Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La croix de Heinleix

La croix de Heinlex était une croix de chemin dont la disparition est l’objet de légendes urbaines qui prétendent un renversement par un camion allemand ou un broyage par un char étasunien. Deux affirmations fausses, comme nous allons l’expliquer.

croix de Heinlex

Le Croix d’Heinlex avant 1914

 

La Croix d’Heinlex se trouvait face au portail du parc du château d’Heinlex, portail de pierres et briques, fortement endommagé, disparu il y a quelques années pour laisser place à la voie qui désert la « Résidence Tricastel ».

 

croix de Heinlex

Emplacement de la croix vers 1905

 

croix de Heinlex

Emplacement de la croix, vue en 2008, © Google Maps

 

croix de Heinlex

Emplacement de la croix et du portail, vue en 2019, © Google Maps

 

Elle fut inscrite à la liste des Monuments Historiques le 18 octobre 1944 car elle était réputée dater du XIIIème siècle. C’était une croix latine simple, au sommet d’une colonne dotée d'un chapiteau et qu'une base de facture grossière, elle-même posée sur un piédestal rectangulaire en moellons assemblés probablement plus récent. Cependant, quand son classement fut décidé, la croix avait déjà disparue. En effet, elle était tombée de son socle par manque d’entretien, et un article du Courrier de Saint-Nazaire du 6 févier 1941 nous apprend que la croix proprement dite et la colonne, qualifié de incorrectement de  « calvaire [fut] pieusement recueilli et abrité dans une maison voisine ». Une photo du piédestal publiée dans le même journal le 14 novembre 1941 montre le piédestal intact.

croix de Heinlex

Piédestal de la croix de Heinlex en 1941, photographie d'Alex Bernard fils,

publiée dans Le Courrier de Saint-Nazaire du 14 novembre 1941

 

Malheureusement jamais remise en place, les éléments ont été perdus car on ne s’y est pas intéressé au moment de la Reconstruction, les priorités étant ailleurs, et la base du monument a disparu avec l’élargissement de la route du Haut Rocher. Ce n’est qu’en 1960 que Ferdinand Guériff remémora aux Nazairiens son existence, mais sans donner de détail à propos de sa disparition autre que « disparue durant la guerre », ce qui entraina les légendes citées.

 

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel