Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Monument Américain

  • Quand le soldat américain perdit son épée...

    Inauguré le 26 juin 1926, le monument commémoratif du débarquement des troupes étasuniennes, offert à la ville par une association d’anciens combattant d’outre Atlantique. Il était l’œuvre de Gertrude Vanderbilt Whitney, élève (payante) de Rodin, à qui l’on doit entre autres le monument commémoratif du naufrage du Titanic, figurant une femme en robe tunique, les bras tendus, comme le soldat de Saint-Nazaire, et dont le réalisateur James Cameron s’inspira pour la scène la plus fameuse de son film. Gertrude Vanderbilt Whitney avait réalisé une marquette en glaise, qui fut retirée en bronze, et dont un exemplaire se trouve aujourd’hui à l’Eco Musée ; c’est un don fait en 1954 par la fille de la sculptrice. Pour le monument original, il avait fallu s’adresser à la fonderie d’art Henri Rouaud. Le corps et la structure avaient été réalisé d’après la maquette, et madame Whitney avait retouché la maquette grandeur nature réalisée par un assistant, et sculptée seule le visage et les mains du soldat, ainsi que la tête de l’aigle, le bout de ses ailes et sa queue. Elle en remporta les moulages, mais on ne sait ce qu’ils advinrent.

     

    Les Archives municipales de Saint-Nazaire ont consacré quelques lignes superbement illustrées[1] à propos de l’inauguration de ce monument qui fut dynamité le 13 décembre 1941 par l’occupant allemand en représailles de l’entrée en guerre des États Unis d’Amérique. Le Sammy actuel est une restitution due à l’initiative de monsieur Michel Lugez, qui après trois années de travail et une souscription franco-américaine, permit à la ville de retrouver un très bel élément de son patrimoine. La nouvelle statue est due à Pierre Fouesnant.

     

    Le monument original se composait de plusieurs éléments coulés à part et assemblés sur le site, comme l’illustre la photographie ici reproduite et conservée aux Archives municipales, (Express photo. – Saint-Nazaire, 1926 - Fonds Maltier, Archives municipales de Saint-Nazaire 13J/4).

     

    csm_FRAC44164_013J004_detail_1800x1200_195d381e3b.jpg

    Sur cette photographie on observe que la lame de l’épée manque. La technique ne permettait pas de la mouler avec la main en une seule pièce. La lame fut donc fondue à part, puis assemblée sur le rocher du Soulvain sur la plage du Grand Traict avec le reste de la composition, sous la direction de l’architecte Charney.

     

    monument américain, Gertrude Vanderbilt Whitney, saint nazaire

    Le monument de 1926 achevé.

     

    L’épée devenue croix :

     

    Le samedi 24 janvier 1931, vers 2h du matin une bourrasque arracha la lame de l’épée. Jacqueline Bruno, journaliste au Courier de Saint-Nazaire, commenta dans l'édition du jour, qu’il était ainsi « transformé en Croisé de la Paix ». La lame fut ramassée par Joseph Rabine, marin-pêcheur domicilié 37 rue d’Anjou, qui la déposa au commissariat de la rue des Quatre-Vents. On ne la refixa jamais, et nul ne sait ce qu’il advint de l’objet. Le monument resta en l’état, jusqu’à son dynamitage.

    Après la perte de la lame, au touriste qui demandaient ce qu’était ce monument, les Nazairiens répondaient que c’était le saint patron de la ville…

    Gertrude Vanderbilt Whitney, monument, saint nazaire

    Le monument après la perte de la lame de l'épée.

     

     

    [1] http://archives.saintnazaire.fr/actualites-1095/ils-sont-venus-sur-les-ailes-de-laigle-le-monument-americain-2255.html?cHash=87fca4a2775b3f7186ec697da5ee28e7