Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Petit-Maroc

  • Le Petit Maroc, histoire d'un nom

    Nous venons de recevoir une question intéressante de la part de l’un de nos lecteurs qui nous demande d’où provient le nom de « Petit-Maroc » que porte le quartier en bordure du Port et du Vieux-Môle, à l’emplacement du « Vieux Saint-Nazaire », c'est-à-dire la ville fortifiée du moyen-âge qui se trouvait sur le rocher à la pointe de l’estuaire.

    Ce nom, « Petit-Maroc », a fait couler beaucoup d’encre, et s’empoigner quelques-uns sur le bienfondé de l’appellation.

     

    Petit-Maroc depuis quand ?

     

    Rétablissons d’abord quelques éléments temporels. Quand est apparu ce nom ?

    Dans le découpage municipal la ville historique de Saint-Nazaire était désignée, avant la reconstruction d’après-guerre, sous le nom de « Vieux-Quartier », et c’était sous ne nom qu’était alors constitué le comité de quartier en charge de ses animations.

     

    Nous en avons trouvé trace écrite de l’emploie du nom « Petit-Maroc », pour la première fois dans un article de L’Ouest éclair en date du 6 juin 1926 :

    « Le bassin et la jetée Est de la nouvelle entrée du port de St-Nazaire présenteront les 25 et 26 juin un féerique aspect. Les feux nautiques, promenés par des vedettes, et les lueurs d'apothéose des nombreuses pièces d'artifice doivent, s'il fait beau, réaliser des merveilles. Près de cent mille francs seront consacrés Il cette partie de programme. Le Vieux Saint-Nazaire, le « petit Maroc » et les dévoués commissaires veulent lancer un car… dont on parlera longtemps. »

    Nous constatons donc que c’est un surnom qui s’employait dès avant juin 1926.

     

    De son côté Le Courrier de Saint-Nazaire employait les termes de « Vieux-Quartier », et utilisa tout le temps cette dénomination, comme le faisait la municipalité.

     

    Pourtant, dès le 3 octobre 1929, et jusqu’à la destruction de la ville historique, L’Ouest éclair ne désigna le quartier que sous le nom de « Petit-Maroc ».

     

    L’origine du nom « Petit-Maroc » :

     

    Faisons d’abord la liste des suppositions, théories et affirmations de toutes espèces :

     

     « Le nom aurait été donné par d’un journaliste qui avait critiqué le fait que la ville historique, isolée de la ville moderne, surtout depuis la réalisation de la nouvelle entrée du port en 1906, était une sorte de bouge infecte dont les habitants devaient s'approvisionner en eau potable la borne-fontaine de la rue de ta Vieille-Église, et qui vidaient à marée haute leurs pots de chambres sur les rochers, faute d’égout ».

    Cette origine est plausible attendu qu’il y a en France plusieurs lieudits « Petit-Maroc », qui doivent leur nom au fait qu’ils étaient à l’origine des zones urbaines miséreuses, et les descriptions du Vieux-Quartier comme étant resté moyenâgeux jusque dans le mode de vie de ses habitant pourraient corroborées, mais c’est regarder le passé avec nos yeux du 21e siècle. Vivre sans eau courante et sans tout à l’égout était normal durant l’entre-deux-guerres. Avant la reconstruction de la ville, plusieurs quartiers de Saint-Nazaire n’avaient pas d’égout. Dans toute la ville, seuls les premiers et seconds étages des immeubles en bordure de rue avaient l’eau courante. Le château d’eau situé boulevard Victor Hugo était construit trop bas, et depuis la réalisation du Port et de la ville nouvelle, on n’avait jamais su régler le problème d’alimentation en eau potable de la population. Jusqu’à la reconstruction, les rues étaient sillonnées par des marchands d’eau qui tiraient des citernes. Les habitants s’alimentaient aux pompes des cours d’immeuble, ou aux bornes fontaines municipales, et on a des descriptions des ménagères allant le matin vider les seaux hygiéniques aux vespasiennes des quartiers, avec de longues files d’attente devant celles de la Place Marceau. Enfin, il faut rappeler qu’il y eut des épidémies de choléra à Saint-Nazaire jusqu'à la guerre.

     

    « Le nom lui aurait été donné par le peintre Charles Beilvaire[1] ou le dessinateur Paul Belondeau vers 1934. »

    Nous l’avons démontré, le surnom est employé dès avant juin 1926. Charles Beilvaire, qui fut aux Ponts-et-Chaussées, fut nommé le 1er juillet 1920 à la sous-direction du Chemin de fer et Travaux publics du Maroc, alors protectorat français. Il revient à Saint-Nazaire en 1931. Paul Belondeau s’engagea dans les troupes coloniales au Maroc en 1920 et ne revient qu’en 1933 à Saint-Nazaire. C’est aussi accorder trop d’influence pour ces deux personnalités locales. Certes Charles Beilvaire participait activement à la vie locale, mais seulement dans la partie artistique et sportive. Quant à Paul Belondeau, en dehors de la paroisse et des illustrations qu’il réalisait pour Le Courrier de Saint-Nazaire, à la demande de Jacqueline Bruno, il était plutôt anonyme.

    Au demeurant, le quartier comportait 213 recensés en 1926, le fait que deux personnes qui y avaient conservé une résidence durant leur séjour marocain est une argumentation trop maigre pour justifier l’origine d’un surnom, surtout que des nazairiens, originaires d’autres quartiers, partis vivre au Maroc, il y en avait alors un nombre important à Rabat et Fez[2]. Et enfin, nous allons le démontrer plus loin, l’emploi « officiel » des termes « Petit-Maroc », ce fit en 1930, donc avant le retour des deux artistes.

     

    L’Université Inter-Ages dans sa publication « L’abécédaire des rues de Saint-Nazaire », (2002), mentionne pour origines possibles : « une fête organisée en l’honneur du Sultan du Maroc ; des corsaires marocains qui seraient venus au XVIème siècle caréner leurs navires ; et enfin la présence de pêcheurs bretons qui allaient sur les côtes marocaines. » 

    Éliminons immédiatement les corsaires, car les carénages se faisaient à Méan, et que leur voyage jusqu’à l’estuaire de la Loire aurait laissé des traces dans les chroniques. Mettons de côté la fête en l’honneur du Sultan, nous y reviendrons, et ne gardons que les pêcheurs bretons.

     

    Les pêcheurs bretons :

     

    Un article de la rédaction de nazairienne de L’Ouest éclair, intitulé : « Une question dévie ou de mort pour les pêcheurs de la Basse-Loire maritime », en date du 26 novembre 1933 indique :

    « À Saint-Nazaire, les 213 habitants du vieux quartier appelé Petit Maroc à cause du teint bistré des gens et de la couleur des filles du Bono ou d'Auray vivant là n'ont d'autre ressource que de pêche au chalut. »

     

    Cette affirmation pose deux problèmes.

    La première, monsieur Hubert Chemereau, qui a réalisé des études et des recherches historiques de sur l’histoire de Saint-Nazaire et de son port, souligne que s’il y a origine par la présence de pêcheurs résidents au Vieux-Saint-Nazaire dans les premières décennies du 20e siècle, c’est que ces pêcheurs seraient des douarnenistes.

    En effet, là où les pêcheurs de Tréboul, ancienne commune rattachée en 1945 à Douarnenez, ont établi des colonies, on trouve le surnom de « Petit-Maroc ». La raison en est que ces pêcheurs partaient pêcher la langouste au large des côtes du sud du Maroc.

    Mais, pour cela il faudrait qu’il y eu au Vieux-Quartier une colonie venue de Tréboul et Douarnenez. Les recensements révèlent que seuls deux hommes et une femme étaient nés à Douarnenez durant la période qui nous concerne, et aucun n’est dans l’activité de la pêche, et que sur l’ensemble des habitants du quartier, il n’y avait que 4 pécheurs en 1926, un né à Indré, un à Saint-Nazaire (Edouard Labbé, dont la famille est nazairienne depuis longtemps), un à Asserac, le dernier à L’Ile Tudy. La population du quartier était composée surtout d’employés du Port et des entreprises portuaires, de quelques marins et pilotes. Les non natifs de Saint-Nazaire les plus nombreux étaient de Noirmoutier, et ne composaient qu’un groupe d’une dizaine.  En fait on s’aperçoit que les pécheurs résidents à Saint-Nazaire, peu nombreux au demeurant, étaient loger un peu partout en ville, car les abords du Port étaient surtout le pré-carré des manœuvres et des matelots.

    En fait, la présence des pécheurs de Tréboul surnommé « marocains », s’explique par le fait que la criée, c'est-à-dire le marché au poisson, se trouvait entre le Vieux-Môle et la place de la Vieille-Église.

     

    Conclusion :

    C’est la présence de la Criée située au Vieux-Saint-Nazaire qui fit qu’au début du 20e siècle on surnomma le quartier « Petit-Maroc », et qu’on l’assimila tout aussi absurdement aux pêcheurs, alors qu’aucun pour dire n’y résidait.

     

     

    Le Sultan :

     

    Mais quelle est cette fête en l’honneur du Sultan du Maroc ? Elle apparait durant l’été 1930. À l’époque le comité de quartier du Vieux-Quartier peinait à organiser des fêtes qui attire du monde et rapporte de quoi remplir ses caisses souvent en déficit. Le quartier vivait sur la tradition des foires qui s’organisaient deux fois l’an à Saint-Nazaire depuis l’Ancien-Régime, et qui étaient devenues une seule en 1830, organisée chaque septembre, d’abord sur le sable à l’entrée de la ville, puis le long de la voie du Vieux-Môle. Tirs, loteries, chevaux de bois, artistes de rue, danses dans la rue sous les lampions au son des orchestres installés en équilibre instable sur des tréteaux, feu d'artifice, ne suffisaient plus, pas plus que les chars de parade qui avaient été réalisés pour des défilés entre 1900 et 1914 à la gloire des océans, ou de Jean d’Ust, le héros de Saint-Nazaire face aux Espagnols[3].

    Durant la réunion publique du comité du Vieux-Quartier le 17 juin 1930, rapportée par L’Ouest éclair du 22 juin 1930, monsieur Rigoire, son secrétaire général, exposa la situation financière :

    « En 1925, le Comité a recueilli 6.643 fr. 25 et dépensé 4.618 fr. 40. Il a pu, lors de la cavalcade des fêtes franco-américaines, faire admirer le plus beau char, qu'il a construit de ses deniers, sans l'aide du Comité général. En 1926, on totalise 4.418 fr. 25 de recettes et on dépense 4.408 fr. 40. L'excédent en caisse n'est que de 9 fr. et quelques centimes. En 1927, coup dur. Les recettes ne sont que de 4.621 fr. 15 et les dépenses dépassent cinq mille. Il y a un trou de 475 francs. La vie a augmenté dans de notables proportions. Par contre, les commerçants du quartier ont diminué leurs subventions. Le généreux trésorier comble lui-même le déficit avec son propre argent. En 1928, il n'y a pas de fête, et pour cause. On craint de recevoir une nouvelle douche. L'année 1929 revoit les manifestations du vieux quartier. Les commerçants se montrent un peu plus généreux. On recueille 5.552 francs. Grâce à des prodiges d'économie et de savoir-faire, les dépenses ont été relativement faibles, Bref, aujourd'hui, il y a un excédent de 530 fr. 36. La subvention de la ville va venir, et puis le montant des cotisations des sociétaires et les dons des commerçants. Des listes de souscriptions seront déposées dans les magasins. Peut-être arrivera-t-on ainsi aux six mille francs indispensables pour mener à bien les fêtes projetées et maintenir l'antique réputation du Vieux Quartier. »

     

    Or, à la même époque, était la mode des commune libres et des micro-états autoproclamés souverains, et certains quartiers de Saint-Nazaire s’étaient ainsi proclamés. La liste ne nous est pas entièrement connue, ces mairies libres ayant eu des existences éphémères qui ne stimulèrent pas l’attention des historiens et chroniqueurs locaux, mais l’on sait que Cadurand eut un prince président prénommé Emmanuel 1er qui avec sa garde et ses musiciens, rendit « officiellement visite » au comité de quartier de Marceau le 14 juillet 1934.

    Donc, en juin 1930, monsieur Rigoire dépoussiéra le comité du Vieux-Quartier, et organisa « Les fêtes de l'Indépendance Marocaine », qui débutèrent le 12 juillet 1930 à 21 heures 30 grande retraite aux flambeaux avec char d'artifice au son des trompettes de L'Étendard. Toutes les rues du Vieux-Quartier, avaient changé de noms, dès samedi soir, sur les plaques de la ville avaient été apposé des calicots portant les dénominations : rues de Mogador, de Fez, de Casablanca, etc., place de la Vieille-Église était devenue « place Fille du Bédouin », en référence à une chanson grivoise tirée de l'opérette « Comte Obligado » créée en 1927 par le parolier André Barde et le compositeur Raoul Moretti.

    À cette occasion, le Comité du Vieux-Quartier devint Comité de l’Indépendance marocaine.

