Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La seigneurie de Tréballe

Avant d’être un quartier de Saint-Nazaire, Tréballe, en était une seigneurie de la paroisse, doté de la moyenne justice, et inféodée à la vicomté de Saint-Nazaire.

 

Cette seigneurie se composait d’un manoir et de trois ou quatre fermes éloignées. Le manoir a disparu au début du 20e siècle.  Il se composait d’un rez-de-chaussée,  d’un étage, et d’un grenier sous un grand comble. L’étage comprenait cinq pièces, dotées chacune d’une fenêtre. Trois d’entre elles s’ouvraient au sud, deux au nord.  Les ouvertures étaient petites, et un cadran solaire ornait la façade sud. On remploya les pierres pour construire une ferme à son emplacement.

 

Le premier seigneur connu en est Gilles Le Guennec, il était le beau-frère de Pierre Hémery, écuyer, sieur de Préambert, de La Rivière et seigneur de la maison noble de Beauregard. Il est possible que la seigneurie de la Tréballe fut soustraite à la seigneurie de Préambert qui la jouxtait ou inversement, dans les deux cas, on ne connaît pas les seigneurs précédents...

 

 la tréballe,le guennec,lorieux,modille-villeneuveLe Guennec : D'azur plein ; au chef denché d'argent. 

 

I° Gilles Le Guennec, écuyer, de Tréballe, par héritage de son père : seigneur de La Chaussée, et de Bogat ; et par héritage de son beau-frère Poncet de La Haye du Sable : seigneur de la maison noble de Kerlédé et de la métairie de La Paquelais, (Guérande, 25 mars 1613 – Saint-Nazaire (chez son beau-frère Pierre Hémery à Beauregard) 13 juin 1682), époux d'Olive du Chô morte vers 1682, d'où :

1° Jeanne, baptisée le 19 novembre 1643 ;

2° Jean-Baptiste, d'où postérité à Kerlédé ;

3° Françoise ;

4° Michel, (1649) ;

5° Michelle, baptisée à Guérande le 27 août 1652, décédé en cette même ville le 15 mars 1698, dame de Tréballe, mariée en la chapelle Saint-Marc de Saint-Nazaire à Pierre Charpentier, écuyer, sieur du Hardas, maintenue noble à Guérande en 1669, (1), sans postérité.

 

Au temps des Le Guennec, la famille Richard exerçait la fonction de laboureurs pour la seigneurie de Tréballe et la maitérie de La Noë de Kerlédé. La famille Richard a laissé son nom à une ferme devenue le lieu-dit La Richarderie entre Kerlédé et Tréballe (2).

 

La seigneurie fut achetée à une date inconnue par la famille Lorieux, famille bourgeoise originaire de Cambon.

 

I° Ambroise Lorieux, sieur de La Mainguisserye, seigneur de Tréballe, né le 10 juillet 1693 à Cambon, marié le 23 janvier 1720 à Saint-Nazaire avec de Renée Bernard de Grandpré, (Saint-Nazaire 1684 - Saint-Nazaire 1735), fille de Charles Bernard, sieur de Grandpré, (1650-1700), notaire royale à Saint-Nazaire, et de Madeleine Belliotte, (1645-1735) ; 2° Julienne Belliote de La Gressière, (Guérande, 27 février 1701- Saint-Nazaire 4 mai 1751), fille de Jacques Belliote, sieur de La Gressière, avocat, procureur fiscal de Guérande, et d'Olive Tenguy ; d'où :

du premier lit :

1° Bonaventure-Ambroise, qui suit ;

2° Marie-Madeleine, (1728-1748) ;

du second lit :

3° Madeleine, demoiselle de La Gressière (1743-1768) ;

4° Julienne-Désirée, dame de Tréballe, née le 11 aout 1745, décédée en 1780, mariée le 29 mai 1769 à Saint-Nazaire avec Guillaume David de Dréziqué, (Le Croisic 1731 - 1782), d'où :

A° Julienne David de Dréziqué, épouse de son cousin germaine Bonaventure-Ambroise Lorieux, qui suit degré III°.

