Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Et le crocodile de Sautron fit s’échouer les navires sur le Grand Traict

Quand j’étais à Beyrouth, on me racontait, que Jerdis, ou Khordr, selon si mon interlocuteur était chrétien ou musulman, et que je savais être George de Lydda, avait, pour délivrer une princesse, tué un dragon près d’un puits de la baie, et que l’on voyait les descendants de la bête traverser les jardins de Rabieh.

Des reptiles androphages qui hantent les points d’eaux et les marais, il y en a partout. En Provence la Tarasque vivait dans les marais de Tarascon, un dragon hantait ceux de Niort, des vouivres grouillent en Franche-Comté, Saint Lyphard, dans son village au nord, trancha la tête d'un serpent géant qui dévorait les pucelles… Mais moi, Nazairien, j’ai la chance d’avoir le Crocodile de Sautron, qui longtemps fit s’échouer les navires jusqu’à ce qu’on se décidât un jour à placer des barreaux de fers devant la bouche de l’Écumière, cours d’eau rendu souterrain par l’expansion de la ville, cachette de l’énorme bête. Eh quoi ? Yallah ! L’entre vaut bien les Grottes de Sarba, et la rade de Saint-Nazaire la baie de Saint-Georges ! Et puis, au Liban on ne contredit jamais les légendes, le proverbe arabe ne dit-il pas " L kizib Milh l rjel " (الكذب ملح الرجال) : " le mensonge est le sel de l’homme " ?

Si Saint-Georges est probablement l’image de la chrétienté sauvant les Beyrouthins du culte du dieu Echmoun, éphèbe entouré de serpents, et les petits dragons qui courent les jardins sont des iguanes échappés des chez un particulier, qu’en est-il du Crocodile nazairien de mon enfance vivant sur la plage du Grand Traict ?

Longtemps j’ai cherché l’origine de cette légende. Une bannière sarrasine rapportée des croisades par un vicomte comme la guivre halissante des Visconti ? Ah non, le récit n’était pas si vieux d’après ce que j’avais pu trouver dans la bibliothèque familiale.

Je me creusais la tête : était-ce un vrai crocodile rapporté tout petit par un marin et qui devenu grand fut lâché dans le petit marais de Sautron ? Une bête empaillée dans le bureau d’un capitaine au long-cours ? On me parla d’une prénommée Hélène. Hélène ? Celle de Troie ? Cela aurait donc été finalement une légende très ancienne ? Je fouillais les Chroniques d'Alain Bouchart à la recherche de Brutus qui débarqua à Saint-Nazaire au retour de cette longue guerre et y fonda le Royaume de Bretagne. Mais rien ne disait qu’Hélène lui avait donné un crocodile.

Non, rien de tout cela… le crocodile, venait de Norvège, et Hélène était Helena, au plus exactement l’Helena, un trois-mâts inscrit au port de Christina transportant du bois pour messieurs Hailaust négociants en bois du Nord.

Le 8 décembre 1872, pris dans la tempête l’Helena se fracassa sur les rochers de la Villès Martin, et vint s’échouer devant les villas de Sautron, entre la pointe et la baie d’Écumière. Heureusement l’équipage, composé de huit hommes, avait été sauvé à Bonne Anse par le canot de Saint-Marc.

Monsieur Vauvert, le représentant des assurances maritimes à Nantes, demanda à monsieur J.-P. Aubré, courtier maritime, de procéder à la vente aux enchères de l’épave. On la démembra, mais l’ossature de la coque, prise dans la vase, resta sur place. On était alors en pleine période d’étude des fossiles, les revues que les familles lisaient le soir étaient illustrées de gravures figurant des crocodiles gigantesques s’en prenant à des dinosaures marins…

 

ancien-dessin-reprc3a9sentant-un-ichtyosaure-et-un-plc3a9siosaure.jpg

Un ichtyosaure (genre de crocodile) et un plésiosaure

 

Alors aux enfants qui demandaient ce qu’étaient ces grandes côtelettes surgissant de la vase, les parents dirent que c’était les reste d’un crocodile antédiluvien… 

 

 

 

D’autres navires se sont échoués sur le Grand Traict, Il y eu le trois-mâts Vigo en mars 1886, devant la préfecture, échoué volontairement en réalité, dans le but de le démonter par la Société d’Entreprise de Sauvetage des Galions.

 

 

 

En 1888 le pyroscaphe Le Rapide[1], lancé en 1828, qui transportait normalement les voyageurs entre Nantes et Saint-Nazaire, mais qui poussait l’été jusqu’à Noirmoutier, fini sur la plage.

 

Le 28 mai 1915, devant le Casino, le paquebot La Champagne revenant de Colon avec 980 passagers, s’échoua après avoir percuté un autre navire. Les marins de Saint-Nazaire disaient qu’il portait malheur ce bateau-là, depuis son lancement 1886 il avait été percuté plusieurs fois. Il s’enlisa tout le temps de la guerre, et ne fut démantelé qu’une fois la Paix revenue.

 

922_001.jpg

930_001.jpg

917_001.jpg

215_001.jpg

 

 

Et puis il y eut le pétrolier Pass-of-Ballater, parti de Nantes le 6 janvier 1939 au soir, il s’échoua face au monument aux morts le provoquant le grand étonnement des nazairiens qui vinrent tous le voir le lendemain, samedi 7 janvier. Jaugeant 810 tonneaux, long de 61 m, large de 10 m, un creux de 4 m 60, son équipage était de 19 hommes. Il avait pourtant, arrivé à Saint-Nazaire, pris à son bord le pilote qui devait lui faire passer les Charpentiers. Mais une fausse manœuvre le fit prendre à tribord en direction du plateau de la rade. Un autre pilote fut dépêché, il décida l’échouage. Heureusement il était vide, on n’eut pas de marée-noire, et les dégâts étaient minimes. Une soudure électrique par les Chantiers de La Loire mandatés par l’armateur lui permit de repartir au soir du 7 janvier vers Cardiff, remorqué par l’Hœudic.

 

c0e33e07e42f4d3967d684acd3bc6c4e.jpg

petrolier-4.jpg

 

 

[1] Lire à son propos : http://saint-nazaire.hautetfort.com/archive/2019/02/10/le-vieux-mole-6127788.html

 

Commentaires

  • Merci pour ces archives et cette poésie,j'aurais plaisir à vous suivre sur ce suget

Écrire un commentaire

Optionnel