     

    L’Arrivée du Sultan dans sa province du Petit Maroc :

    Le dimanche 13 juillet, dès 7 heures 30 réveil en fanfare par l'Étendard nazairien, suivit à 8 heures d’un tir de bombes, puis de 10 heures à 11 heures d’un grand concours de pêche à la ligne doté de nombreux prix. A 14 heures mât horizontal et à 14 heures 30 mât de cocagne, à 15 heures concours de grimaces ; de 15 heures à 16 heures manifestation des Goélands dans le sas ; course aux canards. À 16 heures 30 ce fut l’arrivée du Sultan Mahomet Bol Ier du Petit-Maroc accompagné de la sultane Rebiane, du caïd Ben-li-Kébir, du grand vizir Ala-Ari-Berka, et de l'amiral de la flotte Allah Amda, sous des salves d'artillerie, reçus par le gouverneur de la province du Petit Maroc, M. Blanche, entouré des grands dignitaires, dont Jean Lemouël, le marchand de chaussure du quartier, élu maire du Petit Maroc. Un muezzin, du haut du phare du Vieux-Môle, lança des appels solennels auxquels répondirent les cuivres de la fanfare marocaine.

    Le couple royal et leur suite firent l’inspection de la flotte débarquement à la jetée du Vieux-Môle puis il y eu grand défilé de cavaliers et fantassins, d’une girafe et d’un dromadaire en papier mâché, de vendeurs de bretelles en poils de chameau, avec musique marocaine, suivit par le consul d'Auvergne, monsieur Despert, avec sa voiture à âne, son chapeau haute forme et son gigantesque parapluie, (il était aussi le père du « sultan »), partant depuis la place de la Vieille-Église, par la Grand’Rue, les rues de Montoir, du port, et de l'Hôtel de Ville, où le maire, monsieur Blancho, donna une réception.

     

    180_001.jpg

    La cavalerie du Sultan et son orchestre devant l’Hôtel de Ville, photocarte souvenir du 13 juillet  1930 offerte aux participants par le comité de quartier « L’indépendance Marocaine ».

     

    Comme les commerçants des rues Villès-Martin, Henri Gautier, du Calvaire et Thiers, avaient fait des dons généreux, le Comité avait décidé de faire passer le cortège dans ces différents points de la ville, et de le faire revenir par la place du Bassin, les rues des Sables, du Port et de Guérande, du Pont-Roulant, la place de la Vieille-Ville, la rue de la Rampe et la Grand’Rue, pour revenir enfin à la place de la Vieille-Église. Le consul sortit un parchemin qui ne mesurait 1 m 85 et prononça un petit discours qui fut ponctué par des ovations.

    À 17 heures 15 concert marocain sur la place de la Vieille-Église, de 18 heures 15 à 19 heures second Concert marocain au bas de la rue des Sables. À 22 heures grand Feu d'Artifice près du Pont-Roulant, côté est : Bombes, miroir à quatre branches, tableau féerique, trèfle lumineux, diadèmes, cascade de 30 jets, 101 bombes, comètes et volcans. À 22 heures 30 bals populaires, place de la Vieille-Église et place du Bassin. Le succès fut immense. Les gens avaient loué des fenêtres, étaient debout sur les parapets, et même sur les piles de bois de l’entreprise de bois Hailaust, les acclamations furent méritées.

     

    Ironie de l'Histoire, le véritable sultan du Maroc, le jeune Sidi Mohammed, futur roi Mohammed V, séjourna à l'hôtel de L'Hermitage à La Baule dit jour après avec sa suite et son grand vizir...

     

    Après la fête de juillet 1930 :

     

    Le Sultanat tenta de se maintenir, mais il fallut se renouveler, et le comité du Petit-Maroc commença à avoir du mal à organiser ses fêtes chaque année, et à des dates fixes.

