Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le Château de Porcé à Saint-Nazaire, quatrième partie

Quatrième époque, 1948 à aujourd'hui : La ville de Saint-Nazaire.

 

L'ensemble du domaine, qui s'étend pour l'essentiel entre la plage et la route de Pornichet, avait pour avantage d'être limitrophe de la propriété Port-Gavy, achetée à la famille Lebesque en 1929 pour l'installation d'un hospice de vieillards, et qui fut ensuite le siège de l'école d'infirmières. Le conseille municipal délibéra le 13 octobre 1949 sur la création de la fondation demandée par la testatrice. On repoussa la suggestion de création d'un sanatorium " en raison du climat marin de notre pays " (sic). Il fut adopté la création d'un orphelinat agricole et artisanal, en raison de la présence de la ferme, et des sœurs de La Sagesse qui desservaient l'hospice de Gavy. On argumenta aussi qu'il n'existait pas d'orphelinat laïc sur la commune. La réalisation de cet orphelinat n'eut finalement pas lieu. Ouest-Matin du 6 septembre 1954 annonça que le collège technique de La Baule s'installa au " château Raffegeau ". Il semble qu'il y eu un Arrêt ou un jugement qui intervint pour modifier la close à la demande du Conseil municipale, mais ce point demeure flou. Pour ce faire on transforma la disposition intérieure du bâtiment et supprima les balcons de bois et la véranda sur la façade sud. L'étage accueillit les dortoirs et l'infirmerie, le réfectoire au rez-de-chaussée, qui devait aussi accueillir les internes du collège, mais trop exigu il était déjà projeté de faire deux services, (le journal précise que la cuisine fut aussi installée à ce niveau, mais dans l'annexe sur l'état actuel de la demeure nous verrons qu'elle est en fait au sous-sol, c'est la cuisine originelle qui était au rez-de-chaussée). Deux baraquements furent construits dans le parc pour loger le personnel, trois autre déplacé depuis La Baule pour servir de dortoir et de salle d'étude, il n'est pas précisé le devenir des anciennes écuries et dépendances, mais il semble qu'elles furent détruites plutôt qu'aménagées, le bâtiment construit par les allemands en face de la façade est du château fut aménagé et crépis, enfin le surveillant-général fut logé dans la villa en bord de plage dont les murs qui avaient soufferts d'impacts furent couvert d'un épais crépi eux aussi.

 

Voici le plan du 1er étage avec les transformations pour en faire l'internat :

saint-nazaire,porcé,chateau

 

1 palier intermédiaire

2 niveau du 1er étage

3 escalier vers le grenier 

4 escalier vers le rez-de-chaussée 

5 tour (WC)

6 chapelle transformée en bibliothèque (niveau surélevé par rapport à celui du reste 1er étage)

 

27768_1433926497395_8244285_n.jpg

1955, archives municipales

 

27768_1433926537396_6841671_n.jpg

1955, archives municipales

 

37145_1640878311061_4582390_n.jpg

1955, archives municipales

 

34394_1640878151057_2270321_n.jpg

1955, archives municipales

 

9728_1214292446681_5984277_n.jpg

Juillet 1957, coll. L.O.M

 

Le Lieu ne se prêta jamais à l'enseignement, il aurait fallu bâtir des immeubles supplémentaires. Le 5 janvier 1967 la section locale de l'association des Paralysés de France reçut l'usage du château pour l'installation d'une école pour enfants handicapés physique. Malgré l'aménagement de rampes en dur, et la largeur des portes, le lieu n'était pas non plus adapté à cet usage. Le premier étage restait inutilisable par les enfants. Ouest-France du 5 janvier 1974 relata le besoin imminent de cette école de quitter les lieux pour des locaux adaptés, ce qui fut fait à Méan rue Ernest Rénan le 3 novembre 1978. On laissa la place à des ateliers théâtre et danse, des cours d’accordéons donné par le centre de Culture Populaire, expulsés en 1982.

 

392355_2646543532063_719296846_n.jpg

1984, coll. S.P.

En 1983 la mairie espéra transformer le château en lieu de découverte sur le sujet de la mer, puis en Eco-Musée,  ou de l'affecter au profit des enfants du centre de Bonne Anse. On tarda et monsieur Batteux nouveau maire fit murer le bâtiment. Laissé à l'abandon, toitures et et planchers du grenier et du premier étage s’effondrèrent. En janvier 2012 l'état des ruines est véritablement critique, l'intérieur a été saccagé, mettant en péril le reste de la structure, une intervention de conservation devient indispensable, mais le maire de Saint-Nazaire, monsieur Batteux, a fait savoir par voie de presse qu'il désire que le tout s'effondre tout seul... ce qui se fera bientôt car les Nazairiens ne se mobilisent pas pour leur patrimoine par manque d'information !



La ferme fut rasée pour faire place au collège, les écuries le furent pour la salle de sport, la maison dite « Pornichette » près du portail d'honneur fut transformée en école avant d'être rasée à son tour pour être remplacée par des bâtiments plus fonctionnels.

 

(Sources : Archives de Saint-Nazaire, et enquête de voisinage)

 

 

porcé 057.jpg

2010

Les commentaires sont fermés.