Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

calimaque

  • Notes sur la famille Calimaque

    Au cimetière de La Briandais un gros caveau à casiers attire le regard. Sur son fronton est inscrit le nom de la famille Calimanque. Ce nom frappe par sa consonance grecque, et l’on nous interroge à son propos.

     

    La famille Calimaque n’est pas grecque, elle est originaire des Charentes.

    Paulin Calimaque, né à Magnac sur Touvre en 1829, décédé à Saint-Nazaire le 10 avril 1903, était maître charpentier et se fit entrepreneur à son établissement à Saint-Nazaire. En 1873 il habitait avec son épouse, Cécile-Marie Becigneul, (1839-1914), au 25 de la rue des Halles. Maître de cérémonie de la Loge maçonnique de Saint-Nazaire[1], c’est lui qui s’étonna auprès du vénérable du fait qu’Aristide Briand ne se présenta pas à son initiation le 1er juillet 1887, (Briand avait préféré être initié à Nantes car cela était plus prestigieux). Paulin Calimaque fut candidat malheureux aux municipales de mai 1888.

    Sur adjudication il se vit attribué le 26 décembre 1896 le chantier de construction du phare de de la pointe des Chats au sud-est de l'île de Groix. Après quelques retards, il acheva son ouvrage le 15 mai 1899.

    Il fut le père de 

    1° Pauline, (1861-1950), épouse d’Edouard Meneux, (1852-1936), d’où deux filles : Henriette-Pauline, (Saint-Nazaire 22 septembre 1880 – La Baule 12 mars 1969), marie le 10 mai 1910 à Jean-Baptiste Douarre, (1873-1941) ; et Pauline-Cécile, (Saint-Nazaire 11 juin 1884 – Saint-Nazaire 9 mai 1976) ;

    2° Paulin-Émile, né à Saint-Nazaire le 12 août 1873, s’illustra dès l’adolescence comme sculpteur et modeleur. Kerviler dans ces Bio-Bibliographie s’extase de ses oeuvres. Son talent lui valut d’entrer avant sa majorité à la Société des artistes français et d’être sélectionné pour être exposée au Palais des Champs-Elysées en 1894 au Salon des Artistes Vivants. Hélas il était décédé quelques mois avant, durant l’hiver 1893. Il fut cependant exposé, les commissaires ayant retenus : « Mon père », buste en terre cuite, et « Mes nièces » médaillon en plâtre.

     

    [1] http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/03/02/les-loge-et-temples-maconniques-de-saint-nazaire-6132902.html