    En 1934 les fêtes de l’Indépendance Marocaine eut lieu les 1er septembre et dimanche 2. Elles débutèrent par grande fête vénitienne dans le bassin en présence du Sultan. Dix barques chargées transformée en nefs, garnies de lanternes et de drapeaux décrivirent des ronds sur l'onde du bassin. Devant la Chambre de Commerce la Société de gymnastique de jeunes filles de l'Union de Méan-Penhoët exécuta des ballets et des danses avec orchestre et effets de lumière, qui furent suivit de deux bals en plein air. Le dimanche matin, tir de bombes, réveil en fanfare et ouverture de l'exposition de bateaux modèles et de tableau par le peintre Émile Simon[4] à la Criée. À 10 heures, concours de pêche à la ligne, avec de nombreux prix. Dans l'après-midi grande kermesse avec mât de cocagne, concours de fumeurs, de grimacer, repas d'affamés, pêche miraculeuse, jeux de massacre, lapinodrome, ventes diverses, concours de natation, courses aux canards, courses à l'aviron noces bretonnes, comiques ambulants, concerts. Le Comité avait fait appel à tous ceux qui avaient des costumes bretons à venir habillés pour participer au défilé d’une noce bretonne. Le cortège, toujours accompagné du consul d’Auvergne, s’était rendu à l’Hotel de Ville, où monsieur Blancho et son premier adjoint, monsieur Drouin, reçu les jeunes mariés à 16 h 30. Monsieur Blancho déclara qu'il n'avait pas à prononcer les textes sacramentels du mariage à cause de la jeunesse des prétendants. Le cortège fit une tour en ville et regagna la place de la Vieille-Église. Les fêtes se terminèrent par un feu d'artifice et deux bals populaires que la pluie écourta.

     

    Saint-Nazaire, Petit-Maroc

    Défilé de la noce Bretonne le 2 septembre 1934.

     

    En 1935 et 1936, pas de fêtes. On finit par en redonner les 21 et 22 aout 1937 sous la présidence toute neuve de monsieur Denier qui tenta de redonner vie à l’institution. Il fut décidé de recevoir « Œil de Lynx, grand chef des mohicans, pour fumer le calumet de la paix ».

    Le samedi il y eut kermesse, lapinodrome, course de canards, jeux de massacre. Tout l'après-midi, exposition de pigeons par la Colombe Nazairienne. Dans l'intervalle, concours de chants de coqs. À 17 heures, lâcher de pigeons, place Vieille-Église. À 21 heures grands bals dans tout le quartier. Le dimanche À 7 heures réveil en fanfare par le Ralliement. À 8 heures pêche à la ligne quai Démange. À partir de 9 heures, il y eut une multitude de courses à pied, course des assoiffés, qui consistait à aller de bar en bar pour y boire en terrasse des choppes de vin rouge... les participants finirent les vêtements maculés sur le sol… À 13 h. 30 ouverture de la fête en musique. À 14 heures réception du chef indien Œil de Lynx par le Sultan du Petit Maroc et sa suite sur le Vieux Môle. À 14 h. 15 défilé dans le quartier, suivit à nouveau de courses ! Courses à l'œuf, à la valise, course de bateaux à rames au Vieux Môle, course de plates dans le bassin jusqu'au pont de la Douane et retour, course à la bougie. À 16 h. 45 mât de cocagne au petit jardin. À 17 heures concours de danse du ventre. À 17 h 15 course en sacs. À 17 h 30 mangeurs de boudins. À 18 heures défilé dans le quartier par toute la troupe suivit d’un lâcher de 500 pigeons sur le Vieux Môle. À 21 heures grands bals champêtres et musettes dans tout le quartier. L’époque ayant changée, il n’y avait plus d’orchestre, ce fut au son d’un pick-up et d’haut-parleurs que dansèrent et défilèrent les gens.

     

    En 1938 les fêtes de l’Indépendance du Petit-Maroc débutèrent le dimanche 19 juin avec l’installation de forains qui restèrent toute la semaine suivante sur la place des Bassins. Les fêtes finirent le 26 juin avec un bal populaire.

     

    Après, ce fut la guerre, et la ville fut rasée… Il n’y eu plus de Sultan, mais le nom de Petit-Maroc fut donné au quartier reconstruit, et on y logea les pécheurs du Port.

     

    [1] Voir article : http://saint-nazaire.hautetfort.com/charles-beilvaire/

    [2] On pourrait citer, entre autres, plusieurs envoyés à la coloniale, ou encore madame Dolores Bord, épouse séparée de l’homme de lettres et historien nazairien Gustave Bord, ainsi que leur fils ainé Voir article : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/06/13/le-chateau-de-porce-a-saint-nazaire-premiere-partie.html

    [3] Voir article : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2012/07/03/je.html

    [4] Émile Simon, (28 février 1890 à Rennes - 25 septembre 1976 à Clohars-Fouesnant), professeur à l’École des beaux-arts de Nantes, il fut sociétaire du Groupe Artistique de Saint-Nazaire. Il disait à ces élèves : « Il faut, surprendre la vie et peindre dans l’emballement ».