 

II° Bonaventure-Ambroise Lorieux, sieur de La Mainguisserye, seigneur de Tréballe, né à Saint-Nazaire le 1er décembre 1720, décédée en cette ville le 5 décembre 1782, avocat, marié le 27 janvier 1750 avec Marie-Joseph Duchêne de Kerloy, (1730-1769), fille de Louis Duchêne, sieur de Kerloy, et de Françoise Rousseau, d'où : 

1° Louis, seigneur de Tréballe, né le 7 décembre 1752, qui vendit en 1783 cette seigneurie à Pierre de Galliot de Cran, sénéchal de la vicomté de Saint-Nazaire ;

2° Bonaventure-Ambroise-Fidèle, qui suit ;

 

Pierre de Galliot de Cran, sénéchal de la vicomté de Saint-Nazaire n'a pas gardé longtemps la seigneurie de la Tréballe, il la céda à Cassien-Alexis Kermasson de Kerval, sieur de Kerisel, seigneur de Heinlex-Pommeraye, qui la revendit Bonaventure-Ambroise-Fidèle Lorieux en 1793.

 

III° Bonaventure-Ambroise-Fidèle Lorieux, sieur de La Mainguisserie, né à Saint-Nazaire le 5 aout 1762, décédé le 22 avril 1809 au Croisic, procureur de la commune de Saint-Nazaire du 3 février au 25 mai 1790, date à laquelle il fut nommé membre du district de Guérande, époux de sa cousine germaine Julienne David de Drézigué, fille de Guillaume David de Dréziqué, et de Julienne-Désirée Lorieux (3) ;  le couple racheta en 1793 le domaine de La Treballe ; d'où :

1° Désire, (Le Croisic 20 juillet 1792 – Le Croisic 17 novembre 1832), mariée au Croisic le 19 janvier 1814 à René Bellinger, (Le Croisic 22 novembre 1782 – Le Croisic 30 janvier 1870), d'où postérité ;

2° Bonaventure, (Le Croisic 24 septembre 1794 – Le Croisic 19 janvier 1814) ;

3° Auguste, (le Croisic 1797 – Eaux-bonnes 27 juillet 1842) époux de Louise Metois ;

4° Edouard, qui suit ;

5° Théodor (Le Croisic 22 avril 1800 – Paris 17 décembre 1868), marié le 18 février 1830 à Stéphanie Faulcon de Marigny, d'où postérité.

 

IV° Edouard Lorieux, (Le Croisic 13 octobre 1798 – Ploërmel 8 août 1865), magistrat à Ploërmel, il est déclaré copropriétaire avec un monsieur Delange en 1857 ; marié le 11 novembre 1823 à Agathe Neélz de Plancis, (Ploërmel 19 juillet 1804 - Ploërmel 7 mars 1872), d'où : 

1° Marie-Agathe, (Ploërmel 21 mars 1825 – Locmalo, château du Quenven, 18 février 1922), restée célibataire, elle hérita du domaine de La Tréballe, qu'elle offrit, sous réserve d'usufruit, à son neveu Roger Modille-Villeneuve, le jour de son mariage;

2° Léonce, (Ploërmel 3 avril 1826 – 10 septembre 1856), officier de marine, époux de Marie Le Sénéchal de Kerdréoret ;

3° Anna, (Ploërmel 21 novembre 1828 – Guéméné-sur-Scorff, 28 novembre 1902), mariée le 2 octobre 1856, avec Louis Modille-Villeneuve, d'où postérité qui hérita du domaine de La Tréballe ;

4° Edouard, (Ploërmel 20 avril 1833 - Ploërmel 31 mars 1871), marié à Paris le 5 décembre 1860 avec Hyacinthe Masson de Kernoy, (1841-1908), d'où postérité.

 

Les héritiers de la famille Modille-Villeneuve vendirent, après le seconde guerre mondiale, le domaine, qui fut démembré.

 

 

 

(1) Charpentier: De sable à deux épées d'argent passées en sautoir, les pointes en bas. 

la tréballe,le guennec,lorieux,modille-villeneuve

(2) Michelle Le Guennec-Charpentier, dame de Tréballe, fut la marraine de Michelle Richard.

(3) Son oncle, René David de Dréziqué, armateur, maire du Croisic de 1765 à 1782, assista à l'union, il fut fusillé par les révolutionnaires en 1793 car il avait aidé le chef chouan nazairien  François-René-Marie de Guériff de Lanouan, seigneur de la maison noble de Beauregard.

Les commentaires sont fermés.