuaires de  Bordeaux et de Rouen. Ces travaux modifiaient considérablement la physionomie des rives et l’organisation des bras. Ils perturbaient fortement les activités économiques liées au fleuve. Les barrages, en entraînant l’envasement ou la diminution du niveau de l’eau dans les bras secondaires, rendaient impossible la pêche dont vivaient de nombreuses familles, le travail des artisans des boires nantaises et celui des gabarriers. Ils perturbaient l’équilibre des prairies humides des rives de la Loire et, donc, le travail des fermiers. Les villages bordant la Loire se disaient gênés par les digues latérales, qui les coupaient du chenal principal. Négociants et armateurs, qui avaient si vivement réclamé ces travaux, n’en étaient pas satisfaits pour autant : dans la partie centrale de l’estuaire, la profondeur du chenal après travaux ne dépassait pas trois mètres en mortes eaux46. Ce tirant ne correspondait plus aux besoins des bateaux dont la taille ne cessait d’augmenter. Ils réclamaient par ailleurs la démolition d’une digue barrant un chenal qu’ils souhaitaient continuer d’emprunter alors que Magin l’avait fait obstruer.

De tous côtés, des plaintes s’élevaient. »

Jean-Rodolphe Perronet fut mandaté pour inspecter les travaux et évaluer s’il y avait eu erreur. Il confirma les choix de son élève. Cela n’empêcha pas la Ville de Nantes de faire procéder à des destructions de certains aménagements sur son territoire… et les Etats de Bretagne remercièrent Michel-Alexandre Magin au profit de Groleau qui repris les aménagements du balisage de l’Estuaire et améliora le port de Paimboeuf.

 

Cependant, durant son mandat, Michel-Alexandre Magin pu réaliser dans son intégralité le phare d’Aiguillon, avec une lanterne alimentée au bois, comme le montre un dessin à l’angle supérieur gauche de sa carte de 1757, dessin qui contredit l’affirmation qui prétend qu’avant 1830 et la pose d’un feu blanc fixe, Aiguillon n’aurait été d’un amer ! Affirmation qui ne tient pas à la lecture des journaux de bord des navires arrivant de nuit devant l’estuaire au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Mais cette affirmation d’amer n’est pas totalement infondée. En effet, elle est née de la confusion avec la présence d’une « tourelle », qui était en fait une simple pille de maçonnerie, servant d’amer qui était placée non loin à l’emplacement de l’actuel blockhaus de la Pointe de Léve, construite sous le règne de Louis XIV pour servir de repère aux navires au moment où Nantes est entrée dans al traie négrière. Cette « tourelle » amer fut après la construction du phare d’Aiguillon remplacée pour servir de base à un sémaphore.

 

phare,aiguillon,saint-nazaire,magin,muichel-alexandre,1757,leve,estuaire,loire

Dessin du Phare d'Aiguillon en 1757

 

phare,aiguillon,saint-nazaire,magin,muichel-alexandre,1757,leve,estuaire,loire

Le phare et la « tourelle » d'amer 

 

Fortement affecté par cette mésaventure, Michel-Alexandre se retira l’Académie de Marine en 1769 et ne participa plus à des travaux durant sept ans. On le retrouve en juin 1776 chargé d’effectuer des sondes et relèvements sur les côtes de France pour la nouvelle édition du Neptune français, ouvrage cartographique dont la première édition parue en 1693, fut voulue par Colbert. On retrouve ainsi notre ingénieur en juillet 1776 à Dunkerque, avec charge de procéder à des relevés sur les côtes depuis la Flandre jusqu’à la Normandie. Passant par le Ponthieu, il travailla à un projet d’assèchement du marais et des prairies inondables du Marquenterre en baie de Somme.

Rappelé à Nantes au printemps 1777, il conduit et dirigea les travaux de construction des chaussées nécessaires à l’installation de la fonderie d’Indret, voulue par le ministre de la Marine Antoine de Sartine afin de répondre aux besoins en artillerie de la Marine. Le Gouvernement français avait pour cela fait venir le maitre de forge anglais, William Wilkinson, (Backbarrow 1744 - 1808 Plas Grono) pour créer cette entreprise. Malheureusement Michel-Alexandre entra en conflit presque immédiatement avec Wilkinson, et il fut remplacé en septembre 1777 par l’ingénieur et architecte Pierre Toufaire, (1739-1794).

 

En 1785  il exécute la carte de l’entrée de la rivière de Bordeaux, et meure peut avant 1787.

 

 

 

[1] Cf. Stéphane Durand, « Le financement des travaux portuaires civils en pays d’états (XVIIe -XVIIIe siècles) », in A. Conchond, David Plouviez et Eric Szulman, (dir.), Le financement des infrastructures de transport (XVIIe -XIXe siècle), colloque de Bercy, 23-24 juin 2016, Paris, Ed. de l’IGPDE.

Écrire un commentaire

Optionnel